1. //
  2. //
  3. // Olympique lyonnais/Rennes (1-2)

Lacazette : des sifflets et un malaise

L'attaquant de l'Olympique lyonnais est sorti sous les huées d'une partie du public du Stade de Gerland, samedi face à Rennes (1-2). Symbole d'un début de saison plus que compliqué pour l'attaquant international.

Modififié
11k 29
Il faut remonter au 29 mars dernier pour trouver pareille image. Alexandre Lacazette, conspué par « son » public. Ce soir-là, l'attaquant lyonnais porte la tunique de l'équipe de France face au Danemark (2-0) dans l'antre de Geoffroy-Guichard, fief de l'AS Saint-Étienne, le rival historique de l'OL. Titularisé par Didier Deschamps, le buteur rhodanien est chahuté sur chacune de ses prises de balles par un public stéphanois qui réserve un accueil bien particulier à l'égard des Lyonnais d'origine ou d'adoption (Fekir, Benzema et Jallet essuient les mêmes sifflets). Bien décidé à ne pas se laisser faire, celui qui est alors meilleur buteur de Ligue 1 répond de la plus belle des manières en ouvrant le score à la vingtième minute d'une puissante reprise du pied droit. Jean-Michel Aulas glousse sur Twitter et en profite pour glisser un taquet de plus à ses meilleurs ennemis ligériens : « J'espère que les supporters stéphanois qui sifflent Alex ne vont pas revendiquer leur effet sur le but d'Alexandre, pur talent lyonnais. » Samedi contre Rennes (1-2), le président de l'OL devait rire jaune. Lui qui a récemment réussi à prolonger le contrat de son attaquant vedette de 24 ans jusqu'en 2019, voyait un Alexandre Lacazette remplacé à l'heure de jeu, quittant la pelouse tête basse, sous les huées d'une bruyante partie du public du stade de Gerland. Des sifflets discutables qui ont provoqué de vives réactions entre Rhône et Saône, mais qui restent loin d'être incompréhensibles.

L'imbroglio autour de la prolongation


Plus que les rumeurs Nkoulou, Belhanda, Darder, les départs de Clinton N'Jie et Farès Bahlouli ou les arrivées de Mathieu Valbuena et Mapou Yanga-Mbiwa, le mercato estival de l'Olympique lyonnais restera grandement marqué par le feuilleton Alexandre Lacazette. L'attaquant formé au club, courtisé notamment par le Paris Saint-Germain, Liverpool ou d'autres grandes écuries anglaises, aura mis près de trois mois avant de décider de prolonger son bail d'une année supplémentaire dans la capitale des Gaules. Un feuilleton définitivement clos le 8 août dernier dans les locaux d'OLTV, lors de l'annonce officielle d'un accord entre les deux parties où l'on retrouvait un Lacazette tout sourire posant aux côtés de Jean-Michel Aulas, Bernard Lacombe et Hubert Fournier. Une prolongation accueillie comme une forme de soulagement pour l'entraîneur lyonnais qui n'avait pas hésité à vivement recadrer son attaquant, pointant du doigt son manque d'implication et son comportement lors de la préparation.

« C'était d'abord important pour Alex afin qu'il passe à autre chose. Le staff subissait la situation, déclarait le technicien des Gones lors de la conférence de presse. Mais comme ce que l'on avait vu avec Nabil (Fekir) au moment de son choix de sélection, cela peut perturber un joueur. Le physique est important, mais la tête aussi. » Le principal intéressé déclarait quant à lui être « très content et fier de prolonger l'aventure avec l'OL. Cela a été long et compliqué, mais tout était clair dans la tête. » Lacazette poursuit : « J'ai toujours eu le souhait de rester au club en refusant toutes les offres. Après, c'était à mes conseillers de négocier au mieux de mes intérêts. » Et dans ce domaine, l'international français (8 sélections, 1 but) peut remercier son agent David Venditelli, qui lui aurait négocié un salaire avoisinant les 4,2 millions d'euros par an, faisant ainsi de son protégé le joueur le mieux payé de l'effectif lyonnais. Jean-Michel Aulas avait fait connaître le montant de son offre salariale à la mi-juin, une annonce qui avait fâché le clan Lacazette, vexé de voir ses futurs émoluments divulgués dans la presse. Un litige qui s'était soldé par un gel de courte durée dans les négociations autour de la prolongation.

Un comportement dérangeant sur le terrain


Mais aujourd'hui à Lyon, ce n'est pas tant le salaire proposé à Alexandre Lacazette qui agace. Le meilleur buteur de l'exercice 2014/2015 de Ligue 1 (27 réalisations) et son agent n'ont mis le couteau sous la gorge de personne et c'est bien Jean-Michel Aulas qui a proposé à son attaquant de doubler son salaire par rapport à la saison dernière. Cependant, cette politique de revalorisation salariale des jeunes pépites (Lacazette, Fekir, Tolisso, Lopes, Umtiti, Ferri) avec des salaires multipliés parfois jusqu'à six, inquiète certains observateurs de l'Olympique lyonnais. Car, si l'OL a pu se hisser vers les sommets du championnat la saison dernière en titillant le PSG jusqu'au mois de mai, c'est bien grâce à la capacité des jeunes Lyonnais à faire passer leurs intérêts après ceux du collectif. Ces craintes se sont renforcées lors des deux claques reçues face à Arsenal en amical fin juillet (6-0), puis lors du Trophée des champions à Montréal contre le Paris Saint-Germain (2-0). Alexandre Lacazette participe à l'intégralité de ces deux rencontres, livrant deux prestations transparentes. Surtout, l'attaquant lyonnais montre un visage peu reluisant lors de ces deux matchs. Râleur, désinvolte, sévère avec ses coéquipiers, le Lacazette version 2015/2016 n'a rien à voir avec celui qui a remporté le titre de meilleur joueur de Ligue 1 lors du précédent exercice.


Et la prolongation de contrat couplée à la reprise du championnat ne changent rien à la donne. Contre Lorient lors de la 1re journée (0-0), Lacazette retombe une nouvelle fois dans ses nouveaux travers et quitte même prématurément ses coéquipiers suite à une blessure au dos. Titularisé le week-end suivant à Guingamp, il est de nouveau transparent avant de céder sa place à Claudio Beauvue qui marquera le but de la victoire quelques minutes plus tard (0-1). Car oui, contrairement à la saison passée, la donne a changé. La concurrence sera plus rude en attaque chez les Gones. Avec l'arrivée de Mathieu Valbuena au milieu, Nabil Fekir est repositionné devant et luttera avec Lacazette et Beauvue, les deux Guadeloupéens de l'effectif, pour une place de titulaire dans le 4-4-2 losange d'Hubert Fournier. Samedi, face à Rennes, le technicien lyonnais décidait d'accorder une nouvelle chance au buteur maison. Mais Lacazette, diminué physiquement, a semblé perdu sur le terrain, ralentissant le jeu, pas assez juste dans ses transmissions, se limitant à quelques appels de balles, pêchant dans son replacement… La liste de reproches pourrait être bien plus longue. Alors quand son entraîneur a décidé de le remplacer à l'heure de jeu par Claudio Beauvue, une partie du public de Gerland ne l'a pas loupé. Une bronca digne de celle reçue dans le Chaudron en mars dernier. La plupart des supporters de l'OL présents dans les gradins de l'enceinte lyonnaise ou devant leur télévision n'en revenaient pas, mais oui, c'était bien Alexandre Lacazette, chouchou de Gerland depuis deux saisons qui sortait sous les huées. Impensable. Le capo des Bad Gones, principal groupe de supporters lyonnais, a bien tenté de corriger le tir en fustigeant les sifflets avant de lancer à pleins poumons le traditionnel chant à la gloire du buteur de l'OL, bien repris par le virage nord et salué par Lacazette qui s'est levé du banc pour applaudir et remercier les BG87, mais le mal était fait.

