Lass, l’insoumis

L’été n’est pas sa saison préférée. Encore une fois, Lassana Diarra veut partir. Encore une fois, José Mourinho le retient. La polyvalence du milieu français est son atout, mais c’est aussi sa croix. Mise au point.

Modififié
0 34
Valdebebas, mars 2012. Lass déboule dans le bureau de Mourinho. La porte est entrouverte: « Traître ! Tu as tout fait pour que je ne parte pas cet été (en 2011, ndrl) en me promettant qu’avec toi, je jouerais tout le temps, il suffit que Granero te dise qu’il veut partir pour que tu le fasses jouer. La vérité, c’est que tu as trop peur que quelqu’un s’en aille et triomphe ailleurs. Oublie-moi ! Fais ta vie et moi je fais la mienne ! Je te l’ai dit mille fois ! J’en ai marre, je ne reparlerai plus ! » . Il en faut pour dire le fond de sa pensée à Mourinho.

Mais il y a chez Lassana Diarra ce quelque chose d’inconscient dont sont faits les insoumis. Quelques jours plus tard, le milieu bellevillois est titulaire contre Malaga après plus d’un mois sans jouer. Depuis son arrivée au club en décembre 2008, Diarra n’est pas indispensable, mais il est incontournable. Si Lass part, tout change. Le Real entre en révolution et doit recruter à la fois un milieu et un arrière-droit. C’est donc lui qui tient l’intersaison madrilène et il le sait.

Des mailles à partir

Prisonnier de cette double fonction, le milieu français refuse donc de prolonger son contrat avec le club en janvier. Là où tous les joueurs du monde rêvent de finir leur vie, Lass se sent à l’étroit. Les trophées, les victoires et les records, ne sont pas les siens. Mais Diarra est un homme pétri de loyauté. Déjà en 2010, il veut partir et scelle alors un pacte moral avec Jorge Valdano, ex-Premier ministre de Perez. Il ne s’agitera pas avant l’été. En échange, le club s’engage à lui trouver une bonne sortie les beaux jours venus. Mais Mourinho prend le pouvoir en mai, l’élégant Argentin quitte le gouvernement et les promesses sont oubliées. Mourinho est le chef de tout. Personne n’entre, personne ne sort : le Real c’est lui, et Lass c’est sa créature. C’est lui qui l’a initié au couloir droit à Chelsea. Pas question de se priver de sa fonction multitâches.

Mais Lassana Diarra avait un pacte et refuse de partir en tournée aux USA à l’été. Coincé à Valdebebas avec les pestiférés Drenthe, Gago et Pedro Léon, le banni volontaire attend son heure. Quand l’équipe rentre de LA, le club n’a pas bougé. Il se révolte et part pour Paris jusqu’au 1er septembre bien décidé à forcer les issues de secours. Mais Mourinho est un pragmatique et laisse son gamin bouder un peu. Pire, il passe même sur ses caprices. Il sait bien qu’il n’y a plus de bonnes affaires vers la fin du marché. Lass doit revenir. Il jouera, et pas toujours arrière droit, c’est promis. Et à l’été, on reparlera d’avenir. 21 matchs comme titulaire plus tard (deux de plus qu’en 2010-2011), 1642 minutes jouées et 145 ballons volés, Lass est toujours merengue et l’homme révolté est revenu au point de départ.

L’homme révolté

Depuis que Ramos est devenu grand et a abandonné le flanc pour devenir le meilleur dans l’axe de la défense, l’équilibre du 11 madrilène est bouleversé. Le Real n’a pas trouvé de quoi faire oublier Arbeloa côté droit. Ce défenseur que personne n’admire n’a rien de brillant. Jamais vraiment bon mais jamais vraiment mauvais non plus, il a profité du vide. Lass refusant le poste, c’est Arbeloa, le passager clandestin, qui prend la place libre et s’incruste sur la photo des champions d’Espagne et des Champions d’Europe des Nations. Arbeloa n’a pas de concurrent direct et tant que les Madrilènes n’auront pas trouvé les garanties qu’il faut pour couvrir le côté droit, Lass ne quittera pas la capitale espagnole. Tant pis pour les promesses. Tant pis pour la morale.

