1. // Éliminatoires
  2. // Mondial 2014
  3. // Groupe I
  4. // Espagne/France

La Serie A reniée par les Bleus ?

En 1998, les joueurs de l’équipe de France remerciaient leur fournisseur italien pour leur succès en Coupe du monde. Depuis lors, le nombre de sélectionnés « made in Italy » n’a cessé de chuter. De telle sorte qu’aujourd’hui, il n’y a plus un seul Français d’Italie chez les Bleus. Alors, pourquoi ?

Modififié
0 71
Mondial 98, sept joueurs. 2002, cinq joueurs. 2006, trois joueurs. 2010, aucun. Puis Philippe Mexès. Et enfin, plus rien. Aujourd’hui, il n’y a plus un seul joueur de Serie A en équipe de France. Là où l’Italie a forgé les plus grands champions de l’histoire des Bleus, elle n’a désormais plus un seul représentant. Une évolution logique ? Bof. Certes, la Serie A n’est plus le meilleur championnat du monde. Pour être clair : aucune star française n’y évolue désormais. Pourtant, dans le Calcio, du talent français, il y en a. Mais ces joueurs, qui sont tout à fait sélectionnables du fait de leur potentiel et/ou de leurs performances, payent aussi pour la crise du foot italien, à savoir les problèmes économiques, les scandales, les tribunes vides, le manque de visibilité… Tout ce qui fait qu’aujourd’hui, le football italien n’est plus ce qu’il était. À l’heure où l’EDF se « nationalise » , les sélectionneurs privilégient les gueules de Ligue 1, ou du moins, celles qui ont un passif hexagonal. Et c’est aussi ça, le problème de nos compatriotes en Serie A.

«  Si tu ne joues pas dans un grand club, c’est mort  »

« Ça a commencé avec Domenech, ça s’est perpétué avec Blanc, puis avec Deschamps. Il y a plusieurs variables, la principale étant le côté économique, qui fait que les clubs italiens ne peuvent plus acheter les grands joueurs français. Par contre, le côté jeune joueur qui peut aspirer à du temps de jeu dans des clubs mineurs, c’est toujours le cas. Mais si ces joueurs percent, ils choisiront plutôt l’étranger pour poursuivre leur carrière » , assure Alessandro Grandesso, journaliste à la Gazzetta dello Sport. Selon lui, la crise économique explique l’absence de joueurs de Serie A en équipe de France. Les grands clubs du championnat ne peuvent plus se permettre de lâcher les millions pour attirer des stars mondiales, comme ce fut le cas par le passé. « Le fait est qu’en Italie, les clubs pensent davantage à vendre des joueurs qu’à en acheter » , résume Nicolas Frey, latéral droit du Chievo, et huit ans d’Italie dans les pattes. « Avant, l’Italie était une référence, c’était l’endroit où il fallait atterrir pour être reconnu internationalement. Et c’est vrai qu’aujourd’hui, ce n’est plus le cas  » , complète Jonathan Zebina, actuel central de Toulouse, qui cumule quant à lui treize ans d’expérience de l’autre côté des Alpes. Sans énormes stars internationales, le niveau du championnat en a logiquement pris un coup. Voilà donc le cercle vicieux dans lequel se trouve le Calcio. Seul grand championnat à ne pas avoir encore attiré pétrodollars ou oligarques, la Serie A ne présente actuellement pas une image très vendeuse pour les investisseurs étrangers. Sans pognon, point de stars. Sans stars, baisse de niveau. Et vice versa.

