1. //
  2. // 8e
  3. // Arsenal/Milan

La vie sans Wenger ?

Ce soir, Arsenal s’apprête à se faire éliminer par Milan après sa défaite (0-4) à San Siro. Sauf que depuis ce naufrage, quelque chose a changé chez les Gunners. Un changement qui ne porte pas nécessairement la marque d’Arsène Wenger. Allons bon !

Modififié
0 11
Il y a trois semaines aux alentours de 22h50, Arsène Wenger était démonté. Dans tous les sens du terme. Son Arsenal chéri venait de se prendre une ratatouille soignée par Milan (0-4), la plus belle encaissée à ce jour en Ligue des champions. Mais bizarrement, ce matin, l’Alsacien y croit un peu. Pas beaucoup mais un peu et c’est déjà considérable quand on connaît la quasi impossibilité de la tâche qui attend ses ouailles ce soir à l’Emirates Stadium. Évidemment, la première explication tient en une évolution logique d’un état d’esprit avec un peu de recul. Mais il n’y a pas que ça. Car depuis ce démâtage lombard, Arsenal a transformé ses différents terrains de jeu en véritables cours des miracles. Oh, pas immédiatement bien entendu puisque quelques jours après, les Gunners se faisaient de nouveau détrousser par Sunderland en FA Cup et une nouvelle occasion envolée de gratter un petit quelque chose pour la première fois depuis 2005.

Oui, à ce moment-là, on se disait que les Londoniens étaient en train de dévisser pour de bon. Et encore davantage après une demi-heure de jeu face à Tottenham il y a dix jours. Deux buts de retard et la promesse d’un calvaire absolu face à ceux contre qui les Arsènaux ne peuvent pas se permettre ça : tout le monde mais pas les Spurs, pitié ! C’est alors que les Canonniers ont rechargé leur barillet pour planter un cinq coups dans la peau du voisin. Idem, le week-end dernier à LiverpoolArsenal aurait dû retourner aux vestiaires à la pause avec deux ou trois buts dans l’arrière-train. Avant que Robin Van Persie ne sorte deux nouveaux tours de sa boîte à malice. Deux succès qui ne portent pas le sceau d’Arsène Wenger. Et ça, c’est nouveau…

Pour la première fois, Arsenal a porté Arsène

En ces deux occasions, on n’a pas vu réellement la patte du manager londonien, celui dont on dit qu’il fait absolument tout au club, la pluie comme le beau temps. Non, ces deux fois, Arsenal s’en est remis à un mélange de volonté, de talent individuel et, soyons honnêtes, de chance. Celle qui a si souvent fait défaut aux Canonniers lors des saisons passées. Comme un symbole d’un renversement de tendance. Quand la guigne traditionnelle se transforme en réussite providentielle. Quand les fondamentaux collectifs font place à la classe de quelques-uns, et surtout d’un en particulier. Quand l’absence de caractère historique laisse place à quelques paires de cojones dont on ignorait l’existence. Quand, finalement, Arsenal, dépouillé de ses atours habituels, va puiser dans tous les ingrédients qui lui ont toujours fait défaut.

Et au fond, ces inversions des atouts qui ont permis aux Nord-Londoniens de rester en vie en Premier League, disent probablement que pour la première fois depuis quinze ans, ce n’est pas Wenger qui a porté Arsenal mais Arsenal qui est venu à la rescousse de Wenger. Une sorte de cordon ombilical coupé que l’on peut lire de deux manières. Ou bien cela signifie que les Gunners ont franchi un cap et qu’ils sont capables d’aller au-delà des préceptes enseignés par Maître Arsène. Ou bien qu’ils sont désormais capables de survivre sans lui… Ce soir, une victoire validerait en tout cas le retour des Gunners au premier plan. La qualification, elle, n’est qu’une chimère, un fantasme. Mais depuis quelques jours, les rêves existent de nouveau à Arsenal.

