Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Liverpool-Stoke

La tuile d’Oxlade

Titulaire surprise de la seconde moitié de saison de Liverpool après son étonnant transfert d’Arsenal lors du dernier mercato estival, Alex Oxlade-Chamberlain ne participera pas au Mondial avec l’Angleterre en raison d’une malheureuse blessure contractée au mauvais moment. Ou comment tromper tout le monde, pour le meilleur et pour le pire, sans forcément le souhaiter.

Modififié

L’ « art du contre-pied » , parfois décliné en « contre-pied parfait » , est une expression retrouvée dans bien des domaines. Dans la musique, dans le journalisme, dans les relations sociales... Et, bien entendu, dans le football. Dans le monde du ballon rond, le contre-pied est majoritairement utilisé dans son sens concret. Au moment, par exemple, où l'auteur d'un penalty fait croire au gardien qu’il va tirer d’un côté avant de frapper de l’autre, provoquant le plongeon du portier dans la mauvaise direction. Alex Oxlade-Chamberlain, lui, ne s’occupe pas des pénos (zéro tenté durant toute sa carrière). Mais ce n’est pas pour ça qu’il ne parvient pas à tromper son monde. Depuis quelques mois, l’Anglais ne fait même que ça.

Les Blues retournés


Les surprises ont commencé dès le dernier été. Sur le départ d'Arsenal, Oxlade-Chamberlain est censé rejoindre Chelsea, avec qui les Gunners se sont mis d’accord. Mais le 30 août, AOC rejette la main d’Antonio Conte – qui voulait le moduler en latéral dans un 3-4-3 – pour prendre celle de Jürgen Klopp. Direction Liverpool, donc, où les supporters sont davantage ravis d’avoir doublé les Blues que d’observer l'arrivée du renfort en elle-même pour 38 millions d’euros (soit quatre de moins seulement que Mohamed Salah).



Hyper sceptiques, les fans des Reds ne voient en cette recrue qu’un jeune Britannique limité, irrégulier et stagnant dans son ancienne équipe, et qui n’a que peu de chances de progresser. Assez logique, au regard de ses six exercices décevants et frustrant passés à Londres, où la patience d’Arsène Wenger n’aura servi qu’à réaliser une jolie plus-value (+ 24 millions).

Les Reds renversés


Sauf qu’à force d’abnégation et de courage, l’ami Chamberlain, couvé par l’amour kloppien, s’impose petit à petit comme un membre habituel du onze. Renverse même l’opinion d’Anfield, notamment quand il entre en cours de jeu le couteau entre les dents. Et séduit carrément lors de certains gros rendez-vous, durant lesquels il se montre parfois décisif (buts contre Manchester City en Premier League et en Ligue des champions). Profitant du départ hivernal de Philippe Coutinho à Barcelone et de la blessure d’Adam Lallana, qui libèrent mathématiquement des places, et de son repositionnement plus bas en tant que relayeur au milieu de terrain, qui relativise des statistiques pas dingues (cinq pions et huit passes décisives en 46 matchs toutes compétitions confondues), Oxlade convainc définitivement son entraîneur de le préférer à Georginio Wijnaldum après la trêve grâce à sa faculté à transpercer les lignes, son sens du pressing, sa qualité de frappe, son intégration cohérente au style des Rouges et son activité globale.

Le genou plié


Oui, mais chacun sait que les coups de théâtre, quand ils s’enchaînent, sont rarement tous bons. Et que les défauts, s’ils peuvent se corriger en un minimum de temps, restent difficilement effaçables dans leur intégralité. Si ses progrès ne font aucun doute, et si tous les suiveurs de l’équipe nationale d’Angleterre s’attendent à lire son triple nom aux 32 sélections dans la liste des 23 pour la Coupe du monde, Oxlade-Chamberlain a le malheur de trahir les siens en raison d’un corps qui l’abandonne au pire des moments. Déjà blessé 513 jours depuis le mois d’octobre 2012, Alex doit laisser sa place durant la demi-finale aller contre la Roma (5-2) après 17 petites minutes de jeu.


« On dirait que c'est plutôt sérieux, réagit d'abord Klopp après la rencontre face à la presse. Si je peux dire ça avant les examens, ce n'est pas une très bonne nouvelle. C'est un coup dur, car il nous reste encore plusieurs matchs à jouer et les blessures s'accumulent. » Verdict médical quelques jours plus tard : ligament du genou droit touché, saison terminée, finale de C1 oubliée, voyage en Russie annulé, larmes et déception maximisées. Une fin de parcours 2017-2018 cruelle pour celui qui aura su en faire taire beaucoup en faisant parler sa détermination, et dont le seul tort aura été de laisser hurler cet organisme décidément bien embêtant. Reste que maintenant, Liverpool t’aime. À la saison prochaine.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 83
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
samedi 19 mai Joueurs et supporters de l'Atlético demandent à Griezmann de rester 20 samedi 19 mai Parme est de retour en Serie A ! 48
À lire ensuite
Le Lionceau est mort