Néanmoins, la fréquentation du championnat italien par les joueurs français n’a pas bougé. Ils étaient douze à évoluer en Serie A en 1998, ils sont treize aujourd’hui. Le problème pour les joueurs français d’Italie aujourd’hui, c’est donc de se faire remarquer. Mission difficile, lorsqu’on joue à Bologne, au Chievo Vérone, à Parme ou même au Genoa. « On a peut-être 3-4 matchs diffusés en France chaque année, alors c’est vrai que niveau visibilité... Et puis, la non-réussite des clubs italiens en Europe ces dernières années n’attire pas vraiment le regard sur l’Italie » , poursuit Nicolas Frey. Des propos corroborés par son acolyte du Chievo, Cyril Théréau : « Souvent, les joueurs de plus petits clubs étrangers sont sélectionnés sur la forme du moment. Mais si les gens de la Fédération ne suivent pas les petits clubs… Je sais que je ne pourrai prétendre à l'équipe de France que quand je jouerai dans un grand club. » La problématique est posée. Mis à part quelques cas isolés (Mexès et Flamini au Milan, Pogba à la Juve), la plupart des Français d’Italie évoluent dans des clubs de milieu, voire bas de tableau. Logique, dès lors, qu’ils aient du mal à se faire remarquer. «  À moins que le sélectionneur ne vous connaisse et qu’il ait une grande estime de vous… Si vous jouez dans un petit club, c’est compliqué. Un joueur qui évolue dans un grand club étranger et qui joue régulièrement prouve en revanche qu’au quotidien il est capable de faire face à la concurrence, et ça offre plus de garanties à un sélectionneur  » , explique Zebina. Avant de conclure de la manière la plus synthétique possible : «  Si les joueurs actuels ne sont pas convoqués en bleu, ce n’est pas parce qu’ils jouent dans de petites équipes, mais parce qu’ils ne jouent pas dans des grands clubs.  »

La Ligue 1, cette inconnue

Mais la crise économique et le manque de visibilité des joueurs actuels ne sont pas les seuls facteurs du phénomène. Non, la bête noire du Français de Serie A, c'est la Ligue 1. Une petite revue d’effectif met en relief ce détail important, qui joue autant dans la visibilité des joueurs, que dans leur reconnaissance auprès du public français : Cyril Théréau et Nicolas Frey (Chievo), Modibo Diakité et Abdoulaye Konko (Lazio), Jonathan Biabiany (Parme) et Paul Pogba (Juventus) ont tous en commun le fait de n’avoir jamais joué le moindre match en Ligue 1. Certains d’entre eux sont même de purs produits des centres de formation italiens ! Spahir Taïder (Bologne) peut se targuer d'une apparition en L1, ce qui fait passer le minet M’Baye Niang pour un baroudeur avec ses trente matchs dans l'Hexagone... Même, les vieux de la vieille que sont Sébastien Frey ou Mathieu Flamini n’en cumulent respectivement que 24 et 14. En gros, seuls Thomas Heurtaux (Udinese), Michaël Ciani ou Philippe Mexès présentent un nombre de présences respectable en L1. Et encore, c’est à relativiser dans les deux premiers cas, puisque ces joueurs débarquent à peine dans le Calcio.

En vrai, le Français lambda connaît-il Cyril Théréau ou Jonathan Biabiany ? Le public (et les médias) n’avaient-ils pas été étonnés lorsqu’Abdoulaye Konko avait été pré-convoqué en 2009 alors qu’il débarquait tout juste à Séville (certains citaient alors « l’effet Chimbonda » de Domenech...) ? Cyril Théréau au micro : « Quand je regarde les joueurs sélectionnés qui viennent de l’étranger, ils ne sont pas tous dans les grands clubs, mais ont tous déjà joué en Ligue 1, étaient déjà sélectionnés du temps où ils jouaient en France. Ce sont des visages connus.  » Alors quand, en plus, on est anonyme dans son pays... Nicolas Frey étaye le propos : « C’est vrai que pour nous c’est difficile, parce qu’on est partis tôt à l’étranger, on est des inconnus chez nous, en fait. On est partis pour des raisons diverses, mais ça ne veut pas dire qu’on a tourné le dos à la France. La sélection, on y pense et y pensera toujours. » Chaque week-end, beaucoup de joueurs français se montrent à leur avantage en Serie A, dans l'espoir d'attirer un jour l'attention d'une grande écurie ou du sélectionneur français... « Il faut soit claquer 20 buts, soit être titulaire dans un grand club  » , résume Cyril Théréau. Il n'y a plus qu'à...

