1. // Top 100
  2. // Entraîneurs
  3. // 10e place
  4. // Brian Clough

La vie de Brian

Que faut-il retenir de Brian Clough? L'Angleterre, aveuglée par les succès, le charisme et les bons mots, a choisi de ne garder que la face présentable de l'ancien entraîneur de Nottingham Forest, avec qui il surgit du néant pour chiper deux Coupes des champions de suite, en 1979 et 1980. Une vision partielle qui ne reflète pas la vérité d'un homme complexe.

Modififié
82 50
Lorsque Brian Clough débarque dans la forêt de Sherwood en 1975, Nottingham Forest végète en deuxième division. Lui a pile 40 ans. Sa carrière de coach est à un carrefour. À Derby, il a connu une réussite extraordinaire, remportant le titre au nez et à la barbe du Leeds surpuissant de Don Revie. Mais il traîne aussi une double expérience malheureuse, d'abord à Brighton (D3), et surtout à Leeds, où il n'est resté que 44 jours, le temps d'une intersaison calamiteuse. Clough finit la première saison mi-figue, mi-raisin, à une petite huitième place de deuxième division. Mais il impose déjà sa méthode : à lui la motivation, et à Peter Taylor, son inséparable compagnon rencontré lors de ses années de joueur à Middlesbrough, la recherche de talents et le sens tactique. La recette avait marché à Derby, elle marchera à Forest : grâce aux venues de Archie Gemmill, John Mc Govern, Peter White et à l'éclosion de Woodcock, Robertson et Viv Anderson (premier joueur noir sélectionné en équipe d'Angleterre), voilà Nottingham parmi l'élite en 1977. La saison 1977–1978 est celle de la consécration. Liverpool, intouchable en Europe et double champion d'Angleterre, semble, à l'époque, imbattable. Mais Forest démarre au taquet, trois victoires d'affilée, prend confiance et tient le rythme. Pour stabiliser leur défense, Clough et Taylor achètent Peter Shilton, déjà international depuis presque dix ans, mais qui se prépare alors à une carrière de club à la Gordon Banks, sans trophée ni chair de poule. C'est un coup de maître. Forest ne perd que trois matchs dans la saison, n'encaisse que 24 buts en 42 journées, et en marque 69. Le style est déjà là : une défense physique, un milieu travailleur, une attaque où force et finesse font bon ménage. Forest exploite les vertus du jeu anglais, mais en jouant le plus souvent au ras du sol. De mi-novembre à fin mai, l'équipe ne perd pas un match. Alors que Forest compte cinq points d'avance au Nouvel an, Brian Clough déclare : « La dernière fois que Nottingham s'est retrouvée cinq points devant tout le monde, c'était dans un match de Cricket. »

Manager of the year


Finalement, Forest est champion avec sept points d'avance sur Liverpool. Kenny Burns est désigné joueur de l'année, Clough manager of the year. Septembre 1978, Nottingham attaque la Coupe d'Europe des Clubs champions contre… Liverpool, vainqueur des deux dernières éditions. Le héros s'appelle Gary Birtles. Acheté dans un petit club amateur, Birtles ouvre la marque et fait une passe décisive pour son premier match avec Forest (2-0). Puis, c'est le match de l'année, au City Ground, en demi-finale contre Cologne. Forest est mené 2-0, les supporters craignent le pire. Pourtant, rapidement, Nottingham refait surface, mène 3-2 et se fait rejoindre par un but du Japonais Okudera. Un match de pure folie offensive, joué à cent à l'heure sur un champ de patates indigne d'une équipe de district. Au retour, Forest n'a qu'une seule occasion, mais Ian Boywer la met au fond d'un coup de tête rageur (1-0). En finale, Trevor Francis, acheté 1 million de livres, catapulte le ballon dans les cages de Malmö. Cette année-là, Forest met fin à son invincibilité de 42 matchs en championnat, finit la saison deuxième du championnat derrière Liverpool, mais remporte encore la Coupe de la League. La saison 79-80 marque les premiers accros pour Clough et Forest. O'Neil et Archie Gemmill quittent le club, fâchés avec leur manager qui les a écartés de la finale de Coupe d'Europe. Woodcock s'enfuit à Cologne. Au mois de mars, l'équipe est au plus mal. Larguée en championnat, elle perd à domicile son quart de finale aller contre le Dynamo Berlin (0-1), puis la finale de la Coupe de la League contre Wolverhampton avec un but ridicule offert à Andy Gray par Needham et Shilton. Mais Trevor Francis se réveille, et c'est finalement John Robertson qui, d'un tir bien placé contre Hambourg à Madrid, permet à Forest de conserver in fine son titre européen. Clough et Taylor quittent le stade bras dessus, bras dessous. Ce sera leur dernier succès commun. La saison suivante, Taylor et Clough se brouillent, sans jamais se réconcilier. Brian ne s'en remettra jamais. Sans son fidèle compagnon, le coach aux succès surprise perd son flair et noie son inspiration dans l'alcool.

