Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Labrune joue gros au mercato

Le président de l'OM doit trouver un avant-centre pour son équipe. Comme si ce n'était pas déjà assez compliqué, il faut faire avec des finances serrées et des clubs qui convoitent dans le même temps Michy Batshuayi.

Modififié
En partageant les points avec Bordeaux pour la 19e journée de Ligue 1, l'OM a donc terminé la phase aller de ce championnat à la 10e place. Bien loin des attentes du début de saison, et ce, même après le départ de Marcelo Bielsa au début du mois d'août. Pour l'instant, le club parvient habilement à maquiller la tristesse de la situation avec une bonne dose d'espoir. Après tout, le club n'est qu'à deux petites victoires, six points, du podium. Et dans un championnat où Caen et Angers jouent les trouble-fête, il y a de quoi envisager une remontée sur les 19 journées restantes. C'est une façon de voir les choses. Car l'OM est également à six points du 18e et premier relégable Guingamp. Et vu le budget du club, cela fait franchement tache de n'avoir qu'une unité de plus que le GFC Ajaccio, dont le budget à l'année est loin d'atteindre le montant du transfert du seul Giannelli Imbula. Si le club a vu beaucoup d'argent transiter à l'intersaison avec les transferts de Rekik, Ocampos, Payet ou encore Thauvin, la notion d'équilibre était toute relative : à la clôture du mercato, pour un Michy Batshuayi absolument seul au poste d'avant-centre, il y avait trois latéraux droits avec Manquillo, Dja Djédjé et Isla.

Le couac Lamela


Quelques jours après les faits, Vincent Labrune ne s'était pas démonté et il avait expliqué sa méthodologie dans la presse. Il ne voulait pas recruter pour recruter, donc pas question de tenter le pari risqué de Marcus Berg, le grand Suédois du Panathinaikos. Dans les dernières heures du mercato, le président de l'OM assume, il a préféré se concentrer sur la venue en prêt d'Erik Lamela, un Argentin capable de faire frissonner le Vélodrome. Mais alors que certains supporters ressortaient déjà le cliché du milieu offensif qui posait avec Maradona lorsque ce dernier avait mis le maillot de l'OM en 2011, Lamela n'a finalement pas signé. Un couac qui n'est pas resté sans conséquences pour Labrune. Déjà parce que Michel a rappelé un mois plus tard qu'il y avait un problème dans la composition de l'effectif. « Je n'ai demandé qu'une chose, c'est un renfort devant. Le départ de Gignac était prévu depuis déjà trois mois, il fallait donc le remplacer bien avant » , déclarait en substance l'Espagnol. Labrune, qui ne voulait pas mettre en concurrence son joyau belge de peur de le voir perdre de sa valeur, voit le système se retourner contre lui : à trop jouer, Batshuayi s'est installé dans un confort et prend tous les shoots. Ça ravit peut-être son président, fan de NBA, mais pas ses coéquipiers. « Michy est un mec sympa, mais sur le terrain, il ne pense qu'à lui. Il ne joue jamais en retrait, jamais en une-deux... Tu ne peux pas te servir de lui comme appui s'il reçoit une passe, il essaiera d'y aller tout seul tout le temps » , confiait l'un d'eux, sous couvert d'anonymat, à RMC ces derniers jours.

Labrune n'est pas trop du mois de janvier


Au mercato, Labrune va donc devoir agir. Pour l'instant, le mois de janvier ne lui réussit pas trop depuis qu'il est à la tête de l'OM. Pour le premier, en 2012, il prend la décision de vendre Lucho González à Porto pour 2 millions d'euros. Humiliation suprême, l'OM ne reçoit pas de chèque, mais n'a juste plus à payer un bonus au club portugais, qui a donc gagné 22 millions en laissant le joueur deux saisons et demie à Marseille. L'année suivante, il sent qu'il peut viser la deuxième place avec Baup. Alors il charge son directeur sportif, José Anigo, de faire des coups au mercato. Pour une réussite, Romao, il doit également faire avec Kadir, Sougou et Samba sous contrat pendant plusieurs saisons. Enfin, la saison dernière, il pense faire le coup du siècle en arrachant au dernier moment Lucas Ocampos, un souhait de son entraîneur, à un concurrent direct. Mais celui qui était considéré comme un crack mondial à ses débuts à River Plate ne met plus un pied devant l'autre depuis quelques mois, devenant même le plus mauvais joueur sur le terrain d'un match de Coupe de la Ligue disputé à Bourg-en-bresse...

Quel ami appeler ?


Plus que jamais en première ligne aux yeux des supporters, qui constatent qu'il est à l'origine des départs du club de Diouf, Deschamps, Anigo et Bielsa, Vincent Labrune, va devoir montrer qu'il peut très bien se débrouiller tout seul, avec son réseau perso. Chance ou pas, les gens qu'il a rentrés en favoris dans son téléphone ont des solutions à lui proposer. Ses nouveaux amis de Doyen Sports pourraient par exemple lui sortir un Leandro Damião du chapeau. L'international brésilien était présenté comme une pointure en 2013. Mais il n'a pas quitté le Brésil depuis, ce qui n'est peut-être pas bon signe. Autre possibilité, faire appel à son agent fétiche, Meissa N'Diaye, qui est déjà derrière les quatre réussites récentes de l'OM : Benjamin Mendy, Michy Batshuayi, Georges-Kévin Nkoudou et Lassana Diarra. Le conseiller a également dans son catalogue Wissam Ben Yedder, qui veut quitter Toulouse. L'attaquant formé au futsal a le profil parfait. Il peut évoluer en pointe, mais aussi sur un côté, connaît la Ligue 1, est opérationnel immédiatement et même disponible pour disputer les 16es de finale de la Ligue Europa. Mais il faut pour cela réaliser un transfert, chose sur laquelle Labrune ne peut peut-être pas trop s'engager, lui qui a budgété une cinquième place cette saison devant la DNCG. Reste donc la solution de se faire prêter un joueur d'un plus gros club en manque de temps de jeu. Honda du Milan AC ou Ciro Immobile de Séville ? Attention, car en parlant avec des clubs, on aiguise aussi leur appétit. Et le but du jeu, c'est d'épauler Batshuayi, pas de lui trouver un successeur au pied levé.


Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 2 il y a 4 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 4
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom