Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options

La seconde vie de Rolando

Contre Caen, Marseille a dû attendre les dernières minutes et une tête rageuse de Rolando pour s'imposer. Depuis l'arrivée de Rudi Garcia, le Portugais revit, au point d'en devenir l'un de ses meilleurs soldats.

Modififié

Son sourire n’est pas le plus séduisant du monde, mais il est peut-être le plus sincère à ce moment précis. Il ne reste plus que dix minutes à jouer, et Rolando court dans tous les sens, la bouche grande ouverte, poursuivi par Bafé Gomis. Pendant ce temps-là, Rudi Garcia fait rebondir sa mèche sur le banc marseillais, et Frank McCourt savoure enfin le premier but de l’OM qu’il a la chance de voir depuis les tribunes. Sur un centre de son capitaine, le Portugais vient de délivrer les Marseillais d’une tête victorieuse contre le Stade Malherbe de Caen. Un joli cadeau pour l’anniversaire de son fils, et surtout le symbole d’une belle revanche. Mis au placard par Franck Passi qui cherchait à tout prix à le virer, Rolando est en pleine résurrection depuis l’arrivée de Rudi Garcia. Et ce n’est pas la première fois qu’il revient de nulle part à Marseille.

« Passi m’a dit que c’était mieux de chercher autre chose »


Cette saison, sous la direction de Franck Passi, Rolando ne foule les pelouses de Ligue 1 que sept petites minutes, contre Angers, le temps de concéder l’égalisation. En conférence de presse, le désormais ex-entraîneur de l’OM ne prend même pas la peine de masquer sa non-confiance en lui. « Je pouvais aligner qui je voulais, même des joueurs de CFA. Pourquoi Rolando plus qu'un autre ? » , rétorque-t-il sèchement à Guingamp, après la contre-performance de la défense marseillaise le 21 août. En fait, cela fait très longtemps que le Biterrois ne compte pas sur le Portugais. Depuis sa nomination le 19 avril, en fait. « En mai, je suis parti en vacances et je pensais aller au bout de mes deux ans de contrat. Quand j’ai repris l’entraînement, il m’a parlé. Il devait faire des choix techniques, je ne rentrais pas dedans. Rien de personnel. Il m’a dit que c’était mieux de chercher autre chose » , expliquait récemment Rolando à L’Équipe. Sauf que le défenseur est bien resté au mercato estival, faute de propositions, et doit se contenter du banc de touche, en attendant la prochaine fenêtre de sortie. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Rudi Garcia le 20 octobre dernier. Le nouveau coach de l’OM a trois jours pour préparer le match contre Paris et n’a donc que très peu de temps pour connaître ses hommes. Alors autant s’appuyer sur ceux qu’il connaît déjà. « Je le connais bien parce qu'il jouait en Italie, il était à l'Inter quand je suis arrivé à Rome. Je savais que dans un bloc bas, dans un système à trois ou à cinq, il pouvait être intéressant avec son expérience » , explique Garcia après le 0-0 ramené du Parc des Princes.

De nouveau un cadre


Un match solide, où Rolando a été tout simplement « énorme » selon les dires de son coach. Il faut dire que sur cette rencontre, l'OM lui doit beaucoup tant il a été omniprésent. Depuis, le Portugais n’a plus bougé du onze de départ de Marseille, au point de devenir un des hommes de confiance de Rudi Garcia. « Il m'a d'abord parlé en italien, ça m'a rappelé des souvenirs. Quand j'affrontais la Roma, avec Naples ou l'Inter, il avait toujours la mâchoire serrée, il semblait dur. Or, il est assez sympa, il donne beaucoup d'importance à la relation personnelle » , se réjouit le coach. Avec Maxime Lopez et l’installation du 4-3-3, il est même l’incarnation des quelques choix forts de l’ancien entraîneur de la Louve. Finalement, le colosse du Cabo Verde est loin d’être mort. Déjà la saison passée, il avait très bien fini l’année, jusqu’à s’imposer comme le leader de la défense marseillaise, malgré les nombreuses moqueries des supporters concernant ses mauvais débuts. Avec Dória, Rekik et Sakai, Marseille a de quoi faire une belle défense de revanchards.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:11 Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 16:35 Nainggolan prend sa retraite internationale 78
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
dimanche 20 mai Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90