1. //
  2. // Euro féminin
  3. // Interview

Laura Georges : « J'ai débuté au Camp des Loges sur du stabilisé »

L'Euro féminin commence ce dimanche aux Pays-Bas, et les Bleues n'y débarquent pas sans ambitions. Et pourtant, si les clubs français dominent le foot européen, l'équipe de France féminine n'a toujours aucune ligne à son palmarès. Le point sur la situation avec la Parisienne Laura Georges, quinze ans de carrière et 178 matchs en Bleu au compteur, qui s'apprête à disputer son quatrième Euro.

Modififié
Vous avez commencé le football en 1997. Pourquoi ? Il y a eu un déclic ?
En fait, j'ai grandi dans le parc du château de Versailles et j'y jouais avec mes amis, mes voisins. Je voyais aussi mon père jouer, il faisait du foot d'entreprise. Et ce qui s'est passé, c'est qu'un jour, je jouais dans la cour du collège, et une fille de la classe de mon frère est venue me voir en me disant : « Hey, Laura, ça serait bien que tu puisses venir nous rejoindre au Paris Saint-Germain.  » J'habitais à Versailles, Saint-Germain-en-Laye ce n'est pas très loin, je suis allée faire les détections un an plus tard et ça s'est bien passé. C'est comme ça que j'ai débuté, je m'amusais, puis je me suis dit que ça serait bien d'en faire une vraie activité. J'avais douze ans, et je me suis lancée.

Vous aviez déjà fait un autre sport avant de vous lancer dans le football ?
Non, je courais autour du parc avec mon père. Avec mes amis, on faisait du football, du basket, du baseball, des choses comme ça. Je faisais un peu de tout.

Le football féminin était très peu développé à cette époque, vous avez été une pionnière. Ça ressemblait à quoi ?
Je ne connaissais même pas l'équipe de France féminine à cette époque-là, je ne connaissais pas le nom des joueuses. Je voulais simplement m'occuper à côté des cours, je ne pensais pas à faire une carrière ou quoi que ce soit. Je suis partie sur cette idée, en me disant que mon père, mes voisins et mes frères y jouaient, donc pourraient me donner des conseils.

Du coup, dans votre famille, votre décision a été immédiatement acceptée. Ils ne vous ont pas fait le coup du « une fille, ça ne joue pas au football » .
Il n'y a eu aucun problème, au contraire. Mon père venait à tous mes entraînements, il m'accompagnait aux matchs. Et ma mère n'a jamais eu un regard critique en me disant que j'allais être un garçon manqué. Ils voyaient que j'étais épanouie et c'est ce qui comptait.

Votre rêve en tant que joueuse, c'était quoi ?
Non, quand j'étais jeune, je ne me disais pas : « Allez, je vais jouer en équipe de France » , parce que je ne connaissais pas du tout. Je n'avais pas de références. Je regardais les matchs des garçons, de l'équipe de France masculine, du PSG, j'allais au stade avec mon père. Mais je n'avais pas de références féminines.

Notre foot féminin est-il sur le bon chemin ?

« On s’entraînait sur du stabilisé, on jouait à Bougival, sur les terrains du fond. Les joueuses avaient un travail à côté, il y avait aussi quelques mamans, même si c'était rare. »

Vous êtes revenue jouer au PSG en 2013. Nous sommes en 2017, vous y êtes entrée pour la première fois en 1997. En vingt ans, qu'est-ce qui a le plus changé dans la section féminine du club ?
Déjà, les conditions d'entraînement, nos installations. Moi, j'ai débuté au Camp des Loges sur du stabilisé. On s’entraînait sur du stabilisé, on jouait à Bougival, sur les terrains du fond. Les joueuses avaient un travail à côté, il y avait aussi quelques mamans, même si c'était rare. Mais il y avait des filles qui bossaient, qui finissaient leur journée à 17 heures et qui étaient à 19h à l'entraînement. On terminait à 21 heures, certaines rentraient à 22h chez elles. Les moyens donnés à l'équipe ont aussi beaucoup évolué. On jouait en Adidas parce qu'on évoluait dans un championnat où les équipes étaient obligées de porter des équipements Adidas, alors que le PSG était Nike. Nos shorts et nos chaussettes étaient Nike, et nos maillots étaient Adidas. Et notre public était vraiment réduit, il n'y avait que des amis et de la famille, c'était vraiment confidentiel.


