1. // Éliminatoires CM 2014
  2. // Groupe B
  3. // Arménie/Italie

La Squadra face au traquenard arménien

Avec quatre points récoltés lors des deux premiers matchs, la Squadra débute ses éliminatoires tranquillement. Ce soir, face à l'Arménie, elle a l’occasion de prendre déjà une avance confortable sur son adversaire du soir. Sans Balotelli, embêté par des problèmes respiratoires.

0 18
Ce soir, l’attaquant de la Nazionale se nomme X. Oui, X. C’est en tout cas ce qu’a écrit Cesare Prandelli sur la feuille du match qu’il a dû rendre, sur laquelle le sélectionneur italien a indiqué la formation qui jouera contre l’Arménie. Mais c’est qui, ce X ? Jusqu’à ce matin, Prandelli ne le savait pas. A priori, il aurait dû s’agir de Mario Balotelli, le titulaire préféré du sélectionneur. Mais l’attaquant de Manchester City a ressenti des problèmes respiratoires lors du dernier match d’entraînement. Forcément, Mario, quand on abuse du papier d’Arménie dans sa chambre d’hôtel, voilà ce qui arrive. Plus sérieusement, hier, Bali Balo ne savait pas encore s’il pourrait tenir sa place ce soir. Ce matin, au réveil, le verdict tombe : c’est Giovinco qui le remplace sur le front de l’attaque, aux côtés du joueur de la Roma Pablo Osvaldo. X a donc le nom d'une fourmi. Pour le reste, pas de X, ni de Y. Prandelli a ses certitudes à tous les postes et est bien décidé à proposer un 4-4-2 classique, avec Maggio et le revenant Criscito sur les côtés en défense, juste en dessous d’un quatuor qui a fait ses preuves lors de l’Euro : Pirlo-Marchisio-De Rossi-Montolivo. L’Italie se présente à Erevan sereine, tout en étant consciente que cette équipe arménienne possède dans ses rangs quelques éléments perturbateurs. Les joueurs de la Juventus peuvent en témoigner.

Le retour du banni Criscito

Il y a 10 jours, la Juve affrontait le Shakhtar Donetsk en Ligue des champions. Malmenés pendant toute la rencontre, les joueurs turinois ont ainsi pu faire la connaissance d’Henrikh Mkhitaryan, l’actuel meilleur buteur du championnat ukrainien. À trois reprises, le joueur s’était joué de la défense bianconera, avant de gracier Buffon en ne trouvant pas le cadre. Ce soir, retrouvailles. L’axe central de l’équipe d’Italie, Bonucci-Barzagli, va retrouver la gâchette arménienne. En espérant que les deux ont appris des erreurs commises face au champion d’Ukraine. Ils recevront, pour ce, un coup de main de Domenico Criscito. Après le scandale Calciopoli, qui l’a privé de l’Euro, le joueur du Zénith Saint-Pétersbourg est de retour en équipe nationale. Sa dernière apparition remonte au 29 février dernier, une défaite 1-0 en amical face aux USA. Prandelli s’explique sur ce retour. « Le président de la Fédération, Abete, a déjà parfaitement répondu à cette question. Si un joueur joue avec son club, Criscito, Ranocchia ou d’autres joueurs sous le coup d’une enquête, pourquoi la Squadra Azzurra devrait-elle le condamner avant le jugement ? » , a-t-il déclaré en conférence de presse d’avant-match. Pas faux. Mais alors, pourquoi avoir exclu Criscito de l’Euro alors qu’aucun jugement n’avait été émis ? Un pavé dans la mare...

L’autre pavé, qui enquiquine le sélectionneur, c’est cette histoire d’entraînements différenciés pour les joueurs de la Juve. Les Turinois (au nombre de huit dans le groupe) auraient reçu un entraînement avec moins d’exercices physiques que les autres. Une histoire qui a rendu dingue Aurelio De Laurentiis, le président du Napoli, qui, à quelques jours d’un Juventus-Naples, voit là une stratégie de Prandelli pour préserver les Juventini. Un peu tiré par les cheveux ? Prandelli, encore une fois, répond aux accusations. « Voilà le genre de polémiques qui n’existe pas, des histoires inventées qui font du mal. Depuis toujours, je dis à mes joueurs : venez avec vos devoirs à faire, le lundi et le mardi sont deux jours dédiés à ça. C’est grâce à cette idée que nous sommes avantagés lors des séances d’entraînement non programmés. Après quoi, c’est moi qui décide. » Traduction : les deux premiers jours, les joueurs effectuent des exercices recommandés par leur propre club. D’où des exercices différents pour les joueurs de la Juve. Point.

Première confrontation

À quelques heures d’affronter l’Arménie, Cesare Prandelli reste prudent. Il sait que son adversaire du jour ne lui fera pas de cadeau. Avec trois points au classement, les Arméniens auraient l’occasion de passer devant l’Italie en cas de victoire, et peut-être même de choper la première place du groupe en cas de contre-performance de la Bulgarie contre les Danois. Il s’agirait, par la même occasion, d’une façon assez folle de célébrer la première confrontation entre les deux nations. À l’inverse, en venant s’imposer à Erevan, la Squadra Azzurra mettrait déjà un petit coup de massue sur ce groupe B, en prenant quatre longueurs d’avance sur son adversaire du soir. « Ce sera un match difficile, il faudra trouver les bons équilibres. Vous savez, nous sommes l’équipe à battre maintenant, mais je suis tranquille par rapport à la façon dont nous nous sommes préparés ces derniers jours. Je n’ai pas peur de ce groupe. Mais nous devons être conscients de ce qui nous attend. Il faut surtout respecter chaque adversaire que nous allons rencontrer » , détaille le sélectionneur.

C’est d’ailleurs ce même respect, prôné par le mister, qui a permis à l’Italie, il y a quelques semaines, de venir à bout d’une équipe de Malte (2-0, buts de Destro et Peluso) qui était clairement venue à Modena pour barricader et jouer le 0-0 (avec un coach italien sur son banc, en plus). Plus joueuse, plus talentueuse, l’Arménie, poussée par son public, ne devrait pas adopter la même stratégie. Prandelli le sait, les joueurs aussi. Tous ont à cœur de prolonger les magnifiques choses vues pendant l’Euro, et de se qualifier le plus rapidement possible pour cette Coupe du monde au Brésil. Mais attention. L’Arménie compte une dernière statistique dont il va falloir se méfier. Depuis le 28 février dernier, elle alterne, un match sur deux, victoire puis défaite. L’Italie doit donc faire gaffe : lors de sa dernière sortie, face à la Bulgarie, l’Arménie s’est inclinée. La loi des séries, hein…

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Note : 1
Victoire tranquille sans soucis à Erevan, l'Armenie c'est très faible par contre j'ai pas compris la retour de Gilardino, il commence bien avec Bologna mais Gilardino c'est pas sur du long terme, il a 30 ans c'est peut-être une récompense sur son début de saison et son comportement sur et en dehors du terrain...
Franchement le retour de Gila perso il m'intéresse pas trop, vu qu'il sera remplaçant. C'est plutôt Maggio qui continue à être titulaire en tant que latéral droit dans une défense à 4 qui m'inquiète le plus. Je l'ai pas vu faire un match potable avec l'Italie... Mais bon sachant que ça ne se bouscule pas à ce poste, c'est inquiétant pour l'avenir....
Monsieur Maggiori, pour la première fois en lisant un de vos articles je suis déçu. Vous savez très bien que personne en Italie ne dit la Squadra pour parler degli Azzurri. Et pourquoi pas une carbonara avec des lardons et de la crème fraiche pendant qu'on y est?
De Laurentis a peut-être profité de son coup de fil pour évoquer avec Abete les perquisitions de la police la semaine dernière au siège du Napoli et à celui de la FIGC pour des transferts signés dans des conditions "folkloriques" ?
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
"est bien décidé à proposer un 4-4-2 classique".... euuuuuhhhh.... En lisant samotraki, je comprends mieux la 'petite' erreur.
Chhhhhhhut Trap !
De Laurentiis préfère parler des conditions dans lesquelles les internationaux de la Juve s'entraînent en Nazionale.
Tu pourrais faire rater sa tentative d'enfumage.
doncarnol Niveau : CFA2
C'est dingue ce que la Juventus peut se faire tirer dans les pattes en Italie !
Les vainqueurs sont toujours un peu antipathique !
doncarnol Niveau : CFA2
Ceci dit ça doit être une victoire pour les italiens !
L'Arménie putain ! Est-ce que Djorkaeff est titulaire ?
mais, mon samotraki, EM écrit justement en france et en français, du coup il a le droit --voire le devoir -- d'appeler l'équipe d'italie à la française, ce qu'on fait justement avec le mot -- italien -- "squadra". si un jour EM devait écrire un article en italien pour la gazzetta, ce que je lui souhaite, il dirait, je m'en doute, "gli azzurri". de la même manière un français a tous les droits de préparer une carbonara "à la française" chez lui, en france, et il n'y a que les goujats, les provinciaux, les pédants, en somme les pauvres d'esprits, pour se plaindre que les lardons ne sont pas du guanciale, que rome n'est pas paris, que deux n'est pas trois. d'ailleurs, tant que tu y es, pourquoi tu n'écris pas tes posts en italien?

pour l'autre qui ne trouve pas correcte l'expression "se décider à" utilisée par EM, je ne vois pas où est le problème...

