1. //
  2. // 24e journée
  3. // Cagliari/Inter Milan (1-2)

La passe de trois pour l'Inter

Grâce à deux buts marqués par le jeune duo Icardi-Kovačić, l'Inter est allée chercher en Sardaigne sa troisième victoire consécutive en Serie A (1-2). En attendant le derby génois, les hommes de Roberto Mancini reviennent à la 6e place.

Modififié
5 16
  • Cagliari/Inter Milan : 1-2
    Buts : Longo (74') pour Cagliari ; Kovačić (47'), Icardi (68') pour l'Inter

    Depuis son arrivée à l'Inter, le discours critique autour de Mateo Kovačić a toujours le même refrain : le Croate crée énormément, mais ne se montre jamais décisif. Ce lundi soir en Sardaigne, il a fait tout l'inverse : transparent dans le jeu, c'est pourtant lui qui ouvre le score en force à la 47e, avant de servir parfaitement Icardi vingt minutes plus tard (69e). Deux signes de vie ponctuels qui auront donné deux buts et une victoire à l'Inter. Si Samuele Longo n'a que réduit la marque (74e) pour Cagliari, les Milanais peuvent remercier les arrêts de leur gardien remplaçant Juan Pablo Carrizo, pas épargné par les erreurs et la passivité de ses coéquipiers. Lancés dans un duel au goût de Premier League, Mancini et Zola n'auront pas déçu : des gros temps forts de chaque côté, des buts tout faits qui n'entrent pas et des buts inattendus en pleine domination adverse. Pour ce qui est des formations, Mancini a relancé Vidić à la place de Ranocchia, et Podolski à la place de Shaqiri. Zola, lui, aura mis du temps à libérer un 4-3-2-1 trop conservateur et dépendant de la science du jeune Lorenzo Crisetig et des accélérations de la recrue Mpoku.

    L'Inter crée, mais Podolski ne conclut pas


    Après un premier quart d'heure d'observation qui permet de constater l'importance des absents Ekdal et Sau côté Cagliari, c'est l'Inter qui s'installe dans le camp sarde. Si le match aller avait récompensé l'enthousiasme de Zdeněk Zeman face au conservatisme de Walter Mazzarri (1-4), Gianfranco Zola préfère attendre timidement l'Inter devant son public. Résultat : les hommes de Roberto Mancini dominent et accumulent les occasions. De la 17e minute à la fin de la première période, l'Inter étouffe les Sardes au Sant'Elia, bien poussée par les débordements de Santon à gauche, la technique de Brosović et les récupérations du Pitbul Medel au milieu. Lukas Podolski, bien servi par Icardi (17'), Santon (22') et Guarín (43'), gâche trois belles opportunités d'ouvrir le score. Guarín, capitaine d'une soirée, tente deux fois sa chance de loin. Et enfin, Brosović et Icardi butent deux fois sur un Brkić attentif. Lorsque l'arbitre envoie tout le monde aux vestiaires, l'Inter a tiré 12 fois et compte 66% de la possession de balle. Devant leur public, les Sardes n'existent qu'à travers quelques contre-attaques orphelines de leur plus bel atout : Victor Ibarbo, buteur à l'aller et parti à la Roma. Mais à la 43e minute, un numéro du Belge Paul-José Mpoku rappelle à Mancini qu'il n'est pas à l'abri d'une erreur défensive quelques jours après les trois buts encaissés à Glasgow…

    Icardi et Kovačić valent trois points, mais Carrizo doit faire des miracles


    À peine deux minutes après le retour des vestiaires, Mateo Kovačić efface sa première période transparente d'un coup de patte. À la 47e, Icardi n'arrive pas à contrôler le ballon dans la surface à la suite d'un contre, Kovačić arrive au point de penalty et ne perd pas de temps avant d'envoyer un tir du gauche sous la barre. Le 0-1 est mérité, et Cagliari, jusque-là sans fond ni forme sur ses terres, doit réagir. Deux minutes plus tard, c'est Donsah qui secoue son équipe d'une frappe lointaine, mais Carrizo s'impose facilement. Peu à peu, les hommes de Zola reviennent dans le match en pressant la relance intériste. Déjà mis en difficulté par Mpoku en première période, Nemanja Vidić lance naïvement Cossu seul face à Carrizo à la 56e, mais la frappe du numéro 7 est déviée loin des cages. Une minute plus tard, c'est à Mpoku de récupérer le ballon dans les pieds de Juan Jesus, mais Carrizo sauve sa défense. L'Inter panique et ne s'en sort plus. À l'heure de jeu, c'est au tour de Samuele Longo – numéro 9 formé à l'Inter – de buter sur le gardien argentin des Nerazzurri, qui aura sauvé trois fois les siens en cinq minutes.

    Campagnaro échappe à l'expulsion


    Après avoir subi quelques coups de pied arrêtés dangereux, un changement fait finalement souffler les Intéristes : João Pedro entre en jeu à la 68e. Quelques secondes plus tard, Kovačić récupère discrètement le ballon à trente mètres des cages et lance immédiatement Icardi, qui finit comme un grand : crochet du droit, puis pied gauche brossé dans la lucarne. Mais rien n'est fini : avec le 0-2 en poche, l'Inter se relâche une nouvelle fois. Et cinq minutes plus tard, Longo gagne un duel aérien au coude à coude avec Juan Jesus, puis fusille Carrizo d'une belle reprise : 1-2 et retour de l'intensité. Cagliari pousse et assiège la cage des Milanais : Mpoku frappe fort de loin, mais à côté (77'), Longo centre fort, mais personne ne reprend (79'). À la 81e, Mancini réalise son premier changement défensif : out Podolski, in Dodô, qui vient se placer latéral gauche. Quelques instants plus tard, c'est Hernanes qui vient prendre la place de Brosović. L'Inter reprend pied, mais ne crée plus rien. À la 90e, Campagnaro échappe miraculeusement au carton rouge à la suite d'un high kick sur la nuque de Mpoku, décidément remarqué ce soir. Pour l'anecdote, Hernanes touchera la barre transversale en toute fin de match, avant de célébrer une victoire dans le mérite et la souffrance. Au fond du classement, Cagliari a encore trois points de retard sur le premier non-relégable, l'Atalanta. Avec cette troisième victoire consécutive, l'Inter revient à la hauteur des deux Génoises (6es ex-aequo), à dix points de la troisième place du Napoli.

