En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options

Pourquoi le Bayern ne vendra jamais Müller

Modififié
La crainte des supporters est parfois plus forte que tout.

Le Bayern Munich avait pourtant prévenu Manchester United que Thomas Müller ne marcherait pas dans les pas de Bastian Schweinsteiger. Malgré tout, les Red Devils ont tenté leur chance cet été, sans succès. Si l’ex-international allemand a pu quitter la Bavière pour le Nord de l’Angleterre, l’attaquant de vingt-sept ans n’a pas été autorisé à prendre le même chemin. Edmund Stoiber, membre du conseil de surveillance du Bayern, en a expliqué les raisons au quotidien Bild : « Les supporters n’étaient déjà pas contents quand Schweinsteiger nous a quitté pour Manchester United. Mais il avait déjà trente-deux ans et voulait un nouveau défi. Mais nos fans et membres ne nous pardonneraient jamais si nous vendions Müller.  » Formé au club, Thomas Müller fait partie intégrante du club munichois, d’après le dirigeant bavarois : « Il est l’opposé de quelqu’un comme Cristiano Ronaldo. Il est plus qu’un grand joueur. Müller est une part de notre ADN. »


De toute façon, la piste Schweini s'arrête aussi à Calais. MA
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 4 il y a 3 heures Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 22 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 8