La C1 comme déclic ?


Interrogé sur ces sifflets en conférence de presse d'après-match, Hubert Fournier s'est montré lucide : « Ce n'est jamais facile de sortir sous les sifflets. Il doit comprendre, par rapport à ce qu'il a montré la saison dernière, que les gens sont très exigeants vis-à-vis de lui. Il manque de mobilité, peut-être à l'image de l'équipe, de générosité dans ses déplacements, dans ses efforts pour le collectif. Je pense que les sifflets sanctionnent plus cette léthargie plutôt que ce qu'il a pu rater. » Lacazette, quant à lui, s'est fendu d'un tweet posté quelques heures après le match dans lequel il explique avoir « envie et besoin d'être à 100% pour l'OL » avant de préciser qu'il « prendra le temps de soigner son dos pour revenir au top au plus vite » . Non, les supporters lyonnais ne sont pas en train de brûler ce qu'ils ont adoré, ils viennent simplement tirer les premières sonnettes d'alarme après une préparation catastrophique et un début de championnat mitigé (4 points sur 9 possibles) quelques semaines avant de retrouver la plus prestigieuse des compétitions européennes. Une Ligue des champions qui pourrait bien permettre à Lacazette de se remettre en jambes et de se réconcilier définitivement avec son public.

Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

El Chelito Delgado Niveau : CFA2
Fournier a faire une grosse erreur en faisant jouer ce match titulaire lacazette.
Mais les sifflets sont injustifiable , préciser quand même que les 2 virages ont applaudi et scandé son nom.A lui de montrer qu'il a la caractère et le mental d'un joueur de très haut niveau.Fékir l'année passé quand il avait toute les polémiques, il a mis un doublé on a gagné 5 a 1.

En tous cas, c'est pas l'attaque qui m'inquiète mais le milieu de terrain ,on va faire quoi en champion's avec ghezal , malbranque, ou mvuemba
Où en est la loi contre le harcèlement sexuel au travail ?

Ces chefs qui se permettent de mettre des mains au cul c'est plus possible !
Lacazette donnait déjà la même impression avant sa blessure au dos.
Donc c'est une excuse à mon avis.
Ce qui est plus grave, c'est la (mé)forme physique de l'équipe en général.
C'était la même chose l'an dernier, dommage qu'on en ait pas tiré les enseignements.
Après on perd à Rennes avec 68% de possession (je m'en fous de la possession, vu notre difficulté à nous créer des occasions), mais ils ont fait preuve d'un réalisme rageant, la malédiction du joueur qui vient de quitter le club s'est produite (Mehdi Stéphane).
Soit dit en passant, j'ai été choqué par le plan de jeu de Montanier. Toujours aussi pusillanime, pour ne pas dire petite bite.
J'étais en virage nord samedi, et non malheureusement il a aussi été sifflé par un bon tiers de la tribune, avant que le capo ne remette les choses en place.

Alors ok, son comportement n'est pas acceptable sur le terrain et ok, il n'a pas un niveau justifiant sa revalorisation salariale POUR L'INSTANT, mais les gars, le sifflez pas, sans lui on serait bien loin de la C1 aujourd'hui.
Il va se réveiller nous vous inquiétez pas hihi :)
Arrêtez de vous leurrer, Lacazette a le boulard et n'accepte pas la concurrence à son poste. Point barre.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Ce qui me fatigue avec Lacazette, c'est sont comportement sur le terrain depuis la fin de saison dernière. J'ai l'impression qu'il attend que l'équipe joue pour lui, fer de lance de l'attaque de l'OL.
L'OL brillait l'année dernière parce que chaque joueur jouait pour l'équipe et non pour sa propre gueule.

