Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Uruguay/France

Lattuada : « Jallet, il était juste contre l'Espagne »

Un œil sur la finale de la Coupe du roi, posé dans un café du quartier chic de Punta Carretas, Pierino Lattuada a la tchatche. Ami et grand admirateur d'Alain Giresse, l'ancien Girondin (1972-78) confesse que ce dernier fut à deux doigts de signer au Milan AC au milieu des années 80, avant de livrer son sentiment sur le duel entre Bleus et Célestes.

Modififié
Comment expliquer la renaissance de l'Uruguay ces dernières années ?
On a eu des générations meilleures que celle-là. Je pense à la fin des années 80, début des années 90 : celle des (Ruben) Sosa, (Daniel) Fonseca, (Enzo) Francescoli. Mais l'actuelle est de loin la plus sérieuse et la plus investie, avec en attaque, des joueurs au top niveau. En plus, elle compte dans ses rangs un vrai leader comme (Diego) Lugano qui impose le respect. Mais, il suffit que vous ayez trois ou quatre joueurs importants qui n'adhèrent pas au projet et c'est foutu. Regardez la France en Afrique du Sud.

Comment se fait-il que cette équipe peine aujourd'hui à se qualifier pour la Coupe du monde (6e des éliminatoires Amsud) ?
C'est normal, ça devait arriver. Après la victoire en Copa América (Ndlr : 3-0 face au Paraguay, le 24 juillet 2011), sur la lancée de la Coupe du monde, on a remporté nos trois ou quatre premiers matches éliminatoires du Mondial, car l'équipe poursuivait sur la dynamique de ses bons résultats. Mais les joueurs ont eu du mal à conserver un état physique au top. Si les éliminatoires s'étaient déroulés sur un ou deux mois, dans la foulée de la Copa América, on serait déjà qualifié, alors qu'aujourd'hui c'est foutu… Plusieurs joueurs qui étaient au sommet à ce moment-là ne sont pas à la hauteur en ce moment. Avant, Arevalo Rios et Diego Perez pressaient sans discontinuer et devant, Cavani, Suarez et Forlan courraient partout, tandis que Maxi Pereira n'arrêtait pas de déborder et de marquer. Gargano, Godin étaient aussi très bons. Et là, physiquement, ils ont baissé. Barcelone est la meilleure équipe de l'histoire, mais, en ce moment, ses joueurs sont nazes. Xavi, Busquets, Fabregas, voire Dani Alves ne sont plus au même niveau. C'est pareil pour nous.

Que penses-tu du niveau actuel de l'équipe de France ?
J'ai été très déçu de l'attitude de l'équipe face à l'Espagne. Ils les ont laissé jouer. Mais je pense que vous allez vous qualifier pour la Coupe du monde, en passant par les barrages. Votre équipe n'a pas connu de bouleversement, à l'instar de l'Uruguay et il lui manque un milieu défensif de renom tel que Desailly (sic). Pogba est jeune, Cabaye est un bon joueur, mais ce n'est pas un joueur de première classe. La France n'en a que deux : Benzema, qui doute, et Ribery. Valbuena et Lloris sont bons également. Mais par exemple, le latéral du Paris Saint Germain (Jallet) je l'ai trouvé juste pour affronter l'Espagne. Vous avez aussi Varane, avec un gros potentiel.

Comment vis-tu cette énième confrontation entre ton pays d'origine et ton pays d'adoption ?
Cela me fait toujours une sensation bizarre. Je voudrais que ce match ne se joue jamais. Je souhaite qu'il y ait match nul. C'est dur, car les meilleures années de ma vie, je les ai passées en France. Mes enfants sont nés là-bas. Et j'ai beaucoup d'amis en France. Ils viennent ou on leur rend visite tous les ans. Une fois, on a joué une caisse de Dom Pérignon. Je leur ai dit : « Vous me l'envoyez par Fedex. Et si je perds, je vous envoie de la viande ! »


Comment va évoluer l'Uruguay ce mercredi ?
Si Suarez, qui est suspendu contre le Venezuela, ne joue pas, ce serait une bonne chose pour Cavani, qui pourra jouer comme il le fait à Naples, en pointe, accompagné de Forlan. Au poste de meneur de jeu, Tabarez, qui évolue en 4-4-2 en losange, n'a pas encore choisi entre Gaston Ramirez, qui joue en Angleterre (Ndlr : au Southampton FC), et Nicolas Lodeiro, qui évolue à Botafogo (Ndlr : au Brésil), un gaucher capable d'orienter le jeu ou de se faufiler jusqu'au but, à la Özil. Ramirez, lui, est beaucoup plus vif et plus explosif que Lodeiro. Avec Cavani et Suarez, on possède deux des huit meilleurs attaquants mondiaux. Cavani a terminé meilleur buteur de Série A et Suarez aurait pu l'être en Angleterre, s'il n'avait pas été suspendu. Derrière, Lugano est un leader, mais il est un peu lent. Moi j'associerai Caceces, de la Juventus, avec Godin. Il peut jouer à tous les postes derrière.

Comment imagines-tu la rencontre, après les quatre derniers 0-0 ?
L'Uruguay va presser haut et ne va pas laisser jouer la France. Avec un bon marquage. Les équipes sud-américaines marquent bien, elles ne laissent pas d'espace, leurs joueurs sont malins. Contrairement aux Européens, nous avons une façon de défendre davantage technique que physique. Le défenseur va t'empêcher de sauter en mettant le coude. D'ailleurs, lors de la dernière Copa América, Messi n'arrivait pas à percer les défenses. En Europe, l'Italie est le seul pays à défendre comme ça.

Propos recueillis par Florent Torchut, à Montevideo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25