1. //
  2. // 37ème journée

La Roma offre l’Europe à la Lazio

Tenue en échec par Catane, la Roma voit s’éloigner quasi-irrémédiablement l’Europe. Pire, les Giallorossi qualifient ce soir leurs cousins laziali pour l’Europa League. Quant à la Fiorentina, elle obtient ce soir son maintien mathématique. Ouf.

Modififié
0 2
Quelle drôle de soirée, en Italie ! Pour la dernière fois de la saison, des matches se disputent le samedi. La semaine prochaine, pour la dernière journée, tout le monde jouera en même temps, dimanche soir, à 20h45. Alors, pour honorer ce dernier samedi de football en Italie, il fallait marquer le coup. Et les quatre équipes qui s'affrontaient lors des derniers anticipi n’ont pas failli à leur tâche. A Rome, la Roma et Catane ont offert un magnifique spectacle. Des occasions, des erreurs, des parades, des histoires d’ex : bref, tout le florilège d’une belle soirée réussie. Les deux formations se séparent finalement sur un score de 2-2. Mais s’il y avait eu 3-3 ou 4-4, cela n’aurait choqué personne. Le nul ne fait néanmoins pas les affaires de la Roma : les Giallorossi restent septièmes, et pourraient, dès demain, être mathématiquement éliminés de toute compétition européenne pour la saison prochaine. Luis Enrique commence déjà à regarder le prix des allers simples pour Barcelone. A moins qu’il ne parte en pèlerinage, quelque part, avec Guardiola ?

E Totti quanti

La donne était simple : la Roma devait gagner. Gagner pour rejoindre l’Inter au classement, se rapprocher de la Lazio, et, du coup, mettre la pression sur les deux formations qui la devancent au classement. En face, une équipe de Catane déjà en vacances, entraînée par Vincenzo Montella, qui, il y a un an tout rond, était assis sur le banc de la Roma. Mais pendant l’été, les nouveaux dirigeants giallorossi ont une bonne idée : « Et si nous dégagions Montella pour prendre Luis Enrique ?  » Bien vu. Montella, avec un effectif très modeste, a réalisé une fantastique saison en Sicile, tandis que la Roma, malgré 73 millions de dépenses cet été, va peut-être finir la saison bredouille. Et ce soir, Montella s’est vengé. En tenant en échec la Roma, et en la privant, quasi-certainement, d’Europe. Le match ? Un festival de tout. D’abord de ratés. Totti, en tout début de rencontre, loupe son exercice favori : le pénalty. Son tir est repoussé par Carrizo, gardien argentin prêté par… la Lazio. Drôle.

Puis des occasions, de part et d’autre, et finalement la Louve qui prend l’avantage par Totti, en début de seconde période. Le Stadio olimpico se dit que le plus dur est fait. Tu parles ! Catane est coriace et, en un quart d’heure, les Siciliens renversent la situation. D’abord par Lodi sur pénalty, puis par Marchese, des suites d’une combinaison sur coup-franc. La Roma est paumée, se rue à l’attaque tête baissée, et finit par égaliser, encore par le capitaine Totti, toujours autant homme à tout faire. Les dix dernières minutes sont un assaut romanista à la recherche des trois points. Trois points qui n’arriveront jamais. Catane vient chercher son petit nul à Rome, et la Roma reste bloquée à sa septième position. Pire encore : grâce au nul de son ennemi juré, la Lazio est ce soir mathématiquement qualifiée pour l’Europa League. Et c’est peut-être ça, la pire nouvelle, pour les tifosi giallorossi, ce soir.

Lecce, une jambe et demie en Serie B

Un peu plus tôt dans la soirée, en fin d’après-midi, la Fiorentina est allée assurer son maintien sur la pelouse de Lecce. Trois jours après la baston entre Delio Rossi et Adem Ljajic, qui a entraîné le limogeage de l’entraîneur, la Fiorentina devait donc se replonger dans la réalité du championnat, avec un nouveau coach, Guerini, sur son banc. Avec six points d’avance sur la zone de relégation, la formation viola n’avait besoin que d’un match nul pour être assurée de rester en Serie A l’an prochain. Mais non. Rappelons-nous tout de même que les Florentins sont des esthètes, malgré les derniers mois calamiteux. Et comme l’équipe n’aime pas se contenter du minimum, mais plutôt du beau, elle est allée chercher la victoire. Après plusieurs occasions monumentales en première période, la Fiorentina ouvre le score par Alessio Cerci, qui se fait ainsi pardonner (en partie) de son expulsion débile contre la Juventus, il y a quelques semaines.

En seconde période, Lecce, au bord du précipice, tente le tout pour le tout. Les Pugliesi frappent la barre sur corner, mais la formation florentine parvient à contenir leurs velléités offensives jusqu'au coup de sifflet final libérateur. Au terme d’une semaine très compliquée, pleine de polémiques, la Fiorentina obtient une victoire importantissime, synonyme de maintien. En revanche, pour Lecce, cela sent très mauvais. Demain, les joueurs de Serse Cosmi regarderont avec angoisse la rencontre entre l’Udinese et le Genoa. En cas de nul ou de victoire du Genoa, Lecce sera officiellement relégué en Serie B. En revanche, en cas de victoire de l’Udinese, les Sudistes conserveront un ultime espoir de rester en Serie A. Il faudra, pour ce, battre le Chievo la semaine prochaine, et espérer une défaite du Genoa contre Palerme. Autant dire que cela va être très, très compliqué. Les tifosi se consoleront avec le retour du derby des Pouilles contre Bari la saison prochaine. A l’étage inférieur.

Les résultats :

Lecce - Fiorentina 0-1
Cerci 35'
Roma - Catania 2-2
Totti 52' et 77' / Lodi 58', Marchese 68'

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

le titre de l article est jubilatoire.solo lazio a roma.
Voila, un match à l'image de la saison.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Cech désarme Carroll
0 2