1. //
  2. //
  3. // Laurent Blanc au PSG

Laurent Blanc, je crois que bon, c'est un choix par défaut

Arsène Wenger, puis José Mourinho, puis Rafael Benítez, puis Guus Hiddink, puis Michael Laudrup, puis Fabio Capello, puis Frank Rijkaard. Oui mais non, ça sera finalement Laurent Blanc, chômeur depuis un an et motivé pour reprendre n'importe quel banc de touche l'année prochaine. C'est l'arrivée d'un homme que la nation entière a célébré comme un génie quand il a repris l'équipe de France en 2010 avant de devenir le trente-septième choix du champion de France deux ans plus tard. Drôle de trajectoire.

Modififié
42 106
« Le football me manque vraiment. Après, pour ce qui est de l'environnement du football, je ne peux pas en dire autant. Je suis attentif à tout, je regarde beaucoup de matchs… Les matchs me manquent, le football me manque, le jeu me manque, les joueurs me manquent aussi, mais tout ce bruit autour, non. (…) J'ai envie d'entraîner un club. Je veux relever un challenge, avoir des ambitions et du temps, même si, en football, le temps, on sait ce que ça veut dire. Je ne parle pas de cinq ans, de quatre ou de trois. Mais un peu quand même. » C'était le mois dernier dans les colonnes de L’Équipe. À cette époque, Laurent Blanc pointait encore à pôle emploi entre deux parcours de golf avec son ami Antoine Kombouaré. Aujourd'hui, Laurent « je crois que bon » Blanc est vraisemblablement le nouvel entraîneur du PSG pour une durée de deux ans. Après un mois de n'importe quoi médiatique et sportif, le club de la capitale a enfin dégoté son coach, non sans avoir essuyé une dizaine de refus au quatre coins de l'Europe. Pourtant, à l'exception de certains proches de l'homme à la touillette (Christophe Dugarry, Pierre Ménès et Guy Roux), la nomination de l'ancien coach des Girondins de Bordeaux ne fait rêver personne au sein des fans du PSG. En même temps, on leur avait promis Miss Univers et il se retrouve dans le lit avec la première Dauphine de Miss Beaujolais. Celle qui rentre le ventre quand elle défile...

Difficile de savoir comment le projet va se mettre en place avec Laurent Blanc. Le mec arrive quand même dans un club où il est clairement un choix par défaut. Avant lui, ils sont pas moins d'une demi-douzaine à avoir dit non. Et des mecs pas franchement meilleurs que lui sur le CV (coucou Michael Laudrup). Mieux, la nomination de Rudi Garcia à la tête de l'AS Roma n'a pas eu lieu à la suite du refus de Laurent Blanc, mais plutôt parce que le Cévénol était loin de faire l'unanimité dans la ville éternelle. Donc voilà Blanc à la tête du PSG pour prendre la relève de Carlo Ancelotti. Selon toute logique, Jean-Louis Gasset devrait suivre et former avec Claude Makelele un triumvirat français à la tête du club. Un choix qui devrait faire fermer quelques gueules. Cela étant dit, les doutes qui entourent la nomination de Blanc sont très intéressants. Lorsqu'il prend la tête des Bleus au soir du fiasco de Knysna en 2010, le Président est attendu comme le messie. Il est l'incarnation d'une certaine idée du football français qui gagne (France 1998, Bordeaux 2009) et, plus important, du beau jeu. Son Bordeaux était séduisant, appétissant, bandant même. Il a donné à la France Gourcuff, par exemple. Une bouffée d'air frais. Mieux, durant sa brillante carrière de joueur (Inter, Naples, Barcelone, Manchester United, Auxerre, Montpellier et Marseille), on a souvent avancé que le défenseur ferait un très brillant entraîneur. Sir Alex Ferguson le premier. Tout sauf un escroc. Finalement, comment en arrive-t-on à ce scepticisme ?

