Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

La Premier League et ses mascottes

Modififié
Traîner avec les joueurs dans le couloir, entrer sur la pelouse en tenant la main d'une star, rester planté pendant une bonne minute et regagner les vestiaires : voilà le rôle des petites mascottes qui apparaissent à chaque début de rencontre.

Il semblerait qu'en Premier League, ce soit devenu un business lucratif. En effet, selon une enquête du Guardian, pas moins de onze clubs offrent la chance à des gosses d'approcher de près leurs idoles, ainsi que tout un package : places VIP, ballons dédicacés, kit complet, des photos du match du jour, etc. Sauf que ce package a un prix, et certains clubs en profitent pour faire raquer les darons.

Ainsi, une telle offre varie entre 250 et 400 pounds à Tottenham, 300-400 à Leicester, 150-425 à Crystal Palace, 330-390 à Stoke, tandis que West Ham bat tous les records : pour qu'un enfant vive le rêve complet le temps d'une journée, les Hammers ont des offres qui varient entre 350 et 600 livres en fonction de la rencontre, soit entre 447 et 767 euros.

Une tendance qui a fait sortir de ses gonds Clive Efford. « Je trouve ça incroyable que des clubs qui touchent tant d'argent via les droits TV décident d'exclure des gosses venant des coins les plus pauvres en imposant une telle offre. Cela signifie que des enfants issus de certaines classes ne seront jamais mascottes de leurs clubs. Ce n'est pas juste de la part de clubs qui gagnent tant d'argent. C'est ridicule parce que certains se sentiront exclus, leurs parents ne pouvant les inscrire sur une liste d'attente » , a déclaré le responsable des questions sportives au sein du cabinet fantôme du Parti travailliste.


Car c'est un business qui marche, malgré tout. Heureusement, tous les clubs de Premier League ne sont pas logés à la même enseigne : Arsenal, Villa, Chelsea, Everton, Liverpool, City, United, Southampton et United ne font pas payer les gosses pour tenir la main de leurs joueurs. La noblesse a un prix. Ou plutôt n'en a pas. JGB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 5 il y a 7 heures Gourcuff out jusqu'en 2019 44
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 7 heures L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15 Hier à 21:30 Le bonbon de Bruno Alves sur coup franc 2