Amical - Angleterre/Espagne (1-0)

Par Leo Ruiz

L’Angleterre se paye le champion

Largement dominée, l’Angleterre, sans Rooney, s’est quand même offert un succès de prestige face au champion du monde en titre (1-0), grâce à un but de Lampard au retour des vestiaires. L’Espagne n’a jamais réussi à déborder un bloc anglais très bien en place, et s’incline une nouvelle fois face à un gros. Pas super rassurant.

Note
Cliquez sur une étoile pour donner la note


L’Angleterre se paye le champion
L’Angleterre se paye le champion
Angleterre - Espagne : 1-0
But : Lampard pour les Anglais

Anglais et Espagnols se retrouvaient à Wembley avec la même idée en tête, s’offrir un bon test à sept mois de l’Euro. Mais pas avec les mêmes certitudes. Championne d’Europe et du Monde en titre, l’Espagne a déroulé pendant les qualif’. Huit matchs, huit victoires. Et même pas une miette pour ses adversaires. L’Angleterre non plus n’a pas connu la défaite (cinq victoires, trois nuls), mais elle est loin d’avoir dégagé autant de sérénité, à l’image de John Terry, son capitaine, fragilisé hors du terrain, remis en cause dessus. Pourtant, ce sont bien les Anglais qui ont emmagasiné de la confiance en cette fin d’après-midi londonienne, en l’emportant sur le plus petit des scores, 1-0. La victoire de l’efficacité.

Dominer ne suffit pas

Del Bosque propose un onze de départ type, un mixte du Barca et du Real, plus Jordi Alba au poste de latéral gauche, et David Silva devant, le seul titulaire de la Roja à préférer éblouir les pelouses de Premier League plutôt que celles de la Liga. Les Anglais font encore mieux puisqu’ils alignent une équipe 100% championnat local. Sans Rooney, puisque Capello a choisi de préparer les Trois Lions à jouer sans lui (il est suspendu pour les trois premiers matchs de l’Euro), et sans Agbonlahor, forfait. C’est donc à Bent, fort de ses quatre buts lors de ses cinq derniers matchs en sélection, qu’est confiée la pointe de l’attaque anglaise. Derrière, Jagielka, d’Everton, est préféré à Terry. Lampard fait coup double en récupérant le brassard de son collègue de Chelsea et le numéro 10 de Rooney. Bon, comme d’habitude, l’Espagne domine techniquement le match, fait tourner, campe devant la surface, sans se montrer vraiment dangereuse. L’Angleterre joue en contre, sans jamais trouver Bent devant. Ce qui donne un match franchement mou, d’autant que l’assistant voit des hors-jeu partout, annihilant les rares occasions où l’Espagne trouve de la profondeur. L’action la plus sexy de la première mi-temps, c’est une frappe d’Iniesta à l’entrée de la surface contrée par l’arrière-train imposant de Lescott. Xabi Alonso envoie un caviar à Busquets, mais le Catalan oublie qu’il a aussi un pied gauche.

Fabregas manque l’égalisation

Ca bouge à la mi-temps. Pepe Reina prend le relais dans les buts, remplaçant Casillas qui a égalé ce soir le record de sélections de Zubizarreta (126). Mata et Fabregas font aussi leurs apparitions, de même que Downing côté anglais. A la technique espagnole, les hommes de Capello répondent par le physique, en se montrant autrement plus efficaces. Coup-franc de Millner, Bent s’impose dans les airs et trouve le poteau. Lampard a suivi et pousse au fond (1-0, 49è). L’Espagne tente de réagir, mais n’arrive pas à bouger le bloc anglais. Seuls Xabi Alonso et Busquets trouvent leurs attaquants dans la profondeur, mais Villa, après avoir effacé Hart, ne parvient pas à redresser sa frappe. Torres, chahuté par Wembley, fait aussi son entrée en jeu, sans proposer beaucoup plus de solutions. Villa, plus disponible, trouve le poteau d’une volée du gauche. On approche de la fin et la Roja fait le siège du but anglais. Fabregas a la balle d’égalisation, mais seul au point de pénalty, il croise trop sa frappe. L’Angleterre a été dominée tout le match, mais s’est montrée solide et efficace. L’Espagne n’a plus gagné à Wembley depuis trente ans. Plus inquiétant, elle a perdu contre les quatre adversaires sérieux qu’elle a affrontés depuis son titre de championne du monde. L’Argentine, le Portugal, l’Italie, et désormais l’Angleterre.


Futbol Club Barcelona les billets pour le prochain match à partir 18 €

Par Leo Ruiz

Parier sur les matchs de Chelsea FC

 








Votre compte sur SOFOOT.com

4 réactions;
Poster un commentaire

  • Message posté par vale le 12/11/2011 à 21:22
      

    Un match qui ressemble au Suisse - Espagne de la dernière coupe du monde.

    Inquiétant ? Ils ont dominé toute la partie, ils prennent un but sur un coup franc, ils ont 15 occaz à la fin et un poteau.
    Exactement comme le Barça : faudra être inquiet quand ils arriveront plus à maîtriser le match. Là, ils le refont 10 fois ce match, ils le gagneront 8 fois.

  • Message posté par feodalorer le 12/11/2011 à 22:26
      

    Bizarre ,dès que c'est plus sous l'égide de la Fifa, plus de penos, plus de hors-jeu , plus d'erreurs d'arbitrage!
    Bizarre quoi!
    Et en plus, c'est une équipe B de l'Angleterre!

  • Message posté par Macnus le 13/11/2011 à 02:18
      

    @ vale, le problème c'est surtout que Messi n'est pas espagnol... L'Espagne n'a que très rarement créée le danger...

  • Message posté par tito le 13/11/2011 à 10:09
      

    Tiens morules métastase.
    Donc, si j'ai bien saisi, l'uefa favorise outrageusement le barca avec l'aide de l'unicef et la fifa aurait, elle, décidé de filer des petits coups de pouce à l'Espagne? C'est ça?
    'Tain, morules et feodalorer, sérieux, dites-moi, la zone 51 c'est vrai? Pis Elvis y vit encore?


4 réactions :
Poster un commentaire