1. // Amical
  2. // Nigéria/Argentine

La vengeance de l'aigle ?

Sans être un classique du football mondial, un Argentine-Nigéria, c'est la garantie d'un match à sensation ; tantôt le coup d'envoi, tantôt le coup de sifflet final d'une aventure. A Abuja, Batista espère dénicher des candidats à la Coupe du monde 2014 davantage qu'à la Copa América qui s'ouvre dans un mois. Le Nigéria, qui n'a plus battu l'Argentine depuis la finale des JO 96, cherchera à tenir son rang à domicile.

0 9
Née au football un après-midi d'été 94 dans la chaleur de la banlieue de Boston, la première confrontation entre les Super Eagles et l'Albiceleste accouche d'un 2-1 qui aura procuré quelques frayeurs aux Sud-Américains, sauvés par deux éclairs de ce filou de Caniggia, en réponse à l'ouverture du score de Samson Siasia, l'actuel sélectionneur nigérian.





Mais c'est davantage l'après-match qui restera dans les mémoires collectives. On se souvient surtout de Maradona se pavanant sur le chemin des vestiaires, main dans la main en transmission cathodique. Diego, « les jambes coupées » par les pontes de la Fifa - comme il le prétendra - ne rejouera plus pour son pays. Deux ans plus tard, quelques kilomètres plus au sud, l'Argentine a l'occasion de remporter ses premiers Jeux Olympiques, un titre après lequel elle court depuis 1928 et une défaite contre le voisin et historique rival uruguayen. Les Javier Zanetti, Ariel Ortega et autres Diego Simeone se cassent les dents sur l'une des plus belles équipes africaines de l'Histoire. Les verts et blanc, emmenés par George Finidi, Sunday Oliseh, Jay Jay Okocha, Taribo West et Nwanko Kanu, ne lâchent rien. Après avoir été menés deux fois au score, sur des buts de Claudio Lopez et Hernan Crespo, ils parviennent à recoller au score par Célestine Babayaro, puis sur un but de Daniel Amokachi, avant qu'Emmanuel Amunike ne porte le coup de grâce à la dernière minute du temps réglementaire.





Le Nigéria devient la première équipe du continent noir à remporter un titre international majeur, l'Argentine entamant une longue traversée du désert qui ne s'achèvera qu'en 2004, avec l'obtention de cette médaille d'or tant désirée. Les ciels et blanc se couvriront de nouveau du précieux métal quatre ans plus tard, face au...Nigéria (1-0). Entre temps, les Argentins ont pataugé au Mondial asiatique pour se défaire (1-0) des champions olympiques 96 –dont la majorité est présente sur la pelouse du Kashima Stadium en ce 2 juin 2002- annonçant le naufrage qui surviendra quelques jours plus tard, face à l'Angleterre, puis la Suède, et le retour prématuré à la maison. En 2005, Léo Messi décroche son premier titre avec l'Argentine face au Nigéria, inscrivant les deux pénaltys des siens. Au Pays-Bas, le Rosarino cumule les distinctions de meilleur buteur et de meilleur joueur du tournoi.





Lors du dernier acte en Afrique du Sud, le portier nigérian Vincent Enyeama, réalise le match de sa vie, enchaînant les prouesses devant un Messi qui passe enfin un cap en sélection. La tête à l'arraché de Gaby Heinze, permettra tout de même à ses coéquipiers d'entamer leur Mondial sur une victoire (1-0).





L'ancien milieu des Super Eagles Mutiu Adepoju a tenu à prévenir ses jeunes compatriotes : « Les Argentins deviennent fous quand il s'agit de jouer avec la sélection. Ils dépensent toute leur énergie et sont prêts à tout pour obtenir la victoire, quelque soit l'adversaire » . Avant d'ajouter : «  Au Mondial 94 nous aurions pu l'emporter, mais Maradona a fait la différence. Les supporters nigérians doivent se rendre au stade pour appuyer leur équipe car c'est une rencontre importante » . Sergio Batista, qui a convoqué pour l'occasion des moins de 25 ans évoluant en Europe a souligné lui aussi la valeur de cette partie: «  Ce ne sont pas des joueurs de seconde catégorie. Tout ceux qui sont là ont leur chance de disputer la Copa América, mais aussi d'être à la prochaine Coupe du monde » . Ou comment rendre attractif un match de fin de saison noyé dans un calendrier démentiel...

Florent Torchut

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Et mettre la date et l'horaire du match ça vous dit pas???!!
La meconnaissance et la faiblesse de la lecture de ce match releve de l incompetence on se croirait sur footmercato. A aucun moment n est mentionne l incroyable prestation d Okocha en 94, qui montre soit que l auteur de cet article est un ignare sans discernement aucun, soit qu il n a pas vu le match et a pioche l histoire et les images sur youtube et wikipedia, c est le pire article que j ai lu depuis celui miserable d apadoo sur deschamps.
La meconnaissance et la faiblesse de la lecture de ce match releve de l incompetence on se croirait sur footmercato. A aucun moment n est mentionne l incroyable prestation d Okocha en 94, qui montre soit que l auteur de cet article est un ignare sans discernement aucun, soit qu il n a pas vu le match et a pioche l histoire et les images sur youtube et wikipedia, c est le pire article que j ai lu depuis celui miserable d apadoo sur deschamps.
Lionel a bien fait de se couper les cheveux....
"Les Argentins deviennent fous quand il s'agit de jouer avec la sélection. Ils dépensent toute leur énergie et sont prêts à tout pour obtenir la victoire, quelque soit l'adversaire"

Quel contraste avec nos petites starlettes capricieuses du dernier mondial...
Et la finale des JO 2008 bande de cons ? Cette somptueuse passe en profondeur de Dieu pour di maria...
MESSI meilleur jouor du tournoi !
Zobi. Barçalbiceleste !
quelqu'un a la compo pour ce match? parce que 4-1 j'aimerais savoir qui jouait du côté argentin.
Argentina B :

Adrian Gabbarini, Pablo Zabaleta, Ezequiel Garay (Mateo Musacchio 66), Federico Fazio, Emiliano Insua, Fernando Belluschi (Nicolas Bertolo 62), Mario Bolatti, Alberto Costa (Alejandro Cabral 57), Nicolas Gaitan, Mauro Boselli, Diego Perotti (Franco Jara 69).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les tarés de la Liga
0 9