Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Arrivée de Laurent Blanc au PSG

Laurent Blanc n'a pas changé

La même raideur, le même humour mal maîtrisé, les mêmes tics de langage. Un an est passé et Laurent Blanc n'a pas changé. L'ancien sélectionneur a juste enfilé un nouveau costard, celui d'entraîneur du PSG. Pour sa première conférence de presse, le successeur de Carlo Ancelotti a essayé d'en dire le moins possible. Mission presque accomplie.

Modififié
« Toujours exigeantes, les femmes. » Il n'a pas fallu dix minutes pour que Laurent Blanc commette sa première petite bourde parisienne. La journaliste de D8 avait trois questions à poser au nouvel entraîneur du PSG. Trois questions sur son supposé compte en Suisse évoqué par Médiapart le 12 juin. Blanc a botté en touche, la journaliste a demandé un rendez-vous et « Le Président » s'est un petit peu plus enfoncé. La journaliste : « J'ai demandé vos coordonnées au service de presse. » Blanc : « Donnez-moi les vôtres, c'est plus simple. » Malaise. Une première conférence de presse est toujours une histoire de forme plus que de fond. Il faut faire bonne impression, prolonger l'état de grâce, glisser quelques messages au passage.

Dans le cas de Blanc, c'est plutôt raté. Lancé par Nasser Al-Khelaifi, il n'avait pourtant pas à se coltiner l'envahissant Leonardo relégué au premier rang au milieu des journalistes. Maniant le tutoiement et le vouvoiement en fonction de son degré de proximité avec les différents intervenants, l'ancien libéro n'a jamais enlevé le frein à main. Toujours susceptible, il fait la morale à un plaisantin de L’Équipe 21 qui le ramène à sa condition d'ancien chômeur ( « Trop de gens souffrent du chômage pour qu'on puisse en rire » ). Loin de l'humour rond et bonhomme d'Ancelotti, Blanc ne peut s'empêcher de jouer les cyniques. Il a toujours été comme ça, on ne va pas le changer à 47 ans. Et quand arrive l'inévitable question sur « le choix par défaut » qu'il est après la série de râteaux essuyés par Léo et Nasser, il se sent obligé de dire qu'il avait préparé sa réponse. « Ce n'est pas bien grave de ne pas être le premier sur la liste, je n'ai pas souvent été le premier sur la liste quand j'étais joueur. Le plus important, c'est d'être choisi. » Pas faux.

Français LV1

Pour le fond, une seule réponse résume son quart d'heure de questions-réponses. « Permettez-moi d'être évasif. » De son propre aveu, le champion de France 2009 avec Bordeaux débarque et ne connaît presque rien de son nouvel employeur. Il a juste confirmé la venue du fidèle Jean-Louis Gasset et sa volonté de collaborer avec Claude Makekele. Quid de Barthez et Boghossian, annoncés dans son staff ? « Permettez-moi d'être évasif. » Il aurait pu en dire plus et marquer quelques points sur son projet de jeu. Même pas. « Il faut trouver un équilibre entre bien jouer et gagner, sinon je sais qui sera le coupable désigné. » À peine arrivé, Blanc regarde déjà la porte. Alors oui, il a promis «  un jeu spectaculaire » , mais n'a rien dit sur sa méthode. Trop tôt. Il sait qu'il ne disposera pas de son effectif au complet avant le début du championnat.


Pour le reste, on a juste appris qu'il souhaitait que « Zlatan soit un exemple pour ses partenaires » et qu'il comptait « effectuer ses discours en français » . Paraphrasant Chabal et son célèbre « We're in France, we speak french » , Blanc a répondu la même chose à un journaliste dans un italien hérité de ses années à Naples et Milan. Il a aussi tenu à rendre la pareille à Carlo Ancelotti en lui souhaitant bonne chance au Real Madrid. Mais des deux, c'est peut-être lui qui risque d'en avoir le plus besoin.

par Alexandre Pedro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17