Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Éliminatoires
  3. // J9
  4. // Gr. A
  5. // République tchèque/Turquie (0-2)

La Turquie garde la main

Solide face à des Tchèques peu actifs, la Turquie continue son bonhomme de chemin dans le groupe A et garde ses distances avec les Pays-Bas (2-0). Un nul à domicile contre l'Islande pour sa dernière journée, et les Turcs verront les barrages.

Modififié

République tchèque 0-2 Turquie

Buts : Selçuk Inan (62e) et Çalhanoğlu (80e) pour la Turquie

On joue la 62e minute dans le Stadion Letna de Prague. Selçuk Inan a le regard froid, celui de l'homme qui souhaite en finir. Prêt à porter la responsabilité pour frapper ce penalty si important pour la Turquie, le milieu de terrain de Galatasaray garde les yeux rivés sur le ballon. Une prise d'élan et une course plus tard, sa frappe prend le gardien à contre-pied et plonge dans les filets tchèques. Avec ce but si important, la Turquie reprend le large sur les Pays-Bas, et laisse de plus en plus planer le doute sur une participation batave dans le tournoi français d'ici huit mois. Et pourtant, c'est la tête lourde que la Turquie jouait cette rencontre, après avoir pris connaissance des attentats d'Ankara survenus cet après-midi, faisant état d'au moins 86 morts et 200 blessés. La meilleure des réponses à ces actes était à donner sur le terrain. Mission accomplie pour les Turcs, en route pour les barrages.

Šural, tête de turc


D'entrée de jeu, les Turcs sont les premiers à mettre le pied sur le ballon. Un partage des points suffirait pour maintenir les Pays-Bas dans le rétroviseur, mais commencer à faire des calculs mathématiques, ce n'est pas la politique de la maison chez Fatih Terim. Élément central des premières timides offensives, Arda Turan ne peut pour l'instant pas trouver l'ouverture suffisante pour inquiéter Tomáš Vaclík, gardien titulaire. Hé oui, Petr Čech, capitaine lors du dernier match contre les Lettons, cire le banc de touche ce samedi soir. L'explication est simple : ce match est sans importance pour les Tchèques, déjà qualifiés. Et pendant que les supporters de la Reprezentaçe s'amusent à exhiber des tifos en tribune latérale, les coups francs lointains d'Hakan Çalhanoğlu ne trouvent que le mur slave. Le match peine à prendre son envol, entre une équipe sans pression, sans Tomáš Rosický ni même Jaroslav Plašil, et une autre en quête de repères offensifs. La seule alerte pour les visiteurs sera l'œuvre de Josef Šural, mais son coup de tête mal maîtrisé passe au-dessus du but ottoman. Maigre.

Çalhanoğlu en coup de grâce


Depuis sa zone délimitée, Terim préfère rester debout dans son grand manteau, pour dicter les consignes à ses hommes avec de grands gestes. Et peut-être aussi pour se réchauffer dans ce froid de canard. Toujours est-il que son équipe, si volontaire soit-elle, ne parvient toujours pas à trouver le moindre espace pour caler une action digne de ce nom. En face, le danger se rapproche avec une reprise de Bořek Dočkal non cadrée. Vient alors le fameux tournant : Filip Novák accroche le maillot de Serdar Aziz dans la surface, entraînant la chute de ce dernier. Penalty, contre-pied, 1-0. Avec le score en sa faveur, la Turquie se contente de profiter des contres. Et ça fonctionne. Volkan Sen trouve d'abord le poteau suite à un joli slalom, puis vient la mise à mort. Délaissé, Arda Turan crochète et distille un caviar pour Çalhanoğlu, face au but. Frappe croisée en force, imparable (80e). Les dernières minutes seront l'occasion d'admirer le fameux flash de portable turc, formant une armée de lucioles. Sorti sous l'ovation de son public venu en nombre, Arda Turan n'a rien perdu de son football. Une bonne nouvelle turque. La seule de la journée, malheureusement.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 23
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur