1. //
  2. // 14e journée

La Roma n'avance plus, le Milan se réveille

Sauvée par un but de Strootman à la toute dernière minute, la Roma concède toutefois un quatrième nul consécutif en Serie A. La Juve, qui reçoit l'Udinese à 18h30, peut désormais prendre trois points d'avance. L'Inter est rejointe à la 89e minute par la Sampdoria (1-1) et le Milan AC se réveille enfin, avec un succès 3-1 sur la pelouse de Catane.

Modififié
0 10
Il va falloir trouver un nom à cette maladie. La match-nulite ? La match-nulose ? La match-nulentérite ? Bref, c'est la maladie dont est victime depuis bientôt un mois l'AS Roma. L'ancien leader de Serie A est toujours invaincu en championnat, mais, désormais, elle ne gagne plus. Elle fait match nul, tout le temps. 1-1 face au Torino, 1-1 contre Sassuolo, 0-0 contre Cagliari et, aujourd'hui, 1-1 contre l'Atalanta. Toutefois, si les nuls obtenus à domicile contre Sassuolo et Cagliari avaient été accueillis comme de vraies contre-performances, le point ramené de Bergame est une petite bénédiction. Car, pendant 40 minutes, Rudi Garcia a vu se dessiner la première défaite de son équipe. La faute à une bonne Atalanta, à un but de Brivio en ouverture de deuxième période, et à une Roma méconnaissable, toujours privée des inspirations de Totti. Mais au milieu de la seconde période, sentant que les choses étaient en train de mal tourner, la Louve s'est enfin décidée à jouer. Et en vingt minutes, il va se passer plus de choses que lors des 70 premières.

Il y a d'abord cette main de Canini dans la surface, qui aurait pu coûter un pénalty à l'Atalanta. Puis il y a ce but de Bradley, annulé pour hors-jeu. Et lorsque Consigli (réputé pour toujours commettre des bourdes lorsqu'il affronte la Roma) réalise un véritable miracle face à Florenzi, on se dit que, ce coup-ci, la Roma ne va pas y arriver. Pourtant, à la toute dernière minute, Kevin Strootman égalise, sur un très bon service de Pjanić. 1-1, donc, et libération pour tout le camp romain. Quatrième match nul consécutif pour la Roma, qui rejoint provisoirement la Juve en tête du classement. Mais, pour les Bianconeri, qui reçoivent à 18h30 l'Udinese, ce nul est une vraie aubaine. Ils ont en effet la possibilité de prendre trois longueurs d'avance en cas de victoire face aux Frioulans. La Roma, de son côté, va devoir trouver un antibio pour guérir ce foutu virus du match nul. Car les prochains matchs ont de quoi accentuer la fièvre : réception de la Fiorentina et déplacement à San Siro pour y affronter le Milan AC. Allô docteur ?

Renan, Sau, tout se décide à la fin

S'il y a bien une équipe qui peut également avoir des regrets, outre l'Atalanta, c'est l'Inter. Devant son nouveau président, Erick Thohir, la formation nerazzurra n'a pas réussi à se défaire de la Sampdoria. Le président indonésien peut en vouloir au Brésilien Renan, qui a gâché la fête à la 89e minute avec une frappe lointaine du gauche. Mais cette égalisation pendait au nez des Interisti, qui ont ouvert le score en tout début de match par Guarín, mais qui n'ont pas su tuer le match lorsque la Samp avait la tête sous l'eau. Au contraire, l'Inter, dominatrice mais pas tueuse (avec un excellent Ricky Alvarez), a laissé l'équipe de Mihajlović revenir dans le match. Il y a eu plusieurs alertes sur les buts de Handanović (notamment un but de Pozzi refusé à juste titre pour hors-jeu), jusqu'à l'égalisation méritée de Renan en toute fin de match. Vraiment couillon pour l'Inter, qui, en cas de succès, serait montée sur le podium pour la première fois de la saison, en attendant le Lazio-Napoli de demain soir. Avec ce nul, Mazzarri et ses hommes restent en revanche quatrièmes, et peuvent même être rattrapés demain soir par la Fiorentina, qui reçoit le Hellas Vérone.

