1. //
  2. // 11e journée

La Serie A enfile son ciré

Bulletin météo : l’Italie est sous la pluie et enfile ses bottes. La plupart des rencontres se sont disputées sous des trombes d’eau, tandis que d’autres ont carrément été reportées. Mais ça, l’Udinese et le Milan AC s’en moquent : ils avaient un parapluie.

Modififié
42 0
Cela devait être la journée du tant attendu Napoli-Juventus. Le match parmi les matches, entre le leader turinois et les fous napolitains. Finalement, rien. Le mauvais temps a renvoyé les 60 000 du San Paolo à la maison avant même qu’ils ne prennent leur motorino pour se rendre au stade. Pas de Napoli-Juve, donc, et pas de Genoa-Inter non plus. La ville de Gênes a vécu un véritable drame ces derniers jours, avec des inondations qui ont provoqué sept morts. Face à cela, le sport s’arrête. Et c’est normal. Toutefois, il y a un dicton qui dit que « les absents ont toujours tort » . La Juventus veut bien confirmer l’adage. Les bianconeri, privés de terrain, se voient chuter de la première à la quatrième place. Pourquoi ? Parce que derrière, ses poursuivants, bien que trempés, ont tous gagné. A commencer par le duo Udinese-Lazio.

Les Frioulans, après leur déroute face à l’Atletico Madrid (4-0) avaient à cœur de se racheter. Pas de temps à perdre. Après une minute de jeu, Basta ouvre le score face à Sienne. Les visiteurs sont cueillis à froid, ce qui permet à l’équipe de Guidolin d’imposer son rythme. A vrai dire, on se dit même que l’Udinese va se contenter du 1-0. Mais que serait un match au stadio Friuli sans un but de Toto Di Natale ? Le capitaine inscrit peu après l’heure de jeu son huitième pion en championnat, assurant ainsi la première place de son équipe. En fin de rencontre, un peu tard malheureusement, Siena réduit la marque. Pour l’anecdote : c’est le premier but encaissé par l’Udinese à domicile cette saison. Peu importe. Pendant deux semaines, elle pourra se vanter d’être la capolista du championnat d’Italie. Mais elle n’est pas la seule. La Lazio peut en faire de même. Face à Parme, les biancocelesti ont ramé, ramé, ramé. Peu de jeu, peu d’idées, cette rencontre semblait destinée à un piètre 0-0. Mais à cinq minutes du terme, Klose prend ses responsabilités, déposent quatre défenseurs et donne un caviar à Kozak : le ballon est sauvé sur sa ligne par Zaccardo, mais Sculli surgit et fait exploser le Stadio Olimpico. Un éclair dans une après-midi de grisaille. Il fallait bien ça pour offrir la place de leader à une Lazio qui ne lâche rien.

Milan et la preuve par 4

Le report du Napoli-Juventus fait également les affaires du Milan AC. Les rossoneri continuent leur remontée triomphale. Après Palerme, Lecce, Parme et la Roma, Milan réussit la passe de cinq en disposant de Catane. 4-0. La moyenne des matches précédents est préservée. Le score est toutefois flatteur pour le Champion d’Italie, qui, bien que dominateur, n’a pas non plus été transcendant comme le score pourrait le laisser penser. Catane aurait notamment pu bénéficier d’un pénalty (main litigieuse de Zambrotta) alors que le score n’était que de 1-0. Cela n’aurait certainement pas changé l’issue du match, mais quand même. Les Milanais vont désormais avoir deux semaines pour travailler. Car après la trêve, c’est un déplacement à Florence qui les attendra. Il faudra être prêt, car la Fiorentina aura certainement le couteau entre les dents.