Vous avez eu une activité professionnelle à côté du football à un moment de votre carrière ?
J'étais étudiante, je passais mon bac ES et j'étais au centre de formation de Clairefontaine. J'ai connu le PSG en division 2, on est montées en 2001 en première division, donc j'ai été étudiante une bonne partie de ma carrière. Et au moment où les contrats professionnels sont arrivés, j'étais à Lyon et c'était au moment où j'ai eu mon master 2. J'avais bac +5, et j'ai continué ma carrière de joueuse de foot.

Vous avez également fait un passage de trois ans aux États-Unis, à Boston. C'était pour étudier ou pour jouer au football ?
Pour étudier, je voulais avoir de bonnes conditions d'études et pouvoir continuer le football dans les meilleures conditions possibles. J'étais jeune, mais j'avais fait le tour du championnat français, et j'ai eu cette opportunité à Boston College. Ils étaient venus jouer contre le Paris Saint-Germain au printemps, pendant leur Spring Break, à ce moment-là j'étais au centre de formation. J'ai joué le match, à la fin on est venu me demander si je parlais anglais, si j'étais intéressée pour aller jouer à l'étranger. J'ai répondu que oui, et on m'a invitée trois jours à Boston. Je suis allée voir les installations, l'atmosphère, c'était magnifique. Quelques mois plus tard, j'étais à Boston College.

Aux États-Unis, le football est identifié comme sport féminin. Vous l'avez senti ?
Ce qui m'a beaucoup marquée, c'est l'engouement autour du sport en général. Quand je suis arrivée, ils n'étaient pas dans l'esprit de concurrence en se disant : « On a une étrangère qui vient, c'est la concurrence, on veut lui prouver ceci cela. » Ils se disaient plutôt : « On va avoir quelqu'un qui va nous apporter. »

« En France, peut-être qu'on me cataloguait comme une joueuse assez agressive, ou autre. Je ne voulais pas me confiner là-dedans... »

Vous étiez la seule expatriée ?
Dans mon équipe, j'étais la seule étrangère. Chez les garçons, ils en avaient. J'étais déjà internationale à cette époque, et chez les filles c'était rare d'avoir une internationale qui vienne jouer à un niveau moins relevé qu'en France. Le championnat français est plus costaud que la division universitaire américaine, mais j'y suis allée pour mon expérience personnelle. J'avais envie de continuer dans les études, de jouer au football dans de bonnes conditions, et pour moi, ça a été génial. Ça a été trois années où j'ai beaucoup appris sur moi-même. Et Boston est une ville très sympa, où je n'avais pas trop de décalage avec l'Europe. C'est assez cosmopolite, et c'est bien.

L'engouement autour de votre sport, c'est quelque chose qui vous manquait en France ?
Pas spécialement, mais ce dont j'avais envie, c'était de découvrir quelque chose d'autre. En France, peut-être qu'on me cataloguait comme une joueuse assez agressive, ou autre. Je ne voulais pas me confiner là-dedans, et au niveau personnel j'avais envie de grandir, de rencontrer d'autres personnalités, d'autres gens.

Pour revenir sur la notion d'engouement, on se souvient de cette interview dans Le Monde en octobre 2014, dans laquelle vous demandez à Nasser Al-Khelaïfi de venir plus souvent aux matchs des filles du PSG.
Pour cette interview, on m'avait demandé d'intervenir dans Le Monde quelques jours avant la triple confrontation entre le PSG et Lyon en championnat et Ligue des champions, en tant qu'ancienne Lyonnaise. Lors de l'interview, on parle de Lyon, de Paris, de la place des présidents, et on me demande si le président vient aux matchs. Je réponds que non, mais il y a eu une discussion, des comparaisons. Tout n'a pas été retranscrit, j'aurais aimé pouvoir lire l'interview avant la publication, car Le Monde, ce ne sont pas des spécialistes de foot féminin. J'ai demandé à avoir un retour de l'article, le journaliste m'a dit que non, que ça ne se passait comme ça qu'avec les ministres. L'article a été publié, il y avait des erreurs en matière de chiffres, d'informations, et tout ce que j'ai dit n'a pas été écrit. Et je n'avais pas accès au titre, qui était : « Le président ne vient pas aux matchs » . Alors que la conversation n'était pas sur le président Al-Khelaïfi, on a parlé de Paris, des installations, des conditions... Ça n'a pas été retransmis dans l'article. Il y a eu des raccourcis et des phrases qui ont été retirées.


