1. // SO FOOT #148
  2. // Numéro 100% Ronaldinho

Laurent Perpère : « J'avais beaucoup de tendresse pour Ronaldinho »

Il a été le président d'un PSG qui devait casser l'Europe du football. Mais Anelka, Luccin, Dalmat and co n'ont jamais répondu aux attentes. Qu'importe, Laurent Perpère a aussi été le président de Ronaldinho, ce qui, en soi, vaut bien quelques titres et épopées européennes. Témoignage.

Modififié
Quand Ronaldinho signe au PSG en 2001, on est dans un club en perte de vitesse par rapport à une très grosse période. Signer Ronaldinho, c'est un sursaut du grand PSG ?
Il y en a quand même eu d'autres. Au moment où arrive Ronaldinho, il y a Anelka, Heinze, Robert, Okocha, ou encore Pochettino, actuellement coach de Tottenham. Il y a du monde, il y a une belle équipe. Je ne pense pas que cela soit un sursaut, on est surtout dans une époque post-arrêt Bosman où le marché des transferts devient beaucoup plus compliqué. Donc faire venir Ronaldinho, c'est clairement un joli coup.

À l'époque, on imagine bien que le PSG n'est pas le seul club qui cherche à le recruter...
Il n'y a pas que le PSG, mais c'est encore un jeune joueur qui évolue au Grêmio Porto Alegre, il n'a pas encore une grande visibilité en Europe.
« On connaît les difficultés qu'ont beaucoup de Brésiliens à s'adapter à la France. Donc cela reste un pari, même si c'est un énorme potentiel. »
Il a seulement 18 ans (21 ans quand il arrive à Paris en 2001, ndlr), et on connaît les difficultés qu'ont beaucoup de Brésiliens à s'adapter à la France. Donc cela reste un pari, même si c'est un énorme potentiel. On n'est pas sûr qu'il va s'adapter au PSG, donc il y a une concurrence, mais pas une concurrence extrêmement importante. Surtout que son frère et agent (Ronaldo Assis, ndlr) a conscience que l'exposer de suite dans un club comme le Real Madrid ou le FC Barcelone, où il est allé après, cela peut poser problème, car il ne sera pas encore adapté au football européen. Ce football est quand même très différent, au début des années 2000, il y a une différence considérable entre les grands clubs européens et brésiliens. Les bons joueurs brésiliens ne s'adaptent pas forcément, car c'est plus rapide, plus physique... À 18 ans, Ronaldinho n'était qu'un joueur en devenir, il n'avait rien prouvé en Europe.


Les arguments du PSG, c'est de dire «  les Brésiliens s'épanouissent ici  » ?
Oui (avec conviction, ndlr) ! Il y a une filière brésilienne, une sorte d'affection des Brésiliens pour le PSG, c'est une première chose. C'est une étape d'adaptation dans un grand club avant d'aller dans un club superstar type Barça. On se dit qu'on peut l'avoir pendant 2 à 4 ans le temps qu'il parvienne à maturité et aille faire les délices d'un très grand club en permettant au PSG de réaliser un joli transfert.

Qui est le premier à avancer l'idée Ronaldinho à Paris ?
Je crois que c'est Lamarche (Jean-Luc Lamarche, responsable du recrutement au PSG de 1998 à 2000, ndlr). Lamarche connaissait Roberto Assis, qui avait évolué en France.

Ronaldinho au PSG, cela dépasse le cadre du football ?
Il est joyeux, il a une joie de vivre formidable, mais il n'a quand même pas énormément de choses à raconter. Ce n'est pas un « intellectuel  » , dans le sens où il fait du football, mais ne donne pas son appréciation sur ce qu'il y a autour.
« Ronaldinho, il donne de la joie. En le voyant jouer, ou en le regardant, son expression est toujours souriante, il dégage quelque chose d'extrêmement frais, une jeunesse, une insouciance, une joie que l'on cherche dans le foot. »
En revanche, question football, il peut séduire le puriste comme la personne qui se contente de regarder les grands matchs. Tout son passage au PSG puis à Barcelone, c'est la magie du football incarnée, des choses que l'on voit rarement, une fois de temps en temps. Et en plus, il avait ce « bonheur » , cette sorte d'expressivité incroyable. Nicolas Anelka, aussi un joueur qui aurait pu ou aurait dû être emblématique au PSG, n'avait pas ce rayonnement. Il avait d'autres choses, mais en dehors du football, il n'avait pas le rayonnement immédiat et intense de Ronaldinho. Ronaldinho, il donne de la joie. En le voyant jouer, ou en le regardant, son expression est toujours souriante, il dégage quelque chose d'extrêmement frais, une jeunesse, une insouciance, une joie que l'on cherche dans le foot, que cherchent les gens qui jouent le dimanche matin dans des petits stades. Le simple bonheur de jouer au foot.