Par Alexandre Pauwels
Modifié

Note : 5
C'est pas sympa pour Biabiany d'avoir choisi cette photo les mecs
Note : 1
Sans rentrer dans le cliché "club italien = catenaccio = discipline", j'ai aussi l'impression qu'au vu du manque d'intelligence tactique et de caisse physique qui règnent en maître sur l'EdF, le "déclin" de la Série A a aussi sérieusement impacté la sélection nationale.

De là à plébisciter une venue massive de joueurs français évoluant actuellement dans le calcio je ne suis pas pour, mais force est de constater que la relation EdF-Calcio à partir des 90's a été bénéfique pour les 2 parties.
Note : 7
Ceci dit mis à part Motta, Sirigu et Balotelli, tous les joueurs de l'équipe d'Italie évoluent dans le Calcio. quand tu vois le niveau de jeu affiché lors du dernier euro, je me dis que la Série A a encore de beaux jours devant elle...

Et sur la non réussite des clubs italiens en CL ces dix dernières années:

2003 finale : Milan JUve
2005: Milan en finale
2007 victoire de Milan
2010 victoire de l'Inter

Certains feraient mieux de ne pas snober la Série A ou de l'enterrer trop rapidement...
Quand on voit les Français qui jouent en Série A, ils n'ont pas le niveau pas rapport à la concurrence qu'il y a en EDF.
Note : 3
Pogba reste comme un très grand espoir et ses quelques apparitions avec la juve montrent que malgré son jeune âge il est pas loin du niveau de certains qui sont en EDF...
La serie A n est plus la reference des grands championnat il est donc logique qu on y retrouve moins de bons joueurs et donc moins de bons Francais.
Alessio Tacchikardi Niveau : District
Note : 3
Il y a un dernier paramètre à ne pas négliger : en Italie le recrutement est souvent le fait du directeur sportif, pas trop de l'entraineur ou du président (avec des exceptions, hein, Zamparini !). Et ces dernières années, il y a eu un grand renouvellement générationnel, avec de nouveaux directeurs sportifs pas branchés sur la France. Ce qui est à la mode aujourd'hui, c'est ce que fait catania, Palermo ou d'autres, prendre du sudam plus ou moins italien à pas cher. Une fois sur deux c'est pas dégueu, ils ont la grinta minimale qu'on demande en italie, culturellement ils s'acclimatent vite et question stades pourris et affaires en tout genre ils ne sont pas dépaysés.
Pour revenir aux français, y'a plus que le milan et le chievo qui sont branchés sur l'autre côté des alpes. Quant on voit les quiches HALLUCINANTES qu'ils ramènent, ils devraient pas. Allo Kevin Constant, Allo traoré ?
Note : 2
Un facteur important me semble-t-il, le Calcio reste un laboratoire tactique, c'est même une de ses forces. Et de ce point de vue, il ne faut pas des joueurs stéréotypés mais des joueurs sortant du moule par leurs caractéristiques et en plus capables d'assimiler et d'appliquer les consignes. Ce qui ne correspond pas vraiment aux caractéristiques des joueurs issus des centres de formation hexagonaux.
Pas par manque d'intelligence mais parce que je ne crois pas que ce soit un axe de formation prioritaire.
Francesco008 Niveau : District
Note : 4
"néanmoins , a moins detre d origine italienne ou d etre une groupie du mou, on peut difficilement affirmer que la victoire de l inter a fait rever une generation"

Je ne suis pas d'accord, les gens ne retiennent que le match retour Barca-Inter au camp nou, Oui l'inter a défendu, et de fort belle manière, Balotelli écarté pour son jet de maillot à l'aller, Pandev blessé à l'échauffement, Motta expulsé en 1ere M-T (completement injustement, simulation atroce de S. Busquets) alors oui, tu pètes le Barca 3-1 à l'aller, t'es à 10 tu sais défendre, tu appliques.

Barcelone n'a pas le monopole du beau jeu, l'Inter a battu Chelsea (2x), Barcelone, le Bayern et pas en jouant à 11 derrières.

