1. //
  2. // 10e journée
  3. // AS Roma/Chievo

La Roma face à l’Histoire

Ce soir, la Roma, leader de Serie A, reçoit le Chievo, dernier du classement. Un match des extrêmes, qui peut permettre à la Louve d'entrer dans l’histoire : en s’imposant, elle deviendrait la première équipe à remporter ses dix premiers matchs de championnat. Mais gare aux mauvais tours de l’Histoire, justement.

Modififié
0 33
Rudi Garcia a prévenu, quitte à passer pour un coach qui en fait un peu trop : « Nous avons joué des matchs difficiles jusqu’ici, mais celui contre le Chievo est clairement le match le plus dur » . Difficile à gober, lorsque l’on sait que le Chievo est actuellement dernier de Serie A, et qu’il reste sur cinq défaites consécutives. Pourtant, l’entraîneur français n’a pas si tort. Cette rencontre face au Chievo est un putain de traquenard. Parce que personne, ici présent, ne peut envisager ne serait-ce qu’une seconde une victoire du Chievo. Et c’est justement là le danger. Souvent, dans son histoire, la Roma s’est cassée la gueule au moment où personne ne s’y attendait. Des défaites qui sont restées gravées, et qui, si elles avaient été évitées, auraient certainement rajouté quelques Scudetti dans la vitrine du club. Rudi Garcia le sait. En bon commandant, il a étudié le passé du club dont il est en train de réécrire l’histoire. Jusqu’ici, sa Roma réalise un sans-faute. Neuf matchs, neuf victoires, un seul but encaissé. Des statistiques ahurissantes, lorsque l’on sait que l’année dernière, au même stade de la saison, les Giallorossi comptaient 12 points en moins, et 15 buts encaissés en plus. Un autre monde.

Lecce, Livourne, Sampdoria

En 2005-06, la Juventus de Capello s’est arrêtée à neuf. Lors de la dixième journée, les Bianconeri ne sont inclinés 3-1 sur la pelouse du Milan AC, stabilisant ainsi le record à neuf victoires de rang en début de championnat. Elle faisait ainsi mieux que la Juve de Trapattoni, qui s’était arrêtée à huit vingt ans plus tôt. Même l’Inter de Mancini, ou celle de Mourinho, ne sont pas parvenues à faire mieux. Voilà que, dans quelques heures, la Roma a l’occasion de graver son nom dans le Panthéon du football italien, avec une dixième victoire d’affilée. Or, le Chievo fait clairement office de victime désignée, avec ses 4 misérables unités au classement. Mais à Rome, tout le monde a encore en mémoire certains matchs restés tristement célèbres. À commencer par le Roma-Lecce de la saison 1985-86. À 180 minutes du terme, les Giallorossi sont en tête, à égalité avec la Juventus, mais avec une meilleure différence de but. Le calendrier offre un boulevard vers le Scudetto aux joueurs d’Eriksson : Lecce à domicile, puis Côme à l’extérieur. Lecce, surtout, est déjà assuré d’être relégué, et même déjà assuré de terminer dernier de Serie A. Et pourtant, l’incroyable se produit. Dans un Stadio olimpico plein à craquer, Lecce vient créer la sensation en s’imposant 3-2. De son côté, la Juve s’impose et prend une avance définitive en tête du classement, remportant le titre la semaine suivante.

Impossible, également, de ne pas penser aux rencontres face à Livourne et la Sampdoria lors de la saison 2009-10. La Roma de Ranieri effectue une remontée folle au classement, et vient talonner l’Inter de Mourinho. Le 14 mars, elle va laisser filer deux points précieux sur la pelouse de Livourne (3-3 en ayant mené trois fois au score), équipe qui terminera bon dernier de Serie A, avec 14 points de retard sur le premier non relégable. Mais surtout, le 22 avril, elle perd le match que personne ne l’aurait vu perdre. Après avoir battu tour à tour l’Inter et la Lazio, la Roma s’est emparée de la première place. Il reste alors quatre journées à disputer, et les Giallorossi sont désormais invaincus depuis 24 rencontres. Une victoire contre la Samp, et c’est quasiment le Scudetto assuré, au vu des trois dernières journées (Parme, Cagliari, Chievo). La Louve mène rapidement 1-0, se créée mille occasions, mais tombe sur un Storari des grands soirs. En seconde période, la douche froide. Pazzini plante un doublé et permet à l’Inter de repasser en tête, puis de rafler le titre. Depuis ce jour, à Rome, on a appris à ne plus jamais crier victoire trop tôt. Même quand l’obstacle a l’air si simple à surmonter.

Réussite et moral d’acier

De plus, l’an passé, le Chievo en question était venu jouer un mauvais tour aux Romains. Alors que l’équipe entraînée par Andreazzoli vient d’enchaîner cinq matchs sans défaite, et vise à nouveau une qualification en Ligue des champions, elle chute à domicile contre ledit Chievo. 1-0, un but de Théréau à la 90e minute de jeu. C’était le 7 mai dernier et il s’agit de la dernière défaite en date (en championnat) de la Roma qui, depuis, a enchaîné un nul (0-0 contre le Milan AC) et dix succès. Battre les Veronesi ce soir signifierait entrer, réellement, dans une nouvelle ère. L’ère de Rudi Garcia, qui a pour le moment réussi tout ce qu’il a entrepris. Son équipe a terrassé le Hellas Vérone (5e), la Lazio (7e), l’Inter (4e), le Napoli (2e) et l’Udinese (8e). Rien ne lui résiste, et l’ancien coach du LOSC est persuadé que ce début de saison complètement dingue n’est pas dû à la chance, mais à la formidable unité de son groupe. « Quand nous perdons sur blessure Totti, Gervinho et Maicon, je ne pense pas que l’on puisse parler de chance. La chance n’arrive pas seule. Le but qu’a sauvé Castán sur la ligne (contre l’Udinese, ndlr), ce n’est pas de la chance, par exemple. C’est de l’envie, de la colère et de la hargne. Et contre le Napoli, le but que sauve De Rossi, c’est parce que tout le monde aide tout le monde. Si ça, pour vous, c’est de la chance, alors appelons-la chance » a-t-il affirmé.

Chance, non, mais force est de constater que son équipe marche sur l’eau et a une réussite folle. Lors des trois dernières rencontres, le gardien De Sanctis a été sauvé par son poteau à trois reprises (des tirs de Guarín, Insigne et Muriel) alors que le score était soit de 0-0, soit de 1-0 pour les Romains. Pour le reste, évidemment, les excellents résultats sont dus au travail du coach, et à l’envie retrouvée d’un groupe humilié le 26 mai dernier (finale de Coupe perdue contre la Lazio), et qui a su transformer cette humiliation en extraordinaire volonté de se rattraper et de rendre fiers ses tifosi. Résultat : les joueurs de la Roma se sont forgés un moral d’acier, et savent aujourd’hui souffrir, comme dimanche sur le terrain de l’Udinese, où ils se sont imposés alors qu’ils étaient réduits à dix. Ce soir, face au Chievo, la Roma peut donc écrire l’un des plus baux chapitres de son histoire. La Juve et le Napoli se sont imposés hier, et une victoire romaine permettrait de maintenir les deux poursuivants à cinq longueurs. La suite de l’histoire vous appartient, monsieur Garcia.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nathaninho Niveau : CFA2
Merci pour la couverture du prochain SOFOOT.
Je sais rien à voir, mais c'est le 72eme article sur la Roma en une semaine, alors je me permet.
L'erreur est humaine, mais perséverer ne l'est pas. Maggiori, la Juve de Capello a été disqualifiée. Annulation rétroactive des points gagnés durant la saison. Plus rien. Le néant. Pas de record. Wallou. Le record c'était 8 premiers matchs de serie a donc. C'est certain que ca ferait plus propre de gagner 10 fois mais le record est DEJA a la Roma.

C'est comme Ben Jonhson pris positif à Seoul. Le 9'89 c'est magnifique, mais ca n'empèche que le record du monde à ce moment là, c'était officiellement les 9'92 du non moins magnifique Carl Lewis.
Message posté par nathaninho
Merci pour la couverture du prochain SOFOOT.
Je sais rien à voir, mais c'est le 72eme article sur la Roma en une semaine, alors je me permet.


Je préfère ça que des articles sur le BO perso.

Et on parle quand même d'un vrai record sur le point de tomber.
Bordel 10 victoires et 1 but encaissé, c'est fou comment Rudi Garcia a pu métamorphoser la Roma, et puis le mercato était plutôt intelligent, Gervinho, Maicon, Benatia... et le pilier du milieu M. Strootman, mais quel joueur, quel grinta, il est partout sur la pelouse, il est encore jeune et il a encore beaucoup d'années devant lui pour progresser.
nathaninho Niveau : CFA2
On en parle beaucoup quand même. Et comme dit plus haut, le record n'est que symbolique, car il a été "annulé".
Cela dit je vais mater ce match, pas pour le record, mais pour ce que propose la Roma de Garcia. Remarquable!
Aldo Raine Niveau : DHR
30 points en 10 match, ce serait beau putain. Allez Roma !
Qui l'aurait cru ces deux dernières années où la régularité du club et le niveau en général était plutôt consternant.
"baux"?

Il me fait peur ce match.
Forza Roma
Message posté par Mortacci
L'erreur est humaine, mais perséverer ne l'est pas. Maggiori, la Juve de Capello a été disqualifiée. Annulation rétroactive des points gagnés durant la saison. Plus rien. Le néant. Pas de record. Wallou. Le record c'était 8 premiers matchs de serie a donc. C'est certain que ca ferait plus propre de gagner 10 fois mais le record est DEJA a la Roma.