Je ne blâme pas que Lacazette, faudrait être idiot pour cela. Aulas en est le principal responsable: je ne pense pas qu'offrir de nouveaux contrats lors de la période de transfert soit très intelligent. Offres 1 mois avant la fin de saison afin de motiver les troupes dans a dernière ligne droite (loupée l'année dernière...) aurait fait grand bien et aurait permit d'éviter à ces rapaces d'agents de foutre le bordel lors de l'inter-saison.

Quant aux sifflets... Hum. C'est clairement con. On est supporters, pas siffleurs.
Ça n'empêche pas d'être critique malgré tout.
Les spectateurs l ont sifflé, les supporters on chanté sa chanson juste après sa sortie.
Sensational touch Niveau : District
Soit dit en passant, j'ai été choqué par le plan de jeu de Montanier. Toujours aussi pusillanime, pour ne pas dire petite bite.[/citer]

Avec un certain pusillanime... bon si t'aimes bien Zidane par exemple, t'es un pusillanime

(Toutes mes excuses, j'étais obligé. #Sabri)
Ce qui est frustrant avec Fekir/Lacazette c'est qu'ils ne prennent plus la profondeur comme avant. On voit la différence lorsque Beauvue ou Cornet entrent sur le terrain d'ailleurs, eux qui font des appels qui amènent plus souvent des situations dangereuses. C'est bien d'appeler le ballon en mode "passe la moi, je vais tenter un truc" mais au bout d'un moment, si on construit nos attaques de manière aussi stéréotypée, je ne sais pas si ça va être aussi concluant, d'autant moins que les défenseurs adverses ont eu le temps de contrer ce plan de jeu.

Comme tu dis, Tolisso et Ferri sont clairement les plus inquiétants. Y'a deux choses qui rendent fou: la première c'est que lorsque nos défenseurs sont à la relance, on a un gap absolument fou entre tous les milieux qui sont trop peu nombreux à demander le ballon dans des positions sécurisées (je ne me souviens pas des prises de balle de Tolisso qui semble toucher bien moins de ballon) et surtout, Ferri qui a tendance à jouer de manière très naïve, notamment en reproduisant son "je reçois le ballon, je suis contre le sens du jeu et je vais attendre qu'un défenseur vienne me presser pour tenter soit de faire la passe au dernier moment, soit feinter le joueur qui presse pour repartir en avant": vous remarquerez qu'il a perdu un nombre de ballon notable de cette manière contre Rennes et Guingamp. Clairement, Tolisso et Ferri n'osent plus sur le terrain, ce qui finalement contribue à appauvrir considérablement leurs prestations. Le ballon brûle à leurs pieds. J'en viens à me demander si ce ne serait pas plus intéressant de faire jouer Mvuemba et Malbranque pour le prochain match, histoire que les deux jeunes décompressent un peu et prennent un peu de recul. Clairement, on a besoin de retrouver un milieu de terrain serein qui sait garder la balle et ne pas paniquer face au pressing.

Pour Lacazette, je ne comprend pas qu'il n'ait pas été sur le banc lors de cette rencontre, je comprends d'autant moins le choix de le faire jouer sous infiltration quand on sait qu'une période d'indisponibilité va s'en suivre.

Après, il ne faut pas tout noircir: y'a tout de même des phases de jeu intéressantes (dans le jeu court entre Vlabuena, Fekir notamment) et des occasions qui, avec des jambes un peu moins molles et en proie au doute, seraient rentrées. Il suffit de peu de choses pour huiler les mécaniques: quand tu vois que Marseille en colle six après deux matches perdus, tu te dis qu'il suffit d'un déclic, un but marqué tôt, pour que la confiance revienne dans les rangs.

Et par pitié, ça suffit les extravagances sur coup franc, tentez déjà de la cadrer avant de vouloir faire du Juninho (oui Coco, c'est à toi que je parle).
ToxikCheese Niveau : Loisir
Ce n'est pas parce qu'un joueur a tout déchiré la saison d'avant qu'il a le droit d'être mauvais la saison d'après.

