1. //
  2. // Aston Villa/Chelsea

La vie sans Drogba

Pour la première fois de la saison, Carlo Ancelotti devra composer sans son buteur attitré, Didier Drogba. La manière dont les Blues vont gérer leur périlleux déplacement à Aston Villa sans leur buteur ce samedi en dira un peu plus sur la réelle profondeur d'effectif du champion sortant. Et donc sur sa capacité à tenir la cadence sur la durée.

0 0
On va enfin savoir ce que Chelsea a dans le ventre. Non pas que le déplacement à Birmingham pour affronter la nouvelle équipe de Gérard Houllier soit plus difficile à négocier qu'un autre. Après tout, Chelsea a marché sur tous ses adversaires ou presque depuis le début du championnat, alors ce n'est pas une équipe dont la star s'appelle Emile Heskey qui devrait effrayer les Blues. Ben si, justement. Parce que vendredi en fin de matinée, une mauvaise nouvelle a frappé le champion en titre. Didier Drogba, auteur de six buts en sept matchs de championnat, ne sera pas du voyage. Grippé, l'Ivoirien manquera aux Blues pour la première fois de la saison.

Le bon côté de la chose, c'est que Carlo Ancelotti ne se devrait pas se gratter la tête bien longtemps pour combler le vide laissé par l'ancien Guingampais sur le front de l'attaque londonienne. Il n'y a pas pléthore de possibilités, d'autant que le cadet des Kalou n'a pas encore repris l'entraînement suite à sa blessure à la cuisse. Replacer Anelka dans l'axe, son poste originel, semble donc être l'option la plus judicieuse. Mais derrière l'évidence de cette solution se cache le vrai tendon d'Achille du champion d'Angleterre : son banc de touche. Si le onze titulaire des Blues est parfaitement huilé et fait légitimement peur, tous les postes ne sont pas doublés, en attaque notamment. Les jokers offensifs d'Ancelotti s'appellent Sturridge et Kakuta. S'ils ne sont pas dénués de talent, les deux jeunots sont encore un peu tendres pour faire oublier les titulaires, même pour des bouts de matchs. Du coup, dès que l'un des ténors de l'attaque a un coup de moins bien, comme ce fut le cas avec Drogbiche lors de la courte défaite à City lors de la sixième journée, Chelsea redevient une équipe ordinaire. Donc battable.

Pour la première fois de l'ère Abramovitch, la balance arrivées/départs a été déficitaire chez les champions d'Angleterre l'été dernier (départs de Ballack, Carvalho, Joe Cole et Deco, à peine compensés par les arrivées de Ramires et Benayoun). Yossi Benayoun, recruté pour faire souffler Florent Malouda, est déjà out pour six mois. Le Guyanais devra donc être au taquet jusqu'au printemps. Et l'absence d'un second avant-centre de métier risque de pénaliser à terme les Blues quand on sait à quel point le championnat d'Angleterre sollicite les organismes. Sans parler des forces laissées le mercredi pour essayer, enfin, de conquérir la Coupe aux grandes oreilles. Au passage, l'édition 2011 ressemble fort à ce qui pourrait être la dernière chance pour la génération Lampard-Drogba-Terry de rafler le Saint Graal. On ne le dit pas assez, mais les trois lascars affichent 94 ans à eux trois. Rien ne dit donc que Chelsea, leader incontesté de Premiership à l'heure actuelle, le sera tout autant au soir de la 38ème journée. Ou même de la huitième.

Aston Villa/Chelsea, aujourd'hui à 18h30

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La der de Puel ?
0 0