1. //
  2. //
  3. // AS Roma/Juventus (1-1)

La Roma peut s'en vouloir

Dans le dernier match de la 15ème journée de Serie A, la Juventus a été tenue en échec sur la pelouse de l'AS Roma (1-1). Les Turinois rejoignent ainsi l'Udinese en tête du classement. La Roma peut avoir des regrets : elle a mené au score pendant près d'une heure et Buffon a stoppé un pénalty de Totti en seconde période.

Modififié
10 15
AS Roma - Juventus (1-1)
De Rossi 5' / Chiellini 61'

Le football a cela de beau qu'il est imprévisible. Illogique, même. Et il n'y a qu'à voir le déroulé de la rencontre entre la Roma et la Juventus pour le comprendre. Au stadio Olimpico, les Turinois partaient favoris. Parce que leaders avant cette journée. Parce que invaincus cette saison. Parce que la Roma était décimée par les absences. Et la Juve a confirmé son rang, en dominant outrageusement la première période. Score à la pause : 1-0 pour la Roma. Quoi? Oui oui. En seconde période, les Turinois baissent de pied. La Roma attaque, tente d'enfoncer le clou et obtient même un pénalty. Alors, score final, 3-0? Bah non. 1-1. Un match à l'envers, où chaque équipe a scoré au moment où l'autre semblait avoir les choses en main. Alors voilà. Au final, le nul sert plus à la Juventus qu'à la Roma. Il lui permet de repasser en tête à la différence de but et de conserver son invincibilité. La Roma, quant à elle, voit ses adversaires s'éloigner encore un peu plus. Ce soir, la Lazio, sa pire ennemie, compte dix points d'avance. Un abysse. Ce nul va tout de même donner un sursis à Luis Enrique. Le coach espagnol est sur la sellette, et aurait peut-être même dû faire ses valises en cas d'échec ce soir. 1-1, c'est le mieux qu'il pouvait faire avec les forces en présence. Les absences cumulées de Burdisso, Juan, Kjaer, Rosi et Cassetti l'ont obligé à inventer une défense où De Rossi faisait office de central et Taddei de latéral. Le retour de Totti a toutefois fait du bien aux giallorossi, même si le Capitano a "trahi" les siens en ratant le premier pénalty concédé à la Roma cette saison. Et pourtant, ce n'est pas comme s'il était novice en la matière... La Juve, pour sa part, concède un deuxième match nul consécutif à l'extérieur, après le 3-3 de Naples. Mais en même temps, lors de cette phase aller, elle est sortie indemne de San Siro (2-1 contre l'Inter), du San Paolo (3-3), et deux fois de l'Olimpico (1-0 contre la Lazio, 1-1 ce soir). Ce qui veut dire que tous les matches retour se dérouleront dans le bouillant Juventus Stadium. Voilà des petits veinards de tifosi qui vont se régaler.

Capitan Futuro implacable

L'Olimpico a fait le plein. Presque. Bon, après tout, on est lundi soir. Alors, il est normal de récompenser ceux qui ont fait le déplacement et qui vont se peler les miches dans les gradins. Et dans le genre, Daniele De Rossi sait être généreux. Destitué de son brassard de capitaine par le retour de Totti, le "capitan Futuro" fait exploser le public du stadio Olimpico dès la 5ème minute. Justement servi par Totti, il profite d'une sacrée bourde de Vidal pour tromper Buffon. 1-0. Le match ne peut pas mieux débuter. Mais la Juve n'est pas du genre à se laisser impressionner. A Naples, elle était menée de deux buts à la mi-temps, et avait finalement décroché le nul. Alors, ce n'est pas le onzième du classement qui va lui faire peur. La troupe d'Antonio Conte se rue à l'attaque, comme si le score était de 0-0. Enfin, pas tout à fait, en fait. Car dès les premiers assauts (toujours percutant, cela étant dit), on sent que la mécanique de la Vieille Dame n'est pas aussi bien huilée que d'habitude.

