1. //
  2. //
  3. // Lille-Marseille

Laurent Bonnart : « Si j’étais Roberto Carlos, ça aurait été moins problématique »

Passé pendant deux ans au LOSC et latéral droit de la dernière période dorée de l’Olympique de Marseille, Laurent Bonnart est aujourd’hui fraîchement sorti de sa carrière de footballeur professionnel pour être un papa poule. Il était l’homme à avoir avant ce Lille-OM. Entretien Nord-Sud.

Modififié
Salut Laurent ! Qu’est-ce que tu deviens ?
Déjà, je suis père de famille, et je peux te dire que ça prend du temps (rires) ! Sinon, je suis toujours basé sur Châteauroux, mon dernier club. En fait, on a décidé de rester là avec mon épouse pour permettre une stabilité à mes filles, elles sont scolarisées ici. Derrière ça, vu que je reste assez proche de Paris, j’ai pu m’orienter vers les médias. En ce moment, je suis sur les émissions régulières d’Infosport, Le Talk et Le Journal du Foot. C’est du travail en semaine, et parfois le week-end pour des débriefs ou des avant-matchs, en tant que consultant. Quand tu viens d'arrêter, tu es encore bien connecté au terrain. Discuter avec des mecs que tu as côtoyés, c'est plus simple pour des discussions copain-copain.

Tu parlais aussi de te mettre au triathlon, ça avance ?
C’est vrai que j’ai toujours une grosse attirance pour ce sport. Là-dedans, il te faut bien cinq jours d’entraînement par semaine. C’est une activité où tu t’entraînes beaucoup, plus que tu ne fais des compétitions, et niveau timing, c’est compliqué de s’y mettre. Ma femme vient de reprendre le travail, donc j’ai les petites à garder et j’y trouve aussi beaucoup de plaisir. Le triathlon, ce sera pour plus tard. Là, je me mets bien au tennis.

En club ?
Oui, pour apprendre les bases, les techniques de frappe, la gestuelle. Je m’entraîne une fois par semaine et je fais de la compétition, parce que mine de rien, tu ressens ce manque quand tu as fait ça toute ta carrière. J’aimerais pouvoir toucher à beaucoup de sports, mais c’est le temps qui manque. Un jour, ça dure 24 heures ! J’ai eu mes enfants assez tard, et ça prend une place énorme. Quand tu t’en occupes, tes journées filent à une vitesse dingue.


Revenons sur ton parcours. Tu signes à Marseille en 2007, et même après avoir fait tes preuves au Mans, tu arrives en tant que remplaçant. Comment se passe ton intégration à l’équipe ?
À ce moment, je vois ça comme la situation la plus idéale possible. Vu que j’arrive en tant que doublure, je suis dans l’ombre. Les gens me voient arriver, ils se disent : « C’est qui Laurent Bonnart ? Ah, un mec du Mans. Ouais bon, je ne connais pas trop... » Du coup, les attentes sur moi ne sont pas énormes. Et quand tu arrives dans un club comme Marseille où tu es vite épié, c’est une vraie force. Donc je me suis contenté de faire ce que je savais, sans pression. Au deuxième match, Emon me fait confiance et Habib Beye part quelques jours plus tard à Newcastle. À partir de là, j’ai saisi ma chance.

« Il nous fallait un patron, capable de remettre en question tous les joueurs. C’était une remise en cause collective à faire, du management. Albert Emon, c’est un mec super, mais pour le coup, le groupe ne lui correspondait pas. »

Mais tu étais arrière gauche... Tu avais déjà fait tes preuves en tant que latéral droit ?
Bah non, pas vraiment (rires) ! Je devais être là pour dépanner Taïwo, mais ensuite, on s’est rendu compte que je pouvais faire l’affaire. Lui à gauche et moi à droite, on était assez complémentaires. José Anigo m’avait repéré, il voyait que je faisais de bons matchs à chaque fois que l’OM jouait contre nous. Depuis tout petit, j’avais l’habitude de m’entraîner sur mon deuxième pied, parce que ça peut toujours servir. Avec le travail, tu finis par progresser. Et au MUC, je m’étais tellement habitué que j’ai fini par rester à gauche ! Mais bon, vu que je suis droitier...

