1. //
  2. // Quarts
  3. // Allemagne-Italie

La savante gestion de Löw

L'Allemagne est en quarts de finale et ne semble pas encore à son maximum. Elle monte doucement en puissance, après des débuts mitigés, avec une petite leçon-fessée administrée à la Slovaquie au dernier match. Tournoi après tournoi, c'est en fait toujours la même chose. Et probablement parce que Joachim Löw sait où il va et comment il veut y aller, même si ça ne paraît pas évident au premier coup d'œil.

Modififié
1k 7
Sur un match, Draxler a mis tout le monde d'accord : quel joueur fantastique quand il se décide à faire parler son talent balle au pied, quand il provoque et distribue des caviars. Son match contre la Slovaquie est un récital du genre pour un milieu offensif. La stat qui tue pour le décrire, c'est un 100 % de réussite aux dribbles tentés. Bild y va de sa « Draxlexplosion » . Pourtant, Draxler n'est pas un joueur-clé dans l'effectif. Surtout, il n'a pas toujours été titulaire pendant cet Euro. Il a bien lancé sa compétition contre l'Ukraine, mais il a subi ensuite le recadrage de Götze en ailier gauche... et n'était pas entré à sa place contre l'Irlande du Nord, voyant Schürrle lui être préféré. Sauf si Löw l'avait simplement mis au repos pour le maintenir sous pression et voir ce que le reste de l'effectif pouvait offrir à son tour.

Les clés d’Allemagne-Italie


Youtube

Pas mettre tout Löw dans le même panier


Le Bundestrainer gère le tempo de son équipe. En bon chef d'orchestre, il déroule sa partition sans mettre toujours tous ses instruments au turbin. Pour lancer sa mélodie, Löw avait surpris son monde en ne faisant pas confiance de suite à Gómez en pointe. Mais lorsque le buteur du Beşiktaş a enfin été titularisé, le résultat a été immédiat : un but contre l'Irlande du Nord, puis un second contre la Slovaquie. Sans jamais avoir le même onze de départ depuis le premier match de la phase finale, la Mannschaft laisse une impression de continuité et de logique. Les ajustements se font naturellement. Kimmich s'intègre sans problème au poste de latéral droit, et Höwedes l'adoube. Les places ne sont pas acquises, ni perdues, quand Löw est aux commandes. Pour la garder, il faut être bon. La concurrence est particulièrement saine dans ce groupe et incite à la montée en puissance au fil des rencontres. En 2014 déjà, Joachim Löw avait trouvé un rythme de croisière tardif, à cause de choix en apparence étranges. Par exemple, Klose montrait son importance à chaque entrée, tant par ses performances individuelles que dans son influence sur le style de l'Allemagne ; mais le sélectionneur faisait fi de cela et ne comptait presque pas sur lui comme titulaire. C'est que Löw fonctionne avec ce qu'il appelle un « premier 14 » , le top 14 de ceux qui jouent. « Tous les joueurs doivent être en permanence en alerte. » La finale lui donne raison. Quand Khedira doit abandonner à l'échauffement et Kramer oublie qu'il joue, ce n'est pas (trop) grave. Les autres sont prêts. Ils ont joué déjà. Ils ont lancé leur Coupe du monde il y a bien longtemps. Ils s'adaptent d'autant plus vite à une finale au Maracanã, sans pression... jusqu'au joker final, Mario Götze, qui claque le but décisif.

Löw Cost


Parfois, cela ressemble surtout à de l'entêtement pour la surprise tactique et une lubie mal placée de la réinvention du football, qui fait du tort aux joueurs mal dans leur place sur le terrain. Özil en a fait les frais quand il jouait à gauche, Götze en subit les dommages en ce moment. Mais tout cela semble avoir un but ultime : l'équipe. Löw force la flexibilité de tous. Personne n'a de chasse gardée, personne n'a un siège réservé. Il a réinventé l'Allemagne sur ce point. Personne n'est indispensable dans cette équipe, mais chacun apporte ce qu'il peut où on lui demande de le faire. Il n'y pas d'homme providentiel. Cette gestion a un petit coût, fait quelques dégâts. Il y a tout d'abord ceux qui ne participent pas à la fête. Löw tourne plus à 16 ou 17 joueurs qu'à 23. Certains attendent sans avoir leur chance et payent le prix fort par la suite. En 2014, quelques joueurs n'avaient pas eu le droit à leur instant de gloire : Durm, Großkreutz et Ginter, plus logiquement les deux gardiens Weidenfeller et Zieler. Aucun n'a réussi à être de l'équipe d'Allemagne pour l'Euro, comme s'il n'avait pas pu prouver leur valeur en tournoi, même si Schweinsteiger avait fait leur éloge après le Brésil. « Nos remplaçants, qui ne sont pas ou peu entrés en jeu, sont très importants. Les gars sont venus à chaque entraînement pour aider l'équipe première. » En France, Sané, Weigl, Can et Tah n'ont pas encore joué. Difficile de croire qu'ils auront du temps de jeu contre l'Italie. Sauf si soudain, Löw sort un joker de sa poche et lui souffle à l'oreille : « Montre à l'Europe que tu es meilleur que Graziano Pellè. »



Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Julien0149 Niveau : DHR
Pour moi ce type est un bel escroc. Mais cette idée est plus que subjective et je comprendrais qu'on s'y oppose. Néanmoins, quelle que soient les qualités (éventuelles) de Löw, il ne sera jamais possible de les définir puisqu'il a "construit" son équipe nationale simplement en copiant-collant le FCB. Même si aujourd'hui quelques transferts font que certains des joueurs ne portent plus le maillot du Bayern, dans le font c'est la même chose. La preuve en est la meme inutilité de Goetze qu'en Bavière et son incapacité à faire quoique ce soit de Mezüt Özil. Pour qu'une autre escroquerie s'arrête ce soir, apres Wilmots, souhaitons une belle et incontestable victoire de l'Italie ce soir en finale de l'Euro.
Hummelstein Niveau : Loisir
Löw se trompe assez souvent mais à le mérite de remettre l'équipe dans le bon chemin: 2014 en repositionnant Lahm latéral et cette année en repositionnant un véritable attaquant avec Gomez.

Par contre, il n'a pas trouvé (ni réellement proposé) de solutions en 2010 contre l'Espagne. Et en 2012 il s'est trompé contre l'Italie sur son animation offensive: Gomez au lieu de Klose et le trio Poldi/Ozil/Kroos qui n'a pas fonctionné, alors que Reus, Schürle et Müller était dispo.

A voir si ce soir il reconduit l'équipe ou s'il retente quelque chose avec Götze...
Savante savante...mouais.

En 2012, en demi-finale, il met Kroos sur un côté (???) et l'Allemagne fait un match affreux alors qu'elle avait tout pour atomiser cette Italie et réellement tenir tête à l'Espagne en finale.

En 2014, il s'entête à reproduire les bêtises de Guardiola et fait de Lahm un milieu axial alors que celui-ci apporte bien plus en latéral droit, là où Mustafi est franchement très moyen. Il laisse alors Khedira ou Schweini sur le banc (au choix) et l'Allemagne galère en début de compétition. La blessure de Mustafi l'obligera à remettre Lahm à droite avec la suite que l'on connait. C'était moins une.
Je vois qu'il y en a qui doutent encore. J'etais le premier a remettre en cause ses choix au premier tour (Götze en pointe, Müller sur un cote) mais je crois qu'effectivement c'est de la tres bonne gestion, le mec a probablement les 23 les plus talentueux de cet Euro du coup il peut se permettre tester plusieurs joueurs a differents postes (sans jamais toucher a ses paires du milieu et en defense, Özil et Müller), ca lui permet d'impliquer un max de joueurs et d'avoir son 11 pour les vrais matchs (ce qu'aurait ptet du faire Del Bosque)! Meme Kimmich ArD (merci Pep) est en passe de devenir un succes!
Ronald Ignoble Niveau : CFA
Pour moi Löw n'est pas un grand coach, pas un maître tacticien. Il a la chance (1) d'avoir des joueurs formidables avec beaucoup d'automatismes (2) de n'avoir pas rencontré d'équipes avec un coach beaucoup plus fin tacticien que lui (Tata Martino en finale, Deschamps en 1/4, Scolari en 1/2)...
J'adore les joueurs allemands (Özil, Draxler, Kroos et Gomez qui est un super joueur) et je leur souhaite le meilleur mais qu'ils ne trouvent pas la solution ce soir et que l'Italie ne les bouffe tout cru ...
Ronald Ignoble Niveau : CFA
j'ai peur qu'ils ne trouvent pas la solution ce soir et que l'Italie ne se les bouffe tout crus...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 7