1. //
  2. // 18e journée
  3. // AS Roma/Milan AC (4-2)

Une demi-heure. C’est le temps qu’il a fallu à la Roma pour plier un match face au Milan AC. À la rue en défense, les Rossoneri ont concédé trois buts dans ce laps de temps, et sont même parvenus à en encaisser un autre avec le ballon dans leurs pieds. Ils ne sauveront l’honneur qu’en toute fin de match (4-2).

Modififié
0 14
Roma-Milan : 4-2 (3-0)
Buts : Burdisso (13e), Osvaldo (23e) et Lamela (30e, 61e) pour la Roma. Pazzini (87esp) et Bojan (88e) pour Milan.


La Roma et le Milan AC. Deux équipes phares de Serie A, qui ont bien mal débuté leur saison. Deux équipes à la trajectoire semblable, aussi, qui ont décidé de se relever au même moment, lors de la 13e journée de championnat. La Roma, avec un succès face au Torino, entamait alors une série de cinq succès consécutifs, là où le Milan, avec un nul à Naples, s’apprêtait à lancer une série de quatre victoires. Bref, deux équipes qui se suivent et qui, en s’affrontant, proposaient un choc que l’on ne pouvait soupçonner il y a de cela quelques semaines. Mais on ne pourra pas dire que l’opposition méritait vraiment l’appellation. Pour décrire un choc, il faut en effet que les deux équipes se disputent la victoire. Or, il n’y en avait qu’une sur la pelouse, ce soir. Et c’était la Roma. En une demi-heure, les Romains ont claqué trois buts, profitant bien des errances défensives milanaises. Les Rossoneri réagiront timidement en seconde période (durant laquelle ils encaisseront un nouveau but), mais attendront d'être en supériorité numérique pour sauver l’honneur. La simple preuve qu’ils n’y étaient pas du tout. C’est con, parce qu’en cas de victoire, ils passaient devant leurs adversaires du soir au classement...

La Roma en impose

D’un match entre deux équipes qui aiment l’attaque, on s’attend à voir des aller-retour d’un but à l’autre. C’est bien ce que l’on entrevoit sur le début de rencontre. Mais au bout de quelques minutes, c’est la Roma qui pose le pied sur le ballon. Dans tel cas de figure, les Giallorossi ne mettent guère de temps à se procurer une occasion : Osvaldo enroule, Amelia sort la parade (12e). Et sur le corner suivant, Burdisso, oublié par Yepes au point de pénalty, place une tête sur laquelle le portier milanais ne peut rien (1-0, 13e). Le Milan, timidement, tente de refaire son retard, dans le jeu comme au score. D’une légère domination de quelques instants, El Shaarawy, lancé en profondeur, parvient à se procurer un face-à-face avec Goicoechea. Dans 90% des cas cette saison, le Pharaon la met au fond. Manque de bol, l’actuel capocannoniere manque l’offrande, et le gardien romain de lui enlever délicatement le ballon des pieds (17e). Quand El Sha ne va pas, rien ne va. Et pour sa première sortie offensive depuis quelques minutes, la Roma vient punir des Rossoneri bien trop tendres et approximatifs : centre de Totti, Osvaldo saute plus haut que Yepes pour la glisser dans le petit filet (2-0, 23e). Cette fois-ci, pas de réaction milanaise. Mais c’est bien connu, la Roma ne s’arrête jamais d’attaquer. Jamais. Alors avec une défense adverse en mode gruyère, les potes de Totti s’en donnent à cœur joie. Lamela est trouvé par De Rossi et crucifie sans problème le pauvre Amelia (3-0, 30e). 3-0 en trente minutes, voilà ce qui s’appelle plier un match. Et si on peut aisément se rappeler de toutes les fois où les hommes de Zeman se sont fait rejoindre au score, on en doute, à la fois au regard de la pauvre prestation milanaise et de la forme remarquable des Romains, qui tiennent la longueur.

Le Milan réagit trop tard

À la reprise, le Milan ne fait guère illusion, même avec le ballon dans ses pieds. Même avec l’entrée de Pazzini ou de Mexès qui monte aux avant-postes. Non, rien n’y fait, les Milanais ne savent pas quoi foutre du ballon et prouvent qu’ils sont aussi maladroits offensivement que défensivement. La Roma, qui a accepté sans problème de laisser l’initiative, se montre d’autant plus décisive. Totti manque ainsi (de très peu) de joindre à son excellente copie un but, mais sa frappe est trop croisée (50e). Un Totti qui se trouve cependant (et encore) à la baguette, pour punir définitivement les Rossoneri : c’est lui qui décale Balzaretti côté gauche, lequel met alors Lamela sur orbite (4-0, 61e). Pour ceux qui en doutaient encore, le match est fini à cet instant. Enfin, presque. Parce que la Roma finira à dix, suite à l’expulsion de Marquinhos (78e). Une décision qui créera suffisamment d’espace pour que les Milanais puissent sauver l’honneur. Pazzini inscrit un péno (4-1, 87e), et Bojan suit sa tête sur l’action suivante (4-2, 88e). Trop tard pour espérer quoi que ce soit et faire oublier 80 minutes insuffisantes.

Par Alexandre Pauwels
Modifié

Roma51
Note : 1
La charnière centrale Yepes/Mexès fait très très mal... Ça n'empêche que Philippe on n'oubliera jamais tout ce que tu as apporté au club, grazie!
 //  Tifoso de l'Italia
El Shaarawy fait son match mais autour de lui que c'est mou !
On peut taper autant qu'on veut sur les défenseurs régulièrement cloués au sol sur les ballons aériens, mais c'est quoi ce milieu de terrain qui perd deux ballons sur trois et ne va pas à la récupération ? Boateng a l'air d'avoir 40 ans, qu'est-ce qui lui est arrivé ?
Note : 1
Ce Milan là reste quand même très énigmatique. Au moment ou l'on croit qu'il commence à se relever, il va lamentablement perdre face à une belle (il faut le reconnaître) équipe de Rome.

Cette charnière centrale est catastrophique.. et malgré la révélation El Shaarawy qui se poursuit, le reste de l'équipe ne suit pas..

Une saison galère est à venir, j'ai une grosse pensée pour les supporters Rossoneri.
Lamela c'est du grand art! J'ai hâte de le voir plus régulièrement avec l'Albiceleste! S'il tient comme ça il va vraiment devenir un tout grand!
Note : 1
Au lieu de faire le malin et descender le Milan comme ca, tu sais que le réglement stipule que toute faute annihilant une occasion de but cause un rouge? El Sha partait seul face au but sans sa main.
A-Pitchou, Marquinhos fait un coude (donc main) volontaire et en plus annihile l'action de Shaarawy qui filait seul au but. C'est un carton rouge doublement mérité, très bien arbitré.

Côté rossonero je note un bon match de Robinho qui s'est bougé le cul* sur tous les ballons, et une entrée intéressante de Bojan, très remuant.

Quel dommage que la défense soit si fébrile sur les ballons aériens, ca aurait pu être un tout autre match. Quand on analyse les buts, on voit que ça vient toujours des côtés, les latéraux milanais De Sciglio et Constant montent beaucoup et laissent d'énormes éspaces dans leur dos.

M'enfin bravo la Roma
0 14