L’OM est dix-neuvième du championnat fin septembre, Robert Louis-Dreyfus voit son état s’aggraver, c’est déjà la crise à l’OM... À ce moment-là, tu te poses des questions sur ce choix de carrière ?
Quand j’arrive, je sais que j’embarque dans une grosse machine. Clairement, je ne m’attendais pas à ce que l’on soit autant en difficulté. Mais quand tu es en interne, tu comprends les raisons de ce début raté.


C’est-à-dire ?
On avait des mecs de qualité. Samir Nasri, Djibril Cissé, Mamadou Niang... Mais à un moment donné, il y avait une certaine suffisance de la part des joueurs, une autogestion. Et quand tu es trop tranquille, ce n’est pas bon. Parfois, il faut savoir taper du poing sur la table. C’était ce dont l’OM avait besoin. En clair, il nous fallait un patron, capable de remettre en question tous les joueurs. C’était une remise en cause collective à faire, du management. Albert Emon, c’est un mec super, mais pour le coup, le groupe ne lui correspondait pas.


Qu’est-ce que tu retiens de Gerets ?
Ah lala, j’ai adoré. On était un groupe avec de la qualité, il y avait des choses à régler tactiquement et il était là pour le faire. Mais de Gerets, je retiens surtout l’homme. Dans un groupe, il y a toujours des déçus, des mecs qui vont moins jouer. Lui, il est arrivé à emmener pendant deux ans un groupe et à le souder, le rendre fort. Il était franc, loyal. Quand il nous engueulait, il y allait, mais il aimait ce groupe, il aimait ses joueurs. Chaque joueur le lui rendait en s’investissant à fond, et c’est ce qui nous donnait des résultats. On jouait bien, très bien même.

« L’équipe nationale, je ne pouvais pas y penser. Les sélections que je connaissais plus jeune, c’étaient les détections régionales. »

Tu parlais d’engueulades. Y avait eu de bons accrochages avec Ziani ou Ben Arfa...
C’était des super joueurs, encore une fois. Après, pour les canaliser, il faut toujours parler d’un projet collectif et éviter de parler d’eux. Le fil conducteur, ce doit être l’équipe, comment elle doit jouer, comment réussir ensemble. Les joueurs doivent entrer dans cette logique. Hatem, c’était un personnage à part. Au-delà du joueur, il y a l’insouciance. Et c’est ce qui faisait aussi sa force. Il ne faut pas le voir comme un fauteur de trouble. C’est juste qu’on en fait toujours des caisses avec lui parce que c’est un joueur dans lequel on place beaucoup d’attentes. La moindre erreur qu’il fait, elle est amplifiée chaque fois. Je considérerai toujours Hatem comme un gamin capable de te faire rêver sur un terrain de foot. Il manque parfois d’un peu de conscience, mais c’est aussi ce qui fait son charme.

Tu deviens une référence au poste après ta première saison à l’OM, nommé meilleur arrière droit de Ligue 1 en 2007-2008. Est-ce que tu as pensé un moment à l’équipe de France ?
Quand je connais mon parcours, issu de la Ligue 2, puis monté en Ligue 1, j’avais déjà un challenge à Marseille. Une fois titulaire, je voulais surtout que ça continue. Jouer au Vélodrome, jouer la Ligue des champions, c’est déjà dingue. L’équipe nationale, je ne pouvais pas y penser. Les sélections que je connaissais plus jeune, c’étaient les détections régionales. Alors oui, quand tu es nommé meilleur arrière droit de Ligue 1, c’est flatteur. Mais à aucun moment, cette distinction ne devait faire accéder à l’équipe de France. Il y avait Sagnol, Sagna... Bon, je ne devais pas être loin, c’est vrai. Mais je ne peux pas vraiment me plaindre, ma carrière est déjà pleine. En tout cas, j’aurais été honoré de porter ce maillot. Ce doit être extraordinaire...


