La protestation de Pesoli

Modififié
0 6
Emanuele Pesoli, 31 ans, est un modeste défenseur central qui s'est engagé il y a peu avec l'Hellas Vérone, en Serie B. Il est aussi mis en cause dans l'affaire du Calcioscommesse et vient d'être condamné à trois ans de suspension pour avoir participé à l'arrangement d'un match Varese-Sienne, alors qu'il jouait pour Varese lors de la saison 2010/2011. Mécontent de cette décision, rendue officielle aujourd'hui, le joueur s'est enchaîné aux portes du siège de la Fédération à Rome et a entamé une grève de la faim.

Manière de protester contre la sentence, bien entendu. « Je me sens blessé par cette condamnation, je veux une confrontation avec ceux qui m’accusent, c’est-à-dire Carobbio et Gervasoni (anciens joueurs également trempés dans l'affaire, déjà bannis du football et qui l'auraient donc cité, ndlr). Je ne remets pas en question le travail des magistrats, mais je voudrais me défendre de manière juste. C’est une forte protestation, ils sont en train de ruiner ma vie pour une chose que je n’ai pas faite. Avant d’arrêter de jouer, je voudrais lutter de toutes mes forces. J’attends quelqu’un, le président de la FIGC Giancarlo Abete, je resterai là jusqu’à ce que je n'en puisse plus. »

AP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ça rappellera le bon vieux temps à José Bové tiens!
Traduction toute moisie comme dirait EM, Carobbio n'a pas été banni du football mais suspendu 24 mois pour avoir truqué quelques 15 ou 20 matches et avoir parié dessus. A rapprocher des 3 ans pour Pesoli accusé pour 1 match.
Une "justice" sportive qui fait des merveilles.
Note : 1
La disproportion entre les différentes sentences s'explique évidemment par le souci qu'a eu la commission d'encourager à l'avenir la délation.
Héritage de la lutte anti-mafia et des maxi-procès de Palerme, le "pentito" est devenu un incontournable du paysage judiciaire italien pour contrer un autre fait culturel bien connu, l'omertà.
Je comprends le raisonnement mais je n'admets pas une justice injuste sous prétexte d'efficacité, d'autant que cette efficacité reste à démontrer.
Et palazzi, il n'est toujours pas suspendu, lui; comment un magistrat officiel a-t-il pu gérer aussi mal cette affaire dont certains aspects comme l'impossibilité pour certains prévenus de s'expliquer, d'amener des témoignages favorables ou simplement de se voir accorder autant de valeur à leurs dires qu'à ceux de leurs accusateurs, a jeté l'opprobre sur tout ce fameux système de justice sportive à l'italienne où l'on ne cherche pas à prouver la culpabilité d'un suspect mais où celui-ci est obligé d'apporter des preuves de son innocence s'il ne veut pas finir sous l'échafaud!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Mathijsen à Feyenoord
0 6