Laurent Gagnier : « Un mini-classico »

Après avoir roulé sa bosse et inscrit pas mal de buts en Ligue 2 (entre Nice, Niort et Sedan), puis tâté un peu de Ligue 1, Laurent Gagnier a signé au Red Star pour encadrer les jeunes audoniens. A la veille du match contre l'OM en Coupe au Stade de France, il évoque les ambitions de son club, et ses chances de qualification. Une chose est sûre, il y a un coup à faire et Laurent veut gagner.

4 1
Laurent ça représente quoi pour toi ce match de Coupe de France face à l'OM ?

C'est une formidable opportunité pour le club de jouer au Stade de France devant les caméras. Le Red Star était un grand club dans les années 80, 90, ça permet de redorer son blason. Et puis c'est une bonne occasion pour les jeunes de se montrer. Ça va être une très belle fête et on est heureux de participer à ça.

Pour le Red Star, s'approprier le Stade de France le temps d'un match, c'est bien non ?

Oui, surtout contre Marseille, le Red Star reste un club parisien et le petit poucet de région parisienne contre l'OM évidemment ça n'a rien à voir avec un PSG-OM, mais ça peut être un mini-classico. Ça va être sympa, je pense qu'il y aura une belle rivalité, le Red Star représente beaucoup dans la région. Donc même si avec Marseille il n'y a pas photo, ça sera une belle affiche.

Tu as déjà joué une finale de Coupe de France à Saint-Denis avec Sedan en 2005 (perdue 2-1 contre Auxerre), ça doit te rappeler des souvenirs ?

Oui pas forcément des bons souvenirs, parce qu'on avait pris un but à la dernière minute contre Auxerre ! Mais jouer au Stade de France, ça reste énorme. Depuis que le stade a été construit, c'est un peu le rêve de tout le monde. J'ai eu la chance d'y jouer une fois, c'est que du plaisir.

La qualification, tu y crois ?

Sur un match tout est possible, après on sait très bien que Marseille c'est un des plus grands clubs français, donc voila cela sera très dur. En plus notre objectif premier, c'est le maintien en National. Ça serait la cerise sur le gâteau. Ce match-là, c'est du bonus. On veut montrer qu'on peut ne pas être ridicules, après on va tout faire pour passer même si on a que 0,01% de chance. Ça serait un exploit extraordinaire pour le Red Star et pour les gens de la banlieue, du 9-3.

La priorité, ça reste donc le maintien en National ?

Oui, On a très mal commencé la saison avec beaucoup de défaites, puis à partir de novembre, décembre, on commençait enfin à jouer comme une équipe de National. Le problème, c'est qu'on a beaucoup de joueurs de ballon, mais avec des grosses lacunes tactiques. On travaille dessus, on a fait une grosse préparation pour les prochaines échéances en championnat, et ce match-là, on le jouera surtout avec le cœur et l'envie.

Parle-nous du Red Star, de l'équipe ?

Il y a pas mal de joueurs qui arrivent de CFA sans être passés par des centres de formation, donc la culture tactique ils ne l'ont pas. Ils doivent l'apprendre, c'est pour cela que le club a décidé de récupérer des joueurs plus anciens qui ont du vécu comme Steve Marlet, un joueur extraordinaire avec un grand passé, ou d'autres comme Allegro, Cérielo ou moi. Des joueurs avec de l'expérience, qui ont joué en Ligue 2 pour aider les jeunes à franchir un pallier tactiquement.

Ta mission avec les autres anciens, c'est un peu d'inculquer le professionnalisme à ces jeunes, de les guider ?

Exactement parce que dans l'équipe, il y a beaucoup de joueurs issus des quartiers qui sont très bons, qui ont tout à prouver mais j'insiste là-dessus, avec des grosses lacunes tactiques. On a de très bons joueurs mais ils doivent comprendre que le football, ça reste un métier; on se couche pas à n'importe quelle heure, on n'arrive pas en retard à l'entrainement. C'est pas comme jouer dans les cités. Ils se comportent parfois comme en bas des blocs quand ils font du 5-5. Ils sont très rapides, vifs, mais ont tendance à en faire un peu trop. Et puis quand on perd le ballon, ils ne vont pas savoir se replacer. Nous on doit leur faire comprendre que la discipline et la tactique, c'est primordial, et ils commencent à bien l'intégrer.

Le Red Star peut-il être le deuxième club parisien ?

Oui, c'est la mission du club. On sait que le Red Star a une bonne base populaire. Ça a été un grand club. Le projet du président, c'est de se maintenir cette année, puis de monter en Ligue 2 dans les deux, trois ans. Tout le monde connait le Red star, et pas mal de gens s'y identifient. Donc pour moi derrière le PSG, c'est le deuxième club d’île-de-France. Tout le 93 est derrière nous.

Propos recueillis par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 1