Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Huitièmes de finale

La réalité parallèle des huitièmes

« C’est l’effet papillon : petites causes, grande conséquence » , comme le chante Benabar. Si la tête à damier de Perišić ne s’était pas écrasée contre le montant, la suite du week-end aurait été bien différente. À tous les niveaux.

Modififié
À Sochaux comme à Bollaert, c’est la stupéfaction. Perišić vient d'ouvrir le score sur une tête en prolongation. Pas le choix, Quaresma se saisit du ballon et tente une course folle vers le but croate comme un vulgaire joueur d’urban. Séché à l’entrée de la surface, il décide de se faire justice lui-même, mais Cristiano Ronaldo lui retire le ballon des mains en disant : « Sou o patrão » . Le capitaine écarte bien les jambes et remonte son short pour signifier sa virilité au monde. Frappe manquée à l’image de son match. Les Lusitaniens sont éliminés.


CR7 sort du terrain les yeux embués, tandis que Quaresma se fait déjà tatouer une nouvelle larme. Pas de sélectionneur Santos, c’est Ronaldo qui se présente face à la presse : « J’ai tout connu en sélection. La Grèce en 2004, le berger allemand de Raul Meireles, le bus islandais… J’ai 31 ans, j’ai beaucoup donné pour mon pays, mais il est temps pour moi de tourner la page. C’était mon dernier match avec la Selecção. » Dans la foulée, Madère décrète trois jours de deuil.

La Copa et le coccyx


À l’autre bout du monde, dans le New Jersey, une alerte SMS réveille Lionel Messi de sa sieste de six heures. Il se frotte les yeux et se fait relire plusieurs fois la nouvelle. Il s’en doutait, il en est désormais persuadé, la scène internationale le départagera du Madrilène. Surmotivée, la Pulga se démultiplie face aux Chiliens, mais toutes ses tentatives échouent jusqu’à la séance de tirs au but. Il transforme sa tentative, alors que Vidal rate la sienne. L’Albiceleste remporte enfin la Copa América ! Sergio Romero porte Messi en triomphe sur ses épaules, mais il est déséquilibré par un Lavezzi fou-fou. Le Barcelonais chute et se pète le coccyx. Sorti sur civière, il ne soulève pas le trophée.


« Un jour, il faudra que tu m’expliques pourquoi tu t’es fait tatouer le logo Vicomte A dans le cou. » La phrase de Pastore rend fou de rage Arturo Vidal qui fuit le stade en Segway malgré les supplications de Gary Medel. Il trouve un bar et commande une bière. La première gorgée lui rappelle la Bavière, puis il passe aux choses sérieuses : tequila en l’absence de Pisco. Deux heures plus tard, secondé par le barman qui se fait un devoir d’aider les bons clients, le Chilien trafique le moteur du Segway. Une patrouille du comté le prend en chasse, Vidal accélère et percute à 60km/h un enfant qui traversait la route. En taule.

Le Donald


L’occasion est trop belle pour une tignasse blonde coincée sous une casquette Make America Great Again. Le Donald, en difficulté dans les sondages, décide de recycler le fait divers. Imaginez, un Chilien qui vient de foutre un redneck de huit ans dans le coma, c’est du pain béni. Lors du meeting du lendemain, Trump se lâche : « Des hordes de latinos nous ont envahis. Ils ont squatté notre sol pour pratiquer un sport de gonzesse que l’on appelle soccer. Vous connaissez ? Moi pas ! Et l’un d’eux, un punk à crête, a tué un de nos enfants en toute impunité quand un Argentin inconnu au bataillon profitait de l’Obamacare pour se faire soigner le cul ! » Bronca du public et une embellie dans les sondages. T'as déconné, Perišić.

Par Adrien Rodriguez Arès
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23

Le Kiosque SO PRESS