1. // Supercoupe d'Espagne
  2. // Real Madrid/ FCBarcelone

La preuve par Tello

Contrairement aux Messi, Iniesta, Fàbregas et autres produits de la Masia, Cristian Tello a dû avaler pas mal de couleuvres pour pouvoir s’imposer au sein de l’effectif blaugrana. À lui seul, il définit bien ce qu'est l’opiniâtreté.

Modififié
6 12
Le 21 avril dernier, dans un des nombreux Clásicos en mondovision, la planète du ballon rond l’avait laissé pantois. Perdu, au milieu d’un Camp Nou bien trop imposant pour ses petites jambes de vingt ans. C’était pourtant le pari de son mentor, un certain Pep Guardiola : inscrire dans son onze-type sa nouvelle pépite made in la Cantera pour affronter l’ennemi, le Real Madrid. Il y avait bien Cuenca, un cran plus rôdé aux joutes du haut niveau, mais c’est bien lui qui a été aligné d’entrée au milieu d’une pléiade de divas. Le petit bonhomme en question, avec sa tête du Monsieur-tout-le-monde ibérique, c’est Cristian Tello. En 81 minutes sur le pré, le minot de Sabadell s’était démené. Mais avait tout raté, la faute, sans doute, à un costume bien trop lourd. Toute la jolie populace voyait en lui un nouvel espoir sans lendemain, prêt à finir ses gammes sous un écusson lambda, bourlinguant de Santander à Saragosse. En trois coups d’envoi aoûtiens, le mignon Cristian a troqué son pot de gel pour un crâne tout rasé. Et a enfin compris qu’à trop faire le beau, il ne percerait jamais. La version 2.0 de Pedro est enfin à jour.

De Barcelone à Barcelone

Cette renaissance, voire naissance, Tello la doit à des nerfs solides. Il faut dire que le gamin sait d’où il vient. Alors qu’il n’était encore qu’un minot du Can Rull, il doit se démerder avec 3000 pesetas par mois, soit une vingtaine d’euros. Le tout pour se rendre aux entraînements, et accessoirement faire le plein de fournitures scolaires, échec footballistique oblige. Finalement, alors que le Mondial asiatique se joue, lui débarque à la Masia. Pendant six années, il parfait son éducation du ballon rond : le toque n’a plus vraiment de secret. Visiblement pas catégorisé comme un futur top-player, il n’est pas conservé au sein de la maison blaugrana. Le voisin de l’Espanyol flaire le bon coup et engage Cristian Tello Herrera. Au sein de l’équipe B, il s’aguerrit, accepte de prendre des coups, marque, un peu, et court, beaucoup. Ni une, ni deux, il reprend la direction du Barça en 2010, toujours pour une place en réserve. Le garçon n’est pas rancunier, car il le sait : le train ne passe que rarement deux fois. Attendre le troisième s’apparente à une douce chimère.

Après avoir fêté son dépucelage chez les grands le 9 novembre 2011, Cristian pense avoir fait le plus dur. Et bah non : la porte de sortie est à nouveau grande ouverte durant l’intersaison. Tito n’est pas le premier Pep venu et ne l’intègre pas dans son squad professionnel. Pas grave, l’intéressé a le temps de se refaire la cerise durant la Bérézina du tournoi olympique de la Rojita et de s’éloigner de ses tracas barcelonais. Il revient sur sa Costa Brava natale remonté comme un coucou. Liverpool, l’Atlético Madrid puis l’Ajax Amsterdam se renseignent. Le Barça écoute, mais Tello souhaite absolument prouver et s’imposer. Finalement, le néophyte de tacticien lui laisse sa chance. Bien lui en a pris. En deux petits mois, le gamin a fini par gommer une bonne partie de ses carences : une tête beaucoup moins dans le guidon, des crochets bien plus tranchants et une conduite de balle moins approximative, entre autres. De là à en faire un titulaire, la marge est grande… Mais franchie par Tito. Pour sa première officielle, le nouveau boss azulgrana aligne son ailier de poche sur le couloir gauche du Camp Nou, en complément d’un Pedro revenu au top. Alexis Sánchez peut profiter de la manita traditionnelle face à la Real Sociedad du banc de touche. Et de la performance majuscule d’un concurrent de plus en plus sérieux.

Le volteface de Tito

Après deux titularisations – une paire de passes décisives face à San Sebastián et un poteau à Pamplune – et une belle entrée face à l’ennemi merengue, Tito s’avoue vaincu. Et s’adonne à une belle figure de style qui se conjugue en un volteface des plus burlesques. «  Il n’a jamais été question d’un départ, nous avons toujours su qu’il allait rester. Il ne fait aucun doute qu’il fasse partie de l’équipe première, il nous apporte beaucoup  » , relaie As. Ce mercredi soir, le mètre soixante dix-huit de Cristian risque tout de même de s’allonger sur le banc du Bernabéu. Histoire, pour Vilanova, de ne pas totalement se contredire. Et pour les observateurs ibériques de se gargariser en cas de belle prestation du gamin. Tello, quant à lui, va continuer à bosser. Car il le ne sait que trop bien : sa place ne sera jamais assurée.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je sais pas quoi penser de Tello il a était très bon contre la Real Sociedad au Nou Camp mais décevant contre Osasuna le weekend dernier, il a quand même une longueur d'avance sur Isaac Cuenca.
HriStoichkov8 Niveau : DHR
Cuenca est tellement plus fort que Tello!!
Tello c'est un bourrin qui fait un passement de jambe + crochet et qui envoi le ballon en 6 metres

Cuenca est capable de faire des centres de tres bonne qualite et est beaucoup plus fort techmiquement, il ne joue pas parce qu il est blessé, sinon c'est lui qui serait à la place de Tello
Hank_Scorpio Niveau : DHR
"un certain Pep Guardiola : inscrire dans son onze-type sa nouvelle pépite made in la Cantera"

Euuh ... Made in la Masia, nan ?
"le néophyte de tacticien"!!! ce qu'il ne faut pas lire! Il était juste adjoint de Pep depuis 2009, et il a déjà entraîné avant de revenir au Barça, même si cela n'a duré qu'une saison et qu'il s'agissait d'un club de troisième division (Terrassa). L'expression est quand même très maladroite!
Quant à l'article... n'est-il pas un peu tôt pour faire un article sur Tello? Ok, il a obtenu de rester au club, ok il fait un bon début de saison, mais je préfère attendre de voir ce qui va se passer, Villa n'est pas encore au top, Cuenca est blessé... Et lui-même doit confirmer ses performances pour ne pas avoir un destin à la Jeffrén. Sur la comparaison avec Cuenca, il est clair que Cuenca est meilleur techniquement, mais Tello apporte quelque chose qui manque un peu parfois, c'est la profondeur! Sa pointe de vitesse et ses appels dans le dos dans le la défense peuvent être très utiles. Lui reste à varier un peu sa panoplie de dribbles, et surtout à travailler devant le but, son gros point faible pour le moment.
Hank_Scorpio, à vrai dire le terme "cantera" signifie centre de formation en général, du coup il n'est pas forcément mal utilisé ici, et n'entre pas en contradiction avec celui de "masia" qui définit lui en particulier la cantera barcelonaise.
Correction: il a été adjoint de Pep de 2007 à 2012 (1 an en Segunda B avec le Barça B où ils ont fait remonter le club en Liga Adelante, et 4 ans en Liga avec la réussite que l'on sait...)
Hank_Scorpio Niveau : DHR
@ Monarch : ah ok, merci d'la précision! J'm'endormirai moins bête ce soir.
Tello est en mon sens plus intéressant qu'un Cuenca car effectivement comme dit plus haut il apporte plus de profondeur et marque même de temps à autre. Beaucoup lui ont jeté la pierre après le clasico d'avril... Critiques assez injustifiées tant c'était flagrant que le Pep ne lui rendait pas un très grand service en l'envoyant au casse-pipe en le titularisant dans un tel match. Mais dans les jeunes pousses du Barça si il y'en a un qui peut espérer rester au club, jouer des bouts de matchs voire même de temps à autre être aligné comme titulaire c'est bien lui. Pas une surprise en mon sens!
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Je me souviens avoir vu les deux jouer ensemble lors d'un match au printemps dernier, alors qu'il y avait pas mal de blessés parmi les titulaires.

Cuenca était alors le plus connu des deux, identifié comme le plus prometteur, mais je m'étais déjà fait la réflexion que le jeu de Tello était plus mature, plus tranchant, bref plus utile à son équipe. La technique individuelle, ça ne fait pas un bon joueur de foot, ça se saurait sinon...
@RD : Euuuh, je ne vois pas vraiment en quoi Tito se contredit de façon brulesque.... Ne pas l'inclure dans l'effectif pro n'empêche pas de le faire jouer avec l'équipe 1ère (on le voit bien) mais permet de le faire jouer aussi avec l'équipe B et donc de lui assurer une régularité (dont il a besoin pour jouer en confiance, c'est ce qui fait son principal atout), tout en lui retirant un peu de pression (ce qui l'a le plus nuit apres la titularisation contre le real par Pep).
Et puis franchement, quel message cela aurait été pour Cuenca, Affelay et Villa ? au moins un d'eux aurait voulu partir je pense...
Bref, avant de tirer des conclusions, on tourne son stylo sept fois dans sa main svp.
Pour ce qui est de Cuenca, il apporte enormément également car, au-delà de sa qualité technique, il est bien plus collectif. Tello doit apprendre à passer sa balle plutôt qu'à tirer systématiquement sans contrôle (meme si des fois c'est efficace aussi)ou alors il va finir par avoir des problèmes avec Messi... Il a le temps de prouver au monde ses qualités. A suivre !
@fcbac

Si je dis de façon "burlesque", c'est parce que Tito ne comptait vraiment pas sur lui en début de saison. Raison pour laquelle il ne l'avait pas intégré dans son escouade pro. Si Tello n'avait pas cravaché, il ne serait pas allé jouer avec la réserve (trop faible pour qu'il progresse désormais) mais serait parti. Et côté départ de pépites qui coûtent quelques millions lors du rachat, le Barça est baptisé...
++
Perso, le Tello, je l'aime bien, il peut progresser, bien sûr, il doit beaucoup travailler. Super dans les appels de balle, toujours à la limite, il est rapide, et il accélère très vite aussi. Mais ce que j'apprécie vraiment chez lui, c'est sa hargne, sa combativité. C'est le petit plus. Il ne lâche pas, il prend des coups et tout, mais il ne se jette pas au sol à chaque fois qu'on lui souffle dessus(tout le contraire d'un certain Sanchez qui est pourtant plus costaud). Après, il est encore assez irrégulier, mais ça viendra avec le temps, s'il a du temps de jeu, la confiance viendra avec, et les résultats aussi.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La surprise Braga !
6 12