Espagne - Liga - Grenade-Málaga-Séville-Almería

Par Robin Delorme, à Madrid

L’Andalousie, cancre de la Liga

Avec cinq représentants, l’Andalousie a le contingent le plus important de Liga. Mais ces cinq clubs cumulent une ardoise importante et s’apprêtent à faire face à de lourdes sanctions. Si ce n’est déjà le cas.

Note
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Jorge Molina (Bétis Séville)
Jorge Molina (Bétis Séville)
Fut un temps, l’Andalousie était un eldorado. Pour retrouver cette image idyllique, remonter en 2008 suffit. Avant la crise, la région la plus peuplée d’Espagne ravissait son monde avec ses paysages de carte postale et ses plages touristiques. Des villes comme Séville et Grenade vantaient leurs histoires respectives, mêlant catholicisme et islam, pendant que Cadix et Málaga faisaient valoir leurs longs rivages de sable. Puis, la crise. La communauté autonome du Sud de l’Espagne découvre alors les fermetures d’entreprise, le chômage et les travailleurs clandestins. Aujourd’hui, les chiffres font froid dans le dos. La dette de la région s’élève à plus de 20 milliards d’euros – soit 13,4 % de son PIB – pendant que la courbe du chômage s’envole – 35,79 %, et même 66,49 % chez les moins de 25 ans. Oui, il y a quelque chose de grec en Andalousie. Face à cette soudaine descente aux enfers, les clubs de football andalous ont suivi peu ou prou le même destin. Malgré cinq clubs en Liga, le ballon rond local se porte mal. Très mal.

L’Hacienda, et maintenant les mairies

En juin dernier, l’UD Almería composte son ticket pour la Liga, deux ans après l’avoir quittée. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le fanion UDA – pour Unión Deportiva Almería – ne revient pas chez les grands pour gonfler le chiffre de la dette abyssale. Le club ne doit que 200 000 euros, soit 2 % de son budget de l’an dernier. Mais Almería est un mirage en Andalousie. Car ses quatre autres comparses de l’élite connaissent, eux, des comptes bien dans le rouge. Entre Grenade, Málaga, le FC et le Betis Séville, la dette des clubs andalous avoisinent les 300 à 330 millions d’euros. Des chiffres à donner le vertige qui ont plongé dans la névrose les institutions locales. Car après avoir rendu – ou être en passe de rendre – l’argent que ces clubs doivent à l’Hacienda (ministère des Finances espagnol), les mairies se sentent lésées. Comme l’explique un dossier du País, « l’un des premiers conseils qu’a reçus Miguel Guillén lorsqu’il a pris la présidence du Betis a été de rembourser les dettes que le club avait avec le ministère et d’oublier les dettes avec la municipalité ».

De fait, les différentes municipalités demandent aujourd’hui leurs dus. Dans la capitale andalouse, un accord a été trouvé entre le Betis et la mairie pour rembourser une dette d’un million d’euros d’ici l’horizon 2028. Mais la position bien plus problématique est celle du voisin et ennemi, le FC Séville. Avec 2,8 millions d’euros de créance, le maire Juan Ignacio Zoido ne compte pas faire de cadeau au président Del Nido. Un président qui n’a déjà pas tenu parole sur le précédent accord : un accord qui devait permettre au FC Séville de rembourser sa dette sur 20 paiements fractionnés entre mai 2011 et février 2016. Pas folles, les deux parties seraient sur le point de trouver un accord similaire à celui du Betis. Enfin, concernant Málaga, la situation est encore différente. Alors que la dette des deux clubs sévillans correspond à des impôts impayés, celle de 1,6 million d’euros du Málaga CF coïncide avec la location de la Rosaleda. Propriété conjointe de la mairie, de la députation provinciale d’Andalousie et de la région, le stade malagueño attend toujours que le club buquanero s’acquitte de sa dette…

Séville et Málaga, exemples à ne pas suivre

Grenade et Almería font donc office d’exception. Surtout, ce sont les deux clubs les moins importants de la région. Leur poids est donc moindre. À travers les cas des Sévillans et de Málaga, la Liga voit resurgir des démons pas si vieux : à savoir, une gestion financière calamiteuse. Et entre une UEFA à cheval sur le fair-play financier, un état espagnol qui ne fait plus de cadeau et une Liga dans l’obLigation de s’aligner, les clubs se trouvent sous le joug de grosses sanctions. Concernant les Boquerones, elle est déjà tombée. Incapable de se remettre du départ des deniers de son cheickh, Málaga s’est vu refuser sa prochaine participation à n’importe quelle compétition européenne. Pour le Betis, le recrutement est très encadré par la Ley Concursal. Ainsi, impossible de se payer un joueur à plus de cinq millions d’euros. Pour le voisin de Sanchez-Pizjuán, les 69 millions d’euros récoltés cet été dans les transferts (Negredo, Jesús Navas, Medel, Kondogbia) ne permettent pas tout à fait de remettre à flot le bateau des Palanganas. Eh oui, en Andalousie, la crise n’évite personne. Vraiment personne.

Suivre Robin Delorme sur Twitter Par Robin Delorme, à Madrid
Parier sur les matchs de FC Séville

 





Votre compte sur SOFOOT.com

5 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par bokeron77 le 12/09/2013 à 11:23
      Note : 4  /

    Marre de ns faire passer pour des voleurs, ici, mr robin, vous trouverez trace de la situation financiere ACTUELLE de Malaga...http://malagacf.diariosur.es/noticias/2013-09-09/cuentas-malaga-cuadran-201309090205.html
    http://malagacf.diariosur.es/noticias/2 … 20733.html

    A votre avis, ca fait deux ans qu'on transfere a cout zero ou presque et dans le meme laps de temps (cazorla, monreal, joaquin, rondon, isco sont partis pour un total de + de 80 millions), a côté de cela le cheickh a ferme le robinet il y a plus d'un an...enfin bref, quitte a vouloir faire un article que cela montre une certaine verite, sachant que les 2 clubs les plus endettés comparés aux rentrées financières sont at.madrid et valence quoi...a bon entendeur, de tte facon, on a bien compris on est un peu les "negres" d'Europe...

  • Message posté par bokeron77 le 12/09/2013 à 11:28
      Note : 1 

    et Malaga c'est el club bokeron (anchois, specialité malacitane)...
    euh, buquanero, tu l'as inventé mec, jamais de la vie...

  • Message posté par Costorm le 12/09/2013 à 11:44
      

    Dommage que cet article occulte tout ce qui est terrain, et n'évoque pas notamment l'excellent travail de Mel au Betis (successeur de Del Bosque) malgré, justement, des moyens limités.

  • Message posté par O.G Solskjaer le 12/09/2013 à 12:44
      

    Effectivement, c'eut été sympa de nous parler un peu de l'effectif d'Alméria. Je sais, c'est un article économique, mais vous allez pas en parler ailleurs. je connais très bien cette ville pour y aller souvent, mais j'ai jamais eu la chance de voir jouer son équipe (été oblige),et à part le 8-0 qu'elle a ramassé contre le Barca lors de son dernier passage en Liga, je ne sais pas grand chose d'elle.

    Un connaisseur éclairé?

  • Message posté par momobarca le 12/09/2013 à 13:46
      

    Ben ça a pas été mal pendant un moment. Ils ont fait une belle saison en 2007-2008 en terminant 8èmes, puis 2 saisons en milieu de tableau. Y a quelques joueurs pas dégueulasses qui y ont joué un an ou plus, comme Felipe Melo (!), Negredo, Pablo Piatti... mais ils ont une fâcheuse tendance à virer leurs entraîneurs, ils en "consomment" quasiment un par an, ce qui fait que le club est redescendu, et ils sont promus cette année.


5 réactions :
Poster un commentaire