1. //
  2. // 5e journée
  3. // Groupe C
  4. // Marseille/Fenerbahçe (0-1)

Battus à domicile par une équipe moyenne de Fenerbahçe (0-1), les Marseillais quittent l’Europa League par la petite porte. Après une rencontre marquée par des soucis dans les tribunes du Vélodrome, l'OM risque de regretter ce but encaissé dans les arrêts de jeu face à Glabach…

Modififié
15 40
Ils sont là, tous bien répartis autour du terrain, avec des boucliers. Pourtant, Taye Taiwo n’est plus là. Un cordon de CRS – 300 au total – entoure la pelouse du Vélodrome et oblige Élie Baup à se mettre à l’extrémité de sa zone technique. À vrai dire, à ce moment précis, le coach marseillais s’en fout. On débute la seconde période et, pour la cinquième fois en cinq matchs d’Europa League, les joueurs de l’Olympique de Marseille sont menés. Venus, en partie, pour chambrer, des supporters du Fenerbahçe situés dans les virages et un peu partout, sauf où ils devaient être, dans les tribunes du Vélodrome, profitent de la fin de la première mi-temps et du début de la seconde pour foutre le boxon. Le dispositif de sécurité de l’OM est en émoi, les supporters un peu moins. Défaits pour la deuxième fois de la compétition, et pénalisés par la victoire de Gladbach face à Limassol, les Phocéens sont déjà éliminés de la Ligue Europa.

La semaine du retourné

L’OM a cette fâcheuse manie de prendre des buts sur des erreurs idiotes. Élie Baup a ce sérieux problème qu’il n’arrive pas à faire perdre à ses joueurs cette foutue manie. On joue la 39e minute d’une première mi-temps sans véritable histoire, quand Irtegun se décide à participer à la semaine du « retourné par un défenseur » lancée par Philippe Méxes. Laissé absolument seul au milieu de la surface suite au seul corner turc de la mi-temps, le défenseur de Fenerbahçe a le temps de contrôler le ballon, de se faire un café et de claquer un retourné plus litigieux, mais tout aussi efficace que le défenseur du Milan. Irtegun, auteur d’un match épatant, vient ainsi récompenser la légère domination des siens et, surtout, punir une certaine passivité phocéenne. Trop seul devant, Jordan Ayew a beau se démener, les quelques tentatives phocéennes sont vaines. Bien servi par Raspentino de la tête, Jordan voit sa volée déviée par Yobo, l’ancien de la maison, tandis qu’André Ayew, mis dans de bonnes dispositions suite à un une-deux spectaculaire avec Amalfitano, envoie une drôle de frappe du gauche dans les tribunes du Vélodrome. Menaçant en contre, notamment grâce à Kuyt, les Turcs, eux, manquent de sang froid dans le dernier geste.

Les Turcs à domicile

Revenus avec de bien meilleures intentions en seconde période, les joueurs de l’OM échappent au triste spectacle qui prend place dans les tribunes du Vélodrome, stade Sarakoglu d’un soir. Selon des personnes présentes en tribunes, le chrono affiche la 54e minute quand des supporters turcs, apparemment majoritaires en tribunes, délaissent le triste spectacle offert par les joueurs pour en découdre avec les locaux. Des mômes sont présents en tribunes, mais ça, apparemment, c’est assez secondaire. Comme le match qui a nettement gagné en qualité, notamment côté phocéen. Fermement décidés à revenir dans la partie et emmenés par un Jordan Ayew aux jambes de feu, les Marseillais vont écraser la mi-temps. En se procurant six corners consécutifs, d’abord, puis en pensant ouvrir le score sur une tête d’André Ayew, bien servi par Morel. Entré en jeu à la place de Raspentino, Cheyrou y va de sa patate, comme Barton, puis Fanni, en toute fin de match, qui touche la barre transversale. L’arbitre siffle la fin de la rencontre et, par le même coup, la fin de la campagne européenne de l’OM. Au vu de l’effectif phocéen, c’est peut-être un mal pour un bien.

Par Swann Borsellino
Modifié

C'est la meilleure chose qui pouvait arriver à l'OM dans la mesure ou cette coupe on n'aurait jamais pu la gagner et qu'il vaut mieux tout mettre dans le championnat pour pouvoir rehausser le coefficient français à l'UEFA. (Oui parce que seuls Marseille, Lyon et désormais Paris semblent en mesure d'assumer le statut de club de LDC dans notre triste championnat...)
Partenaires
Trash Talk basket Le kit du supporter Vietnam Label
A lire ensuite Lloris sauve les Spurs
15 40