Mais les Florentins auront certainement, aussi, un nouvel entraîneur. Aujourd’hui, ils se sont inclinés 1-0 sur la pelouse du Chievo, pas forcément le plus terrible de tous les adversaires. Une défaite qui fait mal, qui plonge la Viola à la douzième place du classement et qui devrait coûter sa place à Sinisa Mihajlovic. Déjà critiqué à de nombreuses reprises par les tifosi, le coach serbe avait réussi à sauver sa peau la semaine dernière après une victoire étriquée contre le Genoa (1-0). Andrea Della Valle lui avait visiblement laissé une dernière chance, qui pourrait bien s’être envolée aujourd’hui. Comment dit-on « bonne continuation » en serbe ?

Entraîneur à domicile

Un coach qui tire la tronche, un autre qui sourit. Enfin. Après deux défaites consécutives, la Roma a retrouvé la victoire sur la pelouse de Novara (0-2). Au cours d’un match disputé sous un véritable déluge et sur un terrain dégueulasse, les Romains ont su se montrer patients, et ont attendu le dernier quart d’heure pour frapper. Un double KO signé Bojan et Osvaldo, qui met à terre les espoirs du promu. Luis Enrique est satisfait, mais sait que la route est encore longue. En effet, trois minutes avant l’ouverture du score, Stekelenburg, le portier romain, avait réalisé une parade prodigieuse face à Meggiorini. Mais pour une fois, le scénario a été favorable aux Romains, qui vont pouvoir vivre une trêve un peu tranquille, en attendant de retrouver Francesco Totti. La Roma est désormais septième, à deux points de Palerme, cinquième.

Les Siciliens ont obtenu leur cinquième victoire en cinq rencontres au Renzo Barbera. La cinquième victime se nomme Bologne, et a subi, sans pouvoir y faire grand chose, la loi des Palermitains à domicile (3-1). Reste que Maurizio Zamparini, le sulfureux président qui vire ses entraîneurs plus vite que son ombre, est embêté. Que faire avec Devis Mangia, un coach capable de prendre 15 points sur 15 à domicile, et 1 sur 15 à l’extérieur ? Idée conseil : le destituer de ses fonctions, mais uniquement pour les matches loin de la Sicile. Quelqu’un intéressé par un poste d’entraîneur à l’extérieur ?

Cesena, bonnet d'âne d'Europe

Si Palerme est cinquième, l’Atalanta, elle, aurait pu l’être aussi. Malheureusement, les joueurs de Bergame sont pénalisés de six points, et doivent donc se contenter d’une honorable onzième position. 12 points, au lieu de 18, donc, et 3 nouvelles unités glanées aujourd’hui à domicile face à Cagliari. L’Atalanta a pu une nouvelle fois compter sur German Denis, buteur providentiel arrivé d’Udine pour sortir le promu de son pétrin et de sa pénalité. L’Argentin a cette fois-ci attendu la 80ème minute pour placer sa banderille, une petite balle piquée après un joli mouvement dans la surface. Le chemin vers le maintien, avec un tel « Tank » en chef de file, sera forcément dégagé.

En revanche, il risque de ne pas l’être pour Cesena. Le dernier du classement, malgré un changement d’entraîneur pendant la semaine (Giampaolo out, Arrigoni in), a encore perdu, à domicile, contre Lecce, l’avant-dernier. Un bon vieux match de la peur, résolu par le Colombien Cuadrado en seconde période. Lecce reste relégable mais rejoint l’Inter au classement. Oui, cette dernière phrase est aussi triste (pour les nerazzurri) qu’une pluie d’automne.

Les résultats :

Palermo – Bologna 3-1
Zahavi 13’, Silvestre 52’, Ilicic 74’ / Ramirez 87’
Novara – Roma 0-2
Bojan 73’, Osvaldo 76’
Atalanta – Cagliari 1-0
Denis 80’
Chievo – Fiorentina 1-0
Rigoni 66’
Lazio – Parma 1-0
Sculli 85’
Milan – Catania 4-0
Ibrahimovic 7’, Robinho 24’, Lodi (csc) 69’, Zambrotta 72’
Udinese – Siena 2-1
Basta 1’, Di Natale 64’ / Bolzoni 77’
Cesena – Lecce 0-1
Cuadrado 56’

Genoa – Inter reporté
Napoli – Juventus reporté

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
42 0