1. // CAN 2010
  2. // Equipe du Togo

« La vie d'Olibalé n'est pas en danger »

La GSI Pontivy vient de subir la jurisprudence Pascal Sevran. Annoncé mort en début d'après-midi, le gardien de but Kodjovi Olibalé est finalement toujours de ce monde, transporté en soins intensifs en Afrique du Sud. Entretien avec Philippe Le Mestre, président du club, joint en début de soirée...

0 0
Tout d'abord, comment allez-vous ?


Ben, ça pourrait aller mieux. Il y a des journées comme ça, où on se lève et on pense qu'on est parti pour une belle journée et puis non. Il y a parfois des journées où tout est compliqué.C'est une situation qui dépasse complètement le contexte pontivyen, surtout après l'annonce de son décès en début d'après-midi.

Quelqu'un vous a-t-il appelé pour vous dire que votre gardien était décédé ?


Oui, une journaliste qui était sur place m'a appelé en début d'après-midi et me disait n'importe quoi sur Kodjovi.

Qui a pu démentir cette information ?


C'est une journaliste de RFI qui m'a appelé et qui m'a confirmé que Kodjovi n'était pas mort.

Vous savez pourquoi cette fausse information a circulé ?


Apparemment, ce qu'il s'est passé, c'est qu'au sein du groupe de joueurs togolais, l'information du décès de Kodjovi a circulé. Et les joueurs ont ensuite relayé l'information à quelques journalistes. Ensuite, je me suis battu pour recouper toutes mes informations via l'AFP et Reuters et infirmer l'annonce de son décès.

Comment va-t-il justement ?


Il a été touché par balles lors de l'attentat et a été transporté directement en Afrique du Sud où il y a été opéré. Il n'est pas resté en Angola très longtemps. Tous les soins ont été effectués en Afrique du Sud. Son état de santé est stationnaire et le pronostic vital n'est pas engagé. Sa vie n'est pas en danger.

Mais vous avez des contacts avec la délégation togolaise, des officiels ou les médecins qui s'occupent de Kodjovi ?


C'est très difficile d'avoir des informations. Mes relais sont essentiellement l'AFP, Reuters et quelques journalistes présents sur place. Je n'ai pas directement de contact avec la délégation togolaise. J'en ai via l'épouse du joueur qui est en relation avec plusieurs joueurs de la sélection.

Comment se porte l'épouse du joueur ?


Je l'ai régulièrement au téléphone. Elle est évidemment choquée. Rendez-vous compte, avec deux enfants, quand on apprend ce type de nouvelle... Mais elle a beaucoup de difficultés à récolter des informations fiables. Elle ne sait même pas dans quel hôpital Kodjovi a été transporté. Elle a bien quelques contacts avec des joueurs de la sélection mais c'est tout. La situation est vraiment difficile.

Et vos joueurs ?


Je leur ai appris la nouvelle hier soir à la fin de l'entraînement. Ils étaient évidemment concernés, très aterrés par ce qu'il s'était passé. Vous vous imaginez bien, savoir qu'un de ses coéquipiers a été mitraillé, ça secoue. Il était ensemble jusqu'à ce midi, mais c'était prévu avant les incidents de vendredi. Là, ils sont tous rentrés chez eux et se tiennent informés, comme nous. On attend des nouvelles dans la soirée.

Pour terminer, vous avez reçu des messages de soutien ?


Oui, oui, de la part de la municipalité pontivyenne, des clubs voisins et de l'ancien club de Kodjovi. Les Pontivyens nous soutiennent aussi même si les gens se croisent peu à Pontivy actuellement. Avec la neige qui tombe sans s'arrêter, les gens sont restés chez eux.

Propos recueillis par Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0