Désolé du HS
doncarnol Niveau : CFA2
Note : 1
Le lien entre le déclin de l'equipe de France et la différence d'exigence tactique de la serie A par rapport à tout les autres championnats n'en n'est que plus frappante...
Parce qu'on peut dire ce qu'on veut sur la seria A mais malgré tout ses défauts, les stades vides dû à la vetusté, le calciopoli, le calcioscommesse et j'en passe des vertes et des pas mûres, ça reste un championnat bien plus élevé sous tout les points de vues que la Ligue 1!
Le championnat Italien à élevé son niveau général, la plupart des équipes historiques sont là et avec des beaux effectifs, la sampdoria, le Torino, et que dire de la fiorentina et de la Roma le Napoli, chaque équipe à du charme...
Même les stades vides sont dû à la ferveur des supporters, c'est une preuve d'amour que de contester, c'est pas du désintérêt.
Et contrairement à ce que tout le monde pense, l'Argent et la richesse n'est pas signe de grand joueur et de beau jeu, mais surtout plus de visibilité et plus de publicité...
Et les joueurs de serie A de certains club mériteraient une place en équipe de France...
Pogba il est sur le banc, mais il est derrière qui ? Pas des clampins anglais sans jugeote, il est derrière des Pirlo, marchisio, vidal...
Moi je trouve ce championnat primodial pour un joueur même encore maintenant...
Je préfererai dix fois jouer à la sampdoria ou à l'udinese, naples qu'a montpellier ou Rennes !
Là bas le foot c'est 24h/24...7j sur 7
rainbowmatador Niveau : District
Note : 4
Pourquoi le championnat Italien ne fournit plus de joueurs à l'EDF? Demandez donc à Christian Jeanpierre ##&@@#!
Cela fait des années que le championnat italien est sous-médiatisé, mis au rang des parias. Il n'existe plus que 4 équipes dans le monde : City, Chelsea, Barcelone et le Real. Je souhaite même pas parler du traitement permanent de Pirlo que certains semblent découvrir. Il y a un nombre considérable de de joueurs talentueux en Italie. L'Allemagne a des stades neufs, mais des équipes totalement pourries et dont les joueurs ont une valeur marchande ridicule (d'ailleurs à part Ribery, est ce que la Bundesliga alimente l'EDF??)
Et l'Espagne? Alimente t'elle plus que de mesure l'équipe de France? Hormis Benzema avec le Real et Abidal (quand il joue)au Barça, il n'y a aucun joueur indispensable en liga.

Seule l'Angleterre, qui a été conçue à coup de milliard attire des joueurs car c'est un eldorado pour glandus ou l'on est pas très regardant sur le niveau général des joueurs. Le fait qu'Arsène Wenger soit l'entraineur d'Arsenal est une bénediction divine pour l'EDF qui serait d'une pauvreté affligeante.

Non, l'Italie, n'a que faire des joueurs français. Elle n'a plus de Zidane, Trezeguet, Viera, Thuram à "utiliser" et à valoriser. Elle préfère faire construire les équipes de demain en Amérique du Sud comme l'Uruguay ou le Chili (Vidal, Isla, Cavani, Hernandez...).

Quand l'Angleterre va se vautrer financièrement, les français reviendront au bercail, avec leur physique, mais sans aucune technique ou tactique.
Guardinho Niveau : CFA2
Arrêtons de dire que c'est l'émergence de la Premier League qui a causé le déclin de la Serie A.
Franchement, en dehors de ManU et Chelsea, aucun club anglais n'est parvenu à prendre la place des italiens en coupes d'Europe.

En fait, la seule "anomalie" ces dernières années réside dans l'omnipotence du Barca, rejoint depuis par le Real, lesquels semblent destinés à truster le dernier carré de Champion's League.

En voyant évoluer la squadra, j'ai pas le sentiment que le niveau ait vraiment baissé depuis l'euro 2000.
rainbowmatador Niveau : District
Note : 5
Ah, ces allemands...

