1. //
  2. // 8es de finale aller
  3. // Billet d'humeur

La Premier League et le spectre du « TGIF »

Étoilée le week-end, avariée en semaine. C'est, avec un soupçon de mauvaise foi, ce que l'on pourrait dire de cette drôle de nourriture footballistique qu'est la Premier League. Compétition la plus riche, la mieux marketée et la plus intense en fin de semaine, le championnat anglais ne s'exporte pas aussi bien sur les pelouses que sur les télévisions.

Modififié
4k 22
Thanks god it's friday. Et merci mon Dieu, pour sauver la mauvaise cuite forcée du vendredi soir - celle où il y a des mecs qui gobent des B-52 avec une cravate sur la tête, il y a la toute puissante Premier League de Steve Bruce. Après avoir passé un bout de soirée à médire sur le mauvais match de Ligue 1 du vendredi soir, « vraiment bidon et sans rythme » et sans avoir une once de considération pour le Multiplex Ligue 2 « au moins, en Angleterre, il y a du monde dans les tribunes en seconde division » , le fan de football lambda va pouvoir décuver tranquillement en chantant son refrain préféré : Sunday, monday, Habib Beye. Non content de se caler devant « le meilleur du foot » selon les publicitaires avertis d'une chaîne cryptée, il va, en plus, vous expliquer pourquoi la Premier League est ce qu'il se fait de mieux.

Parfois, il aura raison. S'ils donnent la gerbe aux puritains et le vertige aux simples observateurs, les récents chiffres des droits TV de la Premier League témoignent d'une chose : le championnat anglais est le mieux marketé du monde. Le plus bankable. The world's most watched league, comme ils disent. Les pelouses ont une bonne gueule, les stades sont pleins, les images sont belles et, de fait, les sponsors mettent la main à la pâte, ce qui permet à des clubs « moyens » de payer plus grassement des joueurs que certaines grosses écuries européennes ne peuvent pas s'offrir. Aujourd'hui, en terme d'entertainment, un monde sépare la Ligue 1 ou la Serie A de la Premier League, qui a l'air d'une NBA au milieu de plusieurs coupes Korać. Cet ardent défenseur de la Premier League aura également raison quand il parlera « d'intensité » . Ah, l'intensité, la recette miracle du championnat anglais. Ni gage de qualité technique, ni caution d'intelligence tactique, l'intensité est ce qui rend la quasi-totalité des matchs anglais digeste quand d'autres championnats accouchent moins épisodiquement d'oppositions soporifiques. Grâce à elle, on dit de la Premier League « qu'elle va plus vite » . Grâce à Jean de La Fontaine, on sait que la tortue peut gagner et que jouer vite ne veut pas dire bien jouer. Toujours est-il que cette intensité, cette aptitude des joueurs à courir, à mettre du rythme, à s'arracher sans compter, débouchent parfois sur des matchs comme le Tottenham - Arsenal (2-1) du 7 février dernier. Le genre de match qui donne à la PL des passe-droits en terme d'exigence comparé aux autres championnats. Ces affiches nombreuses (entre Chelsea, City, United, Arsenal, Liverpool ou encore Tottenham), participent également à la réputation de « meilleur championnat du monde » de la Premier League, qui est en fait le championnat le plus homogène du monde.

Mais pour un Tottenham - Arsenal, combien de Chelsea - Manchester City ? Une affiche qui a une gueule, des grandes gueules, aussi, mais rien de passionnant ces derniers temps si ce n'est l'enjeu sportif. En Espagne, il n'y a « que » trois gros, mais les affiches sont souvent de meilleure qualité globale - on ne parle pas d'intensité ici - que les gros matchs de Premier League. Alors forcément, la Ligue des champions apparaît ici comme un révélateur. S'il est trop facile de se farcir les clubs anglais après la phase aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions, les performances de Chelsea, d'Arsenal et de Manchester City posent des questions auxquelles l'Europe du football se chargera de répondre. Longtemps rois de la C1, où ils ont été capables de placer trois membres dans le dernier carré, les clubs anglais s'exportent moins bien cette année. La prestation de Monaco, logiquement saluée mercredi, a également été l'occasion d'apprécier l'incroyable faiblesse d'Arsenal après le premier quart d'heure. Manchester City s'en est très bien sorti (1-2), mais a pris une leçon de football face à Barcelone, tandis que le leader incontesté, Chelsea, a eu ce qu'il voulait, mais sans briller, sur la pelouse d'un Paris Saint-Germain moins fort que la saison passée. Alors certes, si comme le dit Vincent Kompany, « Stoke, c'est plus dur que le Barça » , la Premier League expose chaque jour un peu plus ses limites techniques et tactiques sur la scène européenne. Comme s'il était facile, dans l'entresoi d'un championnat homogène, de rouler des mécaniques, mais que confronté à un autre football, peut-être moins vendeur, mais pas moins bon, les Anglais perdaient leurs repères comme des joueurs NBA confrontés aux règles FIBA. En face, il y a parfois moins de rythme, mais souvent plus de roublardise, d'organisation, de pragmatisme et de modestie. Et dieu sait qu'au moment d'aborder le week-end, elle est mère de sûreté.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Slim Shady
Tout a fait c'est pas le meilleur championnat du monde mais c'est le plus homogene avec des gros matchs même entre petites equipes
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
J'ai jamais compris toute ces comparaisons entre championnat, ils sont tous différent, avec des façons de jouer différente, des temps différent [...], qui sait ce que vaudrait Chelsea en Liga, le Barça en BPL, la Juve en L1, ou Lyon en Serie A, parce que chaque championnat à ses caractéristiques et un il pourra convenir à quelqu'un mais ne pas convenir à son voisin parce que chacun à une façon de jouer qu'il préfère, donc au lieu de se battre en permanence pour savoir qui a le meilleur championnat autant les apprécier tous pour leurs différences, parce que ce serait quand même sacrément chiant si ça jouait pareil dans tout les championnats.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Anfield_Road
J'ai jamais compris toute ces comparaisons entre championnat, ils sont tous différent, avec des façons de jouer différente, des temps différent [...


+1000 !
Pas grand chose à rajouter, je vais juste faire un copier-coller de ce que j'ai dit sur un autre article :
Qu'est-ce que c'est pénible ces comparaisons entre championnats ! Ca fait vraiment baston de cour d'école ou discussion pour savoir qui a la plus grosse...
La seule chose de sûre, si on juge le niveau d'un championnat à l'aune de ses résultats en CE (thèse qui peut d'ailleurs être discutable), c'est qu'il y a quatre grands championnats nettement au-dessus depuis la création des Coupes d'Europe : Espagne-Italie-Angleterre-Allemagne, dans un ordre aléatoire. Ensuite, il y a les Pays-Bas et le Portugal, la L1 étant encore derrière au niveau historique, même si elle a dépassé l'Eredivisie depuis. Après, tout n'est qu'une histoire de cycles mais cela n'a pas de sens de chercher à les classer et comparer sans cesse !
Chacun ses préférences, perso pour diverses raisons, je suis plus la Liga et la Serie A mais ça ne m'empêche pas de regarder les matchs d'équipes que j'apprécie en PL ou Bundesliga.
Donc non, la PL n'est ni surcôtée ni sous-côtée, même si je reconnais que ressortir les résultats plutôt moyens des clubs anglais, ces deux dernières années, peut être tentant face à ceux qui énoncent comme une vérité absolue qu'il s'agit du meilleur championnat du monde...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Le +1000 s'adressait au post d'Anfield Road, loupé mon quote.
D'ailleurs, petit HS mais ce serait bien qu'on puisse un jour éditer nos coms... ;)
J'ai pas encore lu l'article mais le niveau de la PL baisse d'années en années.

Les résultats en Europe (Pool, City et Arsenal surtout cette année) et le fait que Manchester United se batte pour la qualif en ldc cette saison avec un jeu si dégueulasse sont des preuves irréfutables.

Le plus grand talent des Anglais est d'avoir fait de leur championnat un vrai spectacle avec un marketing parfait autour.

A mon humble avis le niveau général de la BuLi est plus élevé et le titre du meilleurr championnat se joue entre Allemagne et Espagne.
Faut arrêter avec la phrase de Kompany. Certes ça fait un peu prétentieux mais c'est un running gag sur internet le "but can they do it on a cold rainy night in Stoke ?". C'était de l'humour...
Jeux de mots laids Niveau : District
Message posté par Anfield_Road
J'ai jamais compris toute ces comparaisons entre championnat, ils sont tous différent, avec des façons de jouer différente, des temps différent [...


Je pourrait pas mieux dire.

+3.141 592 653 589 793
Jeux de mots laids Niveau : District
Message posté par Jeux de mots laids


Je pourrait pas mieux dire.

+3.141 592 653 589 793


Pourrais*
La vraie question que pose l'article est : Est-il possible que le niveau des clubs anglais soit médiocre alors qu'on vend la PL comme le meilleur championnat du monde? Le marketing nous ment-il?

