1. //
  2. //
  3. // Naples-Roma (1-3)

La Roma remporte les primaires

À une horaire insolite pour la Serie A, la Roma est allée s'imposer 3-1 à Naples en ouverture de la 8e journée. Un doublé de Džeko et un but de Salah ont eu raison d'Azzurri pas dans leurs pompes. Intéressée, la Juve a peut-être découvert son vrai rival cette aprèm.

Modififié
532 10

SSC Napoli 1-3 AS Roma

Buts : Koulibaly (58e) pour le Napoli // Džeko (43e, 54e), Salah (85e) pour la Roma

On se dirige tranquillement vers la fin d’une première mi-temps très animée, Koulibaly gère un ballon dans sa surface qu’il a tout le temps de dégager devant sans prendre de risques, mais son intention est de le ressortir proprement. Salah presse pour la forme, le géant sénégalais s’emmêle les pinceaux, l’Égyptien récupère la balle le long de la ligne de but et enchaîne sur un centre. Nainggolan feinte, Džeko, au point de penalty, ne pardonne pas et ouvre le score. Les Napolitains rentrent aux vestiaires avec cette bourde dans les esprits, ils ne s'en remettront pas. La Roma remportera finalement cette confrontation très animée (35 tentatives !) sur le score de 3-1.

Vertical no limit


Cette rencontre peut-elle désigner le principal adversaire de la Juve dans la lutte pour le titre ? Difficile à la mi-octobre, mais les deux équipes ne sentent pas la pression du débat et jouent libérées en faisant l’impasse sur le round d’observation. 4-3-3 classique pour Sarri avec Gabbiadini amené à remplacer Milik pour les quatre prochains mois. Spalletti surprend un peu en disposant ses joueurs en 3-4-1-2 avec Florenzi en point d’équilibre de sa formation selon l'endroit où il se positionne sur le terrain. Le Napoli et la Roma arrivent avec une extrême facilité dans les surfaces adverses grâce à une recherche immédiate de la verticalité. Rapidement, les équipes « s’allongent » comme lors de ces fins de matchs totalement débridées et pendant la première demi-heure, les occasions se multiplient avec un score de 12 tirs à 8 pour les Partenopei.

Bon, beaucoup de frappes sont hors cadres ou avortées, et les gardiens n’ont pas à s’employer, mais le rythme est soutenu. On trouve un schéma récurrent de chaque côté, les échanges entre Insigne et Hamšík côté gauche pour les Napolitains et les ouvertures de Salah en profondeur pour Džeko chez les Romains. Les seules tentatives cadrées viennent du Bosnien par deux fois – dont son but –, de Nainggolan sur une frappe trop molle et de Ghoulam qui contraint Szczęsny à dévier en corner. Un score de parité aurait été plus juste, mais la Roma n’a pas volé cet avantage à la pause.

Le retour du grand Džeko ?


On prend les mêmes et on recommence en deuxième mi-temps, Spalletti n’a aucune intention de demander à ses joueurs de se contenter de gérer. La physionomie de la rencontre est identique avec un Napoli toujours peu incisif dans la zone de vérité. La Louve ne se fait pas prier et double la mise dès la 54e minute. Florenzi frappe un coup franc côté droit, Džeko, avec un Hysaj accroché dans le dos, n’a même pas besoin de sauter et dépose tranquillement le ballon de la tête au fond des filets. Ça fait 2-0 et déjà 7 buts pour l’ancien Citizen qui confirme sa renaissance. Sarri n’attend pas une seconde de plus pour effectuer son premier changement. Out Gabbiadini sous les sifflets, in Mertens déjà averti pour avoir protesté trop véhémentement durant ses talons-fesses. Le Belge se place en faux 9. Sans le vouloir, cela provoque la réduction du score avec la tête décroisée de Koulibaly sur corner qui se rattrape ainsi de son erreur. En tribunes, Guy Stephan prend des notes.