    ⇒ Résultats et classement de Serie A

    Par Markus Kaufmann
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    georgesleserpent Niveau : Loisir
    Icardi est quand même un joueur absolument monstrueux dans la surface de réparation. Son enchaînement sur son but est franchement impressionnant. Sinon l'Inter a pas mal joué, quelques très bons mouvements collectifs (comme sur l'action du but par exemple), mais Cagliari défendait franchement pas mal, très regroupé dans l'axe.

    Par contre le Mpoku, joueur de Cagliari, m'a franchement impressionné, je le connaissais pas (manifestement il jouait au Standard, les belges du site doivent le connaître) et le type a franchement du ballon, très remuant et très bon techniquement.
    https://vine.co/v/OQtFWMbvl5U

    Dommage pour la finition mais c'était clairement le meilleur sarde !
    Message posté par georgesleserpent
    Icardi est quand même un joueur absolument monstrueux dans la surface de réparation. Son enchaînement sur son but est franchement impressionnant. Sinon l'Inter a pas mal joué, quelques très bons mouvements collectifs (comme sur l'action du but par exemple), mais Cagliari défendait franchement pas mal, très regroupé dans l'axe.

    Par contre le Mpoku, joueur de Cagliari, m'a franchement impressionné, je le connaissais pas (manifestement il jouait au Standard, les belges du site doivent le connaître) et le type a franchement du ballon, très remuant et très bon techniquement.


    Je te confirme que lorsqu'io était en forme c'était le meilleur au Standard.. Il a pied droit magique et sur coup-franc ça vaut le détour !

    Et dire que chez nous, il a fini 15eme au vote du Soulier d'or quoi..
    georgesleserpent Niveau : Loisir
    Oui, il a l'air violent, son aile de pigeon est juste magnifique en 1ère MT, dommage qu'offensivement Cagliari se soit réveillé tardivement, en 1ère MT il était pratiquement le seul à créer un peu de mouvement
    Le 2eme but de Mauro Icardi montre tout le talent de ce gars, et il à juste 21 ans.

    J'espère qu'il va être prolongé
    M'Poku, le belge prété par le Standard à fait un match de malade mental
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Message posté par georgesleserpent
    Icardi est quand même un joueur absolument monstrueux dans la surface de réparation. Son enchaînement sur son but est franchement impressionnant. Sinon l'Inter a pas mal joué, quelques très bons mouvements collectifs (comme sur l'action du but par exemple), mais Cagliari défendait franchement pas mal, très regroupé dans l'axe.

    Par contre le Mpoku, joueur de Cagliari, m'a franchement impressionné, je le connaissais pas (manifestement il jouait au Standard, les belges du site doivent le connaître) et le type a franchement du ballon, très remuant et très bon techniquement.


    Franchement bon com... très franchement ! ;)
    georgesleserpent Niveau : Loisir
    Merde ça fait 2 fois que ça m'arrive, et avec le même mot !!
    Petit à petit, l'inter fait son nid.
    Benito-Bx Niveau : CFA
    Note : 2
    C'est quand même un bon coach le Mancini. On le taille souvent ici mais il fait du bon boulot.
    Icardi est un monstre, il n'est pas très discipliné comme joueur (phase défensive et protection de balle pour faire monter l'équipe), mais il est un tueur

    Premier buteur de la Serie A avec Tevez avec 13 pions


    Il transforme un pourcentage impressionnant de balles jouables qu'il reçoit en buts.

    Et A l'Inter parfois il en reçoit pas des tonnes...
    Icardi est très fort. Mais que va-t-il faire en LDC?
    3 victoires d'affilé en championnat, ça faisait longtemps qu'on n'a plus vu ça.
    Y a vraiment du bon depuis le match contre Palerme, globalement ça joue bien mais des moments de relachement qui font qu'on se complique la vie bêtement (sans conséquence pour ce match même si y a eu un gros relachement d'abord après le 0-1 et surtout après le but d'Icardi avec de grosses frayeurs, mais contre le Celtic no comment...)
    Il Mpoku déborder sur son coté droit Mpoku!

    Je ne connaissais pas ce joueur avant qu'il arrive en Italie, un spécialiste du football Belge peut me dire pourquoi le Standard le prête alors qu'il a l'air très prometteur?

    Donsah aussi, on sent qu'il a du potentiel, il risque de ne pas rester très longtemps en Sardaigne.
    Mpoku était un des plus gros salaires du club et il avait un accord avec la direction pour partir en janvier. C'était le souhait des deux parties qu'il s'en aille maintenant.
    Quand je regarde sur Transfermarkt je vois qu'il est prêté par le club de Al-Arabi qui l'avait acheté au Standard pour 5 millions d'euros. Ça serait triste qu'un jeune de 22 ans aille s'enterrer au Qatar à la fin de son prêt...
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    5 16