Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Mönchengladbach

La renaissance du Borussia Mönchengladbach ?

Modififié
Laissé pour mort il y a environ un an et demi, le Borussia Mönchengladbach est de retour sur la scène européenne. Grâce à Marco Reus, bien sûr, et surtout grâce à Lucien Favre. Aujourd’hui, le technicien suisse et ses Poulains veulent à nouveau briller en Europe, comme au bon vieux temps. Qu’ils se trouvent en Allemagne, en Espagne, en Azerbaïdjan ou ailleurs, les Uli Stielike, Allan Simonsen, Berti Vogts et leurs compères d’autrefois ont une raison d’être heureux. Près de quatre décennies après une glorieuse période ponctuée par cinq titres de champion (entre 1970 et 1979) et deux Coupes de l’UEFA (1975 et 79), le Borussia Mönchengladbach semble revenir sur le devant de la scène. On va pas se mentir, c’est la troisième fois qu’on se dit ça depuis les seventies.

Il y a d’abord eu une tentative de retour dans le milieu des années 80, où l’escouade de Jupp Heynckes (ancien de Gladbach, lui aussi) a flirté avec le podium avec des joueurs comme Michael Frontzeck, Uwe Rahn, Frank Mill et Lothar Matthäus (un peu), avant que le club n’aille se balader dans le ventre (de bière) mou de la Bundesliga. Dix ans plus tard, rebelote avec Stefan Effenberg, Patrik Andersson et Martin Dahlin. L’illusion durera deux saisons (94-96) avant que le club ne connaisse les joies de la descente et de l’ascenseur.

Lucien Favre, le magicien

Seulement voilà : après avoir transpiré au cours des trois dernières saisons et manquant de descendre au terme de l’exercice 10/11, le Borussia Mönchengladbach a décidé de se réveiller. Sur le terrain, c’est Marco Reus qui s’en est chargé, en marquant but sur but pour maintenir les Fohlen (Poulains en VF) en vie, notamment en barrages face au VfL Bochum. La saison dernière, il a été suivi dans son entreprise par tous ses collègues, et le Gladbach a fini à une flatteuse quatrième place. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le club de Rhénanie du Nord-Westphalie (et non de la Ruhr, comme il est souvent dit à tort) bénéficie du travail des copains de Bundesliga en Europe et accroche les barrages de la Ligue des champions. Merci qui?

Merci aux joueurs, mais surtout, merci Lucien Favre. Après avoir mené le Hertha Berlin à la 4e place en 08/09, le technicien a réussi à redonner de la joie aux supporters de l’autre Borussia. Il a récupéré un Gladbach en totale déliquescence à l'hiver 10/11 (lanterne rouge) et a réussi quelque chose d’assez incroyable, un peu à la Mirko Slomka la saison précédente avec Hanovre : sauvetage in extremis enchaîné avec une qualification en Europe. En l’espace d’un an et demi, Lucien Favre est devenu un véritable héros dans la ville natale de Heinz-Harald Frentzen. Aussi est-ce logique de le voir refuser l’offre de l’Olympique de Marseille et, surtout, de le voir prolonger jusqu’en 2015. « Je me réjouis de cette prolongation et je suis excité à l’idée d’aborder les challenges qui nous attendent » , assure ainsi l’adepte du « frallemand » , qui utilise régulièrement des mots comme « Polivalent » ou « Penalisieren » .


Revenir durablement sur la scène européenne

Outre la volonté de continuer à squatter les premières places du classement, c’est bien entendu la Ligue des champions qui excite tout le peuple noir, blanc et vert. Ce sera sans Dante, parti au Bayern pour près de 5 millions d’euros. Sans le héros Marco Reus non plus, retourné à Dortmund contre un joli chèque de 17 millions d’euros. Mais ce sera avec le défenseur Álvaro Domínguez, 23 ans, double vainqueur de l’Europa League avec l’Atlético Madrid, et surtout Granit Xhaka, la perle du FC Bâle. Si tout se passe bien, l’attaquant du FC Twente Luuk de Jong devrait également venir. Le Néerlandais serait même prêt à payer 2,5 millions de sa poche pour que le transfert se réalise. Voilà comment, en l’espace de dix-huit mois, le Borussia Mönchengladbach est passé d’un club cliniquement décédé à une destination potentiellement attractive. Pour le plus grand bonheur de millions de fans, nostalgiques des années 70.

Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE