Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

La porte Klose

Il y a une dizaine de jours, le monde a appris la fin de carrière de Miroslav Klose, appelé à rejoindre le staff de Joachim Löw. La fin d’une époque et une leçon de vie à retenir.

Modififié
La nouvelle est tombée comme ça, un 1er novembre 2016. Miroslav Klose n’est plus un footballeur. Il ne portera plus de maillot à son nom, ne fera plus d’appels en profondeur, ne traînera plus dans la surface pour mieux surgir, ne sautera plus au-dessus des autres, pour mieux rater son salto plus loin. Un homme arrête de taper dans un ballon pour de l’argent, ce n’est finalement pas grand-chose, et pourtant c’est beaucoup. Peut-être même trop. Une banale annonce, une simple brève, le couperet tombe, entre deux déclarations sans saveur et une probable composition qui sera fausse. La fin de la carrière d’un joueur, c’est un pan de notre vie qui s’arrête, une période dont on peut à présent se souvenir comme le temps d’avant. Et le temps d’avant, c’était le temps d’avant.


On se rappelle les buts, les moments, les joies et les peines. Dans ce conglomérat d’images qui se succèdent dans notre tête se forme alors le portrait d’un homme, notre vision. Pas besoin d’ouvrir une page Wikipédia ou de revoir des actions sur YouTube, à moins de vouloir entretenir la nostalgie, de se rassurer. Se conformer à la vision des autres signifie malheureusement bien souvent perdre la sienne, aussi imparfaite soit-elle. Nous n’avons pour beaucoup pas la chance de connaître personnellement Miroslav Klose, ni ne pouvons nous targuer de nous souvenir de toute son œuvre. Pourtant, impossible de ne pas l’aimer, et de ne pas se sentir triste de le voir partir.

Le passé marche dans le présent


La fin de Miroslav Klose était inéluctable, tant il a toujours été anachronique, vestige du passé, presque un souvenir vivant. À l’ancienne. Dès sa naissance d’ailleurs, à Opole, au cœur d’une région rendue à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale, mais allemande pendant des siècles. De fait, son père, Josef, lui aussi footballeur pro, est un Aussiedler, un Allemand ethnique ayant le droit de revenir dans son pays, du moins à l’Ouest. Ce qu’il fait en 1986, après une fin de carrière française. Miro a huit ans, parle à peine deux mots de Goethe, victime collatérale de la grande Histoire. Puis vient le football.

Pas le centre de formation, plutôt les divisions inférieures, l’apprentissage en parallèle, les luttes de clocher. Il débarque dans le monde pro à vingt ans, déjà en retard, ayant en plus raté le titre de Kaiserslautern. Même rengaine au Werder, où il est recruté dans la foulée du Meisterschale. Comme la plupart des grands joueurs allemands, il lui faut le Bayern pour enfin être sacré. Et comme ceux de jadis, lorsque Mario Gómez l’a rendu caduque, il part en Italie. La Lazio, Rome, le maillot bleu ciel, l’aigle. Il régale la Botte de sa classe, de son élégance, capable même de faire annuler un but qu’il a inscrit de la main.

Vidéo

Arbeit macht glücklich


Des buts, pourtant, il en a marqué. Beaucoup. Mais pas tant que cela, loin des statistiques monstrueuses et inhumaines qui sont la norme aujourd’hui. S’il en a mis vingt-cinq en une saison de Bundesliga, sa moyenne oscille plutôt entre dix et quinze. S’il est le recordman des buts de la sélection allemande et de la Coupe du monde, c’est à force de 137 sélections et de quatre participations à la Coupe du monde. La Nationalmannschaft, à qui il a tout donné et qui lui a rendu une Coupe du monde. Parti remplaçant en 2014, il a fini en titulaire indispensable. C’est la récompense méritée du travail, de l’humilité. Oui, Klose n’était pas Ronaldo. Certains trouveront toujours triste qu’il l’ait dépassé. Ils se trompent : le travail n’est pas moins indispensable que le talent brut.


Son départ, il a laissé à la DFB le soin de l’annoncer, pour mieux embrayer sur une place dans le staff de Jogi Löw. Des mots laconiques et sans fard. Ray Allen, lui aussi parti le même jour, s’est fait plus loquace, et il est facile de tracer un parallèle lorsqu’il écrit : « Dans chaque vestiaire où tu seras jamais, tout le monde dira toutes les bonnes choses. Tout le monde dit qu’ils sont prêts à sacrifier ce qu’il faut pour gagner un titre. Mais ce jeu n’est pas un film. Ce n’est pas à propos d’être l’homme du quatrième quart-temps. Ce n’est pas à propos du discours. C’est faire son travail chaque jour, lorsque personne ne regarde. »

Chaussures fluorescentes


Dans sa jeunesse, Miroslav Klose a suivi une formation de menuisier. Un artisan, voilà ce qu’il était, et ce qu’il restera. Pas un artiste de fulgurances, mais un homme qui travaille patiemment dans son atelier/sa surface, en silence, qui sait ce qu’il fait et pourquoi il le fait, répétition incessante de gestes. Ce n’était pas toujours très beau à voir, le résultat parlant de lui-même. Le Polonais devenu allemand est dans le fond un peu japonais.

Vidéo

La fin de Miroslav Klose, c’est la fin du 9 « à l’ancienne  » . C’est la fin de la longue lignée des « Bomber » . Bien sûr, Miro jouait avec le 11 parce que la lumière ne l’intéressait pas. Voir Miro partir – pas une mince affaire –, c’est accepter que l’attaquant moderne a gagné, qu’il a 18 en finition dans FM dès ses seize ans, qu’il fait des appels, des débordements, peut jouer sur les côtés, porte des chaussures fluorescentes et prend des poses de thug dans des publicités pour équipementiers désireux de vendre un culte de l’instant. C’est dur, c'est le cycle de la vie. On s’y attendait, on le sentait venir. Mais c’est dur. Parce qu’il nous a appris qu’on pouvait réussir en étant quelqu’un de bien et en travaillant. C’est une leçon qu’il ne faudra pas oublier.



Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 8 heures Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
il y a 6 heures La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 16 il y a 8 heures Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 il y a 8 heures Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 il y a 9 heures Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 45
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall