1. //
  2. //
  3. // Laval-Reims

Laval de travers

Le Stade lavallois galère cette saison. Les Tangos, derniers de Ligue 2, viennent de licencier Marco Simone. La faute à de mauvaises décisions économiques et une perte de l’identité du club.

Modififié
En ce jeudi 12 juin 2014, le Mondial brésilien débute tout juste et la Seleção bat la Croatie dans la douleur (3-1). 9218 kilomètres plus loin, le Stade lavallois a d'autres félins à fouetter. Christian Duraincie est nommé président du club et dévoile un nouveau projet sportif, dont le nom est assez explicite : « Ambition Horizon 2020 » . Les objectifs concrets ? « Être un club qui progresse, qui s'inscrit durablement parmi les grands clubs français » à long terme, et terminer dans la première moitié de tableau de Ligue 2 à court terme. Près de trois ans plus tard, ce même projet est au point mort. Un nouveau logo a vu le jour en 2015, l’hymne a changé à peu près en même temps, mais les résultats n’ont pas suivi. Aujourd’hui, le Stade lavallois, qui vient de limoger Marco Simone et d'embaucher Thierry Goudet, est en état de mort clinique et pointe en dernière position de son championnat depuis maintenant trois journées. Avec cinq points de retard sur Auxerre, premier non-relégable, à six étapes de la ligne d’arrivée, l’opération maintien paraît difficilement atteignable. Pour ne pas dire compromise.

L'ennemi, c'est la finance


Pourtant, les Tangos sont habitués à se battre pour leur survie. Hormis la jolie huitième place glanée en 2015, les Mayennais ont toujours dû se battre pour éviter la descente depuis leur montée de National en 2009. Un combat à leur portée et raisonnable au regard de leur budget. Mais qui nécessite tout de même un minimum d’investissement et de réflexion sportive pour le gagner chaque année durant une décennie. Pour Ulrich Le Pen, ancien joueur du club entre 1992 et 1997 puis en 2009-2010, le problème trouve principalement son origine dans un mot : l’argent. «  Monter un club et le maintenir au plus haut niveau, ça ne se fait pas comme ça. Or, c’est désormais l’aspect financier qui dicte le football, donc c’est compliqué pour des clubs en structuration de pouvoir rester au top. L’argent fait qu’on veut se développer et qu’on en oublie le principal : l’humain, explique celui qui a failli intégrer la cellule de recrutement il y a peu. Et quand il n’y a plus de relations entre joueurs ou entre les membres du staff, on a beau s’entraîner ensemble la semaine, ça ne marchera pas le week-end. Aujourd'hui, le projet sportif ne suffit plus, on veut faire de l’argent. Et c’est dommage. »

Gestion casse-gueule


Durant l’été 2015, les dirigeants ont ainsi décidé de vendre des cadres de l’équipe (Sehrou Guirassy, Christian Bekamenga, Selim Ben Djemia...) pour environ 1,5 million d’euros – ce qui représente une belle somme pour une structure de cette taille – sans prendre la peine de les remplacer. Justification du président Duraincie à l’époque : « Cet argent nous a permis d'être tranquilles devant la DNCG pour cette année, et l'année prochaine. Nous avons une réserve, des fonds propres. Un coussin bien moelleux. (...) Si on l'ouvre pour acheter des joueurs chers, en se disant qu'on joue la montée, c'est une gestion de joueur de poker. Et ce n'est pas la nôtre. (...) On veut la meilleure équipe possible, mais sans faire de folie. (...) Mais cela ne veut pas dire qu'on n'est pas ambitieux. »

Sauf que la réalité sur la pelouse est moins simple. Contrairement à avant, les recrues sont moins bien ciblées et l’identité même du club s’en trouve touchée. C’est en tout cas l’avis d’Ulrich Le Pen : « Auparavant, il y avait un groupe de qualité, constitué de joueurs qui avaient envie de bien faire. Quand je suis revenu en 2009, on avait des vieux briscards expérimentés et rompus aux joutes de la Ligue 2, avec une petite touche de jeunesse et de potentiel à côté. Ce n’est plus du tout le cas actuellement. La situation est devenue difficile : il n’y a que des joueurs en prêt, les joueurs n’ont pas ou n’adhèrent pas au caractère familial qui représentait le club avant. » L’ex-footballeur, qui habite toujours dans la ville, enfonce le clou. « Pour les joueurs prêtés, l'idée est la suivante : que ça marche ou que ça ne marche pas, ils trouveront un autre club de Ligue 2. Donc ce côté famille, on l’a vraiment perdu. Or, quand on s’appelle Laval et qu’on se bat toutes les saisons pour le maintien ou le milieu de tableau, bah ça devient compliqué de grandir avec ce genre de joueurs. » Autrement dit, des joueurs qui n’ont pas forcément l’amour du maillot.

Gourcuff-Hinschberger, même schéma


En substance, c’est aussi le manque de stabilité qui est pointée du doigt. Le licenciement de Philippe Hinschberger, entraîneur de l’équipe entre 2007 et janvier 2014, n’a en réalité toujours pas été digéré. Celui de Denis Zanko, son adjoint qui a pris le relais et qui a été remplacé par Marco Simone il y a quelques mois, n’a pas aidé. À ce niveau, Le Pen y voit un parallèle avec Lorient, club qu’il a également connu en tant que joueur. « Laval, c’est comme Lorient : tout simplement dramatique. À Lorient, on avait tout pour faire un gros club. Et des mauvais choix ont été faits. Tout vient du départ de Christian Gourcuff. Christian avait le savoir-faire pour fédérer et remettre sur pied des joueurs que personne ne voulait, qui s’adaptait à sa façon de voir le jeu. » Façon de dire que dans un petit club, la longévité d’un homme qui connaît parfaitement l’entité est primordiale. Alors, que faire maintenant ? L’an dernier à la même époque, Christian Duraincie reconnaissait que la situation était loin «  des ambitions du club » , mais refusait de décréter l’état d’urgence. « Un état d’urgence dans un club, c’est lorsqu'il y a une crise. Or, il n’y en a pas du tout au Stade lavallois » , assurait-il. Le discours a malheureusement basculé.

Par Florian Cadu Tous propos recueillis par FC, sauf ceux de CD (Ouest France)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Si Laval quitte la ligue 2 c'est que tout fout définitivement le camp dans le football.

C'est un club historique, çà fait deux générations qu'on a l'habitude d'entendre que Laval est en ligue 2.

Depuis toujours à la radio résumé de la journée ligue 2, c'est le seul moment ou limite on entend parler de la ville.
Note : 1
"les Mayennais ont toujours dû se battre pour éviter la descente depuis leur montée de National en 2009"

Comme quoi, tout fout définitivement le camp régulièrement, c'est la vie quoi. Il y a des clubs qui montent, des clubs qui descendent, des accidents industriels (Auxerre ou Lens par exemple), des succès inattendus (Evian Thonon Gaillard pendant un moment), des cagades XXL (Le Mans)... Il n'y a pas un nombre de places illimité en L1 et en L2, en tout cas moins que de clubs qu'on pourrait considérer comme historiques.
Sidney_Gobou Niveau : DHR
Attends un peu que Lens remonte ! Le titre sera à nous ^^
TheDoctor Niveau : CFA2
Et.... but à Laval !!!
3 réponses à ce commentaire.
Pour moi Laval, c'était Erwin Kostedde et Uwe Krause !
pierrot92 Niveau : CFA
Et puis aussi Godard, Miton, Perard, Souto, Sene, Goudet, Rabier...et puis Bouygues (?).
slydave
Robert BUIGUES.
Bertrand REUZEAU était l'un des seuls joueurs français à la fois champion d'Europe juniors et espoirs.
2 réponses à ce commentaire.
Leslipamamie Niveau : DHR
Ah les tangos...! Ayant grandi dans la ville, j'ai donc été plus ou moins obligé de suivre le club.

Que de souvenirs, le fameux "tu vas au stade samedi", "nan jpeux pas je joue à allones ". Mais dès fous c'était " grave, ils jouent contre le Havre, ça va être un beau match"! Pis yavait toujours l'autre navalo qui vendait ses cacahuètes là ! Souvenir de mes premières sorties entre potes.

Je me souviendrai toujours de ce match de coupe de France contre le Monaco de Barthez, Henry et Petit qu'on avait gagné 1 à 0 sur un vieux penalty. Et cette barre sur ciseau d'Henry en toute fin de match! Dios mio, j'en avais mouillé les couches !

Tapoko, Omam-Biyik, Chaouch, Le Pen, Buzaré, Hamouma...Et tant d'autres!

Aujourd'hui, je peux pas m'empêcher d'être un tantinet triste de voir le club de mon enfance mourir lentement. Le club ne s'en relèvera probablement pas. Pas cette fois.

Au delà du foot c'est surtout une époque, des moments de joie, des frites à la mi-temps, des premières clopes dans les tribunes, des premières carottes de billet qui s'evanouissent.

Et j'avoue, ça me fait un gros pincement au coeur.
slydave
Emmanuel PETIT avait énorme côté monégasque, à Laval ce soir là Jérôme LEROY avait régalé la chique.
J'ai AUSSI eu la chance de voir St Étienne à le Basser, la plus grosse affluence du stade. Autre époque, autres moeurs, des chaises étaient ajoutées sur la piste d'athlé, à la fin du match on était sur le terrain avec M Johnny REPP.
Pour les nostalgiques, j'ai toujours le 45t collector de l'hymne du club. La pochette est géniale, Lariflette en couverture. Et à l'intérieur un poster de l'équipe pris en photo dans l'escalier qui monte dans l'avion. Photo mythique 70's, avec Kéru, Sagna, Le Millinaire... Et que dire des paroles : Et ca y'est, le but est marqué! Venus de partout, des environs, Chateau Gontier Mayenne Évron!!
Moi aussi j'ai un souvenir ému des frites et des cacahuètes à la mi-temps et de la Compagnie Créole à fond dans les enceintes. Mon père qui nous faisait passer en douce avec mon frangin pour ne pas payer et se retrouver en 1ères avec le Kop. Elles sont loin les soirées devant le poste de radio à attendre le fameux :but à Laval de Thierry RUFFAT.
Putain de nostalgie.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:05  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Putain j'étais aussi au stade pour ce fameux Laval-Monaco, l'un de mes derniers grands souvenirs au stade Francis Le Basser et aussi l'un de mes plus beaux (j'étais trop jeune pour le Dynamo Kiev) ! Avec l'envahissement du terrain à la fin... Ca semble bien loin tout ça !
2 réponses à ce commentaire.
GLOBULES ROUGES ET BLANCS Niveau : CFA2
Le parallèle avec Lorient est vraiment judicieux car je me souviens d'une phrase dite par Hays suite à la vente de Ndong un peu dans les mêmes eaux que celle citée dans l’article "Cet argent nous a permis d'être tranquilles devant la DNCG pour cette année, et l'année prochaine"

Sauf qu'au bout du compte bah tu galères et tu descends d'un étage ( même si rien n'est encore fait ) et du coup ton bas de laine ne te sers pas à grand chose loin s'en faut...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:03  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Je n'ai pas connu les glorieuses années 81-83, l'épopée en Coupe UEFA avec l'élimination du Dynamo Kiev et le but de José Souto (je n'avais que 3 ans mais mon père me l'a tellement racontée que j'ai l'impression de l'avoir vécue) puis le match héroïque contre l'Austria Vienne, les grands buteurs allemands Krause et Kostedde...
Mais j'ai quand même eu la chance de vivre de belles années et de beaux matchs au stade Francis Le Basser : les dernières saisons en D1 à la fin des 80's, le mythique Michel Le Milinaire, les gros parcours en Coupe avec le fameux match contre l'AS Monaco, ces deux demi-finales dans les 90's, la lutte pour la montée avec Nancy à l'époque de Denis Troch, etc...

Et puis, tous ces joueurs devenus des légendes pour tous les Mayennais et que j'ai eu la chance de voir, gamin : François Oman-Biyik, Oumar Sene, Patrick Delamontagne, Jean-Marc Miton, Thierry Goudet, Eric Stefanini, Jean-Luc Dogon, Thierno Youm, Bertrand Reuzeau, Pierre Aubame, Emmanuel Kundé, François Brisson, Franck Leboeuf, Mickaël Pagis, Jérome Leroy, Lionel Perez, Stéphane Pedron, Ulrich Le Pen...

Depuis les années 2000 et mon départ du 53, j'avoue que je suis moins le club (ça fait bien longtemps que je suis pas retourné à Le Basser) mais ça me fait au coeur de le voir comme ça ! :(
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:09  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 2
Et j'ai bien sûr oublié l'emblématique, le légendaire, le mythique, l'immense Jean-Michel Godard !

Sinon pour ceux qui saisiraient pas la portée de l'exploit en Coupe UEFA 83, rappelons que Laval sort alors le Dynamo Kiev de Blokhine et Zavarov !!! L'un des grands clubs européens de l'époque... Et au tour suivant, défaite 2-0 sur la pelouse de l'Austria Vienne à l'aller puis au retour Laval mène 3-0 à la mi-temps avant de voir les Autrichiens revenir à 3-3 après la pause.
1 réponse à ce commentaire.
Ach...
J'arrive après la bataille. Tout est dit !
Hier à 19:38 Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 22
Hier à 16:06 Le fils de Pelé retourne en prison 5 Hier à 15:15 La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 18 Hier à 14:32 Le beau geste de Boateng pour Nouri 8
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:17 Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 13 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9
vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14