Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Laurent Blanc, stop ou encore ?

Bien que quasi assuré du titre de champion, le Cévenol pourrait bien ne pas être prolongé en cas de défaite ce soir. Une situation précaire qui amène à s’interroger sur le vrai niveau de l’ancien sélectionneur tricolore.

Modififié

Pourquoi Laurent Blanc doit rester

La vie est une affaire de peu de choses. De minutes, de centimètres, de protège-tibias. De défaites. Si on connaissait Quinn Mallory, on pourrait voir dans un monde parallèle que le PSG est qualifié en demi-finales de la LdC après avoir tenu le 1-0 à Stamford Bridge et a arraché une timide victoire face aux Lyonnais dimanche dernier grâce à un pénalty de Cavani. Seulement, parfois, tout va de travers, Paris découvre la crise d’avril, son coach est montré du doigt, son avenir remis en question. Du calme. À trop vouloir trop vite, les dirigeants qataris ont déjà fait fuir Carlo Ancelotti, pourtant pas le dernier des peintres, parti chercher la tranquillité du côté de Madrid ; un comble. Et après s’être pris râteau sur râteau, ils ont dû se rabattre sur un type sans classe, tout en costume mal coupé, en touillettes, en mouche. Mais pas sans talent. Un homme qui a fait d’un Bordeaux 6e en 2006-2007 un dauphin l’année suivante, puis un champion de France. Un homme qui nous a fait aimer Yoann Gourcuff, et qui nous a fait croire que c’était lui la réponse. Un homme qui a marché sur l’Europe à l’hiver 2010, sortant premier d’un groupe comportant la Juventus et le Bayern sans perdre un match. Avec une charnière Planus-Ciani, ce qui n’est pas une mince affaire. Bordeaux et Blanc tombèrent ensuite bien bas, mais il ne faut pas négliger la responsabilité de la FFF dans l’histoire.

Son mandat à la tête de l'équipe de France ne fut pas non plus l’échec qu’on veut nous vendre. Avec près de 60% de victoires, il fait mieux que bien de ses prédécesseurs et que son successeur. Il n’y a pas de honte à tomber contre l’Espagne tenante du titre en quart de l’Euro. Même avec deux arrières droits titulaires. Un choix tactique que nombre de ses détracteurs ont ressorti après l’élimination face à Chelsea, avec ce remplacement Lucas/Marquinhos, pour arguer du fait que Blanc était un tacticien frileux. Mais non. C’est de la simple logique. Et Mourinho n’est pas un génie pour avoir fini avec trois attaquants alors qu’il devait marquer absolument un but. Ancelotti, encore lui, a bien sorti Isco et Di María pour Illarramendi et Casemiro, deux récupérateurs, après le but de Bale en finale de Copa del Rey. Et si Blanc avait eu un 6 à faire entrer, nul doute qu’il l’aurait fait, sauf que Rabiot, aussi talentueux fut-il, n’offre aucune garantie à ce niveau de compétition. Blanc fait tout simplement avec ce qu’il a, et très bien même. Son PSG offre un jeu bien plus attrayant que ses précédentes itérations et peut encore battre quelques records en Ligue 1. Le Français ne fait rêver personne, mais c’est un mariage de raison avec Paris, cet ancien laideron et nouvelle belle qui ne sait pas encore ce qu’il lui faut. Tout simplement un mec gentil, attentionné et aimant, qui ne risque pas de s’envoler aux premiers battements de cils dans la rue, qui saura faire des efforts pour continuer à lui plaire. Pas repartir avec un quatrième type en quatre ans. Ce qu’il faut, c’est de la stabilité. Pour grandir ensemble. Pour rêver plus grand.
(CAL)

Pourquoi Laurent Blanc doit partir

Laurent Blanc arrive au PSG un après-midi de juin 2013 sans parler de football. Là n'est pas la question. Il doit rassurer les supporters parisiens : Jean-Louis Gasset sera bien son adjoint et l'objectif sera de « trouver un équilibre entre bien jouer et gagner » . Pas plus, pas moins. Le temps passe, le PSG gagne des matchs, domine outrageusement la Ligue 1 avec des équipes types, des équipes bis, des équipes mixtes, balaye son groupe de Ligue des champions et Laurent Blanc prend de l'épaisseur. De l'assurance, aussi. La possession de balle, la gestion du groupe, la cohérence de l'ensemble et une communication maîtrisée musclent un bilan comptable déjà costaud. La méthode appliquée est la même qu'en équipe de France : un fantasme de tiki-taka sans fondement ni culture. Une possession grossière fondée simplement sur la domination technique et physique de ses joueurs. Un mensonge, donc. Même si un ami assure le service après-vente tous les dimanches soir dans un talk-show, la vérité finit par éclater au grand jour. Lors du quart de finale de Ligue des champions 2013-2014 contre Chelsea.


Laurent Blanc aligne alors son onze type (à une ou deux variables près). En espérant que ça passe. Sauf que... La ficelle est trop grosse. Sans plan de rechange, sans plan B ou C, il est éliminé à la fin du match retour avec un score de 3-3. Sans génie, ni émotion (hormis un coup de génie exogène de Pastore). Sans essayer, sans inventer. Le PSG est sorti avec la terrible impression de ne pas savoir pourquoi. Sans question et donc sans réponse. Sans regrets véritables. Il a pourtant fait ce qu'il savait faire, ce qu'il a fait toute la saison. Ce qui a marché jusque-là. Ce n'est pas la première fois que Laurent Blanc échoue de cette manière : seul face à ses propres limites. Un soir de juin 2012 déjà, avec les Bleus contre le modèle espagnol, il avait aligné Mathieu Debuchy milieu droit et renoncé à deux ans d'annonces flatteuses (pour lui-même) en cédant devant ses propres peurs. Laurent Blanc avait touché alors le (son) plafond de verre pour la première fois. Ce 8 avril, à quelques dizaines de mètres, sur l'autre banc de touche, José Mourinho court, exulte et se réinvente. Une fois de plus. Un nul sur deux matchs et cinq mots de fausse modestie ( « Cela s'appelle avoir du cul » ) lui auront suffi pour humilier Laurent Blanc. Les grandes histoires se construisent en parlant de football.
(AM)

Charles Alf Lafon et Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



PUTACLIC! Figurez-vous qu’on peut marquer pendant la célébration de l’équipe adverse 18
il y a 5 heures Un joueur argentin accusé du meurtre d'un gardien passé par River Plate 12 il y a 5 heures Parme jouera bien en Serie A 25
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 13 Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 14
À lire ensuite
Vers la fin du boycott ?