Les passes ont même du mal à arriver dans les pieds, malgré le retour du duo Marchisio-Pirlo, que l'on n'avait pas vu ensemble lors des deux derniers matches de championnat. La domination turinoise est indéniable, mais les occasions franches tardent à arriver. Tiens, en voilà une : Taddei veut imiter Vidal en loupant totalement le ballon dans la surface, mais Estigarribia est moins efficace que De Rossi, son tir étant repoussé par Stekelenburg. Le géant portier hollandais s'illustre encore sur un tir de Pepe, bien servi par Vidal, qui a à cœur de se rattraper. En fin de première période, le même Pepe gâche une balle de but alors que Matri était seul au centre. Mais Heinze, monstrueux tout au long de cette première période, comprend tout et dévie en corner. Pas d'autres émotions. La Roma rentre aux vestiaires avec son petit but d'avance. Et vu le nombre d'occasions que sont procurés les giallorossi (c'est quoi le chiffre avant 1?), c'est plutôt bien payé.

Duel de titans

Le début de seconde période est laborieux. Les 22 acteurs se regardent, et c'est finalement l'arbitre qui a le plus de boulot, en devant deviner quand il y a vraiment faute, et quand il y a simulation. Pas toujours évident. Après un quart d'heure d'ennui total, le stadio Olimpico décide de réveiller la soirée. Boum. Une bombe agricole qui pète. Boum. Une autre. Et une autre. Et cinq, en tout, en même pas deux minutes. L'effet est immédiat : une minute plus tard, Vidal invente un extérieur du droit pour Estigarribia, le Paraguayen foire totalement sa volée, qui se transforme en passe décisive pour Chiellini. L'homme qui ressemble aux athlètes grecs dans Astérix aux Jeux Olympiques catapulte le ballon dans les filets, devançant la sortie de Stekelenburg. 1-1, balle au centre. Mais le cuir ne tarde pas à se retrouver dans la surface turinoise. Lamela s'écroule après un contact avec Vidal, dans tous les bons (et les mauvais) coups. Pénalty. Difficile à juger avec les ralentis. Le duel qui suit est un duel de titans. Totti contre Buffon. Et celui-ci tourne à l'avantage du meilleur gardien du XXIème siècle, avec une parade énorme sur le pénalty du numéro 10. Dur.

Mais la Roma ne se démonte pas, puise dans son courage, et continue d'attaquer. La Juve, au lieu d'être galvanisée par son égalisation, recule, et tente de procéder en contre. Mais c'est la Roma qui se créé une nouvelle occasion par Pjanic, qui demandera à sortir quelques minutes plus tard pour des problèmes de vue. Le syndrome Gattuso? Le temps passe, et rien ne se passe. Ah si. Voilà la 88ème minute. Elia, entré en jeu, offre un caviar à Quagliarella, qui s'échappe, mais perd son face à face avec Stekelenburg. Ça va d'un but à l'autre en cette fin de rencontre. Il n'y a plus de schéma tactique. 90ème minute. Totti est idéalement servi par Lamela, il crochète, a la balle de la victoire au bout des crampons. Mais son tir est repoussé par Barzagli. On en reste là. Un point chacun. Cela ne fait pas vraiment les affaires de la Roma. La Juve, quant à elle, s'en contente. Elle rattrape l'Udinese à la première place du classement et s'offrira un choc de Noël au sommet, le 21 décembre, contre les Frioulans. Histoire de ponctuer 2011 en beauté.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Spike Spiegel Niveau : CFA2
Super article, ça avait l'air d'être un beau match. C'est vrai que lorsqu'on y pense, Pirlo, De Rossi, Totti, Buffon sur le terrain, y a pas à tortiller du cul, ça déboite...
2 points entre les 4 premiers.

