1. // France – Ligue 1 – Le joueur de la 30e journée

Lasne, essence ordinaire

Y a pas d’arrangement, roucoulait Zebda en 1998 dans son album Essence Ordinaire. Paul Lasne, homme de rendez-vous manqués, n’en a pas eu. Pas forcément le plus doué, pas toujours au bon endroit au bon moment, pas systématiquement dans le onze de départ, le natif de Saint-Cloud voit enfin la roue tourner. Cette histoire commune, c’est l’histoire d’un garçon extraordinairement ordinaire. Une normalité qui fait la force de l’Acéiste, sur et en dehors du terrain.

Modififié
14 9
La lose, c’est parfois l’apogée du romantisme. En cela, elle constitue une victoire, au moins morale et esthétique. Mais n’allez pas dire ça à Paul Lasne. Car la lose, c’est aussi Gif-sur-Yvette, petite commune paisible du 91, où se dispute tous les ans un important tournoi chez les U12 ou « benjamins deuxième année » , pour les plus old-school. Oldies but goodies pour certains, moins pour le jeune homme. À cet âge-là, Lasne ne sait pas encore s’il est Georges Bizet ou George Best, rouge Carmen ou Red Devils. Inscrit au conservatoire, l’enfant de Saint-Cloud (92) se la joue pianiste pendant que ses jeunes coéquipiers de Boulogne-Billancourt – l’ACBB, pour les intimes des Blanc et Orange – profitent de ce dimanche de foot pour se la jouer Pjanić. Un Bloody Sunday comme un autre dans la vie d’un homme ordinaire pour qui les rendez-vous manqués sont devenus une agréable constante. Le fil rouge d’une vie agréablement normale qui a mené le milieu de terrain de 25 ans en Corse où il montre l’étendue de son talent avec l’AC Ajaccio.

Riz au lait, bateau et Capello

Paul Bastien à l’état civil, Paulo ou « PB » du côté des terrains de foot de Boulogne. Un vrai nom de carte spécimen qui va comme un gant à celui qui, au fil du temps, est devenu Paul Lasne, nom de son père, grand ami de Philippe « Omar » Troussier et auteur de Taxis, paris solitaires, bouquin sur la vie des chauffeurs préférés des alcooliques du vendredi soir. Un papa aimant pour un fils unique droit dans ses bottes et ses crampons. Une enfance tranquille, tout en musique, en football et en riz au lait, que sa mère maîtrise à la perfection. Comme beaucoup de discrets, Lasne se fait violence sur le terrain. Quand il rejoint l’ACBB, l’un des meilleurs clubs formateurs de la région parisienne, il n’est pas le petit génie et a encore une préférence certaine pour le côté gauche, ce qui est assez rare dans le 92. Là-bas, il rencontre Yassin Fadil, ce genre d’éducateur en or que l’on trouve ça et là dans les clubs de France et de Navarre. Un homme qui a déjà dit de lui-même, avec un sourire plein d’autodérision, qu’il « était comme Capello  » . Un homme du pont de Sèvres dont on a déjà dit, avec tout le sérieux du monde, qu’il supportait plus les gamins que leurs propres parents. Conscient du talent du gamin, Yassin va le pousser dans ses derniers retranchements et le faire progresser, notamment dans la tête. Une tête que Paul recouvre d’un drôle de cache-oreilles rouge tout au long de la saison de benjamins deuxième année qu’il dispute avec l’ACBB, comme pour se faire remarquer gentiment, lui, le bon mec qui avait déjà un jeu très propre et très tranquille, sans remous. Les seules vagues que Paul fait, c’est sur un bateau, son autre passion après la musique. En attendant, c’est en train et après un boulot herculéen et beaucoup de bons souvenirs à Boulogne qu’il rejoint le centre de formation des Girondins de Bordeaux.

