En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Juve (3-0)

La Puce qui débloque tout

Dans ses retrouvailles entre la Juventus et le FC Barcelone, Lionel Messi avait à cœur de tromper Gianluigi Buffon et d’offrir un retour en force du Barça en C1, après le couac de la saison passée. C’est chose faite, dans le fond comme dans la forme.

Modififié
La première fois que Messi avait foulé la pelouse du Camp Nou, c’était lors du trophée Gamper en 2005. En face, la Juventus venait en Catalogne sans savoir que ce soir-là, un Argentin du nom de Lionel Messi allait bouleverser la planète football. Sans marquer, Leo récolte même les louanges de Fabio Capello durant la rencontre. Mais dans les cages turinoises, Christian Abbiati n’encaisse pas de but du gamin. Remplaçant attitré de Gigi Buffon, le portier italien va ainsi permettre à la Juve de laisser ses cages inviolées par La Pulga. Un record qui, jusqu’à ce soir, tenait encore. Car ni lors de la finale de C1 2014-2015 à Berlin, ni lors du quart de finale de la dernière campagne, les affrontements entre Bianconeri et Culés ne s’étaient soldés par un but de Messi à la légende Buffon. Ce mardi soir, le récent trentenaire s’est offert deux buts. Un qui laisse Buffon de marbre, l’autre qui l’assomme comme quand un boxeur vient de recevoir un uppercut fatal. Deux buts qui prouvent, encore et encore et encore, combien le talent de Messi est sans limite.

Un rodage, puis la tornade


Dire que le début de saison de Lionel Messi est exceptionnel serait une erreur. Car l’exception, Messi la transforme presque en règle. Auteur de son 350e but en Liga contre Alavés lors de la deuxième journée de championnat, un record qui ne cesse d’augmenter match après match et qui ne sera en toute logique plus jamais battu, Messi s’était confronté trois fois aux poteaux lors de la journée inaugurale face au Betis Séville. Visiblement, il ne faut pas trop provoquer la bête qui sommeille dans ce petit être de 170 centimètres. Depuis ce fameux but, Messi a inscrit un doublé, puis un triplé dans le derby contre l’Espanyol ce week-end, avant d’enchaîner sur deux nouveaux pions ce mardi soir. Sept buts en trois matchs, comme si cela paraissait normal, après tout.


Ce soir encore, le quintuple Ballon d’or s’est décidé à changer la donne de la rencontre juste avant la pause, en prenant de vitesse toute la défense juventina et en montrant à tout le Camp Nou que non, le Barça n’est pas plus faible que la saison passée. La vente de Neymar au PSG a-t-elle joué sur la performance du Barça ? Allez donc demander à Massimiliano Allegri ce qu’il en pense. Depuis le départ du Ney, la question de savoir qui est le réel taulier de cette équipe ne se pose plus. Messi possède toutes les cartes en main pour encore écrire le destin du club dans les prochaines années, et c’est tant mieux. Pour diriger un bateau, il faut un seul capitaine et des matelots. Le Barça hisse les voiles, et son commandant de bord à la barbe rousse tient la barre. En avant toute.

Joueur équipe


Devant l’étalage de toute sa virtuosité en seconde période, Lionel Messi a montré à quel point le Barça dépendait de lui. Une bonne chose, car avec un tel joueur dans son effectif, tous les titres possibles sont encore à portée de main. Cependant, des questions se posent obligatoirement en voyant briller le phénomène : le Barça pourrait-il gagner sans lui ? Que se passerait-il s'il n'était plus là pour transfigurer les performances du club ? Est-il l'arbre qui cache la forêt ?



Car ce soir, encore, force est de constater qu'avant son éclair de génie en fin de première période, le Barça n'avait pratiquement rien fait ni montré. C'est même la Juve qui avait dicté le tempo, laissant penser qu'elle pourrait repartir du Camp Nou avec mieux qu'un match nul. Le milieu de terrain turinois avait pris l'avantage sur une paire Rakitić-Busquets en difficulté, les latéraux avaient du mal à monter, et devant, Dembélé et Suárez étaient fantomatiques. Oui, mais voilà. D'un coup de baguette magique, puis d'un deuxième (sur le poteau), puis d'un troisième (but de Rakitić), et enfin d'un quatrième (3-0), Messi a tout changé. Et le terne Barça s'est transformé en un Barça triomphant et large vainqueur du dernier finaliste de la compétition. Alors, oui, Messi est peut-être l'arbre qui cache la forêt. Oui, il a inscrit 61% des buts du Barça depuis le début de la saison. Oui, il est clairement LE joueur-équipe de ce Barça. Mais ouvrons un débat philosophique en posant la question à l'envers : mieux vaut-il avoir un arbre majestueux qui cache une forêt, ou un vieil arbre rabougri qui se cache au milieu d'une forêt ? Vous avez 4 heures.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 22 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7