Après, siffler un joueur hors de forme au début d'une saison, c'est également débile. Est ce que ça prolongation de contrat lui ai monté au cerveau ? Je ne pense pas...

Apparemment il serait blessé, donc pourquoi le faire jouer ? Est-ce qu'il a fait le forcing pour être aligné ou est ce que cousin Hubert décartonne ?

Bref, s'il est blessé, c'était pas une bonne chose qu'il joue, et ça peut expliquer son niveau de merde. Si il a le boulard et qu'il traine la patte, c'est un connard et Hubert est aussi un connard de persévérer à l'aligné titulaire alors que Beauvue à démontrer, sinon du talent, à minima une envie et une motivation certaine.

L'autre question récurrente chaque début de saison, c'est notre niveau physique affligeant... On est hors de forme à chaque début de saison depuis Claude Puel... Ya forcement un truc qui va pas...
Ras la Goule Niveau : District
On pourra toujours trouver sévères les sifflets qui ont accompagné sa sortie samedi (et je me rappelle encore d'il y a quatre ou cinq ans, époque Lisandro ou peu de monde semblait croire en lui... rien que pour les progrès continus qu'il a affiché depuis, il mérite le respect).

Au-delà de ça, il faut aussi qu'il prenne conscience de ce que la saison qu'il vient de réaliser implique pour lui : plus d'attentes, donc plus d'impatience, des joueurs pourtant "meilleurs" que lui ont tous eu le droit à leurs sifflets (Bernabeu qui siffle Cristiano par exemple... ou pour rester en France, Ibra à Paris). Maintenant faut qu'il en sorte plus fort, cette saison est celle de la confirmation... celle qui doit l'envoyer à Manchester ou Arsenal plutôt qu'à Newcastle.

On passe pas de héro à zéro du jour au lendemain... et je reste persuadé qu'il nous montrera des belles choses cette saison, c'est pas des sifflets après un match ou toute l'équipe a été en dessous qui l'arrêteront.

Après je suis rarement d'accord avec Pierre Ménès (rien que ses remarques sur le mercato lyonnais me sortent pas les trous de nez) mais pour une fois je l'ai trouvé pertinent : à la place de Fournier, ton buteur tu le protèges en public, surtout quand tu sais qu'il a besoin de retrouver la confiance...
joker7523 Niveau : CFA
Je pense que l'environnement ou le contexte ( mauvais résultat, déception, inquiétude) peuvent amené certains à être versatile sur le moment. Attention je dis pas que c'est très futé loin de là mais je prend les pari que si Lyon fait 9 sur 9 avec les même performances de Lacazette ça passerait tranquille malgré son début de saison compliqué.

Je me souviens que Pauleta avait été sifflé une fois lors d'un PSG Toulouse saison 2004-2005, à la dernière seconde Pauleta à juste à poussé le ballon dans des cages vides et la met au dessus à cause d'un faux rebond ( après le match en interview, Pedro promettait même de plus jamais faire "l'aigle" après chaque but étant vexé par la réaction des supporters parisiens et pourtant c'était déjà Pedro. La seule fois que j'ai vu Pauleta "remis en cause" par les supporters mais au final je reste persuadé que ça venait plus d'une saison totalement raté par paris cette années là que pour les performances même de notre numéro 9 favori ^^.

Après l'erreur aussi est d'avoir multiplié des salaires de manières précipités dans la réflexion car oui à cet âge surtout en finissant deuxième ça tourne et gonfle le cerveau et si la préparation fût raté la principale cause numéro 1 c'est surement ces petites histoires.

Fournier aussi à raison à mon avis lorsqu'il explique que l'équipe à dû se dire qu'il fallait juste revenir sur le gazon pour refaire la même saison que l'année dernière or c'est là qu'il faut confirmé puis les équipes de la ligue 1 les connaissent à présent.

