En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-Marseille

Laurent Bonnart : « Si j’étais Roberto Carlos, ça aurait été moins problématique »

Passé pendant deux ans au LOSC et latéral droit de la dernière période dorée de l’Olympique de Marseille, Laurent Bonnart est aujourd’hui fraîchement sorti de sa carrière de footballeur professionnel pour être un papa poule. Il était l’homme à avoir avant ce Lille-OM. Entretien Nord-Sud.

Modififié

Salut Laurent ! Qu’est-ce que tu deviens ?
Déjà, je suis père de famille, et je peux te dire que ça prend du temps (rires) ! Sinon, je suis toujours basé sur Châteauroux, mon dernier club. En fait, on a décidé de rester là avec mon épouse pour permettre une stabilité à mes filles, elles sont scolarisées ici. Derrière ça, vu que je reste assez proche de Paris, j’ai pu m’orienter vers les médias. En ce moment, je suis sur les émissions régulières d’Infosport, Le Talk et Le Journal du Foot. C’est du travail en semaine, et parfois le week-end pour des débriefs ou des avant-matchs, en tant que consultant. Quand tu viens d'arrêter, tu es encore bien connecté au terrain. Discuter avec des mecs que tu as côtoyés, c'est plus simple pour des discussions copain-copain.

Tu parlais aussi de te mettre au triathlon, ça avance ?
C’est vrai que j’ai toujours une grosse attirance pour ce sport. Là-dedans, il te faut bien cinq jours d’entraînement par semaine. C’est une activité où tu t’entraînes beaucoup, plus que tu ne fais des compétitions, et niveau timing, c’est compliqué de s’y mettre. Ma femme vient de reprendre le travail, donc j’ai les petites à garder et j’y trouve aussi beaucoup de plaisir. Le triathlon, ce sera pour plus tard. Là, je me mets bien au tennis.

En club ?
Oui, pour apprendre les bases, les techniques de frappe, la gestuelle. Je m’entraîne une fois par semaine et je fais de la compétition, parce que mine de rien, tu ressens ce manque quand tu as fait ça toute ta carrière. J’aimerais pouvoir toucher à beaucoup de sports, mais c’est le temps qui manque. Un jour, ça dure 24 heures ! J’ai eu mes enfants assez tard, et ça prend une place énorme. Quand tu t’en occupes, tes journées filent à une vitesse dingue.


Revenons sur ton parcours. Tu signes à Marseille en 2007, et même après avoir fait tes preuves au Mans, tu arrives en tant que remplaçant. Comment se passe ton intégration à l’équipe ?
À ce moment, je vois ça comme la situation la plus idéale possible. Vu que j’arrive en tant que doublure, je suis dans l’ombre. Les gens me voient arriver, ils se disent : « C’est qui Laurent Bonnart ? Ah, un mec du Mans. Ouais bon, je ne connais pas trop... » Du coup, les attentes sur moi ne sont pas énormes. Et quand tu arrives dans un club comme Marseille où tu es vite épié, c’est une vraie force. Donc je me suis contenté de faire ce que je savais, sans pression. Au deuxième match, Emon me fait confiance et Habib Beye part quelques jours plus tard à Newcastle. À partir de là, j’ai saisi ma chance.

« Il nous fallait un patron, capable de remettre en question tous les joueurs. C’était une remise en cause collective à faire, du management. Albert Emon, c’est un mec super, mais pour le coup, le groupe ne lui correspondait pas. »

Mais tu étais arrière gauche... Tu avais déjà fait tes preuves en tant que latéral droit ?
Bah non, pas vraiment (rires) ! Je devais être là pour dépanner Taïwo, mais ensuite, on s’est rendu compte que je pouvais faire l’affaire. Lui à gauche et moi à droite, on était assez complémentaires. José Anigo m’avait repéré, il voyait que je faisais de bons matchs à chaque fois que l’OM jouait contre nous. Depuis tout petit, j’avais l’habitude de m’entraîner sur mon deuxième pied, parce que ça peut toujours servir. Avec le travail, tu finis par progresser. Et au MUC, je m’étais tellement habitué que j’ai fini par rester à gauche ! Mais bon, vu que je suis droitier...