On entend parler l'amateur de foot, mais le président de club devait avoir un gros revers de médaille avec un joueur pas simple à gérer ?
Il n'était pas compliqué à gérer pour un président. Il est plus compliqué à gérer pour un entraîneur que pour un président. Dans la vie de groupe, tout le monde l'adore, mais pour l'entraîneur, comme avec n'importe quel joueur star, c'est difficile de le canaliser, de trouver le meilleur emploi, la meilleure place pour le faire jouer. La grande difficulté, c'est de laisser le plus possible le talent et d'en faire bénéficier l'équipe, tout en le mettant dans le cadre d'une équipe et d'un projet sportif. C'est difficile et je pense que Luis Fernandez a eu pas mal de difficultés sur ça, à savoir quel dosage il fallait entre laisser de la liberté pour que Ronaldinho exprime son talent et en même temps tenter de lui imposer sa propre vision du jeu.


La première saison à Paris, Luis Fernandez n'hésite d'ailleurs pas à mettre Ronaldinho sur le banc régulièrement...
Oui... Oui... Je pense que Luis Fernandez avait une vision un peu « vieille école » du rapport entraîneur/joueur. Le football de son époque, quand il était joueur, c'est un football où il y a beaucoup plus de verticalité dans les rapports entre dirigeants et entraîneurs, entraîneurs et joueurs. La jeune génération qu'a managée Fernandez - il a aussi eu des problèmes avec Anelka -, c'est une génération qui accepte beaucoup moins bien cette verticalité, avec des façons très différentes de ne pas l'accepter. Anelka en refusant la discipline, en adoptant un côté « bad boy » , qu'on lui a d'ailleurs reproché, et Ronaldinho en affichant une insouciance «  solaire » si je puis dire. Luis Fernandez n'a pas réussi à faire ce dosage, difficile. N'importe quel entraîneur avec Lionel Messi ne se dit pas : «  Je vais forcer Messi à entrer dans le cadre, il faut que je l'accepte tel qu'il est.  » C'est difficile pour un entraîneur d'une autre génération, avec un autre fonctionnement, c'est difficile d'accepter qu'un gamin de 20 ans refuse d'avoir la bride sur le cou. D'ailleurs, ce n'était peut-être pas une bonne chose de lui mettre la bride sur le cou, on ne sait pas. Surtout, cela n'a pas marché, cette méthode.


Il y a eu des tensions à ce propos entre vous et Luis Fernandez, notamment à la suite d'une interview dans Le Monde où vous indiquez que Ronaldinho est plus important pour le club que l'entraîneur...
Oui, il y a eu des tensions. Mais sur le fond, dans n'importe quel club, le plus important, c'est le club. Il y a des joueurs qui sont très importants car emblématiques, ou qui représentent une valeur marchande considérable.
« Au bout du compte, ce sont les joueurs qui jouent, qui sont d'accord ou pas avec le projet. »
L'entraîneur a un rôle extrêmement difficile, mais il n'y a que José Mourinho pour penser que l'entraîneur doit être la star de l'équipe. Il est là pour magnifier le groupe, pas pour se mettre en avant, ce n'est pas lui qui est sur la pelouse. Au bout du compte, ce sont les joueurs qui jouent, qui sont d'accord ou pas avec le projet. Quand ils ne sont plus d'accord avec l'entraîneur, ils jouent contre l'entraîneur, et ce dernier finit par être sorti. C'est plus difficile de sortir un joueur, notamment un joueur emblématique et important, c'est ça que j'avais voulu dire dans cet entretien.

L'embrouille avec Luis Fernandez, cela se termine dans le bureau de Pierre Lescure ? Qui solde les comptes ?
Écoutez, je ne veux pas revenir là-dessus, cela ne m'intéresse pas. Je ne parlerai pas de ça. Je commente simplement ce que j'avais dit dans Le Monde, un commentaire simple sur le fonctionnement d'un club de football.

On comprend bien l'idée, à Barcelone, Messi sera toujours plus important que Guardiola...
Bien sûr, et encore, ce sont des joueurs qui sont au top, dans un club au top. Au Paris Saint-Germain, il y a autre chose de très important, c'est la valeur marchande des joueurs. Quel que soit le joueur, on peut prendre d'autres exemples que Ronaldinho. Vous achetez un joueur à 30 millions d'euros et vous ne le faites pas jouer parce qu'il n'entre pas dans le projet de l'entraîneur... Vous faites quoi à la fin de la saison ? Vous le vendez 5 millions, 10 millions ? Vous expliquez aux entraîneurs qu'il faut quand même le faire jouer pour pouvoir le revendre, et on vous répond « il n'est pas bon » ... Vous mettez trop Ronaldinho sur le banc, il se lasse, demande à partir... S'il n'a pas été exposé, vous le vendez combien ? Quand il a été transféré au Barça, c'était un transfert important, mais pas un transfert aussi important que cela aurait pu être si les choses s'étaient parfaitement passées au Paris Saint-Germain.


Malgré tout, le passage de Ronaldinho au PSG, c'est une réussite ? Ou alors une histoire incomplète ?
Je pense que c'est une réussite dans la mesure où on en parle encore aujourd'hui. C'est un joueur qui a marqué le club.
« Ronaldinho a marqué le PSG. Tous ceux qui sont en âge de l'avoir vu jouer vous parlent de Ronaldinho avec des sanglots dans la voix. »
Pendant deux ans, il a fait rêver les supporters et la France entière. Quand vous revoyez le match que l'on gagne 3-0 au Stade Vélodrome... Si Kylian Mbappé part de Monaco pour le Real Madrid ou ailleurs, c'est un constat mitigé car on aurait aimé le garder plus longtemps ? En même temps, il a fait des choses formidables au club. Ronaldinho c'est pareil, il a marqué le PSG. Tous ceux qui sont en âge de l'avoir vu jouer vous parlent de Ronaldinho avec des sanglots dans la voix.

Mais il manque un grand parcours européen pour Ronaldinho, ce qu'a réussi Mbappé avec Monaco...
Bien sûr, si on gagne des titres, c'est mieux. Mais sans ça, pendant deux ans, Ronaldinho a quand même enchanté le Parc des Princes et plein d'autres stades en France.

La plus grande réussite pour Paris, c'est un Ronaldinho magique pendant deux ans ou un Raí moins magique, mais inscrit dans la durée.
Ce sont deux choses différentes. Raí s'inscrit dans l'histoire du club par sa personnalité, son talent, le fait qu'il était capitaine... Mais aussi par le fait qu'il était dans une équipe avec beaucoup de talent. Il n'y avait pas que Raí, il y avait David Ginola, George Weah, beaucoup de joueurs d'exception. Il faisait partie d'un collectif formidable. Mais aujourd'hui, on se souvient encore de Safet Sušić par exemple, car il avait quelque chose que les autres n'avaient pas. Les joueurs d'exception, les stars...


En tant que président, Ronaldinho c'est votre plus gros coup question recrutement ?
« Récemment, une de mes amies était au Brésil et a vu Ronaldinho. Il lui parlait du PSG, et il lui a dit : "Laurent Perpère ? C'est mon papa..." »
Anelka, cela avait été un gros coup aussi. Faire venir Anelka, c'était quelque chose, il était parti à l'âge de 17 ans. Mais Ronaldinho, c'est spécial pour moi à cause de sa personnalité. Récemment, une de mes amies était au Brésil et a vu Ronaldinho. Il lui parlait du PSG, et il lui a dit : « Laurent Perpère ? C'est mon papa...  » On avait une relation particulière, j'avais beaucoup de tendresse pour lui. Beaucoup d'affection pour lui et d'autres comme Gabriel Heinze, et aussi Nicolas Anelka. Anelka, c'est un garçon qui méritait plus d'amour qu'on ne lui en a donné. Il est beaucoup plus attachant qu'il voulait bien le faire croire.

Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

Roberto Larcos et Marc Oversaturn Niveau : DHR
Putain d'époque, que je l'aimais mon PSG a ce moment la...
Marty_Nick Niveau : DHR
Incroyable comme ce PSG était romantique, plein de paradoxes : grosse équipe finalement à l'échelle française avec des Ronaldhino, Okocha, Anelka, Heinze, Leroy puis Sorin capable de coup d'éclat avec le grand 8 contre l'OM mais incapable d'être constante sur une saison complète...
Perpère est la représentation parfaite du club, ça n'a pas l'air d'être un mauvais bougre mais je garde en tête sa mauvaise gestion globale de ces joueurs et entraîneur.
Même si Luis a très mal géré Ronnie, savoir que le mec se fait des soirées avec des call-girls que le coach l'apprend et que le Président lui assure quand même une place dans le 11 titulaire. C'est hilarant !

Mais Ronaldhino ! Quand tu as 11 ans et que tu vois ce joueur débarquer dans ton club, jouer dans un film tout pourri, gagner la Coupe du Monde, tu ne peux qu'en tomber amoureux.
J'ai rêvé que Javier soit son successeur malheureusement il n'aura lui aussi magnifié le jeu du club que 2 saisons bien qu'il soit au club depuis 6 ans.
Tu as tout dit ! Perso je crois encore en Javier...
1 réponse à ce commentaire.
joker7523 Niveau : CFA
Je me souviens de cet époque où a chaque fois que Ronnie était mis sur le banc par luis je pétais un câble!!

Dire qu'on gagne rien avec du Ronnie, okocha, Anelka, arteta, heinze pochettino en 2001 2002...

Une année où on sort ogbeche du centre de formation, le retour de Jérôme leroy, l'arrivée du traître fiorese au mercato d'hiver.

Bon transfert foireux aussi avec Hugo leal jamais à la hauteur, la paire aloisio Alex, potillon etc...

En tous cas je sais que j'oublierai pas l'enthousiasme qu'on avait à voir Ronnie jouer au parc. Entre son génie, son sourire, ce plaisir du terrain, c'est clairement l'un des joueurs les plus attachants qu'on a connu.
Et puis surtout, il y avait Lorant Deutsch comme partenaire de Ronaldinho !
Ronnie n'aurait jamais pu évoluer sans ça.
La belle époque du grand n'importe quoi au sein du club : dirigeants, transferts, on avait l'impression qu'il n'y avait aucune ligne directrice et de plan à long terme. C'était un bel ascenceur émotionnelle notre club.
J'ai pesné que le duo Graille-Vahid remettrait les choses à plat mais ça n'a duré qu'un an !
FourFourTwo Niveau : CFA
Ce duo Ronaldinho / Luis Fernandez c'était à n'y rien comprendre. La 1ere année tout le monde avait encensé Fernandez et sa gestion prudente de Ronaldinho, le gamin était arrivé en pleine bourre à la coupe du monde et avait brillé de mille feux ! Et au moment où on pouvait en récolter les lauriers, Fernandez le fou sur le banc et nous colle Llacer dans les pattes, juste pour une question d’orgueil !
FourFourTwo Niveau : CFA
récolter des lauriers, ça se dit ça ?
Oui tout comme tresser des fruits
2 réponses à ce commentaire.
Note : 1
On sent à quel point à travers ces interview comment il a marqué les gens qui l'ont rencontré.

On prend de la vibe avec toutes sortes de joueurs de nos jours, du Verratti, Bernardo Silva et j'en passes la liste est longue, mais un joueur comme Ronnie.. inégalable.
Dites surtout à la chèvre Zlatan que Ronaldinho a joué au PSG 10 ans avant lui...
il y a 1 heure Ronaldinho régale au beach soccer 5
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:55 Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 5 Hier à 09:16 Neymar claque un doublé contre la Juve 32 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 30
samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 7 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 24 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 10 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 14 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13