1. // Barrages
  2. // Euro 2012

La Turquie sort de l'Euro

On s'y attendait. Après les scores des matches allers, aucun retournement de situation n'était envisageable. La République Tchèque, la Croatie et l'Irlande seront à l'Euro 2012 en juin prochain.

Modififié
0 0
Monténégro 0-1 République Tchèque

Bozovic (79è)


Voici, avec Portugal-Bosnie, le seul match à suspense de la soirée. A l'aller les Monténégrins se sont inclinés 2 à 0 avec un but concédé en toute fin de partie. De quoi les rendre encore plus hargneux que d'habitude. Stefan Savic, le défenseur de Manchester City, avait prévenu. Lui et ses coéquipiers y croyaient et étaient prêts à emballer le match. Sauf que vouloir ne suffit pas toujours. Visiblement stressés par l'événement, Vucinic et ses potes passent totalement à côté de la première période. C'est bien simple, pendant près de 40 minutes, rien ne se passe. Les Tchèques contrôlent. Il faut attendre la 39è minute pour voir Damjanovic réaliser un bel enchaînement, contrôle dos au but puis frappe enchaînée, mais sa tentative passe de peu à côté des cages de Petr Cech. Le deuxième acte n'a rien à voir avec le premier. Conscients de laisser filer leur chance, les Monténégrins attaquent pied au plancher. Damjanovic, encore lui, envoie un pétard sur la transversale de Cech après un excellent jeu en triangle avec Vucinic et Jovetic. On joue alors la 50è minute et les 12 000 supporters du Stade Pod Goricom y croient encore. Sauf qu'après la malchance de Damjanovic, arrivent la maladresse de Vucinic (54è) et les parades de Cech (70è). La République Tchèque n'en demande pas tant et tue finalement le match à la 79è grâce à Jiraceck, lequel se débarrasse de Savic d'un petit pont à l'entrée de la surface avant d'ajuster Bozovic. Les Tchèques, à l'expérience, seront de la fête en juin prochain.

Croatie 0-0 Turquie

Après la claque reçue vendredi sur leurs terres, les Turcs avaient à coeur d'au moins sauver l'honneur ce soir en Croatie. Si le nom du qualifié ne faisait donc aucun doute avant le début de la rencontre, on pouvait néanmoins s'attendre à un match plaisant entre les deux formations. Et match plaisant il y eu. Dès la 8è minute, Kazim, seul aux 25 mètres, propulse la gonfle sur le poteau d'un Pletikosa resté immobile. Une occasion qui, si elle avait été concrétisée, aurait pu offrir un match complètement fou. Sauf que cette alerte a eu le mérite de réveiller des Croates sans doute un peu trop sûrs de leur fait. Car le reste de la première période est dominé par les locaux. Mais Olic, Rakitic et Modric n'ont su trouver l'ouverture dans les 45 premières minutes. Peu importe. Avec les trois pions plantés à l'aller, les Croates ont de quoi voir venir et le coaching à la mi-temps a dû être léger. Légère, la seconde période l'a également été pour les Croates car excepté sur une frappe d'Altintop à la 65è, les Turcs n'ont su se montrer dangereux. Au contraire des Croates et surtout de Rakitic, excellent ce soir, qui aura eu plusieurs fois l'opportunité d'offrir la victoire à son équipe, en vain. Gageons qu'il saura être davantage réaliste dans huit mois.


Irlande 1-1 Estonie

Ward (31è), Vassiljev (57è)

Ils l'ont, leur qualification pour un événement majeur depuis 2002 ! Les Irlandais, peu servis par le destin il y a deux ans, peuvent enfin regarder devant. Il est vrai que leur adversaire lors des barrages n'était pas le plus redoutable, mais peu importe. Largement victorieux à l'aller (4-0), les hommes du Trap' ont passé une soirée on ne peut plus tranquille. Sans doute déjà la tête à l'Ukraine et la Pologne, ils ont même permis à leur adversaire du soir de sauver l'honneur. Vassiljev, bien aidé par un Given peu concentré et aux mains moites, inscrit l'unique but estonien de cette double confrontation (57è), histoire que tout le monde soit content. Car cette fois-ci, cette faute de main aura été sans conséquence pour les Irlandais.

Par Sylvain Michel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Nul à mourir
0 0