Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Lass, but not least

Ce soir, le Real joue à Santander mais n'a plus la tête qu'à deux choses. Le clasico de la semaine prochaine et le « problème Lass » . L'ancien Havrais n'est plus en odeur de sainteté du côté de Bernabeu. Bien que considéré comme l'un des meilleurs milieux relayeurs du monde, Lass devrait faire ses valises à l'été. Ça ne vous rappelle rien ?

Modififié
Le 10 novembre 2009, le Real n'arrive pas à se défaire d'Alcorcon à Santiago Bernabeu. Pellegrini jette ses derrière cartouches et sort Lass à la 70ème. Le stade madrilène mugit contre la décision du Chilien. Le Real sombre mais Lass entre ce soir-là dans le club des intouchables merengues. Le 20 mars 2010, le Real pédale dans la choucroute contre le Sporting Gijon. Pellegrini remplace Lass par Guti à la mi-temps. Cette fois-ci tout le monde s'en fout. Pire, Guti est accueilli comme le messie et le Real gagne 3-1. La roue a tourné. Un peu vite peut-être.

Tout a basculé le 20 janvier quand les Merengues s'imposent à La Corogne (pour la première fois en 19 ans) avec Granero-Guti-Alonso au milieu. Depuis ce jour, Lass passe d'un seul coup du stade de pilier de l'équipe à celui de boulet. Avec le retour en grâce de Van der Vaart, le statut d'enfant chéri de Granero et les fulgurances de la blonde Guti, Lass tient la chandelle. Le 4-2-2-2 n'a plus vraiment la cote. Exilé à droite, le rendement de l'ancien Havrais n'est plus le même. Du coup, Manolo Lama, sorte d'Eugène Sacomano espagnol, s'en donne à cœur joie en direct sur la radio Cadena Ser : « J'ai toujours dit que ce joueur n'avait pas le niveau pour jouer au Real. Gago et Alonso c'est quand même mieux » . On avoue avoir du mal à se contenir.

Car le grand problème de Lass et la seule vraie raison de sa disgrâce, c'est Mister Perfect. Pourtant loin d'être irréprochable au milieu depuis le début de saison, Xabi Alonso, c'est le pilier de la sélection espagnole et le gendre idéal pour tous les bigots de la chapelle merengue. En interne, sa principale qualité est d'avoir été recruté par Perez. Lass est un homme de Calderón. Tant pis pour lui. Au Real, la star du milieu c'est Barbe-Rousse. L'axe lui revient donc de droit. Le vent en poupe et avec le courage d'un Vichyssois, il exécute Lass en pleine conférence de presse : « Gago (pour la première fois titulaire de l'année, NDRL) a fait un très grand match (contre Getafe). Ça me fait très plaisir pour lui. Ça faisait longtemps qu'on l'attendait » . Merci pour lui, merci pour Lass.

La diarrhée de Lass

Lass va partir, c'est une certitude mathématique. Au Real on s'arrange alors pour filtrer des doutes quant à ses blessures et autres indispositions. Sa gastro-entérite se transforme en « prétendue indisposition » dans As et on ne manque pas de signaler « le malaise » qu'a pu générer son absence lors d'un déjeuner commun mercredi dernier. Tandis que Mister Perfect fait la Une des journaux à la mode (Esquire d'avril), Lass remplit les caniveaux de As. La pire presse sportive du monde a encore frappé.


En quelques semaines, Lass est passé de la suite royale aux oubliettes du palais. À vrai dire, tout était écrit. Un milieu récupérateur n'a rien à faire dans les cœurs merengues. Le seul qui enthousiasma jamais les socios, c'est Redondo. Et encore. Alonso, c'est le chouchou de la presse, de président et du public. Bonne nouvelle pour Lass, les prétendants seront nombreux (l'Inter l'aurait déjà approché, en tous cas c'est ce que raconte son agent). Mauvaise nouvelle pour le Real : Claude Makélélé s'en va une deuxième fois.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi