1. //
  2. // 29e journée
  3. // AS Roma/Naples (1-0)

La Roma retrouve le goût de la victoire

Cesena et maintenant le Napoli. L'équipe de Rudi Garcia n'est pas encore tout à fait guérie, mais elle reprend goût à la victoire. 1-0 au terme d'un match pas vraiment passionnant et une deuxième place consolidée. Au moins pour une semaine de plus.

Modififié
4 6

AS Rome - Naples
(1-0)

M.Pjanić (25') pour AS Rome


Les mains en l'air. Le regard fier. Le sourire aux lèvres. C'est donc à ça que ressemble la victoire. La Roma a été pas mal critiquée ces derniers temps, empêtrée dans une série de matchs nuls, incapable de créer du jeu, mais elle a su remonter en selle aujourd'hui. Et elle en avait bien besoin. Il suffit, pour ça, de regarder les visages des Giallorossi. Fatigués d'avoir autant galéré, mais ravis d'avoir fait le job face à un concurrent direct, le Napoli. Ce ne fût pas toujours très propre, mais la Roma a finalement tenu le coup. Victoire 1-0 grâce à une action collective de grande classe en première période, et surtout grâce à une solidarité défensive retrouvée.

Pjanić en toute tranquillité


À tous les amoureux de la passe à dix : ce début de match est fait pour vous. Dès le coup d'envoi, la Roma prend le contrôle du ballon et fait courir le Napoli. C'est marrant deux secondes, mais ça devient vite ennuyant. Pour être honnête, il ne se passe pas grand-chose durant les 25 premières minutes. Rien de significatif en tout cas. Il y a bien De Rossi qui se prend un jaune pour une faute en retard sur Jorginho, mais on est au courant depuis un moment qu'il est à la traîne. Il y a bien Mertens qui essaye de percer la défense romaine, mais Higuaín n'a plus les jambes pour le suivre et finir les occasions. Bref, on s'ennuie. Et puis, il y a cet éclair de génie collectif de la Roma. Des enchaînements de passes comme on aimerait en voir toute notre vie. À la 25e minute, Iturbe fixe la défense napolitaine. Il lance Florenzi en profondeur qui remet en retrait pour Pjanić en première intention. L'ancien Lyonnais assure avec un plat du pied sécurité.



C'est beau, c'est fluide, et ça fait surtout 1-0. Peu avant la mi-temps, Callejón a l'occasion d'égaliser seul face à De Sanctis, mais il préfère temporiser et attendre le retour de toute la défense romaine pour donner un ballon moisi à De Guzmán. Le Néerlandais arrive quand même à frapper, mais Manolas tacle et stoppe le ballon de la main. L'arbitre estime qu'elle n'est pas intentionnelle. La réussite est du côté romain, et du coup, le score en reste là.

De Sanctis n'est pas encore à la retraite


En matière de jeu et d'occasions créées, la seconde période dénote clairement avec la première. Le Napoli élève logiquement son niveau et ça devient plaisant à regarder. Mertens (encore lui) se faufile dans la défense romaine, mais échoue face à un De Sanctis bien placé et vigilant. Bis repetita quelques minutes plus tard, et c'est encore une fois le gardien de la Roma qui prend le dessus. Si ça, ce n'est pas un signe que la Roma va mieux… La défense romaine souffre, mais elle tient bon, en grande partie grâce à son dernier rempart. Et à la 66e, De Sanctis envoie un message définitif à tous ses détracteurs : non, il n'est pas près d'arrêter sa carrière.

Sur une superbe action napolitaine, un centre parfait de De Guzmán, une reprise parfaite de Gabbiadini (oui tout est parfait) De Sanctis sort une parade incroyable. Une claquette réflexe comme il n'en a plus fait depuis longtemps. Clairement, il est infranchissable aujourd'hui. Et le Napoli finit par le comprendre, dépité d'avoir autant donné pour revenir les mains vides de l'Olimpico. Benítez et son équipe méritaient peut-être mieux. Rudi Garcia et son équipe s'estiment heureux. Mais la victoire, ça ne se partage pas. On peut le dire maintenant : la Roma reprend du poil de la bête et reprend sa marche en avant. Elle a une deuxième place à conserver.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gros gros match de De Sanctis
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
De Sanctis, capable des pires boulettes comme des plus belles parades, de coûter un résultat à son équipe (CSKA Moscou, City) comme de lui garder les 3 points (aujourd'hui)... Mais c'est tout le problème avec lui : malgré son match énorme face au Napoli, je trouve qu'il manque clairement de constance pour être le gardien numéro 1 de la Roma. En doublure why not mais j'aimerais bien voir Perin ou Scuffet dans les buts romains ou à la limite Handanovic vu que certaines rumeurs l'annoncent sur le départ du côté de l'Inter.
Purée, sur la photo, on distingue bien distinctement que Higuain est un grand amateur d'Asado, mon salaud. Coti caramélisés sauce barbecue, you sexy motherfucker !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 2
Quant à Napoli, je me demande s'il n'aurait pas intérêt à tout miser sur la Ligue Europa, surtout avec la dynamique actuelle de la Lazio ! C'est peut-être le meilleur moyen pour eux d'accéder à la LDC...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
*quant au Napoli
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 6