Là, on parle de championnat. Pas de fausse compétition où seules deux équipes marchent sur les autres. (Je ne vise personne, suivez mon regard.) ;)
C'est vrai que cette année, le championnat Italien a vraiment de la gueule. Il était temps! D'ailleurs ça se répercute en Champions (3 équipes qualifiées, c'est pas un hasard)
Je pense également qu'il faut laisser du temps à Luis Enrique. Le projet de jeu est là, bien visible, il faut juste que le tout soit un peu mieux huilé. Pour l'instant ça se situe entre Valenciennes (très bon fond de jeu mais résultats décevants) et le Barça. On verra à la fin de l'année duquel la Roma se rapproche le plus.
Enfin, la Juve a ce gros avantage sur les autres dans la course au titre, qu'elle ne joue "que" le championnat. Ca sent bon pour la Vieille Dame ;-)
Le championnat est loin d'être joué.

La Juve n'est que première ex-aequo.

L'Udinese, la Lazio et surtout le Milan ne lâcheront rien.
James Patt Hagël Niveau : CFA2
c'est vrai que sur le papier le calcio est vraiment intéressant cette année, comme dit plus haut les 4 premiers en deux points a l'approche de la treve ça a effectivement de la gueule. Mais regarder un match du calcio, même entre ses ténors, ça reste pour moi une espèce de purge! Les mecs ne tiennent pas sur leurs cannes, ça plonge sans arrêts, les arbitres respirent avec leurs sifflets, c'est mou. Je ne dis pas que c'est différent ailleur, mais là bas c'est vraiment impressionnant.
nicolino57 Niveau : CFA2
@James Patt Hagël :
"Les mecs ne tiennent pas sur leurs cannes, ça plonge sans arrêts"
Wtf? Je sais pas si je suis vraiment objectif, mais ca me semble être une constatation de m.erde.
Ou pas quoi.

Y a tellement de matches aux scénarios (ouais je sais faudrait dire scénarii mais j'aime pas ce mot) hallucinants que je me dis que tu as du rester bloqué dans les stéréotypes d'il y a 10 ans.

Certains matches sont clairement chiants, mais c'est comme ça partout.

Enfin, moi j'y trouve totalement mon compte. Je peux comprendre que tout le monde n'y trouve pas le sien.
James Patt Hagël Niveau : CFA2
nicolino lâcher un commentaire pour me prouver que tu sais construire une phrase avec un gros mot dedans ça n'a aucun intérêt . Aie au moins la décence et l'intelligence d'esprit d'argumenter. C'est ton com qui est merdique.
nicolino57 Niveau : CFA2
C'est bon detend toi un peu, le prend pas comme ca, pas besoin d'essayer de prouver au monde que t'en as une plus grosse.
C'est juste que l'observation que tu fais du calcio me semble pleine de maivaise foi.
Le coup d'associer le foot italien à des joueurs toujours par terre, c'est juste selon moi signe d'ue grande influencabilité.
C'est des vieux clichés qui sortent souvent de la bouche d'un Jean-Mimi qui se matte un match international à l'occaz.
Et puis le côté mou... Bof. Y a eu quand même bon nombre de matchs vraiment plaisants à suivre.
Bref, je suis pas d'accord avec toi, et je demandais juste si j'étais le seul ou si j'étais trop parti pris.
Salut à toi.
Disons que si on se base sur le match Juve/Roma, James Patt Hägel n'a pas tout à fait tort. Ça me gêne un peu de le dire, mais on a eu droit à des longues phases de jeu hachées à cause des tacles à répétition, bref pas mal d'ennui. J'aime le calcio pour ses matchs tactiques, mais une Roma diminuée par les expulsions de l'avant-dernière journée et une Juve qui m'a paru crevée et qui renouait avec ses longues ouvertures à vide ou sur des attaquants hors-jeu de 5 mètres ne m'ont pas offert de quoi m'éclater.