Le match nul de la Sampdoria fait, en tout cas, le bonheur d'une autre équipe : le Chievo. Une semaine après leur succès lors du derby de Vérone, les joueurs d'Eugenio Corini ont enchaîné une deuxième victoire consécutive. Et cette fois-ci, elle ne fait pas un pli : un bon vieux 3-0 face à Livourne (buts de Rigoni, Théréau et Paloschi), qui permet au nouveau coach du Chievo de réaliser un sans-faute depuis son arrivée : deux matchs, deux victoires. Propre. Conséquence immédiate : le Chievo sort de la zone de relégation pour la première fois de la saison, en revenant à hauteur de Bologne et de sa victime du jour, Livourne. C'est là tout le paradoxe de cette Serie A : avant-dernier avant cette journée, le Chievo n'est désormais qu'à cinq points de la première moitié de tableau. Une première moitié de tableau dont aurait également pu se rapprocher Sassuolo sans ce diable de Marco Sau. Alors qu'elle menait 2-0 en Sardaigne grâce à des réalisations de Marzorati et Zaza, l'équipe de Di Francesco s'est fait surprendre en fin de rencontre. Nene a réduit l'écart pour Cagliari, puis Sau, juste avant le coup de sifflet final, a égalisé pour les Sardes. Un but qui empêche justement Sassuolo de passer devant Cagliari, et qui laisse les deux formations à quelques points de la zone de relégation. C'est toujours ça de pris, pour les deux.

Balo dans tous les coups

Enfin, les nuages semblent se dissiper dans le ciel du Milan AC. Après la victoire face au Celtic Glasgow, et les déclarations de paix d'Adriano Galliani envers Barbara Berlusconi, il ne manquait plus qu'une victoire en Serie A pour, enfin, calmer les esprits. Elle est arrivée ce midi, sur la pelouse de Catane. Une victoire importantissime pour les Rossoneri qui vont peut-être, enfin, lancer leur saison. Pourtant, au coup d'envoi, c'était loin d'être gagné. Allegri a dû composer une équipe avec une infirmerie pleine à craquer. Catane, très mal en point aussi (dernier du classement), débute bien son match, et ouvre très vite le score par Castro. On se dit alors que Milan va retomber dans ses travers, et connaître un nouvel après-midi très compliqué. Mais, cette fois-ci, les Milanais trouvent les ressources pour égaliser, avec un superbe but de Montolivo, qui inscrit là sa toute première réalisation de la saison.

En seconde période, Milan monte en puissance, et le match bascule entre la 63e et la 64e minutes. Le protagoniste absolu ? Mario Balotelli, bien sûr. L'attaquant de la Nazionale donne d'abord l'avantage aux siens sur coup franc, puis subit une grosse faute de Tachtsidis au milieu de terrain, qui est exclu. Mené d'un but et réduit à dix, Catane se retrouve en situation plus qu'inconfortable, et Milan peut dérouler. À moins de dix minutes du terme, Kaká met au chaud le résultat, sur une contre-attaque ponctuée par une frappe sous la barre. Le match se termine avec quelques étincelles entre Spolli et Balotelli, suite à de présumées insultes racistes du joueur de Catane envers SuperMario. Mais bon, pas de quoi ternir cette belle journée pour les joueurs d'Allegri, qui n'avaient plus remporté le moindre match depuis le 19 octobre. Une vraie bouffée d'oxygène.