L’OM est dix-neuvième du championnat fin septembre, Robert Louis-Dreyfus voit son état s’aggraver, c’est déjà la crise à l’OM... À ce moment-là, tu te poses des questions sur ce choix de carrière ?
Quand j’arrive, je sais que j’embarque dans une grosse machine. Clairement, je ne m’attendais pas à ce que l’on soit autant en difficulté. Mais quand tu es en interne, tu comprends les raisons de ce début raté.


C’est-à-dire ?
On avait des mecs de qualité. Samir Nasri, Djibril Cissé, Mamadou Niang... Mais à un moment donné, il y avait une certaine suffisance de la part des joueurs, une autogestion. Et quand tu es trop tranquille, ce n’est pas bon. Parfois, il faut savoir taper du poing sur la table. C’était ce dont l’OM avait besoin. En clair, il nous fallait un patron, capable de remettre en question tous les joueurs. C’était une remise en cause collective à faire, du management. Albert Emon, c’est un mec super, mais pour le coup, le groupe ne lui correspondait pas.


Qu’est-ce que tu retiens de Gerets ?
Ah lala, j’ai adoré. On était un groupe avec de la qualité, il y avait des choses à régler tactiquement et il était là pour le faire. Mais de Gerets, je retiens surtout l’homme. Dans un groupe, il y a toujours des déçus, des mecs qui vont moins jouer. Lui, il est arrivé à emmener pendant deux ans un groupe et à le souder, le rendre fort. Il était franc, loyal. Quand il nous engueulait, il y allait, mais il aimait ce groupe, il aimait ses joueurs. Chaque joueur le lui rendait en s’investissant à fond, et c’est ce qui nous donnait des résultats. On jouait bien, très bien même.

« L’équipe nationale, je ne pouvais pas y penser. Les sélections que je connaissais plus jeune, c’étaient les détections régionales. »

Tu parlais d’engueulades. Y avait eu de bons accrochages avec Ziani ou Ben Arfa...
C’était des super joueurs, encore une fois. Après, pour les canaliser, il faut toujours parler d’un projet collectif et éviter de parler d’eux. Le fil conducteur, ce doit être l’équipe, comment elle doit jouer, comment réussir ensemble. Les joueurs doivent entrer dans cette logique. Hatem, c’était un personnage à part. Au-delà du joueur, il y a l’insouciance. Et c’est ce qui faisait aussi sa force. Il ne faut pas le voir comme un fauteur de trouble. C’est juste qu’on en fait toujours des caisses avec lui parce que c’est un joueur dans lequel on place beaucoup d’attentes. La moindre erreur qu’il fait, elle est amplifiée chaque fois. Je considérerai toujours Hatem comme un gamin capable de te faire rêver sur un terrain de foot. Il manque parfois d’un peu de conscience, mais c’est aussi ce qui fait son charme.

Tu deviens une référence au poste après ta première saison à l’OM, nommé meilleur arrière droit de Ligue 1 en 2007-2008. Est-ce que tu as pensé un moment à l’équipe de France ?
Quand je connais mon parcours, issu de la Ligue 2, puis monté en Ligue 1, j’avais déjà un challenge à Marseille. Une fois titulaire, je voulais surtout que ça continue. Jouer au Vélodrome, jouer la Ligue des champions, c’est déjà dingue. L’équipe nationale, je ne pouvais pas y penser. Les sélections que je connaissais plus jeune, c’étaient les détections régionales. Alors oui, quand tu es nommé meilleur arrière droit de Ligue 1, c’est flatteur. Mais à aucun moment, cette distinction ne devait faire accéder à l’équipe de France. Il y avait Sagnol, Sagna... Bon, je ne devais pas être loin, c’est vrai. Mais je ne peux pas vraiment me plaindre, ma carrière est déjà pleine. En tout cas, j’aurais été honoré de porter ce maillot. Ce doit être extraordinaire...