Après, il faudrait peut-être en finir avec les clichés et regarder ce qui se passe ailleurs. Par exemple du côté de la bizarre évolution d'Alexis Sanchez que j'ai vu jouer hebdomadairement pendant deux ans et qui tenait très bien sur ses jambes, alors que depuis qu'il joue au Barça il s'envole rien qu'avec le souffle provoqué par le défenseur qui s'approche. Il se fait vieux, c'est ça ?
Malheureux, ne t'attaque pas au Barça. Tu vas attirer sa horde de rageux sur un article "Calcio". ^^
James Patt Hagël Niveau : CFA2
@nicolino
Je me détend, ton com m'avait passablement ébervé et je me suis un peu emporté. my mistake. Mais je ne pense pas être de mauvaise foi, je ne fais pas cette critique gratuitement, c'est juste l'impression que j'ai quand je regarde un match du calcio. Et je pense en regarder assez souvent pour avoir un opinion objectif. Quand je vois l'inter jouer, je suis désolé mais avec l'équipe qu'ils ont, je necomprend pas qu'ils n'arrivent pas à mettre plus de rythme. C'est peu être un mauvais exemple l'inter de cette année. Ça c'est pour le côté mou. Maintenant pour les simulations. Ya deux semaines j'ai vu juve cesena. Et bien c'était insupportable. J'exagère quand je dis plongeon, mais regarde pepe, ce mec est un véritable valbuena. Et chiellini qui passe son match a jouer rugueux et qui fait la pleureuse quand on fait pareil avec lui! Faut arrêter. Le foot est un sport de contact, si tu donnes des coups, faut accepter d'en recevoir. Ce qui m’embête c'est la sournoiserie de certains joueurs. Et pour revenir au match, la juve fait joujou avec cesena pendant 90 min et ils font le break sur un penalty volé. C'est abominable. En fait ceux que je blâme ce sont les arbitres pour rendre le jeu si haché et se laisser abuser par les joueurs. Mais bon ça c'est un peu pareil partout.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
si c'est un purge pour toi de mater le calcio, bin mate la LDC : paraît que des équipes comme Naples régalent...

faut vraiment être con/français et avoir mater 3 matchs de série A pour sortir ca...
nicolino57 Niveau : CFA2
@James
"Je ne dis pas que c'est différent ailleur, mais là bas c'est vraiment impressionnant. "
"Mais bon ça c'est un peu pareil partout."
Tes conclusions sont assez étranges, tu t'évertues à nous démontrer sur plusieurs lignes qu'en Italie c'est plus une purge qu'ailleurs, pour à chaque fois finir sur la conclusion que "c'est pareil partout".
C'est ça qui me laisse perplexe, et qui me fait croire -peut être à tort- que ton raisonnement n'est pas honnête intellectuellement. Si c'est pareil partout, pourquoi y fais-tu plus attention lorsqu'il s'agit du calcio?
Chaque journée de Serie apporte son lot de matches de haute volée et de purges, faut juste avoir la main heureuse ou tout mater. Je donne quand même raison à James sur deux points :

1. Les arbitres de Serie A sifflent trop et ça fait longtemps que ça m'énerve aussi. Parce que ça nuit à la fluidité du jeu et que, plus grave, ça induit chez les joueurs des comportements de réclamation à n'en plus finir, notamment dans les compétitions européennes avec des arbitres moins "compréhensifs". On conteste la faute qui vient d'être sifflée, le coup-franc est joué et on n'est pas en place parce qu'on s'occupe de l'arbitre au lieu du ballon. Ou bien les attaquants réclament une faute au lieu de s'occuper de l'action qui continue.

2. Le jeu de la Juve depuis 2 ou 3 journées est assez moche, avec quelques coups de génie (merci Pirlo, merci Marchisio !). Manque de réalisme devant le but, trop de coups de patte par derrière et de duels de chiffonniers en milieu de terrain pour récupérer le ballon à tout prix quant il a été perdu. On commence à sentir la fatigue hivernale.

Par contre, pas touche à Chiellini. Et Pepe/Valbuena, c'est vraiment très méchant.^^
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
10 15