bises

Pepèrearnaud Niveau : CFA2
Ah toñete... Bah il est bien là le problème: que tu ne le vois pas.
L'Italie a fait le boulot. Le but concédé est évitable. J'ai trouvé Bonucci horrible!!! (je ne suis pas le seul d'ailleurs) il a récolté la pire note, un vilain 4.5!!
coucou mon pépé-littré,

en effet, il y a pas mal de choses que je ne vois pas et que d'autres sont susceptibles de percevoir : à part la faute dans "se décider à", il y a aussi, au hasard, le diable, des gens morts, le complot juif, mes cornes. dans tous ces cas de divergence on trouve, j'en conviendrai, ce qu'on peut appeler un problème, plus ou moins pertinent, plus ou moins ironique.

or, problème dans le problème, faut-il toujours comprendre quel est le vrai problème, et qui a donc, vraiment, un problème -- avec le diable, avec la mort, avec la société, avec ma copine, avec la langue.

si tu ne m'aides pas davantage (ce qui serait d'ailleurs assez injuste, car il faut toujours être magnanimes avec ceux qui se trompent, oh mon pépé), je serai obligé à tirer tout seul mes conclusions.

bisous
Note : -1
Oui, petit match de Bonucci, comme ça arrive lorsque les attaquants adverses sont trop rapides pour lui. Heureusement, ça n'arrive pas souvent, faut déjà de l'Espagnol ou de l'Arménien.
Par contre j'ai lu des critiques contre Criscito qui ne me paraissent pas fondées, offensivement il a apporté beaucoup (sisi ! c'était bien Criscito, le masque c'était pour éviter que les flics ne l'empêchent à nouveau de jouer) et ça passait mieux sur son côté que sur celui de Maggio (à qui, sur le deuxième but, Pirlo vient montrer comment on fait un centre utile).
J'ai trouvé Criscito vraiment pas mal pour son retour, Maggio également (ca faisait longtemps). Pour Maggio c'est bizarre.... Son niveau de jeu avec la nazionale est à des années lumières de ce qu'il fait avec le napoli tous les weekends, je ne comprends pas. En tout cas, la défense est le point faible (latéraux inclus), loin du niveau du milieu de terrain qui a mon avis est le top mondial. Chiellini ok, mais Bonucci trop lourd/lent (en fait Nesta/Cannavaro me manquent!!) ;-)
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : -2
je suis le seul à avoir trouvé l'arbitrage scandaleux?
le but arménien n'est absolument pas valable, y a une énorme faute sur Maggio, que l'arbitre aurait sifflé sans aucun doute de l'autre côté du terrain...

et tous ces hors jeux imaginaires alors que les attaquants italiens partaient seuls face au but...
11 hors jeux à 0... Y a quand même un souci...

Si l'Italie avait perdu des points hier je pense que l'arbitre aurait entendu parler du pays. ça faisait longtemps que j'avais pas vu un arbitrage aussi partisan.

D'autant que les arméniens sont loin d'être mauvais, ce sont de vrais piles électriques ces mecs là! Ils courent à une vitesse ahurissante! Et en plus ils sont pas dégueux techniquement et collectivement. Y avait vraiment moyen de se faire piéger hier.
"Scandaleux"... il ne faut pas exagérer.
J'ai vu un seul hors-jeu imaginaire, les autres l'étaient bel et bien. Bon, c'est vrai que c'est rageant parce que la passe de Giovinco pour Montolivo était splendide et qu'avec un but derrière c'était l'action de la soirée.
Après, aux attaquants italiens de ne pas se faire prendre par les remontées de la défense arménienne qui a parfois joué très haut en première mi-temps.
La faute sur Maggio qui précède le but de Mkhitaryan, oui, à la rigueur. J'avais plutôt l'impression d'un choc dans le cours du jeu que d'un coup de boule, mais peut-être que Maggio est à l'arrêt. Ce qui m'a énervé sur le moment, c'est que pendant un instant la défense italienne s'arrête, certains lèvent la main pour demander un coup franc, LE truc qui m'énerve chez les footeux italiens parce que pendant ce temps-là le jeu se poursuit et qu'ensuite ils sont tous en retard pour aller aider Barzagli.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
et Giovinco qui filait au but avec Osvaldo pour l'aider... 2 contre 1 face au gardien et l'arbitre siffle un hors jeu imaginaire...
D'ailleurs je crois que le but arménien arrive dans la foulée...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
et le défenseur arménien qui fait main pour empêcher le ballon de filer avec Giovinco qui ce serait retrouvé seul face au gardien... Le gars prend juste un jaune...

Enfin bref au final le résultat est quand même là mais perso j'ai trouvé ça un peu gros cet arbitrage...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La parole à l’attaque
0 18