Privé de Vermaelen, Rudiger, Mario Rui, Bruno Peres et Strootman, le technicien romain ne se presse pas de remplacer un Nainggolan diminué et ses hommes souffrent. On a à peine dépassé l’heure de jeu que Jesus et Maksimović sont victimes de crampes, c’est dire le rythme effréné. Le premier sort pour Emerson, le second reste. Les Napolitains font le forcing, mais sont inoffensifs, hormis une frappe d’Allan, ils sortent petit à petit du match. Les remplacements (El Kaddouri, Zieliński, El Shaarawy, Gerson) qui s’enchaînent toutes les cinq minutes flinguent l'intensité. On le sentait venir, Salah met fin à tout suspense en étant parfaitement lancé en profondeur par son capitaine De Rossi. 3-1 à la 86e. Reina évite même le 4-1 en repoussant une frappe de l'autre pharaon, tandis que sur le retournement de situation, Jorginho n'a pas l'intention d'interrompre sa série de 82 matchs sans marquer. Victoire convaincante des visiteurs, hôtes « redimensionnés » et Juventini somme toute plutôt contents.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Valentin Pauluzzi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Superbe victoire de la Roma, appliquée et lethale via Dzeko et Salah.

    Si Dzeko conserve cette efficacité et l'équipe cette mentalité de belles choses peuvent arriver.

    Je l ai beaucoup critiqué mais le virage tactique appliqué par Spalletti est gagnant il faut l'en féliciter.
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    J'étais dég de ne pas pouvoir voir l'un des matchs de Serie A que j'attends le plus dans la saison (en tant que fan de la Roma et, comment dirais-je, "sympathisant" du Napoli - bref, deux clubs que j'aime bcp), du coup j'arrive juste pour voir le compte-rendu et le résultat... Et de ce côté, très agréablement surpris pour la Roma : j'aurais vraiment pas parié sur un 3-1 au San Paolo ! Pour ceux qui ont maté le match, c'est plutôt mérité ? On dirait que Dzeko et Salah se sont enfin décidés à être efficaces.
    Côté Napoli, on dirait qu'ils sont un peu dans le dur depuis l'Atalanta, en tout cas moins réalistes devant le but. J'espère pour eux que l'absence de Milik sera pas trop pénalisante car j'aime beaucoup Gabbiadini mais c'est pas vraiment le même profil, selon moi c'est pas le joueur qui sera le plus à l'aise en véritable 9 dans un 4-3-3. D'ailleurs quid du recrutement d'un joker (on avait parlé de Klose) ? ADL a définitivemet abandonné l'idée ?
    Malheureusement j'ai encore peur que les deux clubs fassent un chassé-croisé toute l'année et abandonnent quelques points en cours de route, ce qui au final fera encore les affaires de la Juve qui se frotte les mains...
    @alain

    La Roma s'est rendue le match facile en étant super efficace et très appliquée. La production footballistique était pas folle côté Louve mais il vaut parfois mieux en faire moins avec plus de qualité et de conviction.

    Le quadrillage du terrain par l'équipe en phase défensive et de contre est bien plus cohérent et moins energivore. Ça te fait que Salah ou Dzeko sont lucides au moment d'arriver devant les buts.

    C'est pas le genre de choses qui se remarquent facilement mais la progression est la depuis un mois. Ça manque toujours de quelqu'un au milieu pour dicter le rythme après avoir marqué entre autre.

    Après Naples fait un mauvais match en défense, leurs lateraux aux choux et Koulibali qui fait sa bêtise annuelle, quand ça veut pas...

    Tu rajoutes à ça Insigne, Hamsik, Callejon,Gabbiadini et Jorginho qui font un match moyen avec un énorme déchet. Ça donne une fessée assez logique.

    Gros match d'Allan qui a bossé pour 3.
    Jemincruste1 Niveau : CFA
    J'ai trouvé la seconde période plutôt pas mal niveau du jeu.

    La Roma n'a pas reculé et le ballon circulait bien entre les lignes et autour de DDR.

    L'équipe a fait preuve de beaucoup de sobriété et, comme déjà évoqué, d'application.

    Salah et Dzeko enfin décisifs dans une grande affiche.

    Il faut quand même avouer que le Napoli n'était pas dedans aujourd'hui. Peu de rythme, de très timides initiatives individuelles, les joueurs clés pas dans un grand jour (Hamsik, Koulibaly, Insigne)... Dommage pour le public venu nombreux.