Et : Comment se fait-il que les clubs anglais aient perdu leur niveau depuis deux ou trois saisons, eux qui étaient habitués il n'y a pas si longtemps (2005-2012) à dominer l'Europe?
Les comparaisons entre championnat se font car il y a de la concurrence pour attirer le regard du spectateur mondial moyen (dont l'anglais, l'espagnol et l'allemand sont une partie minoritaire) qui ne peut regarder qu'un match à la fois. Le problème de la PL pour moi (que je trouve la plus sexy) c'est qu'ils s'enferment dans "circlejerk" comme disent les amerloques, en mettant les compétitions domestiques au même niveau que la C1 ce qui est un immense mensonge, la PL c'est un gros tas de fric mais ça n'a rien à voir avec le prestige de la compet européenne.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Ce championnat est surfait par les médias ! Championnat bidon !les mecs vont aux stade comme aux théâtre,ils ont juste réussi à bien le vendre pour le reste c'est de la merde
Au lieu de la comparaison FIBA/NBA, j'aurais plus vu le changement pour une équipe NBA qui "joue vite" de la SR aux Playoffs (PL-LDC), niveau de jeu plus élevée, beaucoup plus lent, du coup l'équipe n'est plus du tout la même.
Putain mais à vous lire il est proscrit de dire qu'un championnat ou un joueur est moins bon que les autres, vous êtes des tarlouzes ou quoi ? Ça vous offense de voir des gens dire que la PL est surcoté comme pas possible en Angleterre et en France ? Maintenant il faut être toujours tout lisse et ne jamais choquer les gens qui pensent différemment.

Le fait est que dans les médias on nous vend la PL comme le meilleur championnat du monde mais sur le terrain la réalité est toute autre. Bien sur que vous avez le droit de préféré la PL à n'importe quel autre championnat, là n'est pas le soucis, mais faut savoir remettre les choses à leur place de temps en temps quand c'est nécessaire.
Note : 2
Moi ce qui m'étonne en PL, c'est le nombre de joueurs très moyens (surtout les défenseurs) qui sont engagés dans des équipes très friquées. Là y'a clairement un souci au niveau du recrutement. Et le fait qu'ils aient plein de pognon n'y est sans doute pas étranger. Ils en ont tellement qu'il doit y avoir des magouilles totalement déconnectées de l'aspect sportif.
Je ne suis pas convaincu par l'argument que le jeu très physique de la PL incite à choisir des défenseurs qui vont un peu plus au contact et sont donc moins techniques.

En tous cas, cet aspect "carton-pâte" qu'on ressent en voyant jouer les anglais en C1 (valable aussi en Europa League) ça vient à mon avis surtout de cette faiblesse défensive (et tactique). Deux équipes qui présentent ce même défaut feront un match tout à fait plaisant, mais face à une équipe continentale plus sérieuse défensivement c'est la débandade direct. C'est aussi pour cette raison que Chelsea fait meilleure figure.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Milan_forza18, tu fais honte au football italien. Chaque fois que je te lis, je me demande si le fan standard du calcio s'exprime toujours aussi mal.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Le FC K, pas non plus la première fois que tu mets la plus grosse connerie dans les commentaires. Tu crois qu'on peut quelques conclusions simplement en observant les résultats en coupe d'Europe (et en plus que sur quelques années). Bullshit! Beaucoup d'autres paramètres sont à prendre en compte. Les clubs anglais ont un calendrier énorme et intense: BPL à 20 clubs et sans trêve hivernale, FA cup plus prestigieuse que l'Europa League, League cup. Et comme dit dans l'article, la BPL est devenue plus homogène. Il y a quelques années, le big 4 survolait le championnat, mettait des roustes à la plupart des autres équipes et était sûr de se qualifier en Champions à la fin de l'année. Aujourd'hui, chaque match est comme une petite finale. Jamais le temps de souffler!
Le paiesse j'ai sai l'ai mailleurent
Lisandro Le Pez Niveau : CFA
Quand on voit qu'un Lovren a sa place en DC à Liverpool, et qu'un Falcao ne l'a pas en AC à Manchester, on comprend mieux pourquoi la PL est un tel spectacle je pense.
Bien que préférant la liga (que j'estime plus technique) je ne pense pas qu'il faille tirer de conclusions trop hâtives de la mauvaise passe des clubs anglais sur la scène européenne et attendre de voir si la tendance se confirme comme c'est le cas du calcio.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4k 22