L'Euro 2012, cette gestion foireuse

Le problème, c'est l'Euro 2012 en fait. Arrivé à la tête des Bleus pour redorer le blason de l'équipe de France, Laurent Blanc a parfaitement géré son affaire jusqu'à l'Euro. Ce n'est pas tant sportivement qu'il s'est mangé en Pologne et en Ukraine (bouffé par l'Espagne en quart de finale, le futur vainqueur), c'est surtout sa manière de gérer, ou plutôt de ne pas gérer les hommes qui lui a valu la peine capitale. Des insultes de Samir Nasri envers la presse au comportement global de Jérémy Ménez en passant par la diva Patrice Évra, Blanc n'a jamais réussi à cadrer ses mecs. On a senti un homme incapable de prendre la température d'un groupe ni même de l'infléchir dans un sens, ou dans l'autre. Dès lors, quand un type n'arrive pas à gérer le comportement d'un Nasri, est-il capable de se coltiner un Ibrahimović ? On se le demande. Enfin, on aime se le demander. À vrai dire, personne n'a émis de doute sur la capacité d'un Guardiola à gérer le vestiaire du Barça quand il a pris en main l'équipe la première fois. Bref, passons.

Mais bon, la France est un pays qui aime dire non. Ce n'est pas Diam's qui dirait le contraire. Problème de génération. En se voyant confier le volant du champion de France, blindé de thunes et d'ambitions, Laurent Blanc ne restera pas très longtemps dans l'ombre. C'est le moment de voir ce que l'homme a vraiment dans le bide. On va voir où il en est. Certains disent que même Gilbert Montagné aurait gagné le championnat de France avec cette équipe-là (histoire de limiter au maximum l'influence de Carlo Ancelotti). Maintenant, on va savoir.

Une promesse ?

Reste à l'homme à se faire une place dans un univers de chiens. À la base, Blanc voulait simplement retrouver un banc de touche. Le voilà sur le banc le plus brûlant de Ligue 1, où personne n'avait vraiment fait de lui une priorité. Au Qatar, on voulait du beau jeu, des noms et des stars. Pour le moment, les stars sont là. La nomination de Laurent Blanc ne devrait pas inciter les cadres à aller voir ailleurs. On aime à penser, par exemple, qu'un défenseur de la classe mondiale de Thiago Silva a dû voir quelques matchs du Président dans sa jeunesse, quand celui-ci gambadait encore sur le pré. Et puis Lolo Blanc, c'est un mec qui a commencé numéro 10 avant de reculer. C'est l'envie de bien jouer. En fait, Laurent Blanc, c'est une promesse. Mais à un moment donné, on a envie de voir le passage à l'acte.

Alors Laurent, bienvenue. Tu ne vas sans doute pas rester très longtemps sur le banc du PSG (six mois, un an, deux ans, qui sait...), mais tu as la chance d'avoir un banc, des moyens et une belle équipe sous la main. Tout le monde ne peut pas en dire autant. Maintenant, on va te regarder. Tu as un mercato brûlant à gérer et des sceptiques à convaincre. Par rapport à ton prédécesseur, tu pars déjà avec un énorme avantage, tu ne te feras pas allumer lors du Canal Football Club quand Pierre Ménès prendra la parole. En France, c'est énorme. Tu vas voir...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Louis Nique Aulas Niveau : DHR
Et bien moi c'est un choix qui me séduit et j'ai hâte de voir les premiers résultats.
tomzebest Niveau : DHR
Non mais le president du PsG , c' est Nasser, Blanc ou Blanc? WTF
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
"On aime à penser, par exemple, qu'un défenseur de la classe mondiale de Thiago Silva, a du voir quelques matches du Président dans sa jeunesse, quand celui-ci gambadait encore sur le pré."

Très bien !

Sinon wait and see, je vois pas quoi d'autre rajouter..
Jean-Louis Bouffon Niveau : Loisir
Tout le monde attendais ça avec impatience ...
Allez les parisiens lâchez vous !!!
J'aime bien l'homme mais en tant qu'entraineur j'ai des doutes... Faut pas oublier qu'il a eu du mal à gerer des mecs comme nasri, ben arfa et Cie alors la avec des caractères et des egos du genre Zlatan, verrati, j'ai peur qu'on l'envoie au casse pipe " Le Président "
Faut arrêter aussi toute les rumeurs inventé par les journalistes n'était pas des vrai piste comme Wenger, Mourinho , Benitez, Rijkaard.