    Un San Paolo garni, ça a quand même une sacrée gueule.

    En espérant un faux pas de la Juve, mais contre cet Udinese là, cela semble impossible !

    1 réponse à ce commentaire.
    Grande victoire d'une Roma très appliquée, menée par une paire Dzeko-Salah qui fait gagner les matchs quand elle s'entend bien comme aujourd'hui. Mais la victoire s'explique aussi par la nouvelle tranquilité défensive acquise depuis quelques matchs avec cette paire Manolas / Fazio qui fonctionne de mieux en mieux.

    Belle victoire tactique du Mister qui demeure invaincu face au Napoli et provoque par la même la première défaite pour Sarri au San Paolo. On peut espérer de belles choses si l'on est solide mentalement comme ceci chaque semaine.
    Belle roma aujourd'hui, la même que face a mon Inter, sauf que les débat été nettement plus équilibré face a l'Inter que face a ce Napoli qui manque de beaucoup plus que d'un Milik ou d'un Higuain.
    Match plaisant et ouvert, nettement à l'avantage des napolitains dans la première mi-temps, qui tenaient mieux le ballon, combinaient bien jusqu'au vingt mètres mais se trompaient toujours ensuite ( je ne sais pas si gabbiadini a touché un ballon).

    Le but est contre le cours du jeu, en gros, et sur une erreur défensive, même si la Roma avait déjà eu quelques contre-attaques. Deuxième but, pareil, Hysaj fait n'importe quoi.

    Après la Roma a bien géré et aurait pu aggraver le score. La fin du match était très décousue, tendue avec des joueurs par terre dans tous les coins, mais dans l'ensemble, un bon spectacle.
    Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
    Ca s'est joué sur des détails.
    Au moment où Naples avait besoin de conclure pour se rassurer, Koulibaly a fait sa connerie annuelle, ce qui tombe particulièrement mal.
    J'ai pas tellement aimé la Roma qui a clairement refusé le jeu, mais soit, ça passe donc soit.

    @Galtieri, j'aimerais bien que tu m'expliques la conception que tu as de la notion de déséquilibre. Parce que je vois vraiment pas comment cette rencontre a pu être déséquilibré.
    Par contre, en effet, Roma-Inter était déséquilibré, ça s'est vu au gros match qu'a du sortir Handanovic pour limiter la casse.
    Le contraste Gabbiadini Dzeko est choquant.
    Le Bosnien est une chienne à faire des coups de coude et simuler mais c'est un vrai 9.

    Gabbiadini c'est un gentil mais il n'est pas adapté à cette position.
    Quand à Insigne il est honteux depuis le début de saison.

    Bonne prestation des milieux qui ont énormément couru.

    Mais mentalement le premier but a fait mal.

    Sinon Galtieri qui analyse tout exclusivement par rapport au résultat je suis pas surpris.
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Tu tombes bien, je cherchais à avoir la réponse d'un supp du Napoli : tu sais si le club songe toujours à recruter un AC pour pallier la blessure de Milik (Klose ou un autre) ? Car même si j'aime beaucoup Gabbiadini, ça sera jamais un pur numéro 9, surtout dans un 4-3-3, du coup ça me semble un peu léger de faire 4 à 6 mois avec seulement Manolo ou Callejon (en faux 9) comme terminal d'attaque...
    1 réponse à ce commentaire.
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Tu tombes bien, je cherchais à avoir la réponse d'un supp du Napoli : tu sais si le club songe toujours à recruter un AC pour pallier la blessure de Milik (Klose ou un autre) ? Car même si j'aime beaucoup Gabbiadini, ça sera jamais un pur numéro 9, surtout dans un 4-3-3, du coup ça me semble un peu léger de faire 4 à 6 mois avec seulement Manolo ou Callejon (en faux 9) comme terminal d'attaque...
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Désolé pour le double post, la première fois ma réponse mettait mille ans à s'afficher, du coup j'ai reposté (d'ailleurs faut toujours rafraichir la page pour que les coms soient visibles sinon ça tourne dans le vide).
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Article suivant
    Chine : l’alerte rouge
    532 10