C'est comme Ben Jonhson pris positif à Seoul. Le 9'89 c'est magnifique, mais ca n'empèche que le record du monde à ce moment là, c'était officiellement les 9'92 du non moins magnifique Carl Lewis.


Tout à fait d'accord avec toi, même si le record de Ben Johnson sur la course c'est 9.79...
Message posté par Mortacci
L'erreur est humaine, mais perséverer ne l'est pas. Maggiori, la Juve de Capello a été disqualifiée. Annulation rétroactive des points gagnés durant la saison. Plus rien. Le néant. Pas de record. Wallou. Le record c'était 8 premiers matchs de serie a donc. C'est certain que ca ferait plus propre de gagner 10 fois mais le record est DEJA a la Roma.

C'est comme Ben Jonhson pris positif à Seoul. Le 9'89 c'est magnifique, mais ca n'empèche que le record du monde à ce moment là, c'était officiellement les 9'92 du non moins magnifique Carl Lewis.


Il me semble que les 9'92 étaient à Calvin Smith pas à Lewis.

Pour la Juve de Capello, n'oublie pas cette merveilleuse spécificité italienne. La justice dit que le championnat 2005/2006 n'a pas été altéré, qu'il n'y a pas même eu enquête sur le championnat 2004/2005 mais 2 titres ont été retirés à l'équipe qui les avaient remportés.
Retirés pour l'instant.
Disons que tu as raison pour l'instant.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Mortacci, ton roman est bien beau, mais avec tout ce qui est sorti depuis sur le calciopoli, tout le monde sait que le record de 2005/2006 (que la roma battra surement ce soir) est bien valable

et tu ose comparer cela a ben jonhson ? (une histoire ou il y avait des preuves donc, enfin je suis pas un adepte de l'atlhé mais je connais les grandes lignes)

la justice ordinaire (pas la justice sportive a 2 vitesses) a clairement démontré pourquoi la Juve avait été blanchie du calciopoli et pourquoi les championnats n'avaient pas été altérés et pourquoi les matchs était réguliérs, pourquoi le nier ?

le fait que la Roma de Garcia égalise pour l'instant le record de l'immense juve de Capello et ses stars, c'est déjà superbe, le fait de nier ce record fait du mal au foot italien.
George Haggis Niveau : CFA2
De toutyes facons la phrase d'Eric se referait a tous les championnats europeens confondus non ? Ca pourrait etre hyper interessant de verifier, vraiment.
Dostoievski Niveau : CFA2
Message posté par DeanWinchester
la justice ordinaire (pas la justice sportive a 2 vitesses) a clairement démontré pourquoi la Juve avait été blanchie du calciopoli et pourquoi les championnats n'avaient pas été altérés et pourquoi les matchs était réguliérs, pourquoi le nier ?


Et on peut savoir pourquoi la Juve avait été blanchie du calciopoli et pourquoi les championnats n'avaient pas été altérés et pourquoi les matchs était réguliers ?
Joseph Marx Niveau : Loisir
Trap vs Mortacci c'est un avant-goût de Juventus - Roma (6 janvier). Un match sans doute que vous regarderez ensemble, en sirotant une bonne Nastro Azzurro. :-D
DeanWinchester Niveau : CFA2
Message posté par Dostoievski


Et on peut savoir pourquoi la Juve avait été blanchie du calciopoli et pourquoi les championnats n'avaient pas été altérés et pourquoi les matchs était réguliers ?




http://www.calciomio.fr/dossier-calciopoli-2_98392
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 2
Eric, j'aime beaucoup tes articles, mais est-ce que tu as passé un pari avec l'un de tes collègues pour mentionner la finale perdue face à la Lazio dans chacun de tes articles sur la Roma ?
C'est hors sujet mais est ce vrai que la lazio est un club aux origines douteuses type extrême droite? SS lazio et l aigle ds le logo? J ai entendu ça l autre jour. Viva Roma !
La honte, s'ils vont pas chercher ce record.
Eh oui...
Zlacao,
Non pas du tout (SS sont les initiales de Societa Sportiva, et l'aigle est symbole de l'empire romain).
Au contraire, c'est plutôt la Roma qui a des origines troubles : elle est née en 1927 de la fusion de trois clubs romains par la volonté d'Italo Foschi, qui était alors secrétaire du Parti national fasciste.
Je dis ça en précisant que je suis un inconditionnel de la louve (et pas pour ces raisons)
Question pour Dean, Trap & co: on en est ou d'ailleurs dans calciopoli? Agnelli qui voulait des dédommagements, l'attribution des 2 titres et tout le tralala.
Merci bien
Mon sentiment personnel, c'est que malgré les arguments avancés, la juventus ne reverra jamais officiellement ses deux titres enlevés, quant au dédommagement demandé qui, selon certains, approcherait le demi milliard d'euros, il ne faut pas trop y compter, non plus! Je pense que cela finira en eau de boudin, comme souvent, et l'équipe qui aura été la plus lésée, dans cette histoire, demeurera bien la formation turinoise!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 33