J'attend de voir ce qu'il va faire avant de juger ça peu fonctionner si il arrive a se faire respecter des joueurs.
tristiano Niveau : CFA2
La préférence nationale... le Made In France comme dirait Montebourg et sa marinière!
corinthians Niveau : DHR
Moi ca me va ... Bonne experience avec Bordeaux, avec une equipe moyenne et un jeu agreable à regarder !! Premiere vraie grosse experience avec de tres grands joueurs ... A voir, laissons lui le temps !!
Au moins ça fera des sketchs pour les guignols.
"Rêvons plus grand" qu'ils disaient...
Un choix par défaut. Un mec qui a fait gagner le championnat à Bordeaux puis l'a abandonné complètement dans la merde.

J'ai jamais cru à son beau jeu promis en EDF, et donc je n'ai pas été déçu. Et je trouve justement qu'il a plutôt bien réussi en allant en quart de finale. Mais ce qui m'énerve c'est à quel point on lui a sucé les boules en le glorifiant, alors qu'il est quelconque. Il devrait entrainer Lille ou une bonne équipe de L1, mais je ne sais pas s'il peut vraiment aller plus loin avec Paris.

Et puis bon, être le dernier choix ça légitime pas vraiment...
c'est Madame Blanc qui va prendre cher ce soir..
il avait reçu un appel de Valenciennes, de Troyes et Arcachon.
le v'là à Paris!
Les sopranos, ca valait pas the wire ou BB mais Gandolfini c'etait un bon quand meme.
Je sais, vous allez me dire de ne pas l'écouter dans ce cas, mais j'en ai déjà mal aux oreilles de l'entendre en conférence de presse...
Je ne sais pas qui est le plus irritant à écouter parler, lui ou Deschamps......
floyd pink Niveau : CFA
malade, vraiment à part un mancini, je pouvais pas espèrer mieux
allez l OM....
SoAforever Niveau : DHR
Ben je suis aussi d'accord, ça me va bien.

Je préfère 100 fois un blanc à un benitez, ou Capello.

Certes ces derniers étaient des choix plus surs en termes de résultats, mais des gars comme laudrup, rijkard ou Blanc sont un peu des paris, risqués mais prometteurs.

A l'image de certains recrutement risqués, comme lucas, ou pastore, en passant par Verrati, la nomination de Blanc, sans être non plus risque tout ( faut pas déconner quand même), peut vraiment tournée a la belle histoire.

Préfère ça que de chercher un nom ronflant pour trouver un nom ronflant.
Le retour du petit pull noué autour du coup.
Note : 2
J'avoue que Lolo ne m'emballait pas tant que ça au départ, mais pour une solution de "secours", c'est pas dégueu non plus. Puis le mec était apparemment prêt à vendre son corps pour retrouver un banc, donc ya quand même un minimum de volonté de sa part.

Son plus gros défi va être de se faire accepter, respecter et écouter par la colonie made in Serie A du PSG (Sirigu, Silva, Maxwell, Veratti, Motta, Pastore, Lavezzi, Zlatan... en gros les joueurs majeurs quoi). Et je suis pas sûr que le fait d'avoir joué à l'Inter lui garantisse le succès.
Bon maintenant le recrutement !
- T'as des noms Lolo ?
- Gourcuff, Chamakh, Trémoulinas éventuellement Diawara mais ...
- Bon laisse tomber on va s'en occuper
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Le choix me plait, il faut que le groupe adhère à un travail patient, un discours pragmatique et des méthodes qui favorisent le plaisir de jouer.

Mettra t il assez de discipline dans ce club dont ce n'est pas la valeur première ?

L'un des soucis c'est Ménez, est-ce qu'il ne respecte pas ce coach où est-ce que son comportement n'avait rien à voir avec ça.

En gros, tant qu'il donnera envie aux joueurs, ça devrait aller.

A mes yeux, on ne peut plus avoir d'avis défavorable sur un coach français à cause de son passage en sélection nationale, l'équipe de France est juste une usine à fric, rien ne permet de jauger réellement quelque'un là dedans (la preuve avec Evra, Benzema, Menez...)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
42 106