Comme son club, Clough vivote encore une dizaine d'années, glanant deux Coupes de la League de plus, échouant en finale de Cup en 1991. Enfin, après 18 ans de bons et loyaux services, tout ce beau monde s'en retourne d'où il vient : en deuxième division. Clough ne vit plus que sur sa capacité à fourguer des exergues aux tabloïds. En échange, la presse lui fout la paix. Pas un mot sur son alcoolisme. Pas un mot non plus sur sa responsabilité dans le suicide de Justin Fashanu, le jeune attaquant de Norwich City qu'il s'était offert en août 1981 pour 1 million de livres. Très tôt, Clough soupçonne son joueur d'être homosexuel. Quand il apprend que Justin fréquente les clubs gays de la ville, le coach dérape. Humiliation publique au milieu du vestiaire : « Tu vas où si tu veux du pain ? Chez le boulanger, probablement. Et si tu veux une côte d'agneau ? Chez le boucher ! Alors pourquoi tu vas dans ces clubs de tapettes ? » À plusieurs reprises, Clough traite Fashanu, toujours en public, de « sale gonzesse » . Cette année-là, l'attaquant, traumatisé, n'inscrit que 3 buts. En fin de saison, Clough décide de s'en séparer. Début de la chute pour l'ancien joueur de Norwich. Rares sont les clubs qui acceptent d'aligner un homosexuel dans leur équipe. Surtout quand il a été détecté par Monsieur Clough. Justin Fashanu met un terme à sa carrière de joueur en 1993. Le 2 mai 1998, alors qu'il est accusé d'agression sexuelle par un garçon de 17 ans, il se pend dans son garage. Personne n'ira demander de comptes à Clough.

Il y a aussi ces histoires de pots-de-vin, sur les transferts des joueurs de Nottingham. L'investigation vise notamment le transfert de Teddy Sheringham de Nottingham à Tottenham, en 1992. Là encore, la presse le laissera tranquille. Et puis il y a Brian Clough, le Thatchérien qui s'ignore.

Du Heysel à Margaret


1994. Brian, 59 ans, vient de prendre sa retraite d'entraîneur après la relégation de Nottingham en deuxième division. Pour assurer le maintien de son train de vie, il publie sa première autobiographie et promet, bon publicitaire, du sensationnel. Sur plusieurs pages, Clough revient notamment sur le drame d'Hillsborough. 96 supporters meurent écrasés contre les grilles de protection qui entourent le terrain. Pendant de longues semaines, Liverpool pleure ses morts. Une enquête pointe finalement les manquements des services d'ordre et établit l'innocence des supporters de Liverpool dans la catastrophe. Quelques années après le drame du Heysel, cette innocence, établie de façon formelle, est un véritable soulagement pour la communauté de Liverpool. La ville retrouve une partie de sa dignité et entame le travail de deuil. Mais Clough va choisir de dire une toute autre vérité. Dans sa biographie, il se déclare « convaincu que les fans de Liverpool ont tué d'autres fans de Liverpool. » Les supporters Reds sont, d'après lui, les seuls responsables de cette tuerie. De toute façon, ce sont tous des hooligans. Il n'y a qu'à voir le Heysel…

Outrés par ces déclarations, les habitants de Liverpool se mobilisent pour exprimer leur consternation. Mais Clough, coutumier de ces propos à l'emporte-pièce, n'en démord pas. Invité à s'expliquer lors d'un talk-show à audience, il déclare avoir vu des centaines de fans de Liverpool saouls le jour du match et maintient qu'il s'agit là de la principale raison du drame. La polémique enfle et la bio se vend par palettes. Jackpot. Pendant que Liverpool rumine sa colère triste, Clough compte ses billets. Pas si étonnant que ça, à en croire David Peace qui racontera le passage de Clough à Leeds dans l'excellent 44 jours : « J'ai toujours été frappé par la coïncidence entre la victoire de Thatcher aux élections et celle de Clough en Coupe d'Europe avec Nottingham en mai 1979… Même s'il était de gauche, son appétit de pouvoir, comme sa croyance en l'accomplissement individuel et son attachement à l'idée de famille, le rapprochaient du thatchérisme » . Les voilà maintenant réunis.