Le PSG vous en a tenu rigueur ?
Du coup, ça a été compliqué avec le club, mais j'avais les mails qui prouvaient que j'avais demandé à relire l'article, et qu'il ne me convenait pas. En plus, on m'avait posé une question sur le voile. C'étaient des sujets un peu pour faire le buzz. Donc je n'ai pas fait cette interview pour dire : « Président, il faut que vous veniez. » Si j'ai un truc à dire à mon président, je vais lui dire en face. Maintenant, on m'a posé la question, on m'a demandé si le président venait, et au moment où on me l'a posée, il ne venait pas.

« Ça fait quelques années que les gens nous attendent et je comprends. Parce qu'il y a de la qualité, parce que nos clubs sont champions d'Europe et dominent la Ligue des champions. Donc on a envie de ramener quelque chose, c'est sûr, mais on va la jouer humble. »

Et maintenant ?
Eh ben à partir de cet article, il est venu ! On a été en finale de Ligue des champions, il est venu. Après, à mon âge, je ne suis pas là pour dire aux gens : « Venez à notre match ! » Bien sûr que l'idéal, c'est que les gens soient investis. Mais on parle du Paris Saint-Germain, d'un club qui a une équipe de handball, une équipe de garçons qui fonctionne avec des intérêts financiers que je n'ose même pas imaginer. Oui, c'est compliqué. Je ne suis pas là à revendiquer quoi que ce soit, mais j'ai un idéal sur le fait de manager une équipe.

Bon, arrivons-en à l'équipe de France et à l'Euro. C'est votre quatrième Euro en tant que joueuse, comment vous le sentez celui-ci ? En ce moment, le foot féminin français surfe sur une belle vague.
On a envie d'aller le plus loin possible. On progresse bien, on bosse bien, ça fait quelques années que les gens nous attendent et je comprends. Parce qu'il y a de la qualité, parce que nos clubs sont champions d'Europe et dominent la Ligue des champions. Donc on a envie de ramener quelque chose, c'est sûr, mais on va la jouer humble. On va travailler, et se fixer des objectifs par étapes.

Les précédentes défaites en Bleu, vous en avez appris quoi ? Vous en parlez parfois dans le vestiaire ?
On en reparle, oui. Souvent, après les compétitions, quand on revient en stage. On se demande ce qu'il s'est passé, pourquoi on n'était pas dedans. On a des discussions, on fait le point.

Et aujourd'hui, vous savez ce qu'il a manqué lors des précédentes compétitions ? Vous l'avez identifié ?
On en a parlé, on pense qu'on sait, oui !

Aujourd'hui, vous êtes une ancienne du vestiaire, et vous pouvez conseiller les jeunes qui arrivent. Mais quand vous avez débuté, qui vous donnait des conseils ?
Les anciennes, ce n'était pas pareil qu'aujourd'hui. Ce n'était pas la même mentalité, je n'ai pas forcément de références à vous donner.

Dans deux ans, le Mondial féminin se jouera en France. On aura la chance de vous y retrouver ?
On verra ! Je pense que je ne serai pas très loin de cette Coupe du monde, en tant que joueuse ou autre, on verra les fonctions que j'aurai. Si c'est sur le terrain ou hors du terrain.




Propos recueillis par Alexandre Doskov, à Clairefontaine
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




ElNinoFerrer Niveau : CFA2
Le passage sur le journaliste du monde et l'interview, c'est vraiment une belle enflure
Le buzz à tout prix
Note : 1
Merci de nous offrir une Georges profonde de bon matin. Elle se donne sans retenue dans cette interview.
Putain, y en a un qui va se faire des potes à la pause café lundi! Un calembour difficile à dépasser. C'est Régis qui va être vénère.
1 réponse à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Belle interview retraçant le parcours de cette joueuse que j'aime beaucoup (défenseur central très sûre dans ses interventions, un peu rugueux qui reste longtemps sur ses appuis à la thuram).

J'espère qu'elles feront un beau parcours et pourquoi pas gagner (dommage cette blessure d'amel majri l'arrière gauche qui est une pièce maîtresse). ça pourrait mettre une bonne dynamique pour le mondial dans 2 ans à la maison.

ça fait plaisir tous les matchs de la compet' en clair ; pour consolider ses connaissances du foot féminin et découvrir de nouveaux talents. A voir qui seront les commentateurs, Fabien Lévêque et Marinette Pichon ça gère mais ne pourront pas couvrir tous les matchs ...
il y a 2 heures Manchester City passe au foot US 9 il y a 5 heures La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 68
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 17:12 Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 Hier à 12:55 La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) Hier à 12:04 Une remontée historique des Seattle Sounders 19
mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26