1. // Bilan
  2. // Les restes du monde

La petite Europe

L'heure est au bilan de la saison des championnats mineurs européens. Au programme cette semaine : Suisse, Autriche, République Tchèque, Slovaquie, Pologne et Ukraine.

0 0
Suisse – Axpo Super League


Le FC Bâle décroche le 14e titre de son histoire (le 6e en 10 ans). Ce ne fut pas forcément le plus facile à obtenir, mais le jeu à vocation offensive des hommes de Thorsten Fink a fini par vaincre. Devant une équipe rajeunie, Alexander Frei, bientôt 32 ans, réalise la saison la plus prolifique de sa pourtant belle carrière, avec un total de 27 buts. A noter qu'il a récemment décidé de claquer la porte de la sélection nationale, lassé des critiques qui entouraient ses performances avec le maillot de la Nati. Deuxième, le FC Zürich peut être légitimement déçu. Il aurait aussi pu faire un beau champion, si ce n'est une malheureuse fin de parcours. A la troisième place, on retrouve un grand habitué des places d'honneur : Young Boys Berne, qui a néanmoins marqué le pas par rapport aux saisons précédentes, conséquence notamment de la perte de son buteur ivoirien Seydou Doumbia (parti au CSKA Moscou). Avec une quatrième place et surtout la victoire en coupe, le FC Sion de Laurent Roussey réussit une belle saison. Autre club francophone, Neuchâtel Xamax (propriété du sulfureux Bulat Chagaev) évite de peu la relégation. Didier Ollé-Nicolle a été remplacé à la tête de l'équipe première par Sonny Anderson, pour qui il s'agira d'une expérience inédite. Les Grasshoppers s'en sortent également de justesse, grâce à une meilleure deuxième moitié de saison et l'émergence d'une jeunesse talentueuse. Evénement la saison prochaine avec la renaissance de deux places forte du football helvète : Lausanne Sport, promu dans l'élite après 9 ans d'absence, et le Servette de Genève, 6 ans après sa banqueroute.

Autriche – Österreichische Bundesliga


Au bout d'une saison indécise jusqu'au bout, Sturm Graz décroche le troisième titre de son histoire, après ceux de 1998 et 1999. Meilleure attaque, le néo-champion peut remercier son atout offensif numéro un, Roman Kienast, auteur de 19 buts (à deux unités du meilleur buteur de la saison, l'ex-Niçois Roland Linz, aujourd'hui à l'Austria). A la peine toute la saison, le puissant Red Bull Salzbourg arrache finalement une deuxième place inutile (seul le champion dispute la C1). Le départ de Marc Janko à Twente l'été dernier n'a pas été compensé. L'Austria complète le podium. Quant au champion d'automne, le surprenant SV Ried, il se console en remportant la coupe. D'une façon générale, cette saison ne restera pas dans les annales. Aux difficultés des grosses écuries et à la baisse générale de niveau, il faut ajouter les problèmes extra-sportifs : de forts soupçons de trucage pèsent sur la rencontre Wiener Neustadt – Sturm Graz du 22 mai dernier (victoire des visiteurs sur un pénalty sifflé suite à une main grossière d'un défenseur adverse en fin de rencontre) et le derby Rapid Austria, le même jour, a été marqué par des violences entre supporters et forces de l'ordre (envahissement du terrain, affrontements et victoire 3-0 des visiteurs sur tapis vert).

République Tchèque – Gambrinus Liga


Le Viktoria Plzeň (ou Pilsen) remporte le premier championnat de son histoire, finissant un point devant le Sparta Prague, tenant du titre nettement plus habitué aux honneurs. Voir le vainqueur 2010 de la coupe nationale aux avant-postes est une surprise, mais ce n'est pas immérité, l'équipe étant déjà en tête à mi-parcours et terminant largement meilleure attaque. Emmené par le vétéran Pavel Horváth, élu meilleur joueur du championnat, le Viktoria compte aussi dans ses rangs quelques néo-internationaux : David Limbersky, Milan Petržela, Daniel Kolár, Petr Trapp et Jan Rezek. Jablonec, second la saison dernière, confirme et décroche une nouvelle place d'honneur, la troisième, grâce notamment à son buteur, l'international David Lafata. A noter également que le mythique Dukla Prague évoluera la saison prochaine en Gambrinus Liga. Du temps de la Tchécoslovaquie, le club de l'armée avait remporté 11 titres nationaux et réalisé deux beaux parcours européens : une demi-finale de C1 en 66/67 (battu par le Celtic, futur vainqueur) et une demi de la C2 85/86 (battu par le Dynamo Kiev, futur vainqueur). Petite nuance néanmoins, il ne s'agit pas exactement du Dukla de l'ancien temps, disparu en 2000, mais de la réincarnation d'un petit club praguois qui s'est approprié en 2005 le nom, le blason et les couleurs jaune et rouge.

Slovaquie – Corgoň Liga


Grâce à une énorme deuxième partie de saison (14 victoires, 1 nul, 0 défaite), le Slovan Bratislava emporte son deuxième titre en trois ans, après celui acquis en 2009. Le club vainqueur de la C2 1969 peut dire merci à Valenciennes d'avoir libéré en septembre dernier Filip Šebo, qui a largement contribué à la victoire des siens avec 22 buts à son actif. Le MŠK Žilina, tenant du titre et attraction du tour de poule de la C1, a subi un gros contrecoup et termine finalement à une décevante troisième place.

Pologne – Ekstraklasa


Sacré pour la treizième fois de son histoire, le Wisla Cracovie n'est plus qu'à un titre de rejoindre Ruch Chorzów et Górnik Zabrze. Il n'y a pas eu trop de suspense, puisque les hommes de Robert Maaskant étaient assurés de finir en tête à trois journées du terme. Le Lech Poznan, champion en titre entraîné par José Mari Bakero, terminent à une décevante cinquième place. Quant à l'attraction de la première moitié du championnat, le Jagiellonia Bialystok, il se classe finalement quatrième. La coupe est remportée par le Legia Varsovie.

Ukraine – Premyer Liha


Sixième titre en 10 ans pour le Shakhtar, qui s'impose plus que jamais comme la nouvelle place forte du football local. Son seul adversaire crédible, le Dynamo Kiev, a été gardé à distance respectable toute la saison, finissant finalement à 7 points. Même en coupe, l'équipe d'Andrei Chevtchenko a dû s'incliner en finale face à l'armada brésilienne de Mircea Lucescu. L'entraîneur roumain pourrait néanmoins perdre quelques éléments de base de son équipe, puisque l'excellent parcours en C1 a attisé les convoitises. On parle notamment d'un intérêt prononcé du Barça pour le milieu offensif Willian.

A suivre : Roumanie, Croatie, Bulgarie, Turquie, Grèce...

Par Régis Delanöe

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Prandelli, l'an neuf
0 0