L'interview mythique de Clough et Don Revies (ancien coach de Leeds) en 1974
Youtube

Extrait de l'excellent Damned United, film retraçant la carrière de Clough et son passage à Leeds en particulier.
Youtube

À lire : La suite du top 100 des entraîneurs

Remix d'un portrait paru dans le SoFoot #55, mai 2008
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

el santino Niveau : DHR
il y a un film pas mal du tout, sorti il y a quelques années, retraçant sa carrière
"the damned united"
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
Tant que le film n'est pas "goal" ou "goal 2" je pourrais le regarder :)
Pascal Pierre Niveau : Loisir
ce n'est même qu'un téléfilm ! Mais un très bon téléfilm..

que 10ème... tant pis, il s'n fout. Lui déclarait : " « Je ne dirais pas que je suis le meilleur entraîneur, mais je suis dans le top un. »"

Perso, il est dans mon top 1 aussi !
Pascal Pierre Niveau : Loisir
ah bah non, c'est un film...
désolé !!
Godfather Niveau : CFA
Et dire que je n'ai connu Brian Clough que grâce à ce fim exceptionnel qui lui est consacré (The Damned United). J'avais jamais entendu parler de ce type et au final j'apprend après avoir vu ce film que Mourinho n'est en fait qu'une vulgaire réincarnation du grand Brian Clough. C'est dommage qu'il faille attendre un film pour entendre parler d'un des plus managers du football.

Pour ce qui n'ont pas encore vu le film: Jetez vous dessus et le plus vite possible. L'histoire de ce Monsieur est vraiment EXCEPTIONNELLE !!!
C'est discutable comme classement : Il est quasi certain que Guardiola sera devant Clough....Mais va filer un club comme Derby County ou Nottingham Forest à Guardiola et on verra s'il peut faire aussi bien que lui....comme par exemple gagner deux fois de suite la C1.

La réponse est non.

So Foot c'est devenu un sacré mélange du populiste TF1 et du débilisant Foot365...Too bad.
el santino Niveau : DHR
Message posté par Godfather
Et dire que je n'ai connu Brian Clough que grâce à ce fim exceptionnel qui lui est consacré (The Damned United). J'avais jamais entendu parler de ce type et au final j'apprend après avoir vu ce film que Mourinho n'est en fait qu'une vulgaire réincarnation du grand Brian Clough. C'est dommage qu'il faille attendre un film pour entendre parler d'un des plus managers du football.

Pour ce qui n'ont pas encore vu le film: Jetez vous dessus et le plus vite possible. L'histoire de ce Monsieur est vraiment EXCEPTIONNELLE !!!


pareil pour moi
je valide !
J'ai découvert Brian Clough grâce au film Damned United il y'à 3 ans. Depuis j'ai tenté de reprendre à FIFA 12 Derby County et d'en faire un des clubs majeurs d'Angleterre avec des jeunes joueurs British.

Son fils ( Neil qui apparaît dans le film) est d'ailleurs le manager de Derby County.

Je suis étonné que l'article ne fasse pas référence à sa statue et celle de son adjoint à Nottingham.

Autre point et pas des moindres, La télé anglaise a fait une émission sur les meilleurs moments de l'histoire du foot anglais. Le premier concernant un certain entraîneur portugais et sa déclaration. Le documentaire soulignait la comparaison avec un autre manager arrogant et bourré de talent : Clough.
Max_Payne Niveau : CFA
Oh le film a l'air sympa!!
Michael Sheen (The Queen, Frost/Nixon), Colm Meaney (The Van, super film de Frears sur des vendeurs de dwichs irlandais durant le Mondial 90), Stephen Graham (This is England, Snatch, Public Enemies).
Et Peter Morgan derrière la caméra... Du téléfilm de cette qualité, moi je prends avec plaisir!
"Le 2 mai 1998, alors qu’il est accusé d’agression sexuelle par un garçon de 17 ans, il se pend dans son garage. Personne n’ira demander de comptes à Clough."
Un jour en 1986, j'ai humilié un de mes camarades de classe devant tout le monde.
Le 31 avril 2003,il est arrêté pour exhibitionnisme sur la voie publique, puis le 31 novembre 2009,il se suicide...Personne n'est venu me demander de compte....