"Le foot est un sport qui se joue à 11 et à la fin ce sont toujours les All..taliens qui gagnent". Une phrase qui va malheureusement devenir une ritournelle à force.
Les allemands tentent de nous vendre une génération dorée qui s'exporte mal et qui à mon humble avis, ne s'imposera jamais. Je ne suis en aucun cas supporter du PSG, mais il faut bien avouer que Veratti a déjà un Reus dans chaque jambes avec 4 années de moins; D'ailleurs Ancelotti, Leonardo et le président du PSG, n'ont jamais prospecté à une seule seconde en Allemagne. Pourquoi? Les joueurs allemands seraient-ils trop chers ou tout simplement sur-cotés comme c'est traditionnellement le cas avec leurs produits? Ne s'adaptent-ils pas à ce schéma de jeu? Sont-ils trop fileux à l'idée d'aller voir ailleurs? Le nabot de Pescara a eu l'audace (et peut-être l’intelligence de fuir un pays ou l'argent n'est plus, mais où le Qatar lui promet d'avoir une formation presque similaire)

Depuis 2006, l’Allemagne nous vend une génération de loosers dorés (déjà aplatie lors d'une demie-finale exceptionnelle jouée à domicile) et définitivement foudroyée par une nouvelle génération qui était en convalescence après un mondial 2010 abominable. On a vu que Schweinzsteiger était définitivement un joueur surcoté ( à par pour Bixente et les supporters de la Mannschaft et le Jeanmimi national qui en c*ie toujours autant pour prononcer son nom de cochonnaille), et que Götze, Reus et autres Schürle n'avaient pas les épaules suffisamment larges pour s'imposer. La défense allemande, autrefois, l'un de ses point forts est devenue d'une banalité déconcertante ou la moindre opposition devient rapidement un "panique à bord" (Howedes, dois-je rappeler son Mea Culpa suite à la prestation face à Montpellier?)

Non, sincèrement, et n'ayant pas d'origines allemandes, je ne me résoudrais pas à tomber dans ce traquenard. Et Pourtant, je ne suis pas plus d'origine italienne...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
+100 pour la phrase de Tato sur les allemands... Tellement vrai que j'aurais aimé l'écrire!

Faut arrêter avec les allemands, entre les déroutes de l'équipe nationale à chaque fois qu'ils affrontent une vraie équipe(regardez un peu leurs parcours à chaque fois) et les clubs allemands qui soignent leur classement UEFA uniquement en classant quelques clubs en quarts de C3, je ne trouve pas ça bien impressionnant... les titres en club sont inexistants depuis 2001... Plus d'une décennie non de Dieu!!!!

L'équipe nationale n'a plus rien gagné depuis 1996... 16 ans non de non!!!

Alors SVP la "deuxième nation du foot" sur quels critères je vous le demande?
rainbowmatador Niveau : District
Note : 4
Je préfère que les choses soit posées ainsi. Je comprends bien que tu défendes ton point de vue. Tout comme, beaucoup d'autres personnes sur ce site verront les choses autrement. A vrai dire, je m'en fous que le brésil, l'italie, l'allemagne soient les meilleures ou pas. Je constate simplement, que les gens ont tendance à etre lobotomisés par ces saloperies d'émissions télévisées qui nous rabattent les oreilles avec l'angleterre, l'espagne et même l'Allemagne et font de l'Italie un championnat au niveau de celui d'Arménie. Où est le problème? Perso, j'ai grandi avec des équipes qui régnaient sur le monde du foot avec des gars comme Nedved, Crespo, Batistuta. A l'époque le foot commençait à être découvert en France suite à la victoire du mondial. Et de suite, on a ch*ié sur l'Italie, qui nous avait offert des machines à gagner, en pensant que l'élève avait dépassé le maître. Ce n'est pas le cas, mais l'anti-serieA nisme s'est véritablement forgé sans aucune justification. Sincèrement, c'est pas nouveau que les stades en italien sont vieillissants.

PS: Je n'ai mis aucun -1 à tes arguments, donc bon, l'insulte était un peu injustifiée
Bruce Biabiany!

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr
0 71