Ton départ de l’OM s’est fait parce que « ça puait » pour toi. Tu t’es senti pris pour un con par la direction ?
En clair, le timing de la dernière année n’avait pas été bon au moment de signer ma prolongation. Les dirigeants reçoivent mon agent au mois de novembre, il me reste encore sept mois de contrat. Là, ils vantent mon apport au sein du club, se disent prêts à faire une proposition sous quinze jours. Moi, sur le coup, j’étais content, prêt à signer. Mais quand, en mars, tu ne trouves toujours pas une proposition de contrat sur la table, tu te poses des questions. Si tu es libre d’ici trois mois et que tu continues à jouer, tu prends de vrais risques. Donc à partir de ce moment, je me suis mis en tête que j’allais partir. Début avril, Marseille me fait une proposition. Sans faire la fine bouche, ils se foutaient de moi. Ce n’était pas une question de courir après l’argent, mais voilà, tu es payé en conséquence de ton apport. La saison se terminait, on allait être champions de France, mais je ne voulais plus jouer. Je n’avais plus envie de travailler avec ces gens-là, le vent était en train de tourner. En fin de championnat, je reçois une dernière proposition qui était plus dans les clous, mais j’avais déjà tourné la page. C’était une question de principe.

« Je travaillais à fond, je voulais jouer, mais ce n’était pas suffisant. Quand tu fais ce métier-là, tu ne peux pas te contenter d’être sur le banc. T’es solidaire avec les gars dans le vestiaire, mais tu souhaites plus. »

T’as pu profiter du titre, quand même ?
(Silence) C’était sympa, j’étais heureux et fier, oui. Mais partir là-dessus, ça laisse une dernière note dégoûtante. Au mois de février, Andrade avait déjà signé sa prolongation. Sans lui faire offense, c’était notre deuxième gardien. Donc je suis allé voir la direction pour des explications. Ils m’ont dit qu'avec lui, c’était plus simple... Ah bon ! Pourtant, je ne pense pas avoir été le dossier le plus compliqué. C’est dommage, mais ça s'est terminé comme ça.


Lille, c’est une autre histoire... Tu reviens en Ligue 1 après être descendu avec Monaco en Ligue 2. C’était quoi, l’objectif ?
Retrouver du plaisir avant tout. J’avais déjà eu des contacts avec Rudi Garcia l’année où je signe à Monaco. Malheureusement, ça ne s’est pas fait. J’arrive l’année suivante, le groupe est champion de France. Et là, forcément, il faut aussi faire avec la concurrence déjà en place. C’est compliqué. J’aurais aimé pouvoir m’exprimer un peu plus sur le terrain, mais ce n’était pas possible. Je travaillais à fond, je voulais jouer, mais ce n’était pas suffisant. Quand tu fais ce métier-là, tu ne peux pas te contenter d’être sur le banc. T’es solidaire avec les gars dans le vestiaire, mais tu souhaites plus.


Avec le recul, la marche n’était-elle pas trop haute ?
Je voulais tenter l’expérience et en un an, je n’avais pas perdu tout mon football. Et puis bon, Lille m’avait aussi ouvert ses portes, hein, de mon côté j’ai simplement accepté leur proposition. Il y avait du monde aux postes concernés : Mathieu Debuchy, Franck Béria, Lucas Digne... Si j’étais Roberto Carlos, ça aurait été moins problématique. Il fallait prendre son mal en patience et se dire que ça allait finir par payer. Mais quand tu pars à 19 joueurs en déplacement, et que tu te retrouves à regarder le match en tribunes, c’est pas très bon signe.

En deux ans, tu as dû voir comment marchait le club. Bielsa à Lille, ça va matcher d'après toi ?
Bielsa, c’est une forte personnalité et à Lille, on est dans un cadre où les gens travaillent de façon très tranquille et posée, avec une certaine ambition. Il peut apporter une grinta qu’il manque et qui pourrait faire beaucoup de bien. J’y étais au moment où il y avait une génération exceptionnelle, mais, dans sa globalité, Lille est un club un peu trop policé. Là, j’ai été surpris de leur recrutement massif cet hiver. On a vu le bon travail de Bielsa à Marseille, il est capable de faire pareil à Lille, ça peut réchauffer le stade. Parce que bon, ce n’est pas non plus le public lensois, hein.

