La théorie de la consolante

Ce soir, le PSG reçoit l'OM. Si vainqueur il doit y avoir et si l'Histoire a un sens, ce devrait être le Paris-Saint Germain... Pas parce que le match se déroule au Parc. Juste parce que c'est le match retour. Et lors du match retour, c'est généralement l'équipe qui en a le moins besoin en championnat qui gagne. Une loi des séries qui arrange bien les supporters déçus par la saison pourrie de leur club. Une théorie détaillée en cinq exemples récents.

Modififié
0 0
Marseille – PSG, 1-0, saison 1996-1997


Paris, qui vient de perdre la finale de Coupe des Coupes contre Barcelone, doit batailler en championnat pour conserver sa deuxième place convoitée par un Nantes de Suaudeau en furie. L'OM, qui remonte tout juste en D1, n'a pas fait une grande saison et s'apprête à terminer 11ème. C'est donc avec application, sur un penalty transformé tôt dans la partie par Eric Roy, que les Marseillais vont faire rêver leurs supporters pour la première fois de la saison. A mi-mai, il était temps.

PSG – Marseille, 2-1, saison 1998-1999


Tapie aurait pu ne jamais exister, les deux clubs se seraient quand même détestés. Juste pour ce match, pour cette fin de saison. Après avoir viré Giresse et le revenant Arthur Jorge, Paris essaie de finir sans encombre la saison dans le ventre mou du championnat sous les ordres de Philippe Bergeroo. De son côté, Marseille est au coude à coude avec Bordeaux pour le titre. Florian Maurice ouvre le score contre ses anciens coéquipiers. Confiant, Rolland Courbis sort Dugarry à la 60ème. Le turn-over sera fatal à celui qu'on appelle désormais Coach Courbis. Dans les dix dernières minutes, Marco Simone et Bruno Rodriguez offrent la victoire à leur club, avant de couronner Bordeaux quelques jours plus tard. Courbis accuse alors le coup : « Après le match, j'ai reçu bon nombre de coups de fil. On m'a traité de gros con. Con, c'est vrai, gros, ça m'a blessé » .

Marseille-PSG, 1-0, saison 2001-2002


Luis Fernandez s'apprête à boucler sa première saison depuis son retour au PSG. Emmenée par Aloisio et Arteta, l'équipe parisienne lorgne sur la 4e place synonyme d'Europe. C'est bien, mais Luis veut plus. Dans ces dernières journées, il sent qu'il peut faire la nique à Auxerre pour le dernier strapontin en Ligue des Champions. Va donc pour un déplacement à Marseille en mode commando, avec des maillots noirs et Francis Llacer titulaire. Peine perdue, défaite et but de Van Buyten qui se révèle sur ce match. Auxerre se paiera le luxe de perdre le dernier match de la saison à domicile contre Rennes pour fêter sa troisième place.

Marseille-PSG, 0-3, saison 2002-2003


La hype Alain Perrin bat son plein. Après avoir réussi à Troyes, le prof d'EPS fait de l'OM un candidat au titre malgré Chapuis, Ecker et Bakayoko dans l'équipe type. En cas de victoire, les Olympiens mettraient les Lyonnais à trois points. Tout le monde se prépare à la fête, en face, c'est un PSG en perdition, à la merci des caprices de Ronaldinho. La réponse sera spectaculaire. Le génie brésilien, en compagnie de Jérôme Leroy, met Franck Lebœuf à genoux. A la fin du match, première prise de bec entre Runje et son entraîneur. Perrin ne le sait pas encore, mais pour lui, c'est le début de la fin.

PSG-Marseille, 1-3, saison 2008-2009


Le départ de Charles Villeneuve n'y change rien, Paris est de retour. Emmené par Makélélé, Giuly et un Guillaume Hoarau de feu, le club de la capitale savoure son retour au premier plan. En cas de succès à l'issue du match, les Parisiens pourraient carrément prendre la tête du championnat. C'est peu dire que l'OM n'en mène pas large. Gerets a pourtant tout compris : il remet en scelle Zenden. Le Hollandais rayonne grâce à Brandao avant de faire briller Koné. L'OM lance son sprint. Paris, tant qu'à perdre, ne veut même plus être européen et finir 6e. Avec en bonus, les premières prises de bec entre les gros salaires de l'équipe...

PSG – OM, saison 2009-2010 ... ce soir, 21h.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lille au trésor
0 0