Le problème c’est que «  Lass peut foutre le bordel » , comme murmure le Mou en privé. L’insoumission de Lass est un défi à son autorité. Au Camp Nou en Coupe du Roi, il frôle l’expulsion au bout de 30 minutes. Contre Villarreal, le 21 mars dernier, il voit un jaune à la cinquième minute et le coach le sort à peine 24 minutes plus tard. Après lui avoir tout pardonné et en avoir fait un homme incontournable entre novembre et février, Lass disparaît des feuilles de matchs. Pourtant, si Mourinho le tout-puissant ne pardonne jamais aux dilettantes (Pedro León), il a de l’amour pour les joueurs qui lui donnent tout (Lampard) et une faiblesse pour les joueurs qui lui tiennent tête (Maniche). Lass est trop révolté pour être carriériste et pleurer pour une récompense. Comme Mourinho, Lass est un insoumis. Il est là pour éparpiller les certitudes et enfoncer les idées reçues. Lass et le Mou, quelque part, c’est la même chose.

Par Thibaud Leplat, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Massimobor Niveau : CFA2
CR7 aurait quand même pu mettre un short
Il est mignon comme tout avec son ptit shorty Ronaldo..
OuinOuinOuin Niveau : Ligue 1
Breaking News : CRonaldo s’entraîne en slip.
En meme temps le mec il arrive au Réal dans un des plus prestigieux du monde il fait sa fantaisiste, il veut se faire appeler Lass, t'as pas un nom de famille grand?..

Si ca c'est pas dejà chercher la merd* d'entrée...
CacaMourihno Niveau : Loisir
Qu´est ce qu´il était bon mon Lassounet avant de tomber malade cheuloument avant le Mondial...Quel dommage, car quand il est en forme, il est incroyable. Ce gros naze de Khedira lui est préféré...qu´il aille au PSG
Sinon, très beau papier. J'espère pour Lass Diarra qu'il retrouvera un vrai temps de jeu, digne de son talent, au Real ou ailleurs.. et peut-être le chemin de l'équipe de France.
Dendecuba Niveau : CFA
Il préfère être un moteur qu’une roue de secours dans une équipe. Ça mérite du respect
Rojaaaa

si je me trompe pas, il y avait déjà un Diarra quand il est arrivé au Real, d'où "Lass" écrit sur son maillot.
100% des coms mentionnent CR7 pour l'instant (y compris le mien finalement)....

Bon article sinon, c'est un peu moche ce qui lui arrive au Lass, c'était pourtant un des meilleurs milieu def fin 2000's !
Il a largement les capacités d'être dans le 11, ou tout du moins de jouer beaucoup plus souvent. Ne serait-ce que pour le récompenser de ses bons et loyaux services...
Mais visiblement au Real ils ont un problème avec les milieux def français. C'est sûr que ça fait vendre moins de maillots, mais bon ils ont pas l'air d'avoir appris de leurs erreurs passées, cf la période post-Makelele....
Note : 3
De l'erreur d'avoir trop bien choisi la photo.
Tout un article sur Lassana Diarra, et on ne parle que de Ronaldo en slip.

Chienne de vie.
CacaMourihno Niveau : Loisir
@Rojaaaa: c´est comme Raul, son vrai nom, c´est Gonzalez en fait, mais Raoul ça fait plus cool surement. Et Guti c´est Gutierrez (ça l´a pas rendu moins crétin ceci dit)
nononoway Niveau : CFA
"Comme Mourinho, Lass est un insoumis. Il est là pour éparpiller les certitudes et enfoncer les idées reçues."

Mouais ... Il reste surtout là pour encaisser tout en restant dans son transat'.
Massimobor Niveau : CFA2
@ Brice
Tu as entièrement raison ; je plussoie et m'autoflagelle d'avoir ouvert les coms avec ce post. Mais je persiste un peu quand même : ce slobard est improbable.
Ce papier sur Lass est top, j'y ai appris des choses. Et du coup, je commence à mieux cerner le personnage, moins préhistorique que je ne le pensais.
fernandollorientais Niveau : CFA
"il a profité du vide. Lass refusant le poste, c’est Arbeloa, le passager clandestin, qui prend la place libre et s’incruste sur la photo des champions d’Espagne et des Champions d’Europe des Nations."

c'est vite dit !
Emmanuel

Tu as raison mais bon les frères De Boer y'en pas un qui se fesait floquer Franck sur le maillot des Pays-Bas, les frères Ayew ils ont tous les 2 leur noms de familles sur le maillot avec un "J." et un "A." et c'est largement suffisant pour les différencier, un "L." devant Diarra n'aurait choqué personne (surtout qu'avec le niveau qu'avait l'autre on se serait pas posé la question de savoir lequel des deux était sur le terrain)
Il a voulu faire comme beaucoup son show man, le mec qui arrive et qui veut se différencier "Lass" c'est ridicule ca veut rien dire "Lassana" à la limite mais "Lass" ca n'a aucun sens, alors tout le monde se fait floquer son surnom tant qu'on y est et le foot devient une cours de récré, ce genre d'attitude ca me gonfle et ca m'étonne meme pas que ca vienne de lui tiens...pour des brésilien qui ont des noms a rallonge jveux bien (et encore que Hulk c'est d'une stupidité sans égal aussi)
Bref Lass s'est vu trop beau trop bon et surtout trop tôt, la chute aux enfers continue...et ca me fait ni chaud ni froid
Rojaaa faut juste savoir qu'au Mali où il est originaire, Le diminutif de Lassana c'est Lass et c'est trés utilisé. Comment peut on accepter Guti, Raul et pas Lass. Que tu ne l'aimes pas ok moi mais faut pas le critiquer pour il aime se rappeler de ses racines comme toi tu le fais en prenant un pseudo rojaaa. On peut critiquer mais y'à une limite à tout. Désolé d'avoir réagit mais faut que t'arrête avec ça sérieux.
Le_Touriste Niveau : DHR
Déjà ce n'est pas lui qui a voulu mettre Lass . À son arrivée pour ne pas le confondre avec M.Diarra les dirigeants madrilène lui ont demandé si il n'avait pas un surnom . Il a dit " Lass " et c est reste . Ensuite il ne faut pas oublier sa première demi saison ou il est énorme et la 2ème saison ou il est " pas trop mal " . Son vrai souci c'est les passes . Il est capable de récupérer tout les ballons et de te faire un encchainement avec une passe moisi qui souvent devient une passe décisive pour l équipe adverse . Ça reste un mec qui supporte mal la concurrence donc dans un club comme Madrid ça devient gênant . C'est dommage pour lui qu'il n arrive pas a améliorer ses passes et ses sursauts d agressivite . Sinon il serait titulaire depuis longtemps
Epictète Niveau : CFA
Pour l'avoir vu jouer, c'est clairement un pitbull. Il est explosif, tonique, il bouge beaucoup et harcèle le porteur du ballon. Techniquement il se démerde carrément.

Après, je veux bien que Mourinho le balade sans vergogne et qu'il en prenne ombrage (j'ai un vocabulaire soutenu) mais faut aussi qu'il se pose la question : pourquoi, à 27 ans et malgré mes grosses qualités footballistiques, mes passages dans plusieurs gros clubs, je n'ai jamais réussi à faire une saison complète ? Pourquoi je me suis tjs barré à la moindre difficulté (voir Chelsea, Arsenal) ?

Pour moi, Lassana Diarra se gâche depuis bientôt 10 ans. L'article est beau, c'est vrai, mais j'irai jamais jusqu'à dire que Diarra est "pétri de loyauté".
Note : -1
C'est curieux, quand même, que l'auteur de l'article ne parle pas de la blessure qu'il a simulé juste avant le match aller contre l'APOEL car Monsieur n'a pas aimé d'avoir été remplacé à la 30ème minute contre Villarreal la veille...

Un joueur au caractère de merde, boudeur au possible, qui ne parle pas un mot d'Espagnol alors qu'il est à Madrid depuis 3 ans et demi (qu'est ce que c'est difficile l'Espagnol, hein?).

Ensuite, sur le terrain, il est polyvalent ouais. Après il court partout comme un poulet auquel on vient de couper la tête, partout donc et nul part.

C'est tout ce qui le différencie de Mr Claude Makélélé qui lui savait se placer, était souverain de sa zone, tel un douanier des années pré-CEE.

Lass Diarra plus fort que Khedira?

En quoi est-il plus fort? Physique? Duel? Dans la relance du ballon? Placement? Sang froid?
En aucun de ces critères le Français est supérieur à l'Allemand sans parler du nombre de fautes hallucinantes que Lassana fait par match.

Il est supérieur dans le domaine de la vitesse, de l'accélération et ça s'arrête là.

On peut comprendre que Lass veuille partir pour être titu' dans un club de son niveau.
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Vraiment un bien bel article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'ordre et la morale
0 34