En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe E
  3. //
  4. // AS Roma/Manchester City

La Roma veut s'offrir une soirée historique

Ce mercredi soir, l'AS Roma reçoit Manchester City au stadio Olimpico. Les deux équipes comptent le même nombre de points et doivent donc s'imposer pour espérer voir les huitièmes. Avec, tout de même, une oreille tendue vers Munich. Car le CSKA Moscou est encore dans le coup aussi.

Les pronostiqueurs sont perdus. Si la Roma gagne, elle est qualifiée. D'accord. Si City gagne, il est qualifié. Ah non. Pas sûr. Si le CSKA gagne à Munich, alors il se qualifie. Bah non, pas sûr. Et si tout le monde fait match nul ? Euhhh… Non, résolument, il y a de quoi se perdre dans les calculs. Car ce soir, tout, absolument tout est possible. Tout le monde peut se qualifier, tout le monde peut être éliminé. La seule certitude ? Le Bayern Munich terminera premier de la poule, indépendamment de tous les résultats. Mais pour le reste… Tous les regards seront tournés vers le stadio Olimpico, où l'AS Rome reçoit Manchester City. Un match décisif, presque un seizième de finale. D'une part, une Roma qui n'a plus atteint les huitièmes de finale depuis la saison 2010-11. De l'autre, un Manchester City qui, lors de ses trois récentes participations à la C1, s'est fait sortir deux fois en poules, avant d'être éliminé en huitièmes la saison dernière. Deux équipes qui ont donc une envie énorme de poursuivre l'aventure. Et pour ce, une seule solution : gagner. Enfin, pas forcément.

Avec des si…


À quelques minutes près, on serait là en train de parler d'un match quasiment inutile. Retour en arrière de deux semaines. En déplacement en Russie, la Roma mène 1-0 face au CSKA et a plusieurs fois l'occasion de tuer le match. Mais à la dernière seconde, les Russes égalisent. D'un potentiel écart de trois points entre les deux équipes (Roma 7, CSKA 4), on se retrouve avec deux formations à égalité (Roma 5, CSKA 5). Quelques heures plus tard, Manchester City est mené 2-1 à cinq minutes de la fin, à domicile, par le Bayern Munich. À ce moment-là, les Citizens sont bons derniers de leur poule, avec 2 points. Mais en l'espace de cinq minutes, le Kun Agüero claque un incroyable doublé (triplé, en fait, puisqu'il avait déjà ouvert le score) et offre une victoire inespérée à son club. Et, du coup, Manchester City se retrouve également avec 5 points, comme la Roma et le CSKA. Si la Roma s'était imposée 1-0 et que City s'était incliné (ou avait fait match nul), les joueurs de Rudi Garcia auraient été mathématiquement qualifiés avec une journée d'avance. Mais avec des si…

Rudi Garcia n'a pas envie d'avoir de regrets. Moscou est derrière lui, et le coach français préfère se focaliser uniquement sur ce match. « Tous les matchs sont importants, mais celui-là est particulier parce que c'est la finale, a-t-il affirmé en conférence de presse. Nous aurions dû être déjà éliminés, puisqu'au tirage au sort, nous nous sommes retrouvés avec le champion d'Allemagne et le champion d'Angleterre. Pourtant, nous sommes là, et nous avons cette opportunité, devant notre public qui sera en feu. Nous voulons gagner, point. » De fait, la Roma s'en sort plus que bien dans cette poule où on la donnait perdue face aux ogres bavarois et mancuniens. Certes, elle a pris une vilaine rouste face au Bayern (1-7), mais sa probante victoire au match aller face au CSKA (5-1) et son nul obtenu à Manchester (1-1) ont fait comprendre à tous que pour la qualif', il faudrait aussi compter sur elle.

Beaucoup de buts encaissés


Une question, bien sûr : la Roma a-t-elle les jambes et la tête pour s'imposer lors d'un match aussi décisif ? A priori, oui. L'équipe de Rudi Garcia est en constante progression depuis l'année dernière, avec notamment une haletante lutte à distance avec la Juventus en Serie A. Mais, car il y a un mais, les Romanisti font parfois face à quelques problèmes qui n'étaient pas forcément présents la saison dernière. On résume. Le début de saison a été excellent. Cinq matchs de Serie A, cinq victoires. Un match de C1, une victoire. Mais le 21 octobre, la claque. Les Romains affrontent le Bayern, avec la ferme intention de «  voir leur vrai niveau face à un gros d'Europe » . La réponse est violente : défaite 7-1 à domicile. De cette gifle, la Roma ne s'est jamais vraiment remise. Et les stats sont d'ailleurs là pour le confirmer. Depuis le 7-1, la Louve a disputé neuf matchs. Bilan : quatre victoires, trois nuls, deux défaites, 14 buts marqués, 10 encaissés. On est loin des stats du début de saison. Surtout, elle encaisse des buts bêtes, ce qui n'était pas le cas la saison dernière. Le dernier exemple en date est évidemment ce but-gag encaissé ce week-end contre Sassuolo, où le gardien De Sanctis s'est rendu coupable d'une énorme bourde face à Simone Zaza.

Rudi Garcia affirme qu'il n'est pas inquiet, et que ces failles sont uniquement « des erreurs individuelles » . Pourtant, force est de constater que certains joueurs sont en méforme (De Rossi, exclu ce week-end, Totti, Strootman qui revient d'une longue blessure, Iturbe). La faute, aussi, aux joutes européennes, où les Giallorossi laissent forcément des forces, contrairement à la saison dernière, lorsqu'ils avaient toute la semaine pour se reposer. Là, ils n'ont eu que trois jours pour souffler après leur course-poursuite face à Sassuolo (2-2) et doivent être prêts pour affronter ce qui s'apparente clairement au match le plus important de Rudi Garcia depuis son arrivée à Rome. D'ailleurs, pour l'entraîneur, il y a là un vrai palier personnel à franchir : lors de ses deux participations à la Ligue des champions avec le LOSC, il s'était toujours fait sortir au premier tour. Non, Rudi n'a jamais vu les huitièmes. Ce mercredi soir, il n'aura pas besoin de jumelles pour les apercevoir. Car les huitièmes de finale seront juste là, au bout des 90 minutes. Reste à écrire la bonne histoire.

Pour y comprendre quelque chose

AS Roma

La Roma se qualifie si…
  • Elle s'impose face à Manchester City.
  • Elle fait match nul face à Manchester City et que, dans le même temps, le CSKA Moscou ne gagne pas à Munich.

    La Roma est éliminée si…
  • Elle perd face à Manchester City.
  • Elle fait match nul face à Manchester City et que, dans le même temps, le CSKA Moscou gagne à Munich.

    Manchester City

    Manchester City se qualifie si…
  • Il s'impose face à la Roma et que, dans le même temps, le CSKA ne gagne pas à Munich.
  • Il fait match nul face à la Roma et que, dans le même temps, le CSKA perd à Munich.

    Manchester City est éliminé si…
  • Il perd face à la Roma.

  • Il fait match nul face à la Roma et que, dans le même temps, le CSKA Moscou gagne ou fait match nul à Munich.
  • Il s'impose face à la Roma et que, dans le même temps, le CSKA gagne à Munich.

    CSKA Moscou

    Le CSKA se qualifie si…
  • Il s'impose à Munich, et la Roma ne gagne pas face à City.

    Le CSKA est éliminé si…
  • Il perd à Munich.
  • Il fait match nul à Munich.
  • Il gagne à Munich et que, dans le même temps, la Roma gagne face à City.

    Par Éric Maggiori
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


  • Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 3 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 1
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17