Le mec faut qu'il se réveille tout de même assez vite car la C1 se rapproche et c'est à ce moment là qu'il faudra être prêt car avec un état d'esprit comme ça Lyon aura vraiment aucune chance de faire un exploit car la saison sera vraiment longue et chargé pour cette jeune équipe et la pression à aussi le pouvoir de transcendé ou au contraire de provoqué un écroulement.
Frenchies Niveau : CFA
Y a rien de pire que donner un impression de "boulard" ... les supporters c'est une chose, mais ses coéquipiers avant tout quoi!
ça devrait avoir le don d'énerver "ses concurrents" notamment les nouveaux.

Ceci découlant d'un caprice (être revalorisé "le plus possible") telle une diva.
alors que t'es censé attaquer l'année de la "confirmation" serein -_-

bon après sa vraie ambition cette année (celle qui pourrait lui faire prendre le plus de valeur) ça sera surtout la deuxième moitié de saison qui comptera ...
si à noël il n'a scoré que 10x mais qu'en 5 mois il score 20x: il jouera à l'euro !!!

Note : 1
On se souvient surtout qu'Alexandre Lacazette l'an dernier était bien plus qu'un buteur: il se battait comme un acharné pour gêner la relance adverse, il grattait de bons ballons de contre attaque, il participait énormément au jeu et surtout à sa fluidité. Et c'est ainsi qu'il a réussit à marquer autant.

Rien de tout ça actuellement. Alors si c'est effectivement du à un manque de forme, il semble qu'il ne soit pas exempte de reproche sur ce point, mais du coups, autant qu'il se soigne correctement. mais effectivement, ses prétentions salariales étant en augmentation, on est en droit de lui demander d'à minima faire les efforts qu'il faisait alors. La réussite, on n'y peut pas grand chose, mais l'investissement personnel est un du.
Note : 2
La méforme de Lacazette est un non problème, il suffit qu'il plante un but et la confiance lui reviendra tout seul. Ce qui m'inquiète le plus c'est la capacité de cette équipe à jouer contre des formations plus fortes surtout du point de vu mental. Contre Arsenal ils se sont gravement chiés dessus, contre Paris c'était pire ils ont sorti un non-match... et là on parle de rencontres sans véritable enjeu, en poule de C1 ça sera une autre histoire. La saison dernière c'était pareil, contre le PSG et l'OM sans une bonne dose de chance et un grand Lopes on se fait démolir sur les 4 rencontres.

À l'époque de Garde l'équipe était aussi jeune et inexpérimenté mais on sentait qu'ils avaient le mental et les couilles pour aller chercher des matchs à enjeux, avec Fournier on dirait une équipe d'enfants qui peut sombrer à tout moment et ça c'est très inquiétant.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Hubert, c'est pas comme ça qu'on prend la température d'un match.
Note : 1
Putain, j'avoues que j'ai pas vu les matchs mais je vous trouve dur avec Lacazette, les lyonnais. Il est si peu implique que ca ? parce que bon, c'est que le 3e match de la saison, il a le droit de monter en regime lentement non ? parce qu'en plus, si je me rappelle bien, l'an dernier a la meme epoque, voire meme en septembre encore, y avait pas grand monde pour defendre Fournier et ses joueurs. Beaucoup meme demandaient deja la demission de Fournier a cause du debut de saison catastrophique. Et puis on se souvient de la suite de la saison que vous avez faite, donc peut etre qu'un peu de patience pour Lacazette ca serait pas mal non ? mais bon, comme j'ai dit, encore une fois j'ai pas vu les matchs, donc je me fies a vos avis.
Andreï Rublev Niveau : Loisir
Ca donne raison aux clubs qui vendent vite parce que s'ils s'effondre, Aulas s'en mordera les doigts.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11k 29