Ton départ de l’OM s’est fait parce que « ça puait » pour toi. Tu t’es senti pris pour un con par la direction ?
En clair, le timing de la dernière année n’avait pas été bon au moment de signer ma prolongation. Les dirigeants reçoivent mon agent au mois de novembre, il me reste encore sept mois de contrat. Là, ils vantent mon apport au sein du club, se disent prêts à faire une proposition sous quinze jours. Moi, sur le coup, j’étais content, prêt à signer. Mais quand, en mars, tu ne trouves toujours pas une proposition de contrat sur la table, tu te poses des questions. Si tu es libre d’ici trois mois et que tu continues à jouer, tu prends de vrais risques. Donc à partir de ce moment, je me suis mis en tête que j’allais partir. Début avril, Marseille me fait une proposition. Sans faire la fine bouche, ils se foutaient de moi. Ce n’était pas une question de courir après l’argent, mais voilà, tu es payé en conséquence de ton apport. La saison se terminait, on allait être champions de France, mais je ne voulais plus jouer. Je n’avais plus envie de travailler avec ces gens-là, le vent était en train de tourner. En fin de championnat, je reçois une dernière proposition qui était plus dans les clous, mais j’avais déjà tourné la page. C’était une question de principe.

« Je travaillais à fond, je voulais jouer, mais ce n’était pas suffisant. Quand tu fais ce métier-là, tu ne peux pas te contenter d’être sur le banc. T’es solidaire avec les gars dans le vestiaire, mais tu souhaites plus. »

T’as pu profiter du titre, quand même ?
(Silence) C’était sympa, j’étais heureux et fier, oui. Mais partir là-dessus, ça laisse une dernière note dégoûtante. Au mois de février, Andrade avait déjà signé sa prolongation. Sans lui faire offense, c’était notre deuxième gardien. Donc je suis allé voir la direction pour des explications. Ils m’ont dit qu'avec lui, c’était plus simple... Ah bon ! Pourtant, je ne pense pas avoir été le dossier le plus compliqué. C’est dommage, mais ça s'est terminé comme ça.


Lille, c’est une autre histoire... Tu reviens en Ligue 1 après être descendu avec Monaco en Ligue 2. C’était quoi, l’objectif ?
Retrouver du plaisir avant tout. J’avais déjà eu des contacts avec Rudi Garcia l’année où je signe à Monaco. Malheureusement, ça ne s’est pas fait. J’arrive l’année suivante, le groupe est champion de France. Et là, forcément, il faut aussi faire avec la concurrence déjà en place. C’est compliqué. J’aurais aimé pouvoir m’exprimer un peu plus sur le terrain, mais ce n’était pas possible. Je travaillais à fond, je voulais jouer, mais ce n’était pas suffisant. Quand tu fais ce métier-là, tu ne peux pas te contenter d’être sur le banc. T’es solidaire avec les gars dans le vestiaire, mais tu souhaites plus.


Avec le recul, la marche n’était-elle pas trop haute ?
Je voulais tenter l’expérience et en un an, je n’avais pas perdu tout mon football. Et puis bon, Lille m’avait aussi ouvert ses portes, hein, de mon côté j’ai simplement accepté leur proposition. Il y avait du monde aux postes concernés : Mathieu Debuchy, Franck Béria, Lucas Digne... Si j’étais Roberto Carlos, ça aurait été moins problématique. Il fallait prendre son mal en patience et se dire que ça allait finir par payer. Mais quand tu pars à 19 joueurs en déplacement, et que tu te retrouves à regarder le match en tribunes, c’est pas très bon signe.

En deux ans, tu as dû voir comment marchait le club. Bielsa à Lille, ça va matcher d'après toi ?
Bielsa, c’est une forte personnalité et à Lille, on est dans un cadre où les gens travaillent de façon très tranquille et posée, avec une certaine ambition. Il peut apporter une grinta qu’il manque et qui pourrait faire beaucoup de bien. J’y étais au moment où il y avait une génération exceptionnelle, mais, dans sa globalité, Lille est un club un peu trop policé. Là, j’ai été surpris de leur recrutement massif cet hiver. On a vu le bon travail de Bielsa à Marseille, il est capable de faire pareil à Lille, ça peut réchauffer le stade. Parce que bon, ce n’est pas non plus le public lensois, hein.