Cassano, magie et nez pété

On disputait également deux rencontres hier soir. Le derby d'Émilie-Romagne entre Parme et Bologne, et Genoa-Torino. Bilan : deux matchs nuls, sur le même score de 1-1. Ce que l'on retiendra surtout de ces deux oppositions, ce sont les deux magnifiques buts inscrits par le Grec Koné, et par Antonio Cassano. Le premier a ouvert le score pour Bologne d'une sublime frappe de 25 mètres. Le second a égalisé dans la foulée avec une reprise de volée de l'intérieur du pied, sur corner, trouvant la lucarne opposée. Une magie. Le match nul est finalement un bon résultat pour Bologne, qui a dû disputer pratiquement l'intégralité de la seconde période à dix, suite à l'expulsion sévère de Sorensen. Les joueurs de Pioli ont dû serrer les dents, et ont parfaitement résisté aux (rares) assauts parmesans. Cassano, lui, a terminé la soirée à l'hôpital : petite fracture du nez pour lui. L'opération a été réalisée avec succès. Nous voilà rassurés. Dans l'autre match, donc, 1-1 également entre Génois et Turinois. Une petite contre-performance pour le Genoa, actuel septième du classement, qui restait sur trois succès de rang à domicile. Menés pendant près d'une heure, les joueurs de Gasperini ont égalisé à vingt minutes du terme par Biondini, mais n'ont pas réussi à faire la différence dans les dernières minutes. Au contraire, c'est le Torino qui a eu les plus grosses occasions, mais qui est tombé sur un incroyable Mattia Perin, auteur de quelques parades prodigieuses. Ce petit-là a un bel avenir, on vous l'assure.

Les résultats :

Parma - Bologna 1-1
Cassano 23' / Koné 10'
Genoa - Torino 1-1
Biondini 69' / Farnerud 7'
Catania - Milan 1-3
Castro 13' / Montolivo 19', Balotelli 63', Kaká 81'
Atalanta - Roma 1-1
Brivio 51' / Strootman 90'
Cagliari - Sassuolo 2-2
Nene 73, Sau 89' / Marzorati 14', Zaza 19'
Chievo - Livorno 3-0
Rigoni 36', Théréau 56', Paloschi 79'
Inter - Sampdoria 1-1
Guarín 18' / Renan 89'
Juventus - Udinese, ce soir, 18h30
Fiorentina - Hellas Verona, lundi, 19h
Lazio - Napoli, lundi, 21h

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

georgesleserpent Niveau : Loisir
C'est Ljalic et non pas Pjanic qui fait la passe décisive pour strootman.
Monstrueux ce mec (Ljalic)
georgesleserpent Niveau : Loisir
Et d'ailleurs pour tous ceux qui disaient que Perin est surcoté, je crois que entre le match de Milan et celui face au Torino il a prouvé qu'il était déjà très fort.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
serait-ce la fin d'une type?
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Message posté par georgesleserpent
C'est Ljalic et non pas Pjanic qui fait la passe décisive pour strootman.
Monstrueux ce mec (Ljalic)


Ljajic*
Joseph Marx Niveau : Loisir
Arrêtez de tirer sur le Pjanic !
Llajic ce sera un grand joueur le jour où il arrêtera de faire la passe un temps trop tard à chaque fois. La passe décisive est une éclaircie rien de plus.

A la Roma il n'y a qu'un joueur monstrueux et il s'appelle Francesco Totti. C'est une analyse factuelle, il suffit de regarder les 5 derniers matchs de la Roma. Tous les autres sont de bons joueurs, de bon tricoteurs, mais il n'y en a pas un seul qui a su prendre la relève. Llajic porte trop le ballon, Pjanic joue un cran plus bas, Marquinhos est fait pour jouer pour le Catania, les autres sont des joueurs d'aile.

Lorsque Totti et Destro seront revenus à un bon niveau, le championnat va vraiment commencer.
Message posté par Joseph Marx
Arrêtez de tirer sur le Pjanic !


Tu te prends pour la groupie du Pjanic
Message posté par Joseph Marx
Arrêtez de tirer sur le Pjanic !


Tu t'es pris pour la groupie du Pjanic?
Sinon le niveau retrouvé de Kaka fait plaisir à voir. RdV cet été au Brasil?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Bordeaux corse l’addition
0 10