Navigateur à vue

« J’ai commencé à sentir que ça coinçait lorsque j’ai signé pro en 2009. » Interrogé par Sud Ouest, Paul Lasne, devenu homme auprès de Saivet ou Sertic du côté du Haillan, évoque un nouveau rencard loupé. La faute au timing, la faute à pas de chance. Né en 1989, Paul a vingt ans lorsque Jean-Louis Triaud lui propose son premier vrai contrat. Une vingtaine aussi rugissante que les moteurs qui vrombissent dans l’embouteillage de l’effectif bordelais, fraîchement champion de France. « Ce n’était pas évident de s’imposer dans une équipe qui marchait sur l’eau. Mon parcours fut chaotique, le prêt que j’avais fait la première saison à Châteauroux n’avait pas été concluant » , poursuit le navigateur. Comme Ecuele Manga, Baysse ou Krychowiak, Lasne est obligé de larguer les amarres pour voir si la mer est plus bleue que sur la côte Atlantique. En 2010-2011, il découvre l’eau transparente de l’Île de Beauté à Ajaccio. Un prêt payant, cette fois, puisqu’il est l’un des éléments importants du groupe d’Olivier Pantaloni, qui accède à la Ligue 1 à la fin de la saison. « Ce n’était pas une bonne idée (de partir à Ajaccio, ndlr), c’était la seule solution pour moi ! On était à dix jours de la fin du mercato et j’étais un peu coincé  » , avouera l’intéressé par la suite. Toujours est-il que cette conquête corse est, après la rencontre avec sa femme à l’âge de 17 ans, son seul vrai rencard réussi. Et si sa première saison en Ligue 1 a été en dents de scie, ses 24 titularisations et 3 buts en 2013-2014 montrent que l’élégant milieu de terrain a des arguments à faire valoir, même quand il sort du banc. « Un remplaçant qui entre dans un match c’est quelqu’un qu’on voit » , sabre l’homme discret. C’est sûr que ses partenaires auraient aimé le voir ce dimanche-là, à Gif-sur-Yvette.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Rien que pour la métaphore filée de bout en bout, bravo!

Sinon, joueur typique de club. Discret, pro, mais loin d'être le plus doué de sa génération. Un peu comme Morel, en somme.
Note : 2
Message posté par loupvert13
Rien que pour la métaphore filée de bout en bout, bravo!

Sinon, joueur typique de club. Discret, pro, mais loin d'être le plus doué de sa génération. Un peu comme Morel, en somme.


Ouais, t'es gentil je trouve. Morel, il est pas loin d'être le plus doué, il est le moins doué, tout simplement.
Cimer les gars de SoFoot chaque lundi vous faites le portrait d'un de mes joueurs MPG et il se chie dessus la semaine d'après !
Lundi prochain, avouez que ça sera Bossetti ou Berigaud ?
Message posté par Kikast
Cimer les gars de SoFoot chaque lundi vous faites le portrait d'un de mes joueurs MPG et il se chie dessus la semaine d'après !
Lundi prochain, avouez que ça sera Bossetti ou Berigaud ?


Et dire que je ne l'ai pas fait jouer ce weekend...

Sinon super portrait pour un super joueur. J'espère pour lui qu'une L1 le recrutera l'an prochain, il le mérite.
NB: Ce comm' était en quelque sorte une réponse à @kikast, mais la citation de son message à échouée.
"l’élégant milieu de terrain a des arguments à faire valoir"
Bon ok... Mais on ne fera pas de Lasne un cheval de course.
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
"Bob !" dit Lasne.
AirForceOne Niveau : CFA2
Ce mec est excellent il survole Ajaccio avec Ochoa
Gracias Swann pour la grosse dédicasse a GIF-SUR-YVETTE !! et son tournoi de minots !!!
GIF-SUR-YVETTE cit 2 fois dans SoFoot, apres la victoire du Barca hier, impossible de mieux commencer la semaine...quoique ya encore l'épisode de Walking Dead a matter ce soir :) Et celui d'Hélix pour les bons.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Amauri, la renaissance
14 9