Etrange votre raisonnement ...
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
le film est l'adaptation de l'excellent bouquin de David Peace The Damned United (44 jours en français, cité dans l'article). à lire absolument
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Mot pour mot le texte dans le So Foot Legend, vous vous étés pas foulés ! :D

Mais l'article est juste sublime, ça passe !
Un grand club Européen qui n'est pas un grand club dans son pays !
Certains clubs sont des spécimens , considéré comme de grand club continentaux mais pas parmit les tout grands de leurs pays !
Si ce n'est peut etre le seul non , ou bien ?
Message posté par Brian Hainaut
le film est l'adaptation de l'excellent bouquin de David Peace The Damned United (44 jours en français, cité dans l'article). à lire absolument


Si tu ne les a jamais lus, lis la quadrologie du Yorkshire (1974, 1977, 1980 et 1983). Du lourd, du très lourd.

Ce qu'a fait Clough (prendre un club de D2 et gagner 2 ans de suite la C1), je doute que quelqu'un le refasse un jour. Putain de génie.
"Personne n’ira demander de comptes à Clough." j'ai envie de dire pourquoi? des preuves de sa culpabilité? oui/non?
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
merde*
y a vraiment un type qui s'appelle woodcock?
c'est mon surnom mais je ne savais pas que ca pouvait etre homologué par l'administration!
Spanky Swank Niveau : District
Message posté par PandiPanda
C'est discutable comme classement : Il est quasi certain que Guardiola sera devant Clough....Mais va filer un club comme Derby County ou Nottingham Forest à Guardiola et on verra s'il peut faire aussi bien que lui....comme par exemple gagner deux fois de suite la C1.

La réponse est non.

So Foot c'est devenu un sacré mélange du populiste TF1 et du débilisant Foot365...Too bad.


Bien entendu que la réponse est non et cette réponse est valable pour l'extrême majorité, si pas la totalité, des entraineurs des grands clubs européens. La comparaison n'a tout simplement pas lieu d'être car la sphère du football est totalement différente d'il y a 40 ans. C'est comme se poser la question de savoir si Merckx aurait pu remporter autant de victoires aujourd'hui qu'il ne le fit durant la fin des 60's-mi 70's. Bien sûr que non, surtout car le professionnalisme est passé par là et le secret (cfr l'interview de Suaudeau et la manière de faire des passes spécifiques aux Nantais) tactique n'existe pour ainsi dire plus.

J'ajouterai, et c'est parfaitement mentionné dans l'article comme dans le film, que Clough, aussi talentueux et arrogant soit-il, n'était plus aussi flamboyant sans son adjoint, dénicheur de talent et tacticien Peter Taylor. Croire qu'un seul homme est à même de réussir par ses seules compétences est utopique et vaniteux à souhait. Il y a des guides, des meneurs, des penseurs et des conseillers, des adjoints qui ensemble permettent à touts les composantes de la réussite d'être réunies.

Et oui le film sur Clough est à voir, ne serait-ce que pour comprendre que l'on peut être un excellent entraineur (bien que l'association arrogance et excellent entraineur me laisse dubitatif), si les joueurs ne veulent rien savoir (cfr ses 44 jours à Leeds), vous n'arriverez à rien.
c'est dommages que Mou l’imitation va se retrouver mieux classer que l'orignal, j'adore la phrase " quand un joueur n'est pas d'accord, on discute 20 min et finalement on décide que j'ai raison ".
milanello44 Niveau : CFA
The Damned United est tout simplement le meilleur film que j'ai eu à voir sur le football comme quoi avec un peu d'effort on peut faire un bon film sur ce sport.
Dommage qu'il soit le seul parmi toutes les daubes réalisés quand on connait l'histoire du football et qu'il soit passé inaperçu.
Merci à Canal+ de m'avoir fait découvert ce film et l'histoire de ce coach très complexe qui ne faisait pas l’unanimité au sein de son club.
Quelqu'un peut me donner une idée des 9 premiers en perspective ?
je n'ai plus tout le monde en tête
Cruyff, Sacchi, Mourinho, Guardiola, Ferguson, Rinus Michel ????
il reste qui à placer ???
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
82 50