En vérité, il ne te manque qu’une expérience à l’étranger. Dans l’idée, où est-ce que tu aurais aimé jouer ?
Ah, il me manque aussi quelques buts (rires) ! En tout cas à la fin de l’OM, mon premier souhait était de partir à l’étranger. L’Angleterre, l’Espagne, l’Allemagne... Je n’avais pas de préférence à vrai dire. C’était une envie, mais dans la vie, on ne peut pas tout avoir.



Propos recueillis par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

un mec derrière son PC Niveau : Ligue 1
Que de bons souvenirs avec ce joueur! Comme il le dit pas grand monde ne le connaissait avant son arrivée, et il nous sort des saisons de patron, Ligue des Champions inclus!
Malheureusement, encore un joueur qui a du quitter le club à cause de la qualité des dirigeants
C'est fou la schizophrénie des dirigeant passé par L'OM, capable de te trouver de super joueurs pas cher et de faire n'importe quoi avec leurs contrats et leurs gestions ensuite
On sait pas trop qui tirait les ficelles à l'époque entre Anigo, Dassier et Labrune... toujours est-il que les premiers mois après Bonnart étaient compliquées entre Azpilicueta pas prêt pour la L1, Kabore trimballé arrière droit de fortune et Fanni qui arrive en décembre, heureusement que Fanni et Azpi après sa blessure ont fait du très bon boulot...

Et puis ça a permis à Labrune de vendre Azpilicueta pour 8M€ à Chelsea
Azpilicueta
22 ans
8M€
Chelsea
Aucun bénéfice sur lui

Plus que schizophréniques, ils étaient juste incompétents et ils osaient se pavaner partout, et se tirer assez dans les pattes pour nuire au club.
Ce commentaire a été modifié.
un mec derrière son PC Niveau : Ligue 1
Anigo s'occupait de recruter un max de joueurs pas trop cher en croisant les doigts pour qu'ils sachent jouer un minimum, Dassier s'occupait d'aligner les zéros sur les chèques et Labrune s'occupait de son brushing avant de passer devant les caméras, c'était à peu près ça je crois.

Sinon j'ai pas utilisé le mot incompétent car des incompétents n'auraient sûrement pas réussi a faire signer autant de bons joueurs (Azpi, Bonnart, Valbuena, Mandanda, Nkoulou, Taiwo, Niang, Cheyrou, Diawara, Cissé, Civeli, Cana...) sans se ruiner. Mais malgré toutes ces bonnes arrivées, certains sont parti libres ou vendu une misère, d'autres ont été mal utilisé/gérés...

Et puis pour toutes ces bonnes affaires, il y aura aussi pas mal de ratés (Grandin, Samassa, Granic, Zubar...)
De mon point de vue, c'est la période à partir de 2011 que je considère pavée d'incompétence, même si j'exagère en utilisant ce terme. Le point déclencheur, c'est Dassier qui fait une interview au CFC pour dire que Heinze est trop gourmand en salaire, qu'il est hors de question de le prolonger, alors que le club est à la lutte avec le LOSC (et Rennes) pour le titre, et que l'année d'après Morel signe comme si c'était R. Carlos et Heinze divise son salaire par 10 en signant à Rome. J'ai vraiment cru que Labrune avait trouvé un virage crédible pour le club en signant Bielsa après un mercato à signer des jeunes, alors imagine ma déception quand l'été suivant je vois 15 joueurs signer en prêt et Michel présenté comme fervent défenseur du beau jeu.

Durant son mandat, Diouf avait au moins réussi à mettre un peu d'ordre et à construire quelque chose sur le long terme, avec des réussites et des ratés (souvent liés à des histoires d'agent), à part l'affaire Ribéry qu'il a très bien géré et l'interview de RLD qui attaque Gerets j'ai pas mémoire d'un bordel immense non plus.
un mec derrière son PC Niveau : Ligue 1
Note : 2
Ah oui je suis d'accord avec toi sur la période post-Diouf, les triples primes de Dassier, les revalorisations de contrat tous les 6 mois, les énormes transferts et gros salaires pas toujours justifiés, on s'en relève que maintenant.
Pourvu que le nouveau projet se passe bien
Ce commentaire a été modifié.
Je suis d'accord avec toi sur le niveau de Bonnart, qui a été dans les meilleurs arrières latéraux de ligue 1 au moins 3-4 ans.

Par contre, je suis persuadé que l'OM l'a laissé partir au bon moment et qu'on aurait peut-être pas gardé une aussi bonne image de lui si il était resté.
A Monaco c'était très moyen et je crois qu'ils descendent cette année là, à Lille il a très peu joué et était mauvais quand il en a eu l'occasion, à Ajaccio il ne s'est pas imposé non plus même si il avait au moins 33 ans...
C'est facile de parler après, mais j'ai le sentiment a eu raison de le faire partir à l'époque. Après par qui ils l'ont remplacé, c'est une autre histoire.

En fait il me fait penser à Hengbart et Bedimo. Je ne connais pas les raisons pour Bonnart et Bedimo, mais ils ont eu le même genre de trajectoire avec à la fin une grosse voir énorme chute physique en très peu de temps, qui les a fait passer en un an de "bon en LDC" à "mauvais en ligue 1".

Bref aje pense que c'est mieux pour les supps marseillais d'avoir gardé l'image du Bonnart de 2009 que de celui de 2012.
5 réponses à ce commentaire.
Concernant Lolo Bonnart, que des bons souvenirs le concernant, un exemple de régularité, de professionnalisme et de remise en question permanente (3 ans à l'OM avec pour seule concurrence Kabore et Tyrone Mears pendant 6 mois, certains prennent la grosse tête pour moins que ça), il a été plus que crédibilisé à son poste en dégoûtant Quaresma un soir de novembre contre Porto, et son pic est l'effort supplémentaire qu'il fournit contre Rennes en 2010 pour envoyer la balle à Valbuena, Douchez la renvoie sur Niang et vous connaissez la suite.

Un bon gars sans doute victime de l'environnement malsain du club à l'époque et des guerres d'ego.
Jean-Michel Footix Niveau : DHR
C'est exactement ce match qui apparaît quand je pense à Laurent Bonnart. Le Marseille - Porto où tu as Quaresma qui se fait manger sur une aile, change, Bonnart le suit et lui colle la même de l'autre côté. Dans mon esprit, il avait vraiment passé un cap lors de ce match.
J'avais rarement vu un mec aussi technique que Quaresma se faire humilier comme ça. Bonnart c'est (dans la catégorie des joueurs du dimanche) le mec qui paye pas de mine avec son short bien remonté, ses petites frisettes et ses chaussures noires sans saveurs. Finalement tu ne vois jamais la balle et tu te fais mettre à l'amende.

Pour le coup, c'était un bon latéral qui montait bien et qui savait adresser des centres. Hein Bakary ?
Quelques extraits à la toute fin de la vidéo pour ceux qui ne se souviendraient pas de ce match mémorable de Lolo:
https://www.youtube.com/watch?v=YNKlsfJiKCs

J'avais complètement oublié ce tacle absolument dingue sur Lisandro aussi !
Merci pr la video! Effectivement il lui fait la misere a Quaresma.

Quel jouer cetait, un vrai pro...

Ya des decisions de l'OM qui meritent detre eclaircis a cette periode la...
Ca me manque un peu des joueurs comme ça à l'OM. Des comme lui, comme Cheyrou ou Pagis. Jamais un mot plus que haut l'autre, hyper pros et vraiment la définition incarnée du joueur au service de l'équipe.
Sakai est un peu dans cette veine la...
Vainqueur aussi.
Merci les gars je pensais aussi à ce fameux match contre Porto (décidément il nous a marqué ce soir là) ... Ah Pape Diouf dans sa présentation des recrutements de capitaines ( Bonnart Cheyrou , Cana ? ) il y avait quand même de la cohérence. Mais pour revenir à Lolo Bonnart, quel plaisir et fierté d avoir eu ce joueur qui "mouillait" le maillot, un vrai de vrai....
7 réponses à ce commentaire.
Il ne m'a jamais déçu ce joueur lorsqu'il était à l'OM... Après, il arrivait certes en tant que doublure, mais on savait que c'était un bon joueur de L1. C'est d'ailleurs absolument nécessaire d'avoir des joueurs de ce type dans les équipes qui ont des ambitions dans le championnat.

Je n'ai pas le souvenir (mais le temps passant la mémoire peut être défaillante) d'avoir vu des différences de niveau significatives d'un match à l'autre. J'ai le souvenir d'un bon joueur ayant toujours fait le travail correctement et se défonçant pour l'équipe.

Après, je peux comprendre qu'il ait mal pris que Andrade ait été prolongé avant lui mais le gardien ne prétendait sans doute pas au même niveau de salaire que lui et n'avait pas la même importance que lui dans l'effectif.

Bref, ça fait plaisir d'avoir des nouvelles de ce joueur !
Ce commentaire a été modifié.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Note : 1
D'accord avec vous, c'était vraiment un joueur sympa.
Pas un Cafu en puissance, mais un niveau vraiment bon, une grosse humilité et une certaine simplicité.
Je suis pas supporter de l'OM mais moi aussi j'ai de bons souvenirs de ce joueur.

Un peu une sorte de Jallet, en somme.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Là ça me fait penser à cette vieille expression entre potes " ça, c'est bonnard" .
Je sais pas si elle est encore utilisée.
Si si, dans ma nouvelle boîte, moyenne d'âge en dehors de ma personne: 50 balais
1 réponse à ce commentaire.
AlvaradoRecoba Niveau : DHR
Je suis du meme avis que vous sur Bonnart, pas mauvais di tout..

Sur une des photos de l'article, j'arrivais meme plus à savoor qui était le metisse a ses côtés..

Grandin waouuh, quelqu'un sait ce qu'il devient ??
Natalika
Tu veux trouver une fille pour la nuit? Bienvenue sur le meilleur site de rencontres https://goo.gl/xFBHdU
C'est vraiment le genre de joueur à qui on a envie de simplement dire merci pour tout, le mec où qu'il joue il fait le boulot et il le fait bien.
Personne n'a rien à lui reprocher, et pour autant ce n'est pas le mec qu'on oublie dès qu'il est parti, il laisse de bons souvenirs.
C'est avec des mecs comme ça qu'on peut construire des équipes sur la durée !
Maximilien de Robespierre Niveau : Loisir
Quand on évoque Laurent Bonnart, je me rappelle d'un joueur arrivé sur la pointe des pieds à l'OM, et qui s'est révélé irréprochable et indiscuté pendant 3 saisons pleines. D'ailleurs, on priait à l'époque pour qu'il ne se blesse pas (ce qui arrivera pendant plusieurs semaines lors de la saison 2008-2009)

Dommage qu'il y ait eu cette fin en eau de boudin, mais guère étonnant quand on connait l'incompétence de Dassier. Ceci dit, il a été bien remplacé, Azpi (après un temps d'adaptation ) et Fanni (à l'époque où il ne trainait pas de caravane double-essieu) ayant pris la succession efficacement.

Plus globalement, j'aimais beaucoup cet OM de la fin des années 2000, ça jouait bien au foot (même s'il m'arriver de rager à cause des occasions vendangées et d'une certaine naïveté tactique) et les joueurs étaient attachants. Je garde toujours un souvenir ému de joueurs comme Mandanda, Carrasso, Taiwo, Bonnart, Cana, Cheyrou, Zenden, Pagis, Maoulida, Niang ou Cissé...
Hier à 14:45 Sergio Ramos acrobate en vacances 4 Hier à 13:31 Pogba marque en dabant 42 Hier à 13:11 Le central de Kansas met une bicyclette 4 Hier à 09:33 Crivelli à Angers 13
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
samedi 24 juin City remporte le derby de New York 8
samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 18 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31