Le match en live ce soir sur SO FOOT à 20h45

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

RahXephon Niveau : CFA
Donc quand ça va mal, c'est toujours la faute de Wenger, et quand ça va bien, ce n'est surtout pas grâce à lui ? Génial.
Mario De Napoli Niveau : District
C'est quoi la côte pour Arsenal vainqueur de la Champion's League 2012 ? :)
MilanistaCorsu Niveau : District
C'est incroyable de voir que des gens croient encore à la qualif d'Arsenal... Ils pensent que Milan, c'est Fulham ?
Sur le dernier mois, Milan est, avec le Real, la meilleure équipe d'Europe. Reste à voir si cela sera toujours le cas en avril-mai...
Donc d'après l'auteur de l'article Wenger n'aurait jamais enseigné à ses joueures des principes tels que la grinta et le réalisme?? Je lis bien, c'est écrit "aller au-delà des préceptes enseignés par Maître Arsène"
Raisonnement en carton, Monsieur Dave. Il faudrait arrêter de prendre Wenger pour un mec naïf et étroit d'esprit, d'ailleurs aucun entraineur ferait l'impasse sur les principes que vous mentionnez. Par contre que l'attitude des joueurs ait changé, ca c'est bien possible. Comme ils ne peuvent plus compter sur le beau jeu, ben peut-être qu'ils compensent sur le reste (chose qu'ils ne faisaient peut-être pas avant)
je réagis ici parce que c'est la 3ème fois que je vois cette faute dans les commentaires : une cote de pari s'écrit sans ^ sur le o. Merci de faire attention dorénavant :-)

Sinon c'est une côte de porc et ça n'a rien à voir...
MerveilleuxJuanito Niveau : District
Arsenal fait une saison tres irrégulière, mais pas catastrophique dans l'ensemble (ils sont toujours en course pour le podium, c'est a dire a leur place!). Il y a certes eu du catastrophique (8 buts pris face a MU ou l'aller a milan) et du très bon (7-1 vs blackburn, 5-2 vs tottenham). Compte tenu de l'enfer que wenger a subi au mercato et toutes les blessures, c'est même vraiment honorable d’être la ou ils sont. Enfin surout merci Van Persie qui fait une saison a la Shearer grande epoque.
Il me semble que l'auteur ne cherche pas à démonter Wenger... Mais plutôt à démontrer qu'étant donné la situation fragilisée de leur coach, les joueurs se sont sorti les doigts en arrêtant de se reposer sur leurs lauriers afin de lui venir en aide.

Donc en gros, mis à part le facteur chance, sur les deux derniers matchs, ce ne sont pas les consignes de tonton wenger qui ont ramené la victoire, c'est une grinta collective que l'on n'a que rarement vu chez les gunners ces dernières années.
@RahXephon

Effectivement c'est l'idée, et il d'après l'auteur les victoires sont principalement dues à la chance.

"La vie sans Wenger ?", un titre accrocheur qui laisse penser que son poste est en danger (après 2 victoires consécutives contre des rivaux dans la course à la LDC, vraiment ??), mais pas vraiment en rapport avec l'article... qui lui est tout simplement sans fond (Jugement subjectif, bien entendu).
@ mankor: comment tu peux être certain (au même titre que l'auteur) que Wenger demande pas à ses joueurs d'être plus teigneux?
Et puis quand tu recrutes Marouane, si c'est pas pour sa grinta c'est pour quoi??

Wenger a jamais été opposé à la grinta et l'attitude de killer. Que des mecs comme Berkamp, Henry, Van Persie (pour le côté killer) ou Vieira, Fabregas, Wilshere plus récemment (pour la gnaque) aient été des pilliers de l'équipe le prouve.
Mario De Napoli Niveau : District
Merci pour ton attention Bud Light bon et sinon la cote en question, personne n'a pris la peine de me la communiquer ... maintenant qu'elle a déjà perdue de sa valeur
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 11