En vérité, il ne te manque qu’une expérience à l’étranger. Dans l’idée, où est-ce que tu aurais aimé jouer ?
Ah, il me manque aussi quelques buts (rires) ! En tout cas à la fin de l’OM, mon premier souhait était de partir à l’étranger. L’Angleterre, l’Espagne, l’Allemagne... Je n’avais pas de préférence à vrai dire. C’était une envie, mais dans la vie, on ne peut pas tout avoir.



Propos recueillis par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures 375€ à gagner avec Rennes-OM et Newcastle-Everton il y a 2 heures Le gros manqué d'Origi face à Leipzig 11
Hier à 11:38 Michel Mézy offre ses maillots pour sauver un club amateur 30
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:09 Le joli loupé de Kokorin en Russie 16 Hier à 09:02 L'étrange statue indienne de Maradona 19 lundi 11 décembre 115 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 11 décembre Heinze retrouve un banc en Argentine 11 lundi 11 décembre Le lob du milieu de terrain de Ronaldinho lors d'un match de charité 6
lundi 11 décembre Un supporter mexicain détruit sa télé après un penalty manqué 7 lundi 11 décembre Les Tigres sacrés pour la troisième fois de suite 4 samedi 9 décembre CR7 présente son Ballon d'or au Bernabéu 6 samedi 9 décembre Denílson fait le show dans un match de gala au Brésil 5 samedi 9 décembre 427€ à gagner avec OM & Manchester United - Manchester City samedi 9 décembre Jean-Marc Furlan debriefe son match en chanson 2 samedi 9 décembre Mavinga : « Les choix d'argent pour aller dans une ville de merde, ça ne m'intéresse pas » 20 vendredi 8 décembre Le maire de New York a proclamé « Andrea Pirlo Day » le 6 décembre 2017 14 vendredi 8 décembre Les supporters du MK Dons aident Hyde United à réparer sa pelouse 7 vendredi 8 décembre Changement d'horaire pour la Premier League en 2019 16 vendredi 8 décembre Rai nouveau directeur sportif de São Paulo 3 jeudi 7 décembre Le vrai Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 2e du Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 3e du Ballon d’or est... jeudi 7 décembre 380€ à gagner avec Rennes & Real Madrid - FC Séville jeudi 7 décembre Un hommage à Johnny dans les stades de France 19 jeudi 7 décembre François Ruffin en maillot de foot à l'Assemblée nationale 30 jeudi 7 décembre Leonardo quitte Antalyaspor 25 jeudi 7 décembre Independiente prend une petite option sur la Sudamericana 9 mercredi 6 décembre Rami chante du Johnny en conférence de presse 11 mercredi 6 décembre 106 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 6 décembre Drogba intègre la direction d'un club ivoirien 6 mercredi 6 décembre DERNIER JOUR : Un pari gratuit de 10€ + 100€ de CASH offerts chez Winamax mardi 5 décembre Un député propose de rencontrer ses électeurs autour d'un FIFA 23 mardi 5 décembre Un joueur paraguayen visé par un mandat d'arrêt international 26 mardi 5 décembre La FFF fait un don de 10 000 euros pour les Rohingyas 29 mardi 5 décembre Combien ça coûte de supporter les Bleus en Russie ? (via Brut Sport) mardi 5 décembre 619€ à gagner avec Liverpool, Séville, Porto & Shakhtar - Man City 1 lundi 4 décembre La technique infaillible de Ryan Bertrand pour gratter du temps 14 lundi 4 décembre Chapecoense retrouve la Copa Libertadores 8 dimanche 3 décembre Momo Sissoko signe au Mexique 6 dimanche 3 décembre Les Tigres encore en finale samedi 2 décembre Pascal Nouma en roue libre à la télé avant le derby d'Istanbul 9 samedi 2 décembre Un club de 8e division en 32e de Coupe de France 13 samedi 2 décembre Raquel Garrido taille la « Ligue 1 Castorama » 72 vendredi 1er décembre Tirage au sort censuré en Iran ? 35 vendredi 1er décembre Yann Lachuer nouveau coach de Créteil 7 vendredi 1er décembre Flamengo rejoint Independiente en finale de la Copa Sudamericana 3 vendredi 1er décembre Shandong Luneng : c'est fini pour Felix Magath 3 vendredi 1er décembre Seattle rejoint Toronto en finale de MLS 1 jeudi 30 novembre Bayal Sall a été forcé d'aller à l'Antwerp 19 jeudi 30 novembre 962€ à gagner avec Valence, Fiorentina & Istanbul BB 1 jeudi 30 novembre "Les synthétiques ont causé 200 cancers aux USA" (via Brut Sport) jeudi 30 novembre Hitler sur un tifo dans un derby soudanais 58 jeudi 30 novembre Un défenseur de Lanus envisage la retraite à 24 ans 34 jeudi 30 novembre Toronto est en finale de MLS 2 jeudi 30 novembre Messi et Cristiano Ronaldo dans Olive et Tom ? 42 jeudi 30 novembre Renato Sanches fait la passe à un sponsor 15 jeudi 30 novembre Jaap Stam inscrit les supporters de Reading sur la feuille de match 12 mercredi 29 novembre Un ramasseur de balle sauve un joueur en DH espagnole 13 mercredi 29 novembre Alexander Čeferin va donner 1% de son salaire à Common Goal 8 mercredi 29 novembre Villas-Boas va participer au Dakar 2018 15 mercredi 29 novembre Les horaires de la Ligue des champions changeront dès la saison prochaine 36 mercredi 29 novembre LE RÉCAP "CHAMPIONS LEAGUE" DE LA #SOFOOTLIGUE 15 mercredi 29 novembre Un guide de précaution pour les gays présents au Mondial 2018 36 mercredi 29 novembre Ce coup franc d’Ashley Young va vous rendre maboul 45 mercredi 29 novembre André Villas-Boas quitte Shanghai 29 mardi 28 novembre Un youtubeur devient sponsor maillot de Botafogo 19 mardi 28 novembre Roberto Carlos avoue que son coup franc improbable était dû au vent 58 mardi 28 novembre Mondial 2022 : Le Qatar présente le premier stade démontable 52 lundi 27 novembre Des T-shirts à l’effigie de Ratko Mladić en Serbie 62 lundi 27 novembre Géorgie : le Torpedo Koutaïssi arrache le titre au Dinamo Tbilissi 25 lundi 27 novembre 533€ à gagner avec Manchester City, Chelsea, Lyon & l'OM 1 lundi 27 novembre Le FK Željezničar peint ses ballons pour jouer dans la neige 7 lundi 27 novembre Énorme tifo lors du derby Bari-Foggia 20 lundi 27 novembre Les violences du Clásico tunisien laissent des traces 19 lundi 27 novembre Les supporters du Ponte Preta, relégué, envahissent le terrain 1 lundi 27 novembre Infantino « extrêmement ferme » contre le racisme au mondial 18 dimanche 26 novembre Quang Nam sacré champion du Viêt Nam 26 dimanche 26 novembre Un supporter file sa casquette au gardien 5 samedi 25 novembre Urawa Red Diamonds remporte la Ligue des champions asiatique 9 vendredi 24 novembre 390€ à gagner avec l'OM & la Real Sociedad vendredi 24 novembre Le tacle ridicule de Bonucci 50 vendredi 24 novembre Cantona déclare à nouveau son amour pour Pastore 67 jeudi 23 novembre OFFRE SPÉCIALE : 500€ de bonus offerts aux gros parieurs ! jeudi 23 novembre Mario Balotelli parodie Mario Kart 6 jeudi 23 novembre Le numéro 2 des ultras de Boca Juniors tué par balles 24 jeudi 23 novembre Craig Bellamy : « Le foot anglais est prêt à accepter l'homosexualité » 69 jeudi 23 novembre Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 37 mercredi 22 novembre Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 9 mercredi 22 novembre Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 21 mercredi 22 novembre 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 35 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 33 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8